Morphologie, lexique et traitement automatique des langues

-

Livres
451 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'acquisition de relations et traits lexicaux est une question cruciale dans l'élaboration de bases de données et de systèmes de recherche d'information.
Morphologie, lexique et traitement automatique des langues, décrit l'analyseur morphologique du français DériF qui a comme originalité :
- son objectif, qui est de contribuer à la construction de lexiques annotés sémantiquement et réutilisables en traitement automatique des langues naturelles ,
- son fonctionnement, qui s'inspire de principes appartenant au récent courant lexématique de la morphologie.
Les phénomènes de construction morphologique et leur implémentation dans DériF sont étudiés alternativement. Cette présentation s'articule autour de trois thèmes centrés sur l'annotation lexicale : la pseudo-définition du lexème analysé en fonction de sa base, la prédiction de traits syntaxico-sémantiques pour ces unités, l'établissement de réseaux de relations lexicales.
Morphologie, lexique et traitement automatique des langues, s'adresse aux linguistes et aux spécialistes du traitement automatique des langues qui désirent se familiariser avec la morphologie lexématique. Il permettra d'intégrer DériF, outil librement utilisable et modifiable, dans toute application de traitement de corpus.
Introduction générale. Conception d'un analyseur morphologique : pourquoi et comment. Chapitre 1. TALN, traitement automatique des données lexicales et analyse morphologique. Chapitre 2. Quelle théorie morphologique ? Chapitre 3. Conception de DériF : derivation en français. Conclusion. Acquisition et modélisation de propriétés lexicales. Introduction. Chapitre 4. Règles, contraintes et acquisition de propriétés syntaxico-sémantiques. Chapitre 5. La conversion. Chapitre 6. Un lexique sémantique de grande taille pour le français : méthodologie et premiers résultats. Conclusion. Composition néoclassique et organisation lexicale : de l'implémentation à la théorie ? Introduction. Chapitre 7. Les composés néoclassiques. Chapitre 8. Acquisition multilingue de relations lexicales dans le vocabulaire biomédical. Chapitre 9. Sens des composés récalcitrants. Conclusion. Conclusion générale. Glossaire. Bibliographie. Index.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 octobre 2009
Nombre de visites sur la page 7
EAN13 9782746240407
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0742 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Morphologie, lexique et traitement automatique des langues
© LAVOISIER, 2009 LAVOISIER 11, rue Lavoisier 75008 Paris www.hermes-science.com www.lavoisier.fr ISBN 978-2-7462-2363-9 ISSN 1773-5262 Le Code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes de l'article L. 122-5, d'une part, que les "copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective" et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, "toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite" (article L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. Tous les noms de sociétés ou de produits cités dans cet ouvrage sont utilisés à des fins didentification et sont des marques de leurs détenteurs respectifs. Printed and bound in England by Antony Rowe Ltd, Chippenham, October 2009.
Morphologie, lexique et traitement automatique des langueslanalyseur DériFFiammetta Namer
COLLECTIONTICETSCIENCESCOGNITIVESsous la direction de Jean-Marie Pierrel
BLINRaoul Introduction à la linguistique formelle,2009.TANGUYLudovic et HATHOUTNabil Perl pour les linguistes,2007.
MARCHALAlain La production de la parole,2007.
BACCINOThierry, BELLINOCatherine et COLOMBITeresa Mesure de lutilisabilité des interfaces,2005.
TABLE DES MATIÈRES
Introduction générale13. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
PREMIÈRE PARTIE.Conception d’un analyseur morphologique : pourquoi et comment19. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Introduction. . . . . . . . . . . . . 21. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Chapitre 1. TALN, traitement automatique des données lexicales et analyse morphologique25. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1.1. Traitement automatique du lexique morphologiquement construit . . . 27 1.2. Analyse morphologique, traitement des lexiques et traitement de la langue médicale. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 1.2.1. Traitement automatique des données lexicales, traitement des corpus et lexiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 1.2.1.1. Classer les données lexicales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31 1.2.1.2. Reconnaître et interpréter les lexèmes inconnus . . . . . . . . 32 1.2.2. Traitement automatique de la langue médicale . . . . . . . . . . . . 32 1.2.3. Bilan : qu’attendre de l’analyse morphologique . . . . . . . . . . . 34 1.3.. . . . . . . . . . Analyseurs morphologiques et modèles linguistiques . 37 1.3.1. Appariement formel. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38 1.3.2. Acquisition d’informations sémantiques. . . . . . . . . . . . . . . . 41 1.4.41. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Conclusion .
