//img.uscri.be/pth/cc96212c9756121ebc9c7519fa3db1cdfac2fe3e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les enseignant(e)s de l'éducation de base en Guinée

De
244 pages
Le présent ouvrage fait une analyse prospective de la formation des enseignant(e)s de l'éducation de base qui œuvrent dans les écoles primaires. Il met en évidence l'analyse de la situation et les tendances de la formation des instituteurs en Afrique subsaharienne.
Voir plus Voir moins

LES ENSEIGNANT(E)S Dr Baba DIANÉ
DE L’ÉDUCATION DE BASE
EN GUINÉE
Professionnalisation et professionnalité
LES ENSEIGNANT(E)S
Le présent ouvrage fait une analyse prospective de la formation DE L’ÉDUCATION DE BASE des enseignant(e)s de l’éducation de base qui œuvrent dans les
écoles primaires. Il met en évidence l’analyse de la situoanti EN GUINÉE
et les tendances de la formation des instituteurs en Afrique
subsaharienne. Professionnalisation et professionnalité
À partir, par exemple, de l’analyse du taux de réussite au
certiicat d’études primaire et élémentaire (CEPE), il aborde
aussi les expériences et pratiques de la professionnalité des
enseignant(e)s. Une place importante a été réservée à la formation
des enseignant(e)s, dans son aspect initial ou continu, dans la
perspective de l’éducation de base sur 10 ans. La problématique
des langues nationales n’a pas été occultée.
Dr Baba DIANÉ est né en 1955 à Bathé-Nafadji (Kankan)
en République de Guinée. Il a fréquenté la faculté
d’électrotechnique de l’Institut polytechnique
Gamal-AbdelNasser de Conakry où il décroche le diplôme d’ingénieur
en télécommunications (option transmission). Après un
deuxième cycle en administration scolaire de l’université du
Québec à Trois-Rivières (UQTR)/Canada, il est titulaire
d’un doctorat de l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, en
France. Inspecteur d’enseignement technique et professionnel, il a assumé
la fonction de directeur national de la formation et du perfectionnement
des personnels enseignant(e)s (DNFPPE) pendant 5 ans. Il est actuellement
en charge de la Direction nationale de la formation professionnelle et technique. Préface de Damantang Albert Camara
Photographie de couverture de l’auteur :
élèves d’école primaire de Kinda à la montée
des couleurs le matin, avant le démarrage
des cours.
ISBN : 978-2-343-12032-4
24 €
LES ENSEIGNANT(E)S DE L’ÉDUCATION DE BASE EN GUINÉE
Dr Baba DIANÉ
Professionnalisation et professionnalité









































Les enseignants
de l’éducation de base
en Guinée

Dr Baba DIANÉ




Les enseignants
de l’éducation de base
en Guinée

Professionnalisation et professionnalité


Préface de Damantang Albert Camara














Du même auteur

• Formation initiale des maîtres en Guinée et enjeux de la scolarisation
primaire universelle, L’Harmattan 2014
• Concilier le nombre et la qualité dans la gestion de la formation initiale
des maîtres en Guinée, thèse de Doctorat de l’Université de Versailles
Saint-Quentin-en-Yvelines, juin 2013
 L’Alphabet N’KO, un apport culturel et scientifique de la République de
Guinée au patrimoine islamique mondial, juillet 2011
 Pour une articulation École Milieu au service d’un apprentissage de
qualité à l’ÉNI de Kankan, travail de session UQTR, 2002


















© L’Harmattan, 2016
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-12032-4
EAN : 9782343120324


SOMMAIRE

Épigraphe .................................................................................... 9
Dédicace ................................................................................... 11
Remerciements ......................................................................... 13
Acronymes ................................................................................ 15
Préface ...................................................................................... 19
Introduction .............................................................................. 23
Chapitre 1
Analyse du taux de réussite au certificat d’études primaire et
élémentaire (CEPE) en République de Guinée ........................ 29
Chapitre 2
Analyse de la situation et de la tendance de la formation des
enseignant(e)s du primaire en Afrique subsaharienne .............. 39
Chapitre 3
Expériences et pratiques de la professionnalité des
enseignant(e)s ........................................................................... 85
Chapitre 4
Formation des enseignant(e)s au regard de l’élargissement de
l’éducation de base en Guinée ................................................ 109
Chapitre 5
Les langues nationales et la formation des maîtres du primaire
en lien avec l’élargissement de l’éducation de base en
République de Guinée ............................................................ 163
Chapitre 6
Projet éducatif en faveur de la qualification de la formation
initiale des enseignant(e)s de l’éducation de base .................. 175
7 Conclusion générale ............................................................... 203
Glossaire ................................................................................. 205
Bibliographie sélective ........................................................... 209
Liste des tableaux ................................................................... 227
Liste des graphiques 229
Table des matières .................................................................. 231


