//img.uscri.be/pth/eccb6232223a1ce3b89a625f8834d5496d0d57e9
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

La prévention précoce des comportements criminels

De
108 pages
La prévention précoce a l'ambition de promouvoir l'intégration harmonieuse des enfants confrontés à des problèmes divers d'adaptation sociale, comme des comportements anti-sociaux persistants, voir criminels, en réduisant les facteurs de risque susceptibles d'y conduire. Les données scientifiques disponibles aujourd'hui indiquent assez clairement qu'à certaines conditions, la prévention précoce des comportements criminels " ça marche".
Voir plus Voir moins

LA PRÉVENTION PRÉCOCE DES COMPORTEMENTS CRIMINELS

CollectionSciences criminelles
dirigée par Robert Caria
La collection Sciences criminelles se destine à la publication de travaux consacrés à l'analyse complexe du phénomène criminel. Multidisciplinaire par définition, elle a vocation à promouvoir les réflexions critiques portées par les disciplines impliquées, dont l'angle d'approche spécifique enrichit la connaissance globale du crime, tant en ce qui concerne les protagonistes (infracteur, victime, société) que les stratégies d'intervention sociale (prévention, répression, traitement). En France comme à l'étranger. Les contributions, émanant de chercheurs, de praticiens de la justice ou du travail social, empruntent la forme d'ouvrages de doctrine, de recherches collectives ou d'actes de rencontres scientifiques. Deux séries complètent la Collection. Le Traité de sciences criminelles, multi-auteurs, présente sous la forme de manuels les principales disciplines qui composent les sciences criminelles: philosophie criminelle, criminologie, politique criminelle, droit criminel, procédure pénale, criminalistique, médecine légale et victimologie. Les Controverses rassemblent de courts essais sur des questions majeures de la connaissance scientifique dans le champ criminologique. En pointant leurs contradictions, (re)découvertes et zones d'ombre, les réflexions participent à une meilleure compréhension de la complexité des conduites humaines.
A paraître P. Mbanzoulou, N. Tercq, La médiation familiale pénale R. Cario, P. Mbanzoulou (Dir.), La victime est-elle coupable? Derlliers ollvrages parlls L.M. Villerbu (Dir.), Dangerosité et vulnérabilité R. Cario (Dir.), Victimes: du traumatisme à la restauration. Vol. 2 F. Archer, Le consentement en droit pénal de la vie humaine INAVEM (Dir.), La victimisation des aîné(e)s A. Boulay (Dir.), Victimes: de l'image à la réalité R. Cario, A. Gaudreault (Dir.), L'aide aux victimes: 20 ans après M. Korn. Ces crimes dits d'amour M. Jaccoud (Dir.), Justice réparatrice et médiation: convergences ou divergences?
Traité de sciellces crimillelles 6. M. Baril, L'envers du crime 7 -1. 1.P. A1linne, Gouverner le crime. Histoire des politiques 7-2. J.P. A1linne, Gouverner le crime. Histoire des politiques 8. R. Cario, La justice restaurative

criminelles criminelles

françaises: françaises:

1789-1920 1920-2002

COlltroverses R. Cario, L'aîné(e) victime Y. Le Pennee, Centre fermé, prison ouverte

Robert CARlO

LA PRÉVENTION PRÉCOCE DES COMPORTEMENTS CRIMINELS

Stigmatisation ou bientraitance sociale?

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALIE

du même auteur
Femmes et criminelles, Erès 1992 Introduction aux sciences criminelles, L'Harmattan, 4ème 2002 éd. Jeunes délinquants. A la recherche de la socialisation perdue, L'Harmattan,
2ème éd. 2000

Les femmes résistent au crime, L'Harmattan, 1997 Victimologie. De l'effraction du lien intersubjectif à la restauration sociale. Volume 1, L'Harmattan, 2è éd. 2001 Victimologie. Les textes essentiels, Volume 2, L'Harmattan, 2 éd. 2002 L'aîné(e) victime. La fin d'un tabou ?, L'Harmattan, 2004

en co-direction
La criminalité des femmes, Erès 1989 La Personnalité criminelle, Erès 1991 La peine de mort au seuil du troisième millénaire, Erès 1993 Profession criminologue: spécialisation ou professionnalisation ? Erès, 1994 La médiation pénale: entre répression et réparation, L'Harmattan, 1997 Les abuseurs sexuels: quel(s) traitement(s), L'Harmattan, 1998 Les politiques publiques interministérielles d'aide aux victimes, 2001 Œuvre de justice et victimes, L'Harmattan, 2001 Victimes: du traumatisme à la réparation, L'Harmattan, 2002 L'aide aux victimes: 20 ans après, L'Harmattan, 2003

L'auteur tient à exprimer sa gratitude à Jocelyne Castaignède et Paul Mbanzoulou pour leur relecture très attentive de la première version du manuscrit.

