La participation politique : le problème de l'abstention

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 2
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La participation politique : le problème de l'abstention (fiche - Terminale ES)
L’abstentionraties modernes.est un problème politique récurrent dans les démoc Quelles en sont les raisons ? Qui sont les citoyens qui s’abstiennent ? 1. L’abstention dans les démocraties modernes a. Définition et mesure Lesabstentionnistessont les électeurs inscrits sur les listes électorales qui ne se déplacent pas pour aller voter. Il ne faut donc pas confondre avec levote blancounul qui correspond à des personnes qui ont voté mais do nt le bulletin n’est pas pris en compte (erreur, absence de bulletin…).
L’abstention ne prend donc pas en compte lesnon ou mal-inscritssur les listes électorales (personnes inscrites dans un endroit ma is vivant ailleurs) qui ne peuvent pas, de ce fait, aller voter. Si c’était le cas, la mobilisation électorale ne dépasserait jamais les 65 % (54 % aux dernières élections légis latives), ce qui rapprocherait la France des États-Unis où seul un Américain sur deux (en âge de voter) se rend aux urnes même lors des élections présidentielles.
Taux d'abstentione rapport entre le: Le taux d’abstention se mesure donc en faisant l nombre d’abstentionnistes et les personnes inscrite s sur les listes électorales, multiplié par 100. b. Une montée de l’abstention e On constate une montée graduelle de l’abstention to ut au long de laV République. La tendance aux élections présidentielles n’est cep endant pas très franche. Dès l’élection de 1965 on constate une abstention de pl us de 15 % au même niveau quasiment qu’en 2007 et 2012. Les records ont été a tteints en1969et2002où dans cette dernière, au premier tour, l’abstention a été de28 %. La tendance est plus nette pour les élections législatives où le taux d’électe urs n’ayant pas voté, passe de 22 % en 1958 à plus de 40 % pour le premier tour en 2012 . Pour les élections européennes, l’abstention, proche de 40 % dans les années 1980, est passée à près de60 %en 2009.
Cette tendance est internationale. La participation électorale ne dépasse pas 50 % aux États-Unis. Auxélections européennes de 2009, l’abstention a connu des records en Pologneet enSlovaquie(taux supérieur à75 %!) ou encore au Royaume Uni, au Portugal et en Roumanie (taux supérieur à 60 %). 2. Comment caractériser cette abstention ? a. Les causes Les causes de ce phénomène sont nombreuses et diffi ciles à identifier, on peut citer toutefois :
- Ledésintérêt pour la politiqueou le manque d’informations. On retrouve plus d’abstentionnistes chez les non-diplômés (en 2007, aux élections législatives, 77 % des personnes n’ayant pas voté avaient un diplôme i nférieur au baccalauréat).