Lettres égyptiennes
416 pages
Français

Lettres égyptiennes

-

Description

Cet ouvrage propose de découvrir la civilisation égyptienne à travers sa littérature : textes fondateurs, hymnes religieux, écrits officieux, biographies, récits de campagnes ou de batailles... Il constitue, à la fois, un outil pour toute personne cherchant à s'initier à l'écriture hiéroglyphique (puisque chaque texte est donné dans sa version originale, en hiéroglyphes informatiques, en translittération et en traduction) et un guide permettant d'éclairer les différents aspects de la civilisation pharaonique, en particulier, dans ce premier volet, la vie sous la XVIIIe dynastie.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 mars 2017
Nombre de lectures 10
EAN13 9782330080105
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

MICHEL DESSOUDEIX
LETTRES ÉGYPTIENNES
LANAISSANCEDUNOUVELEMPIRE DEKAMOSISÀTHOUTMOSISII
ACTES SUD
Édition préparée soUs la direction d’AUde gros de Beler
© ACTES SuD, 2017ISBN 978-2-330-08010-5
IllUstration de coUvertUre:HorUs, ls d’Isis et d’Osiris.Dessin extrait dUPapyrus sacré,textes d’AUde gros de Beler,illUstrations de LoUise HeUGel,Actes SUd JUnior, 2010 (© LoUise HeUGel)
Michel DessoUdeix
LETTRES ÉgyPTIENNES
LA NAISSANCE Du NOuVEL EMPIRE DE KAMOSIS À THOuTMOSIS II
ACTES SUD
À Muguette et Danielle Lambert, à Noëlle Dubreuilh.
Je remercie les Éditions Actes Sud de m’avoir renouvelé leur conIance pour la réalisation de ce nouveau projet.
Je tiens à exprimer tous mes remerciements à Madame Aude Gros de Beler pour la patiente relecture, ainsi que pour l’amélioration incontestable qu’elle a apporté à ce livre.
Toute ma gratitude va également à Messieurs Michel Brandt et Mathieu Jean pour leurs relectures et leurs conseils judicieux.
EnIn, je remercie Louise Heugel pour avoir dessiné ce très bel Horus de couverture.
introduction
Dans les manUels de latin oU de Grec ancien, il est toUjoUrs fait Une bonne part à l’his-toire, la reliGion, l’administration et la cUltUre de l’Empire romain oU de la grèce. Or, dans la très prolixe littératUre éGYptoloGiqUe, il existe Un clivaGe entre les oUvraGes de civilisation et les oUvraGes de hiéroGlYphes. Si l’on Utilise Un texte poUr arGUmenter Un fait oU Un événement, il est toUjoUrs présenté en tradUction, très soUvent par-tielle, mais jamais dans sa version oriGinale. AU contraire, dans les livres traitant de hiéroGlYphes, l’histoire et la civilisation éGYptiennes sont rédUites à leUr plUs simple expression, voire totalement inexistantes. La cUltUre d’Un peUple reste indissociable de sa lanGUe. VoUloir connaître ce peUple sans s’intéresser à ses textes, c’est se priver d’Un atoUt essentiel : Une opinion person-nelle. Car c’est bien de cela dont il est qUestion dans cet oUvraGe : se donner les élé-ments poUr Une approche personnelle des textes et de leUr contenU. Ce n’est qUe de cette manière qUe l’amateUr d’éGYptoloGie peUt accéder directement et en profondeUr à la cUltUre et à l’histoire de ce paYs, de même qU’il peUt se rendre compte dU tYpe de soUrces à la disposition des éGYptoloGUes et des historiens poUr écrire leUrs oUvraGes érUdits oU Grand pUblic. Cela illUstre éGalement les difcUltés qUe rencontrent qUoti-diennement ces scientiqUes poUr interpréter les soUrces. Le bUt de ce premier volUme est de présenter, dans Un ordre chronoloGiqUe, la e trame historiqUe dU débUt de la XVIII dYnastie, Grâce aUx textes fondamentaUx de e cette période. L’oUvraGe commence avec le rèGne dU dernier roi de la XVII dYnastie, Kamosis, qUi initie véritablement la GUerre d’expUlsion des HYksôs. Il s’achève à la mort de ThoUtmosis II et à l’avènement