Chapitre 2. Quelle théorie morphologique ?45. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1.Les théories basées sur règles 46. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2.1.1. Morphologie morphématique combinatoire. . . . . . . . . . . . . . 47 2.1.2. Modèle de morphologie dérivationnelle de Danielle Corbin . . . . 54 2.1.3. Morphologie lexématique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 2.1.3.1. Des procédés comme moyens de construction de lexèmes. . 61
6 Morphologie, lexique et TAL
2.1.3.2. Des contraintes indépendantes sur les différentes rubriques d’un lexème . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 62 2.1.3.3. Des unités multidimensionnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . 69 2.1.3.4. Un sens entièrement spécifié . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 74 2.2.. . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les raisonnements basés sur l’analogie 76 2.2.1. Quelques études de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 2.2.1.1. Substitution . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 78 2.2.1.2. Formation régressive . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 2.2.1.3. Syncrétisme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79 2.2.1.4. Le rôle du prototype diachronique . . . . . . . . . . . . . . . . 80 2.2.2. Analogie et relations paradigmatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 2.3. Conclusion : analogie, règles et DériF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 85
Chapitre 3.Conception de DériF : « Dérivation en français ». . . . . . . . . 89 3.1. De la théorie à l’application : un compromis . . . . . . . . . . . . . . . . 89 3.2. Genèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 92 3.3. Principes de fonctionnement de DériF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 3.3.1. Généralités . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94 3.3.1.1. Calcul de la base et du sens du lexème analysé . . . . . . . . 94 3.3.1.2. Organisation modulaire de l’analyse des lexèmes . . . . . . . 95 3.3.2. Résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100 3.3.3. Architecture générale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 102 3.3.4. Prédiction du sens des néologismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110 3.3.5. Analyses ambiguës . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 118 3.3.6. Constructions paradigmatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 122 3.3.6.1. PfxXionNOM, PfxXmentNOM, PfxXageNOM123 . . . . . . . . . . . 3.3.6.2. inXADJ, XitéNOM, inXitéNOM126. . . . . . . . . . . . . . . . . . .  . 3.3.6.3. Analyses de déX(ifier/iser) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 127 3.3.7. Analyse des cas de syncrétisme : les soi-disant « parasynthétiques » . . 128 3.3.7.1. Verbes préfixés et suffixés à base nominale ou adjectivale . . . 130 3.3.7.2. Adjectifs préfixés et suffixés à base nominale . . . . . . . . . 132 3.3.7.3. Exemples d’analyse : PfxNSfxVERBE, PfxASfxVERBEet PfxNSuf_relADJ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 132 3.3.7.4. Verbes préfixés et suffixés à base nom propre . . . . . . . . . 136 3.3.8. Un autre cas de syncrétisme : (Pfx)Y-Suf_rel iser . . . . . . . . . . 138 3.4. Conclusion : utilisations de DériF . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 144
Conclusion147. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Table des matières 7
DEUXIÈME PARTIE.Acquisition et modélisation de propriétés lexicales153. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Introduction. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155. . . . . . . . . . . . .
