La constitution des empires coloniaux

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de lectures 6
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La constitution des empires coloniaux re (fiche - 1 STMG)
1. La construction et la mise en valeur d'immenses empires a. Un monde presque entièrement partagé avant 1914 A partir de 1875, une seconde vague de colonisation submerge l'Afrique et l'Asie. La conjoncture économique maussade pousse les économie s européennes à trouver des débouchés pour leurs produits et leurs capitaux, et des matières premières à faible coût. Les colonies permettent aussi l'installation de colons européens (parfois des forçats comme en Nouvelle-Calédonie ou en Australie ). Les causes politiques et militaires ne sont pas moi ns importantes. Dans le cas de la France par exemple, la volonté de revanche contre l 'Allemagne après 1870 se tourne vers les rivages africains et asiatiques (1881-1885 : Vietnam, 1895 : Madagascar). 2 En 1900, elle possède un Empire de 10 millions de k m qui s'étend essentiellement en Afrique de l'Ouest et dans la péninsule indochinois e. La Grande-Bretagne contrôle quant à elle un Empire en progression constante depuis e e le XVI siècle. A la fin du XIX siècle, « le soleil ne se couche jamais » sur cet Empire 2 de 33 millions de km , qui s'étend sur tous les continents (Canada, Afrique du Cap au Caire, les Indes qui en sont « la perle », l'Austra lie). e De nouveaux impérialismes apparaissent aussi à la f in du XIX siècle, comme ceux du Japon, des Etats-Unis et de l'Allemagne ou encore d e la Russie vers l'immense Sibérie et en Asie centrale. Cela entraîne des querelles, résolues par des conférences de conciliation, comme celle de Berlin, en 1890, dont le but est de partager les zones d'influences en Afrique. b. Une oeuvre « civilisatrice » Les terres colonisées sont mises en valeur et leur exploitation est rationalisée. Deux types d'administration se mettent en place : d u côté anglais, l'«indirect rule» consiste à maintenir une présence symbolique tout e n s'appuyant sur des notables locaux (rajahs en Inde par exemple). De même, les c olonies anglaises de peuplement reçoivent au tournant du siècle le statut de «dominions» c'est-à-dire une autonomie administrative importante. En 1931, la création duCommonwealthrend possible l'évolution progressive de ces régions vers l'indép endance, tout en permettant à la Grande-Bretagne de conserver des relations commerci ales privilégiées.
Le modèle français quant à lui est plutôt celui de l'administration directe, avec tentative d'assimilation des colonisés autour des v aleurs humanistes de la Révolution. Mais il existe aussi des protectorats, comme le Maroc ou la Tunisie. La présence européenne se fait aussi sentir dans de s pays théoriquement indépendants comme l'Empire ottoman ou la Chine, ma is dont le commerce et le développement technique sont étroitement tributaire s des entrepreneurs européens. Dans ce cas, il s'agit d'un impérialisme européen. Cette présence européenne est aussi justifiée par l 'oeuvre morale accomplie : dans les provinces coloniales de la République française par exemple, les pères dominicains encadrent les élèves et leur apprennent la morale c hrétienne et l'Histoire de France. Médecins et techniciens luttent contre les fièvres exotiques et mettent en place des infrastructures nouvelles (chemins de fer, ports, h ôpitaux, écoles...). Des entrepreneurs