Mémwè an fonséyè ou les quatre-vingt dix pouvoirs des morts

Mémwè an fonséyè ou les quatre-vingt dix pouvoirs des morts

-

Livres
152 pages

Description

Recueillies et commentés par Raphaël Confiant.


Le personnage du fossoyeur a été fort peu étudié par la littérature ethnologique. Si le rituel de la veillée mortuaire, l'enterrement et la période de deuil ont fait l'objet de nombreuses études, celui par lequel le défunt traverse les portes de la mort, passe dans l'au-delà, demeure un inconnu. Au début des années 1990, un fossoyeur du Nord de la Martinique, Bati, a accepté de s'ouvrir à Raphaël Confiant et Marcel Lebielle et de leur dévoiler l'univers mystérieux dans lequel il évolue quotidiennement. Ses propos ont été enregistrés sur magnétophone et scrupuleusement reproduits, sans que rien ne soit changé ni aux idées exposées par le fossoyeur ni au type de créole utilisé par lui. Toutefois, l'intégralité de ces entretiens, qui se sont déroulés sur deux ans, ne pouvait, faute de place, être livrée au lecteur. Ce dernier a donc droit ici aux extraits les plus significatifs.


Achat de crânes de morts, de clous de cercueil afin de fabriquer des philtres magiques, apparitions de morts en rêve, révélation de trésors enfouis depuis des lustres etc. voisinent avec la description par le menu de ce dur métier de fossoyeur qui trouve de moins en moins d'adeptes. Nul doute que Bati vit dans un monde à part, un monde où la frontière entre la vie et la mort est sans cesse brouillée et où religion chrétienne, croyances négro-africaines et pratiques hindouistes se mélangent allègrement.


Il témoigne en tout cas, dans chacun de ses mots, dans ses certitudes et ses hésitations, dans ses espérances et ses déceptions, d'un mode de pensée qui n'existe presque plus aujourd'hui et qui est lié à l'ancien « système d'habitation » qui fut, trois siècles durant, le berceau de notre culture créole.