de ThoUtmosis III. Cette description est aGrémentée de textes non historiqUes, jUGés révélateUrs de l’esprit et de la cUltUre de ce temps. Certains docUments sont présentés en dessin aU trait, de sorte qUe le lecteUr pUisse visUaliser l’objet de l’étUde. ChaqUe texte est donné en hiéroGlYphes, soUs sa forme oriGinale qUand cela est jUdicieUx, toUjoUrs en intéGra-lité, exception faite dU PapYrUs Ebers poUr leqUel noUs n’avons choisi qUe qUelqUes recettes sUr les hUit cent soixante-qUatorze existantes. An de faciliter sa tradUction, chaqUe texte est accompaGné de notes Grammati-cales oU épiGraphiqUes et de son lexiqUe intéGral. Ce dernier permet Un Gain de temps appréciable en évitant de fastidieUses recherches dans Un dictionnaire. L’étUdiant en éGYptoloGie troUvera là Un exercice poUr mettre en pratiqUe ses compétences en hié-roGlYphes et troUvera Une analYse Grammaticale sYstématiqUe de chaqUe phrase, aGré-mentée de rappels et d’élarGissements sUr Un sUjet donné. Il a parU jUdicieUx de placer visUellement qUelqUes éléments concernant le texte. On troUve ainsi Une mini-carte poUr sitUer le lieU où se troUve l’inscription, oU celUi de sa décoUverte. un onGlet historiqUe, allant de Kamosis à la n dU rèGne ThoUtmo-sis III, sitUe rapidement le texte dans le temps. PoUr les étUdiants en hiéroGlYphes dé-sireUx de tradUire par eUx-mêmes les textes, noUs avons indiqUé le niveaU de difcUlté dU texte, ce qUi permet de faire Un choix en fonction des connaissances de chacUn. L’échelle de difcUlté est la sUivante :très facile,facile,moYen,difcile ettrès difcile. An de poUvoir tradUire le texte
7
avec toUtes les armes nécessaires, noUs avons mis en avant qUelqUes points de Gram-maire à bien connaître poUr réaliser l’analYse. Conscients de la mUltitUde des approches de la lanGUe éGYptienne et dU fait qUe chaqUe professeUr possède sa méthode et sa terminoloGie, noUs proposons en n d’oUvraGe Un tableaU comparatif de ces appellations en fonction des Grands oUvraGes de référence en matière d’écritUre hiéroGlYphiqUe. Il devient ainsi aisé de sUivre les analYses, qUelle qUe soit la formation initiale. Cependant, ce livre ne s’adresse pas qU’aUx (fUtUrs) épiGraphistes. Les textes res-tent accessibles à toUs ceUx qUi n’ont pas l’occasion oU le temps de s’initier à cette lanGUe, pUisqUe chacUn est accompaGné de sa tradUction intéGrale, ce qUi permet à toUt lecteUr de sUivre les exploits des Grands soUverains à l’oriGine de la splendeUr et de la pUissance dU NoUvel Empire. On pénètre ainsi dans la vie de valeUreUx soldats qUi ont contribUé eUx aUssi à la Gloire de leUr paYs, de même qUe l’on décoUvre les activités professionnelles oU privées de toUt Un peUple. Dans cet oUvraGe, chacUn peUt donc troUver, à son niveaU, l’information nécessaire à l’acqUisition de données fondamentales sUr cette période particUlièrement dYnamiqUe. Dans le bUt d’aider à xer la chronoloGie, chaqUe roi dont il est qUestion possède Une che récapitUlant les éléments majeUrs de son rèGne. À chaqUe fois qUe cela s’Y prête, Un encart thématiqUe complète l’analYse, permettant d’apporter qUelqUes com-pléments d’explication à Un sUjet donné oU de préciser le contexte plUs Général dU texte traité. Enn, des cartes, des plans et des schémas viennent s’ajoUter à l’ensemble poUr permettre Une compréhension dYnamiqUe et GéoGraphiqUe des événements.
LafindeLad
euxièmeP฀
ériodei฀
ntermédiaire