8

ÉPIGRAPHE
« Une vision sans action est tout juste un rêve, que l'action
sans vision est une pauvre utilisation de son temps et qu'une
vision alliée à l'action peut changer le monde. Ainsi, le projet
éducatif qui lie ces deux paramètres permet de changer la vie de
l'école. »
Joel Backer (1997)


« Il ne faut pas supposer que l’Existence de salles de classe
garantit celle des activités pédagogiques qui s’y déroulent. »
Platteu

DÉDICACE
Je dédie cet ouvrage :
À ma chère Maman, feue Kankou Bintou BÉRÉTÉ, qui a tiré
sa révérence lorsque j’étais au CE1 ;
À mon cher Père, feu Malifing Kabiné DIANÉ, qui dans sa
clairvoyance m’a inscrit à l’école primaire en 1963, contre le gré
de mon maître d’école coranique ;
À mon frère aîné, feu Kankou Bintou Lamine DIANÉ, qui
m’a soutenu dans mes études du mieux qu’il pouvait.
Aux centaines de milliers de jeunes Guinéens quittant le
système éducatif du fait du non-élargissement de l’éducation de
base.


REMERCIEMENTS
Qu’il me soit permis d’exprimer ma profonde reconnaissance
à tous ceux qui, personnes physiques et morales, m’ont apporté
leur appui, leur encouragement et leur confiance dans la
réalisation de cet ouvrage.
Ma pensée affective va vers mes enfants DIANÉ (Alpha
Kabiné, Aminata Bathé, Bintou, Fatoumata, Mohamed Lamine)
et mes nièces DIANÉ (Djènè, Alama-Saran, Diaka Saran). Je leur
demande de « ne pas faire comme moi, mais mieux que moi ».
Je suis une fois de plus reconnaissant au Professeur émérite,
Louis MARMOZ, mon Directeur de Thèse à l’Université de
Versailles Saint Quentin (UVSQ). Il m’a ouvert les portes de la
publication.
Je remercie particulièrement Son Excellence Damantang
Albert Camara, ministre de l’Enseignement technique, de la
Formation professionnelle, de l’Emploi et du Travail,
Porteparole du Gouvernement pour avoir bien voulu préfacer ce livre.
13
ACRONYMES
ADEA : Association pour le Développement de
l’Éducation en Afrique
APC : Approche Par Compétences
APEAE : Association des Parents d’Élève et Ami de
l’École
APES : Animateur Pédagogique du Secondaire
BAC : Baccalauréat
BAD : Banque Africaine de Développement
BID : Banque Islamique de Dévet
BND : Budget National de Développement
BTS : Brevet de Technicien Supérieur
CAP : Certificat d’aptitude Professionnelle
CDI : Centre de Documentation et d’Information
CE : Cours Élémentaires
CEC : Centre d’encadrement Communautaire
CEDUST : Centre d’Étude Universitaire Scientifique et
Technique
CEPE : Certificat d’Étude Primaire et Élémentaire
CIEP : Centre International d’Études Pédagogiques
CIPGL : Centre Inter Universitaire Paul Guérin
Lajoie de Développement en Éducation
CM : Cours moyens
CNLS : Comité National de Lutte contre le Sida
CO : Culture Organisationnelle
COGES : Comité de Gestion Scolaire
CP : Cours préparatoires
CPMF : Conseiller Pédagogique Maître formateur
15 CRE : Cellule de Rénovation Éducative
CRIFPE : Centre de Recherche Interuniversitaire sur
la Formation et la Profession
Enseignante
DCE : Direction Communale de l’Éducation
Diplôme d’Études Supérieures DES :
DGPSDE : Direction Générale de la Planification, des
Statistique et du Développement de
l’Éducation
DNEE : Direction Nationale de l’Enseignement
Élémentaire
DNESG : Direction Nationaleement
Secondaire Général
DNFPPE : Direction Nationale de la Formation et du
Perfectionnement des Personnels
Enseignant(e)s
DPE : Direction Préfectorale de l’Éducation
DSEE : Délégation Scolaire de l’Enseignement
Élémentaire
ECM : Éducation Civique et Morale
EM : Élève-Maître
École Normale des Élèves Professeurs ENEP :
ENI : École Normale d’Instituteurs
EPS : Éducation Physique et Sport
F : Fille
FC : Formation Continue
Formation Initiale FI :
FIMG : itiale des Maîtres en Guinée
FP : Formation Pratique
G : Garçon
HA : Hiérarchie « A »
Hiérarchie « B » HB :
16 IDEC : Imprimerie du Domaine de l’Éducation
IFE : Institut de Formation des Enseignant(e)s
IFEB : Institut des Formateurs de l’Éducation de
base
IFEEB : Institut de Formation des Enseignant(e)s de
l’Éducation de base
IFM : Institut de Formation des Maîtres
INRAP : Institut National de Recherche et d’Action
Pédagogique
IO : Instituteur Ordinaire
IPEB : Institut des Professeurs de l’Éducation de
base
IPN : Institut Pédagogique National
IRE : Inspection Régionale de l’Éducation
IRLA : Institut de Recherche Linguistique
Appliquée
ISSEG : Institut Supérieur des Sciences de
l’Éducation de Guinée
LFI : Loi des Finances Initiales
MEN : ministère de l’Éducation nationale
MEPUA : Ministère de l’Enseignement Pré
Universitaire et de l’Alphabétisation
MEPUEC : Ministère de l’Enseignement Pré
Universitaire et de l’Éducation Civique
MEPUTPEC : Ministère de l’Enseignement Pré
Universitaire Technique Professionnel et
de l’Éducation Civique
MPCEF : Ministère à la Présidence Chargé de
l’Économie et des Finances
MTRAF : Ministère du Travail de la Réforme
Administrative et de la Fonction
Publique
NAFA : École de la Seconde Chance
17 NOTYPAR : Nouveau Type de Partenariat
OCDE : Organisation de Coopération et de
Développement Économique
OIF : Organisation Internationale de la
Francophonie
ONEB : Observatoire National de l’Éducation de
base
ONG : Organisation Non Gouvernementale
Soyons ensemble (Mot Souahili) PAMOJA :
PASEC : Programme d’Analyse des Systèmes
Éducatifs des Pays de la CONFEMEN
PDE : Profil D’Entrée
PEN : Professeur d’École Normale
PRE : Projet de Rénovation de l’École
PRG : Présidence de la République
RDC : Référentiel De Compétences
RDQE : Rapport Diagnostic de la Question
Enseignante
REGA : Réseau Guinéen des Alphabétiseurs
SNED : Service National de l’Enseignement à
Distance
SNFPP : Service National de Formation Profes-
sionnel des Personnels
SNIES : Service National des Infrastructures et
Équipements Scolaire
SPU : Scolarisation Primaire Universel
SSP : Service Statistique et Planification
T : Total
TBS : Taux Brut de Scolarisation
TNS : Taux Net de Scolarisation
TTISSA : Initiative de Formation des Enseignant(e)s
en Afrique Subsaharienne
18