Raphaël CONFIANT

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2011
Nombre de lectures 263
EAN13 9782844506511
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un problème
MéMwÈ AN FONSéyÈdes mortspouv oirs ou les quatre-v ingt dix
teT Moun-mò
KESION : Bati, man kWè travaY-la ou ka fè lè lavi an moun bout, kisisWa Épi lÉ gWo, lÉ piti, lÉ entèlijan, lÉ kouYon, kisisWa kondision sosial moun, ka fè ki sÉ’W ki ka an rapò an dèniÉ fWa Épi lÉ vivan ki rivÉ an bout lavi, sa man lÉ mandÉ’W, sÉ es ou ka kWè ki sÉ moun-mò a ni dÉsèten pouvWè ?
3 BATI : Lè an moun mò, sÉ kò’Y ki mò mÉsavoir-li asou latè pa mò. Bon… padavWè… nonm-lan mò, ou Wè’Y mò mÉ pWojÉ-tala sÉ an pWojÉ ou ka pasÉ parla magie noire. Man sav misiÉ sÉ an gran savan, man sav ou sÉ an savan, man ka pWan tet-ou men fodrÉ machWè’Y enkristÉ. FodrÉ ou ni machWè’W kon an moun pou man ka Wè vizaj-ou.
KESION : Ki manniè ou ka chWÉzi tet tel moun-mò pasÉ tel lot moun-mò ?
3
Tous les mots ou pans de phrase prononcÉs en français par l’informateur ont ÉtÉ conservÉs tels quels dans la transcription et mis en italique afin de faciliter leur repÉrage.
3
3
3
4
GUIDES DU CAPES DE CRéOLE
BATI : Silon sa ou bouzWen fè a, silon sa ou ka anplWaYÉ a. Ou pÉ anplWaYÉ an inosan tou men si ou bouzWen alÉau-delà, si ou bouzWen alÉ pi lWen, ou ka chachÉ tet an nonm ki malen. Ou pa k’aY pWan tet an 4 tèbèdjè pis i pÉ kÉ ba’W aYen. Ou ka chachÉ an kotÉ lanmÉzon’W,en dehors, ou ka fè konsidirÉ an ti cha-pel, an ti karÉ Épi ou ka mÉtÉ tet-la andidan’Y. Ou ka nÉtWaYÉ’Y bien, fodrÉ ou nÉtWaYÉ’Y bien pWop. Ou ka kolÉ machWè’Y adan’Y, tout dan’Y, sa i ni an, Épi fok i ka gadÉ’W an fas. Ou ka ba’Y ki an bouji mÉ an bouji vè. yonn pa mWa. An vè dlo pa mWa tou. Epi ou ni an lapriYè ka koumandÉ’Y men pa jenmen kitÉ’Y kou-mandÉ’W.
KESION : Ki manniè tet moun-mò a pÉ kouman-dÉ’W ?
BATI : Ou ka tann an vWa lè ou kouchÉ lannuit, ou ka tann an vWa ka palÉ ba’W.
KESION(Lebielle): Men si an lot moun, an fan-mi’W ka touvÉ ti chapel-la ou fè a, ki sa ka pasÉ ?
BATI : Non ! FodÉ sÉ anni Wou ki konnet li. Pèsonn dot ! FodÉ sÉ Wou ki ka ba’Y bWè Wou Yonn.
KESION : Lè ou ka ba’Y bWè, ou ka mÉtÉ dlo-a la oben ou ka vèsÉ’Y nan bouch-li ?
4
ImbÉcile.
MéMwÈ AN FONSéyÈou les quatre-v ingt dix des mortspouv oirs
BATI : Non-non-non ! I ka bWè’Y li-menm. Ou ka mÉtÉ dlo-a la. Ou pa ka jenmen touvÉ menm kantitÉ dlo-a nan vè-a lè ou virÉ aprÉ. Man dÉfann ou touvÉ menm kantitÉ dlo-a.
KESION : Ki sa ou ka ba’Y manjÉ ?
BATI : I ka manjÉ pa li-menm. SÉ limiè bouji-a ki manjÉ-a. Epi a lè-tala, ou ka mandÉ’Y aY fè sa ou lÉ a.
KESION : Es ou konnet dÉ moun ki za fè lespe-rians-taa pou di vrÉ ?
BATI : Enben… man konnet an boug mÉ sÉ an AYi-5 sien . Man konnet li… sÉ pa zot k’aY pÉ dÉvWalÉ sa man di zot la… man konnet an moun ki ni Yonn lakaY 6 li, sÉ A. M.
5
6
7
7 KESION : SÉ an Zendien misiÉ ?