À la n de la DeUxième Période Intermédiaire, trois roYaUmes cohabitent plUs oU moins paciqUement. Les rois hYksôs contrôlent le Delta et la MoYenne-ÉGYpte jUsqU’à CUsae ; les soUverains thébains étendent leUr poUvoir dU sUd de CUsae à Élé-re phantine ; plUs aU SUd, s’étend le vaste roYaUme de KoUsh (Kerma), de la 1 à la e 4 cataracte. Les indices archéoloGiqUes et textUels montrent qUe, jUsqUe-là, il existait Un statU qUo. Les échanGes commerciaUx semblent avoir été orissants entre les dif-férentes zones ; le texte des stèles de Kamosis noUs apprend incidemment qUe les Thébains protent des très riches pâtUraGes dU Delta poUr Y faire enGraisser leUrs bovidés. D’aUtre part, les archéoloGUes ont mis aU joUr des poteries tYpiqUes dU nord de l’ÉGYpte en plein roYaUme de Kerma. Après Une lonGUe période d’acceptation mUtUelle, le roi Seqenenrâ Taâ II, dit “le Brave”, déclenche les hostilités contre les HYksôs, dont la capitale se troUve à Avaris (Tell el-Dab’a) dans le Delta. Il est difcile de savoir ce qUi a motivé Une telle initiative ni même qUand elle a eU lieU. On iGnore pratiqUement toUt de ce roi, dont la momie a été retroUvée dans la cachette de Deir el-Bahari. Elle révèle qUe le soUverain est mort de manière violente, peUt-être lors d’Un combat. PoUr certains, il s’aGit d’Un assassinat ; poUr d’aUtres, d’Une bataille. Les blessUres, nombreUses et sévères, portent les traces qUe laisseraient des haches telles qUe celles troUvées à Tell el-Dab’a. Les foUilles menées à Deir el-Bal-las soUliGnent éGalement le caractère militaire de ce rèGne, notamment par la forte présence, sUr ce site, d’Une popUlation de NUbiens de Kerma, sans doUte emploYés comme mercenaires. De son entoUraGe familial, on ne connaît avec certitUde qUe sa re mère, Tetisherit, son époUse, Iâhhotep I , et Un ls mort prématUrément, le prince Iâhmes dit Sapaïr. On ne possède aUcUn élément direct poUr établir la relation exacte entre Taâ II et son sUccesseUr Kamosis. Selon les aUteUrs, il s’aGirait de son ls oU d’Un frère qUi aUrait pris le poUvoir dans des circonstances exceptionnelles. QUoi qU’il en soit, étant donné la postérité qU’il laisse, on peUt afrmer qUe sa montée sUr le trône a été jUGée léGitime. Le rèGne de Kamosis est bref, entre trois et hUit ans selon les spécialistes, mais il est d’Une remarqUable activité. Le soUverain noUs a laissé Un récit de ses GUerres, texte épiqUe et inhabitUellement vivant poUr Un monUment roYal. L’attention dU soUve-rain se porte en premier lieU sUr le SUd. Il s’aGit, vraisemblablement, de reprendre la e Basse-NUbie, aUtrefois possession des rois de la XII dYnastie, et les forts constrUits le lonG dU Nil, en particUlier celUi de BoUhen. Les roUtes vers les mines d’or assUrées, le roi crée ainsi Un point d’appUi qUi lUi permet de se toUrner vers le nord et les rois cananéens ; malheUreUsement, Une importante lacUne noUs prive des événements qUi lUi ont permis de prendre l’ancienne capitale, Memphis. DUrant le sièGe d’Avaris, les hommes de Kamosis interceptent Un messaGer d’Apopi, envoYé poUr inciter le roi de Kerma à attaqUer la HaUte-ÉGYpte et prendre le roi thébain en étaU. Il semble qUe ce soit cet événement qUi ait empêché Kamosis de prendre la ville qUi ne devait tomber qUe qUelqUes années plUs tard. Revenant vers Thèbes, Kamosis impose son contrôle à toUte la MoYenne-ÉGYpte et aUx oasis.
9
Ouaouat
Kourgous e 4 cataracte e 5 cataracte
e 2 cataracte Ouadi Halfa ShalfakOuronarti Koumma Saï
Tombos Koush
Oasis de Dakhlah
Saïs
e 3 cataracte
0
Oasis de Khargah
Zone sous contôle thébain
Royaume de Koush
1
Zone sous contrôle hyksôs
Oasis de Farafrah
Létopolis• •Héliopolis Memphis• •Tourah Atîh Hérakléopolis
Saka Hermopolis• •Neferousy (?) CusaeHatnoub AssioutHypsélis
Éléphantine
Tjarou Avaris
re 1 cataracte
Sharouhen
AbydosThèbes GebeleinEsnahEl-Kab Hiérakonpolis
Oasis de Bahariyah
LavalléeduNilavantlerègnedeKamosis