Chapitre 4. Règles, contraintes et acquisition de propriétés syntaxico-sémantiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 157 4.1. Le robot WaliM . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 158 4.2. Noms dénominaux de collection : constructions en -ade, -ailleet -aie159 . . . 4.2.1. Relation partie-tout . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 159 4.2.2. Valeurs sémantiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 160 4.2.3. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 4.3. Noms déverbaux : agent, instrument, lieu . . . . . . . . . . . . . . . . . . 161 4.3.1. Noms en -eur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 4.3.2. Noms en -oir(e) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 162 4.3.3. Confirmations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 163 4.3.4. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 164 4.4. Noms abstraits déverbaux et désadjectivaux . . . . . . . . . . . . . . . . 165 4.4.1. Noms déverbaux en -ion, -age et -ment (et convertis) . . . . . . . . 165 4.4.1.1. Interprétations du nom construit . . . . . . . . . . . . . . . . . 165 4.4.1.2. Héritage de la structure argumentale du verbe de base . . . . 166 4.4.1.3. Une RCL = un sens ? L’expérience WesConVA . . . . . . . 171 4.4.2. Noms désadjectivaux de propriété . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 4.4.3. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 173 4.5.Verbes dits de changement d’état . 175. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4.5.1. Prédicats désadjectivaux : entrée du patient dans un nouvel état . . . 176 4.5.2. Prédicats désadjectivaux et déverbaux en dé- : annulation de l’état antérieur . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 179 4.5.3. Changement d’état à base nominale . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 4.5.3.1. RCL-iser et RCL-ifier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 182 4.5.3.2. RCLdé- . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 187 4.5.3.3. RCLen- . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 188 4.5.4. Un cas à part : la formation de verbes dénominaux en é- . . . . . . 189 4.5.5. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 190 4.6.Adjectifs déverbaux et dénominaux : relation ou propriété ? . . . . . . . 192 4.6.1. Adjectifs en -able . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 193 4.6.1.1. Caractérisation des adjectifs en -able et des bases verbales . . . 194 4.6.1.2. Validation empirique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 4.6.2. Adjectifs dénominaux suffixés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 200 4.6.3. Bilan . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 4.7. Traduction en traits, implémentation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 203 4.7.1. Tableau récapitulatif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 204 4.7.2. Validation interne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 214
8 Morphologie, lexique et TAL
4.7.2.1. Spécification . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 215 4.7.2.2. Complétion et spécification. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 217 4.7.2.3. Modération de contraintes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 218 4.7.2.4. Incompatibilité des traits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220 4.8. Conclusion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 220
Chapitre 5. La conversion223. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5.1. Analyse automatique de la conversion : généralités . . . . . . . . . . . . 225 5.2. Converts à base affixée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 5.2.1. Lexèmes convertis à base suffixée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 228 5.2.1.1. Noms désadjectivaux à base dénominale . . . . . . . . . . . . 228 5.2.1.2. Noms désadjectivaux à base déverbale . . . . . . . . . . . . . 229 5.2.1.3. Verbes dénominaux à base dénominale ou désadjectivale. . 230 5.2.1.4. Verbes dénominaux à base déverbale . . . . . . . . . . . . . . 231 5.2.2. Lexèmes convertis à base préfixée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 236 5.2.2.1. Noms déverbaux convertis à base préfixée par dé- ou re-. . 236 5.2.2.2. Noms désadjectivaux convertis à base préfixée . . . . . . . . 237 5.2.3. Premières conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 237 5.3. Etude de cas : conversion impliquant un verbe et un nom non marqués morphologiquement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 240 5.3.1. Orientation : hypothèses théoriques . . . . . . . . . . . . . . . . . . 241 5.3.1.1. Raisonnement paradigmatique . . . . . . . . . . . . . . . . . . 242 5.3.1.2. Orientation suivant la spécificité sémantique croissante . . . 244 5.3.1.3. Orientation indécidable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 247 5.3.1.4. Bilan théorique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 248 5.3.2. Etude de corpus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 250 5.4. Résultats. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 255 5.4.1. Analyse VERBE > NOM ou NOM > VERBE ? . . . . . . . . . . . 256 5.4.2. Propriétés des lexèmes impliqués dans une relation de conversion. . 257 5.4.2.1. Conversion des prédicats verbaux à alternance . . . . . . . . 260 5.4.2.2. Conversion des prédicats d’émotion causée . . . . . . . . . . 260 5.4.2.3. Héritage de la structure argumentale . . . . . . . . . . . . . . 261 5.5. Conclusions. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 262 Chapitre 6. Un lexique sémantique de grande taille pour le français : méthodologie et premiers résultats267. . . . . . . . . . . . . . 6.1. Projet LEGERe : choix du Lexique Génératif . . . . . . . . . . . . . . . 268 6.1.1. Objectifs du projet LEGERe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 268 6.1.2. Choix du cadre formel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 269 6.2. Le Lexique Génératif : présentation et extension. . . . . . . . . . . . . . 270 6.2.1. Structure d’une entrée lexicale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 271 6.2.1.1. La structure de Qualia . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 273 6.2.1.2. La logique de composition des types . . . . . . . . . . . . . . 274 6.2.1.3. Exemple . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 277