Le vote, source de la légitimité démocratique

-

Livres
7 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 2
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Le vote, source de la légitimité re re re démocratique (fiche - 1 ES - 1 S - 1 re re L - 1 STMG - 1 Pro)
Objectifs : Nous rappelons que l'ECJS ne constitue pas une disc ipline à part entière, mais davantage une démarche de réflexion que tu dois mob iliser dans le cadre de tes cours. Les fiches proposées ici, sur le site, ont pour obj ectif de te fournir les connaissances nécessaires à cette réflexion et te permettre de me ttre en œuvre ces connaissances pour maîtriser les débats et les travaux demandés d ans ce cours. Le fait quele votepuisse être lemode de désignation légitime et démocratique n’est pas une évidence. La démocratie moderne a con struit cette légitimité qui n’était pas acquise auparavant. DansDe l’Esprit des lois(1748),Montesquieusouligne en effet que « le suffrage par le sort est de la nature de la démocratie ; le suffrage par choix est celle de l’aristocratie ». La désignation des représentants par le vote serait donc denature oligarchiqueen supposant que pour être élu, il est nécessaire que le représentant soitcompétent, à la différence d’un choix partirage au sortqui relève du hasard et a priori d’une égalité parfaite entre les « candidats » à l’élection.
Lerégime électifest une sélection des meilleurs candidats et compo rte donc une dimension aristocratiqueonc. Les premiers systèmes électifs par le vote sont d marqués initialement par leur caractère sélectif, e t ont pris le plus souvent la forme du suffrage censitaire, qui est un suffrage limité à une minorité d’électeurs qui paient l’impôt (autrefois appelé le cens). L’élargissement progressif du suffrage censitaire au suffrage universelpar l’affirmation de l’égalité des droits politiques des citoyensva rendre légitime le vote, sans pour autant supprimer la tension entre son caractère oligarchique et sa volonté démocratique. Le régime électif est donc inséparable de l’existence d’une «classe politique» dont la compétence est nécessaire au fonctionnement du système politique, ce qui n’empêc he en aucune façon ce système d’être démocratique. Il est par conséquent nécessai re de rendre compte de cette lente transformation du vote comme source de la légitimité démocratique.
Toutefois, il apparaît pertinent de s’interroger su r cette légitimité aujourd’hui. 1. La construction de la légitimité du vote comme p rocédure démocratique a. L'apprivoisement du suffrage universel et l'apprentissage des citoyens Lapremière tentative d’élection au suffrage«universel»directa lieu sous la Conventiondurant la Révolution française enseptembre 1792. Mais cette première tentative est relativementinfructueuseen raison de laTerreuret d’une participation électorale particulièrement faible.
Lesuffrage censitaire, déterminé par le paiement de l’impôt, est restauré jusqu’en e 1848, date à laquelle un processus révolutionnaire cond uit à mettre en œuvre laII République(1848-1852s ouvert) qui rétablit le suffrage « universel » direct mai uniquement aux hommes âgés de plus de 21 ans. Le po uvoir législatif affirme alors qu'« il n'y a de vérité dans le pouvoir social mode rne ou représentatif qu'autant qu'il y a