@L'Hannatlan,2004 ISBN: 2-7475-6211-5 EAN: 9782747562119

Introduction

La prévention précoce a l'ambition de promouvoir l' intégration harmonieuse de l'enfant au sein des différents lieux de socialisation dans lesquels il évolue. Elle consiste donc à prévenir tous événements de nature à perturber une telle humanisation, générateurs de souffrances plus ou moins profondes et durables pour l'enfant et sa famille, dispensateurs de coûts sociaux (au sens large) importants pour la communauté, à plus ou moins long terme. L'angle d'approche que privilégie la prévention précoce, par la mise en place de programmes d'interventions psychosociales variées, doit être clairement identifié. Il ne s'agit pas de prévenir le crime: l'intimidation pénale, la réduction de la gravité et du nombre des infractions commises procèdent d'autres registres. Ce dont il s'agit doit en effet conduire à prévenir, chez l'enfant et l'adolescent, les troubles de comportement persistants, le plus en amont possible des conflits potentiels susceptibles d'être résolus par un passage à l'acte agressif, en direction d'autrui ou retourné contre eux-mêmes. De manière plus précise encore, les interventions mises en place doivent juguler les facteurs de risque auxquels sont exposés les mineurs, facteurs de risque de nature à augmenter, en d'autres termes, la probabilité qu'ils adoptent à l'avenir un comportement criminel persistant. Dans le cadre d'une stratégie bien plus positive, les recherches contemporaines orientent

8

La prévention précoce des comportements criminels

également les interventions psychosociales précoces vers la consolidation des facteurs de protection qui contribuent à réduire, corrélativement, la probabilité qu'un enfant adopte à l'avenir un comportement criminel persistant, à consolider, bien plus heureusement et en d'autres termes, son bien-être personnel et social. Actifs dès la petite enfance, ces facteurs de risque ou de protection, mis en évidence par la recherche criminologique avec un degré de certitude scientifique fiable, peuvent être réduits ou renforcés par la mise en place de programmes appropriés. L'enjeu de la prévention précoce est fondamental car plus l'exposition aux risques est précoce, multiforme et durable, plus la probabilité de s'engager et de persister dans des comportements criminels graves est élevée. La cohérence de la prévention précoce bénéficie naturellement aux victimes potentiellement épargnées ou potentiellement vulnérables, issues elles aussi la plupart du temps des milieux les plus précaires où l'interchangeabilité des rôles est fréquente. En ce sens, l'absence (ou I' insuffisance) de reconnaissance de la qualité de victime à l'occasion d'actes criminels révélés ou non, excluant par là-même tout accompagnement aux plans psychologique et social, peut entraîner chez l'enfant ou l'adolescent concerné des conséquences graves. En cas de conflit postérieur, il/elle peut-être amené(e) à répéter le traumatisme non réparé et/ou à répéter la violence « apprise» par un passage à l'acte 1. Il est banal - et non moins dramatique - de souligner qu'en ce début de troisième millénaire, la précarité et la vulnérabilité des plus démunis continuent à augmenter très fortement. Inexo1. V. not. R. Cario, Victimologie. De l'effraction du lien intersubjectif à la restauration sociale, Ed. L'Harmattan, ColI. Traité de Sciences criminelles, Vol. 2-1, 2è éd. 2001, p. 129 et s. ; lN. Shaffer, R. Barry Rubak, Violent vic.. timization as a risk factor for violent offending among juveniles, US Dep. of Justice, OJJDP Bulletin, dec. 2002, Il p., \vww.oiidp.ncirs.org; S. Menard, Short and long..term consequences of adolescent victimization, US Dep. of Justice, OJJDP/CDC Bulletin, feb. 2002, 16 p. ; W.C. Regoczi, Adolescent violent victimization and offending: assessing the extent of the link, In Revue Canadienne de Criminologie, 2000, pp. 493..505 ; sur cette « ardoise pivo.. tante », V. également M.L. Martinez, Victime et œuvre de justice: éclairages de l'anthropologie relationnelle, ln R. Cario (Dir.), Victimes: du traumatisme à la réalité, Ed. L'Harmattan, Coll. Sciences criminelles, 2002, pp. 305..344.