e A partir de la fin des annÉes 70 (xxsiècle), de nombreuX travailleurs haïtiens sont venus travailler dans les plantations de banane du Nord de la Martinique, Y appor-tant leurs us et coutumes, en particulier celles liÉes à la pratique du Vaudou. Il s’agit d’un patronYme à consonance indienne (tamoule). Seules les initiales des personnes ÉvoquÉes par Bati seront indiquÉes afin de prÉserver leur anonYmat, cer-taines Étant encore en vie. EvaluÉe aujourd’hui à environ 5. 000 personnes (mÉtis compris), la « commu-nautÉ » indo-martiniquaise vit principalement dans les communes du Nord de la Martinique : Basse-Pointe et Macouba surtout mais aussi Grand-Rivière, Ajoupa-Bouillon et Lorrain. Elle a conservÉ l’hindouisme populaire tamoul qu’elle pra-tique en parallèle avec le catholicisme. Toutefois, victime d’un ostracisme e socio-ethnique considÉrable jusqu’auX annÉes 60 (xxsa religionsiècle), elle a vu se rÉfugier dans les pratiques magiques, voire sorcières chez certains officiants peu scrupuleuX. Cette tendance, fort heureusement minoritaire et d’ailleurs combattue depuis le renouveau indien et le rÉtablissement des contacts avec l’Inde, se mani-feste ici à travers le dÉsir d’acquisition d’un crâne de mort par un Indien, visible-ment adepte des pratiques magico-religieuses.
3
5
3
6
GUIDES DU CAPES DE CRéOLE
BATI : wè !… davWè i machÉ dèYè mWenà plu-sieurs reprisespou man tÉ pÉ ba’Y Yonn. I ofè mWen milion pou man ba’Y Yonn men konmva man konnet lenpoWtans di sa an moun pÉ fè Épi an tet moun-mò, alò man pa ba’Y li… pis man sav sÉ an moun ki visiÉ, sÉ pou sa man pa ba’Y li.
KESION : Si man bizWen an tet moun-mò, man pÉ pa trapÉ’Y mWen Yonn ? Fok man toujou pasÉ pa an 8 fonsÉYè pou ni’Y ?
BATI : wè ! Fok ou toujou pasÉ pa an fonsÉYè pou trapÉ’Y. DÉziemman, fodÉ ou asirÉ’W, fodÉ ou ni lasi-rans sÉ pa an moun ki ka bWè.
KESION : Poutji ?
BATI : Lè fonsÉYè-a ni dÉ kout Wonm an plis, ou ka pasÉ an lari-a, i pÉ di : « A ! MisiÉ enstititè men sÉ mWen ki vann an tet moun-mò ba’Y, i ba mWen tan lajan pou tet-la. » Kidonk fodÉ ou asirÉ di fonsÉYè-a !
KESION : Men moun-lan Éti ou pWan tet-li a, moun-mò a, i pa ka jenmen virÉ kont ou an jou ? Difet 9 ou tirÉ’Y adan sertjez -li , i pa ka mandÉ’W pèman an jou, an rÉparasion ?
8 9
FossoYeur. Cercueil.
MéMwÈ AN FONSéyÈdes mortsou les quatre-v ingt dix pouv oirs
BATI : I pa ka mandÉ’W pèman. Moun-mò a ou tirÉ a pa ka mandÉ’W pèman. Men moun-lan ki ka sèvi di’Y la, i ka toumantÉ’Y. SÉ li ki toumantÉ.
KESION : Ki manniè moun-mò a ka toumantÉ’Y ?
BATI : A ! I ka fè’Y fè bÉtiz ! I dèYè’Y ! I dèYè’Y ! Pannan i kouchÉ lannuit, si i kitÉ moun-mò a pWanle dessusanlè’Y, i ka koumandÉ’Y : « LÉvÉ ! AY fè sa, lÉvÉ ! ». Tout lannuit kon sa, kifè ou pÉ pa dòmi… davWè… man ka di zot an bagaY… sa sÉ an sigrÉ sa… 10 11 misiÉ P.C. , BaspWent, i tÉ ba misiÉ J. , an boug ki tÉ ka sèklÉ senmitiè ki la toujou, i tÉ ba’Y an ti patjÉ marÉ. Men J. sÉ an boug ki pa ka tWo Wè blan Épi nWè, i di’Y kon sa tÉrÉ sa nan senmitiè ba’Y. J. tÉrÉ’Y,sans savoir sa i fè men lannuit lè J. kouchÉ sÉ an zespri i tÉ ba’Y tÉrÉ a. Zespri-a i tÉ ba’Y tÉtÉ a, i tÉ ni non tout komè-san BaspWent anlè’Y. Ni an madanm Yo tÉ ka kriYÉ 12 Man B. , ou tÉ konnet li ?