PRÉFACE
Plusieurs pays d’Afrique subsaharienne prônent une politique
d’éducation de base de dix années de scolarisation
(Enseignement fondamental). Cet enseignement fondamental se
caractérise par six années de scolarisation primaire, plus quatre
années du premier cycle du secondaire.
Le projet d’une éducation fondamentale est en chantier en
République de Guinée où, chaque année, le système éducatif
guinéen fait face à un goulot d’étranglement causé par un
nombre important d’enfants privés d’une scolarisation de dix
années, socle d’une éducation de base durable et prérequis pour
l’acquisition des compétences de base nécessaires à la vie active.
Le système éducatif guinéen entend relever ces défis à travers
l’élargissement de l’éducation de base pour accroître l’accès, la
parité, la qualité et l’efficience.
C’est dans cette dynamique que se situe cet ouvrage.
L’ouvrage, de par son volume, mais principalement par son
contenu, fait preuve d’un travail de large envergure sur le
chantier de l’élargissement de l’éducation de base.
L’auteur s’est intéressé spécifiquement à : (i) faire un examen
èmeapprofondi et détaillé des résultats de l’examen d’entrée en 7
année sur un espace spatio-temporel de 17 ans ; (ii) fournir des
données quantitatives et qualitatives permettant une lisibilité de
la culture organisationnelle actuelle des institutions de
Formation initiale des Maîtres (ENI) ; (iii) recueillir des
informations pertinentes sur les habiletés des élèves maîtres ; (iv)
explorer des pistes pour une formation de qualité des
enseignant(e)s de l’éducation de base.
L’auteur situe l’objet de son ouvrage par rapport au chantier
éducatif actuel de l’élargissement de l’éducation de base et
adresse des éléments de prospective en matière de formation des
enseignant(e)s de l’Éducation de base.
19 L’ouvrage met en évidence entre autres :
1. Le taux de réussite au certificat d’études primaire et
élémentaire (CEPE) en République de Guinée
2. La situation et tendance de la formation des enseignant(e)s
du primaire en Afrique subsaharienne
3. Les expériences et pratiques de la professionnalisation et
de la professionnalité et des enseignant(e)s
Une place importante a été réservée à la formation des
enseignant(e)s dans la perspective de l’éducation de base sur 10
ans. La problématique des langues nationales n’a pas échappé à
la réflexion de l’auteur.
C’est un important travail de recherche dans la mesure où il
présente une analyse riche et approfondie de données factuelles
du contexte historique et socio-politique de la formation des
enseignant(e)s en Guinée, ses caractéristiques, son évolution et
des éléments de prospectives en lien avec le contexte de
l’enseignement fondamental de dix ans.
Le profil de formation initiale de l’auteur à la sortie de
l’Université en 1982, est une formation d’ingénieur en
télécommunications (option transmission). Les excellents
résultats universitaires obtenus lors de son cursus ont valu son
homologation à la faculté des Postes et Télécommunications
comme professeur à la chaire de transmission et très tôt comme
directeur des études de cette faculté. Il a ainsi occupé ce poste
pendant une douzaine d’années après quoi il fut appelé à diriger
la division de la formation initiale de la Direction nationale de la
Formation et du Perfectionnement professionnel des Personnels,
à la création du Ministère de l’Enseignement Technique et de la
Formation Professionnelle en 1996. Cette division s’occupait,
comme mentionné plus haut, des questions de formation initiale
des formateurs en enseignement général et en enseignement
technique et professionnel. Aussi, s’occupait-elle d’accréditation
et de certification des enseignant(e)s.
C’est dans ce contexte que la rénovation du système guinéen
de formation initiale des maîtres est intervenue par la mise en
œuvre en juillet 1998, d’un programme novateur de formation
initiale des maîtres dénommé « formation initiale des maîtres en
20 Guinée (FIM-G) ». Il a été chargé de piloter la composante
formation des élèves maîtres.
À cet égard, son ambition a toujours été de pouvoir expliquer
et nuancer les raisons des résultats des programmes de
formation des enseignant(e)s pour être à même d’attribuer les
causes de leur succès ou de leur échec en vue d’apporter les
correctifs nécessaires. Ce qui requiert une analyse systématique
des activités, des ressources utilisées, des caractéristiques des
acteurs ainsi que des conditions de l’environnement.
Lorsqu’il s’inscrivait à l’Université de Versailles
SaintQuentin-En-Yvelines pour la thèse, il avait pris un peu de recul
vis-à-vis des questions de formation initiale des maîtres du
primaire. Cependant, il a continué à être habité par la volonté de
mettre au clair la formation initiale des maîtres en Afrique
Subsaharienne en général et en République de Guinée en
particulier.
Une première tentative d’évaluation de programme a été faite
dans un travail d’intégration à l’Université du Québec à Trois
Rivières en 2000 dont l’intitulé était : « Évaluation du
programme de formation initiale des maîtres en Guinée ». Ce
travail d’intégration pratique a été en son temps, une réelle
application de l’approche constructiviste, qui a permis de fixer
les connaissances théoriques à travers la réalisation d’un
exercice d’évaluation d’un programme réel existant, le
programme « FIMG ».
Puisse cet ouvrage, qui vient à point nommé, contribuer à
asseoir l’intelligence requise de la formation des maîtres de
l’éducation de base dans notre pays.