Introduction

9

rablement, tous les pays sont frappés par la grande pauvreté: un être humain sur trois au monde survit avec moins de 2 € par jour, 800 millions de personnes souffrent de malnutrition; 12 % des ménages européens vivent sous le seuil de pauvreté 2. Dans notre pays, un ménage sur dix soit 15 % des individus sont endessous de ce seuil de pauvreté; de manière plus étonnante encore, 12 millions de personnes vivent exclusivement ou partiellement de revenus assurés par la protection sociale 3. En d'autres termes, 15 à 20 % des enfants et adolescents issus de ces milieux vulnérables sont à risque, c'est à dire qu'ils « ne réussissent pas à atteindre le niveau requis à l'école, abandonnent souvent leurs études et, de ce fait, ne parviennent pas à s'intégrer à un modèle normalement admis de responsabilité sociale, notamment en ce qui concerne le travail et la vie d'adulte» 4. L'échec de l'intégration sociale se cristallise, notamment, autour de problèmes de santé, d'alcoolisme, de toxicomanie, de chômage, de troubles psychologiques, tous indicateurs de la difficulté d'être soi 5. Subséquemment, une délinquance de précarité, voire de survie, se développe à la mesure de l'ampleur de la fracture sociale: galopante. Les
2. Le seuil de pauvreté « monétaire» est fixé par convention à 50 % de la valeur médiane des revenus, soit 580 € par mois pour une personne seule; V. Conseil d'Analyse Economique, Pauvreté et exclusion, La Doc. Française, 1998, 139 p. et not. T. Atkinson, La pauvreté et l'exclusion en Europe, pp. 135 et M. Glaude, La pauvreté, sa mesure, son évolution, pp. 37-67 ; M. Heikkila, S. Kuivalainen, Utiliser les aides sociales pour combattre la pauvreté et l'exclusion sociale: examen comparatif des opportunités et des problèmes, Pub. Conseil de l'Europe, Coll. Tendances de la cohésion sociale, 2002-3, 107 p. 3. F. Dell, N. Legendre, De 1996 à 2000, la pauvreté baisse puis se stabilise, ln Insee Première, 2003-942, 4 p. ; C. Duquesne, Quelle protection des enfants face aux dangers liés à leur pauvreté, ln J.D.J., 1999-181, p. 28 et s. ; F. Dell, N. Legendre, S. Ponthieux, La pauvreté chez les enfants, ln Insee Première, 2003-896, 4 p. 4. V. Les enfants à risque, Centre pour la recherche et l'innovation dans l'enseignement, Pub. O.C.D.E., 1995, 159 p. ; Compo Enfants au risque en Europe centrale et orientale: périls et promesses. Résumé, Rapport de surveillance régionale (Projet MONEE), 1997-4, multigraph., pub. Unicef, 31 p. 5. V. Compo A. Ehrenberg, La fatigue d'être soi. Dépression et société, Ed. O. Jacob, 1998, 318 p.

10

La prévention précoce des comportements criminels

« explosions» régulièrement commentées de la délinquance des mineurs sont là pour l'illustrer. Il importe néanmoins de rappeler que la morphologie du phénomène criminel juvénile est caractéristique d'activités banales d'appropriation et de revendication identitaire massivement délictuelles. Bien sûr, ce constat ne permet en rien de négliger les actes criminels graves contre les personnes qui, pour être bien plus exceptionnels, n'en demeurent pas moins bien réels. Mais la réaction sociale ne semble guère en tenir compte: loin du laxisme dont on l'accable, elle est d'une sévérité implacable 6. La philosophie éducative de la plupart des législations généralement applicables aux mineurs est détrônée par la réalité rétributive pénale d'aujourd'hui, les réponses judiciaires répressives colonisant lentement mais insidieusement le système de justice pénale des mineurs 7. Et la violence est bien consubstantielle de nos sociétés contemporaines, avec des inégalités criantes toutefois. Dans un récent rapport, l'Organisation Mondiale de la Santé replace la violence dans un contexte de santé publique 8. Une telle démarche est incontestablement pertinente mais il importe pour autant de ne pas oublier qu'il s'agit surtout d'une question de « santé» sociale, de bien être social plus globalement. Il demeure que la violence des chiffres rapportés sur le phénomène est inouïe: en l'an 2000, 1 600 000 décès liés à des actes de violence ont été enregistrés: 520 000 proviennent de violences interpersonnelles, 310 000 de faits de guerre et 815 000 de suicides. Le taux de morts violentes, se situe en moyenne à 28.8 pour cent mille
6. V. not. R. Cario, Jeunes délinquants. A la recherche de la socialisation perdue, Ed. L'Harmattan, ColI. Sciences criminelles, 2è éd. 2000, p. 45 et s. 7. V. par ex. R. Cario, Grandeur et décadence de l'éducatif en droit pénal des mineurs, ln Journal du Droit des Jeunes (J.D.J.), 1997-164, pp. 7-16 ; J. Castaignède, La loi n02002-1138 du 9 septembre 2002 : un nouveau regard porté sur le droit pénal des mineurs, ln Recueil Dalloz, Chron., 2003, pp. 779785 ; W\Vw.£?JouDeclaris.conl. Y. Le Pennee, Centre fermé, prison ouverte, ; Ed. L'Harmattan, Coll. Controverses, 2003, 112 p. 8. E.G. Krug et coll. (Dir.), Rapport mondial sur la violence et la santé, Genève, 2002, pub. O.M.S., 376 p. ; assez étonnamment, la littérature abondante sur laquelle se sont basés les rédacteurs du Rapport est presqu'exclusivement anglophone.