KESION : Man tÉ konnet li…
BATI : Enben, sÉ asou Man B. sa aji. Men, li J., i rivÉ enposib di dòmi pis sÉ tÉ mision’Y a tjWÉ
10 11
12
PatronYme à consonnance indienne. PatronYme français. Rappel : à la libÉration des esclaves en 1848, des noms fran-çais ou grÉco-latins furent attribuÉs auX Noirs. Les premiers Étaient souvent des adjectifs (Prudent, Glissant, Confiant, Agricole etc. ), des substantifs (BontÉ, Caprice etc. ) ou des prÉnoms (Edmond, Marie-Julie, ThÉrèse etc. ). PatronYme français.
3
7
3
8
GUIDES DU CAPES DE CRéOLE
madanm-lan. Madanm-lan mò men fodrÉ ou ladjÉ’Y. J. 13 rÉtÉ konmen jou, tWa-kat jou, sa ka terbolizÉ’Y jika-tan madanm maYÉ’Y mandÉ’Y sa ki rivÉ’Y. I di madanm-li sa Épi lè landèmen maten, i lÉvÉ, i alÉ dÉtÉrÉ patjÉ marÉ a Épi i mÉtÉ’Y anlè tè.
KESION : BagaY-la i tÉ tÉrÉ a ?
BATI : BagaY-la i tÉ tÉrÉ a ! I pWan’Y mÉtÉ anlè tè. SÉ di la i rivÉ dòmi. Ou tÉ fèmen mWen lajol, ou ladjÉ mWen an libètÉ, a lè-tala man ka fè sa man lÉ, man ka pati…senmitiè sÉ pa an kotÉ ki sen… pis ni bon moun, ni malfentè, ni tjenbWazen, ni tout kaltÉ andidan’Y.
KESION(Lebielle): Kiles jou ki pli movÉ pou antrÉ adan an senmitiè ?
BATI : Ki jou ?…Pa ni jou, sÉ lè.
KESION : Ki lè ?
BATI : Enben, sÉ movÉ lè. DÉ lè ki… vrèman, ou Wè, ki ka frapÉ’W. SÉ midi Épi minui. DavWè lè i midi, gran lajounen, ou ka santi konsidirÉ sÉ an silans… ki ka chaYÉ’W alÉ. Si ou Wè sÉ minui, dÉpi ou bektÉ an pa lapot-la, lamenm ou za antrÉ anchair de poule.
13 Tourmenter.
MéMwÈ AN FONSéyÈpouv oirs ou les quatre-v ingt dix des morts
KESION : wou, sa za rivÉ’W antrÉ an senmitiè 14 BaspWent a minui ?
BATI : Man pa jenmen antrÉ a minui lè man gran men man za antrÉ a minui lè man tÉ jenn manmaY. Papa-mWen tÉ plen kabrit.Or,kelkèsWa lè-a, falÉ nou tÉ antrÉ kabrit-la.
KESION : Ou pa tÉ pè senmitiè-a ?
BATI : Non ! Man pa tÉ pè’Y pis mWen tÉ sitelman tÉmÉrè. Menm si ou tÉ pè, ou tÉ blijÉ alÉ. Ou pa tÉ kÉ virÉ rantrÉ si ou pa pWan kou.
KESION : Jisèman, ou tÉ ka di mWen lot jou-a ki ou pa tÉ pati pou fè travaY fonsÉYè-taa ?
BATI : Sa vrÉ padavWè… boug-la man di’W la, 15 misiÉ-a, dÉfen O. , i tÉ ka di mWen : « ApWann ! ApWann ! Man ka montrÉ’W dèmen maten ou pa sav sa ou pÉ fè. » Man ka di’Y : « Man pa ni gou pou sa, man pa kÉ fè sa. »… mÉ i tÉ ni an sigrÉ, i mò i pa ba mWen’Y.
KESION : Ou pa lÉ di nou’Y oben i pa ba’W li pou tout bon ?
14
15
Ville de l’eXtrême-nord de la Martinique peuplÉe d’environ 5. 000 habitants qui vit de la culture de l’ananas, de la canne à sucre et de la banane. C’est l’endroit de l’île où habitent le plus grand nombre d’Indo-Martiniquais. PatronYme français.
3
9
4
0
GUIDES DU CAPES DE CRéOLE
