Fiche de lecture Une vie à Londres

Fiche de lecture Une vie à Londres

-

Français
34 pages

Description

La collection « Fichebook » vous offre la possibilité de tout savoir du livre Une vie à Londres d'Henry James grâce à une fiche de lecture aussi complète que détaillée.


La rédaction, claire et accessible, a été confiée à un spécialiste universitaire.


Notre travail éditorial vous offre un grand confort de lecture, spécialement développé pour la lecture numérique. Cette fiche de lecture répond à une charte qualité mise en place par une équipe d’enseignants.


Ce livre numérique contient :

- Un sommaire dynamique

- La biographie d'Henry James

- La présentation de l’œuvre

- Le résumé détaillé (chapitre par chapitre)

- Les raisons du succès

- Les thèmes principaux

- L'étude du mouvement littéraire de l’auteur

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 avril 2014
Nombre de lectures 4
EAN13 9782367883304
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait

Les raisons du succès

Henry James est né en Amérique mais a toujours voyagé en Europe, en particulier en France et au Royaume-Uni. Il réside quelques années à Londres, tout en effectuant des voyages en France, en Italie, en Suisse. Il obtint même la nationalité britannique en 1915. À l'époque de l'écriture de Une vie à Londres, il est à Londres, entre deux séjours en Italie.

Depuis 1837, le Royaume-Uni est sous le règne de la reine Victoria. Elle deviendra aussi l'impératrice des Indes en 1876. Soucieuse de réparer les affres de ses prédécesseurs, dont les règnes ont été marqués par des scandales financiers ou des affaires de mœurs, la reine souhaite instaurer une grande rigueur morale et religieuse.

À l'image de Victoria naît une classe sociale : la bourgeoisie. Contrairement à l'aristocratie oisive et rentière, celle-ci se révèle être une classe travailleuse et dévote. La bourgeoisie développe un protestantisme exacerbé et radical : le puritanisme. De plus, elle se concentre davantage sur le culte du mariage et de la famille, avec une idéalisation de la femme comme épouse et mère.

Dans les années 1880, la reine Victoria se heurte aux libéraux et finit par nommer William Ewart Gladstone, qui avait quitté le gouvernement quelques années plus tôt, Premier ministre. Leurs relations ne font que se dégrader et William Ewart Gladstone finit par démissionner. La reine fête également ses cinquante ans de règne en 1887. Il s'agit d'un banquet organisé pour le Jubilé d'or. Ayant été plusieurs fois visée par des attentats, la reine a réussi à se faire apprécier du peuple et est très populaire.

Le réalisme est le courant littéraire prédominant de l'époque. Il apparaît dans la seconde moitié du xixe siècle en Europe. Il s'agit de lutter contre les idées du romantisme et son sentimentalisme jugé exagéré. Le but est de décrire la réalité en toute objectivité mais également de parler des classes sociales et de leur vie au plus près du réel. On observe les classes sociales dites moyennes et ouvrières au détriment des classes aisées qui étaient davantage mises en avant auparavant.

Le réalisme britannique trouve ses racines dans le courant du xviiie siècle avec Henry Fielding et Tobias Smolett. Mais il n'est officiellement reconnu que dans la seconde moitié du xixe siècle.