Damantang Albert CAMARA,
ministre de l’Enseignement technique,
de la Formation professionnelle,
de l’Emploi et du Travail,
Porte-Parole du Gouvernement.



21 INTRODUCTION
En République de Guinée, le défi de l’amélioration de la
qualité de l’éducation, dans toutes ses composantes, malgré les
efforts fournis, est toujours d’actualité. Des disparités existent
dans le financement public du secteur. Les différentes parts des
différents ordres d’enseignement dans le budget de l’Éducation
1sont données ainsi qu’il suit :
• Préscolaire : 0,1 %
• Primaire : 42,3 %
• Secondaire 1 (Collège) : 11,90 %
• Secondaire 2 (Lycée) : 5 %
• Alphabétisation : 0,3 %
• Enseignement technique et Formation professionnelle :
4,4 %
• Enseignement supérieur : 36,1 %
Ainsi, 42,3 % du budget représentant la part des dépenses
courantes sont affectés au primaire contre 16,9 % au secondaire.
Cette discrimination entre ordres d’enseignement entraîne un
cloisonnement de fait et transgresse la vision systémique de
l’éducation. Pourtant, les efforts importants consentis à
l’élémentaire ne pourront être rentables, bénéfiques et pertinents
pour l’ensemble du système éducatif, s’ils ne se poursuivent pas
tout au moins au niveau du premier cycle du secondaire. Cela est
d’autant plus vrai que l’État a l’obligation d’assurer l’éducation
et la formation des jeunes guinéens jusqu’à l’âge de 16 ans.
2À titre illustratif, au total, ce sont près de 300.000 jeunes qui,
chaque année, quittent le système d’enseignement général entre
ème èmela classe de 5 et la casse de 10 , sachant potentiellement

1LFI 2016
2Projet de configuration du dispositif de formation professionnelle de
courte durée (post primaire – post collège) en République de
Guinée, METFP, avril 2011
23