BATI : Non ! I pa ba mWen’Y. I tÉ ka travaY Épi dÉ madras kivÉdi dÉ mouchWè-tet Éti sÉ moun-lan tÉ ka marÉ tet-Yo a. I tÉ ka di moun-mò a kon sa : « Papa’W mÉtÉ bef, manman’W mÉtÉ bef, ou mÉtÉ bef, zot bien. Ou konpWann sÉ mWen ki ka fouYÉ tou’W la ba’W ! Ou k’aY fouYÉ tou’W Wou menm ! »… man ka Wè’Y, i ka di mWen : « GadÉ ki manniè man ka fè, dèmen ou kÉ bouzWen’Y ». Tonm-lan ki an fas-la, i ka alÉ, i ka marÉ an tet-kalanndÉ anlè’Y, ou sav kon sÉ gran-moun lan ka marÉ tet-la. I ka pWan lot mouchWè-a, i ka marÉ ren’Y. I pa ka pWan tan pou fouYÉ tou-a, tan man asiz la ka gadÉ’Y, i za fini fouYÉ tou-a lontan.
KESION : Ou ka Wè’Y ka fouYÉ tou-a men sÉ pa li ka fouYÉ tou-a ?
BATI : Non ! I ka di’W i ka tjÉbÉ pel-la ba moun-lan.
KESION : Ba moun-mò a ?
BATI : wè ! I ka fè moun-mò a fouYÉ pWop tou’Y ?
KESION : Men i tÉ ka fouYÉ tou-a avan Yo chaYÉ kò-a an senmitiè ?
BATI : Non !
KESION : Lè Yo mennen kò-a, i za fouYÉ tou-a ?
MéMwÈ AN FONSéyÈou les quatre-v ingt dix des mortspouv oirs
BATI : Non !…wi ! Avan, si ou lÉ. Men lantèman an lÉgliz, tan pou sertjez-la sòti, tou-a za fini fouYÉ. Ou ka Wè tè ka montÉ lafimen !
KESION(Lebielle): Sa ou ka di a vrÉ davWè man tÉ tibolonm, ou tÉ ka Wè sÉ fonsÉYè-a ka bWè kaY Man 16 A. , enben ou tÉ ka anni Wè Yo chapÉ an mitan lanmes lantèman an Épi adan an bat-ziÉ tou-a za fouYÉ.
BATI : wè ! Tou-a za fouYÉ.
KESION : Ki pofondè lalWa ka blijÉ’W fouYÉ tou-a ?
BATI : Ou blijÉ fouYÉ’Y a 1 met 50, 1 met 75. Sa sÉ tÉ avan, men atjèman, Yo pa ka rÉtÉ fouYÉ’Y tou sa.
KESION : Poutji ?
BATI : Man pa sav poutji. MWen menm, man ka fouYÉ Wotè zÉpol-mWen.
KESION : Pèsonn pa ka di’W aYen ?
BATI : Pèsonn pa ka di mWen aYen. Non…alò man tÉ ka di zot, moun-lan ka Wè tou-a fon pis lè ou mÉtÉ dÉ lev tè-a asou kotÉ, dÉ lev tè-a ka montÉ Wotè sa.
KESION : Bon, mÉ annou dÉvirÉ dèYè ! Ki manniè ou vini ka fè mÉtiÉ fonsÉYè tala ?
16 PrÉnom.
4
1
4
2
GUIDES DU CAPES DE CRéOLE
BATI : Man tÉ tibWen tjiriÉ…padavWè lè dÉfen 17 misiÉ O. tÉ ka di mWen sa-a, man tÉ ka vÉYÉ’Y. Man ka Wè bouch-li ka bat. I pa tÉ sa li Épi Ékri. Men i tÉ ni konÉsans. Man ka gadÉ bouch-li ka bat, tou-a ka fouYÉ. Tout tan i pa sòti an tou-a, i pa ka palÉ ba mWen. I tÉ enmen man tÉ la Épi’Y…Épi fok ou sav man za fè tibWen an tout… man za aY fouYÉ lajan, man za Wè moun ki lÉ vann moun, manman ki lÉ vann Yich. SÉ pou sa lè man ka di’W an moun-mò ni 90pouvoirsan plis ki an vivan…
KESION : Man pòkò lÉ ou antrÉ adan zafè pouvWè a, man pòkò satisfet ki manniè ou rivÉ an mÉtiÉ-a kivÉdi prèmiÉ fWa ou filÉ an moun-mò. Ki manniè sa pasÉ ?
BATI : Enben, lè sa rivÉ sÉ ki Yo vini kriYÉ mWen. 18 K. tÉ malad.
19 KESION : Ou tÉ ni apochan ki laj ?
BATI : Aaa ! Man tÉ…man tÉ za ni 50 an. Man tÉ ka fè konsidirÉ sÉ an estaj, man tÉ ka fè ranplasan. Epi aprÉ, man antrÉ adan’Y. MÉ pa tÉ ni moun ka endÉ mWen, man toujou travaY mWen Yonn. Man fè ran-
17 18 19
PatronYme français. PatronYme français. A peu près.