//img.uscri.be/pth/7f87e7de52113b540974c43a6b772b8a3ba8d8a8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,25 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Une approche de la problématique d'identité

De
169 pages
Ce livre et ce qu'il implique comme contribution, et dont le but est le dialogue et le débat, entrent dans le cadre d'une lecture de la situation dans les pays maghrébins. Le Maghreb arabe tel que nous le constatons est une partie indissociable du monde arabe sur les plans historique, culturel et de destin. Mais il a une spécificité bien apparente qui s'incarne dans la relation de complémentarité entre l'arabité et l'islam qu'on doit prendre en considération dans la lecture de la situation maghrébine et de ce qu'elle comporte comme questions d'identité et de modernité.
Voir plus Voir moins

Une approche de la problématique de l'identité

<9L'Harrnattan,2004 ISBN: 2-7475-6480-0 EAN: 9782747564809

Mohamed Salah Hermassi

Une approche de la problématique de l'identité
Le Maghreb arabe contemporain

Islamoccident / l'Harmattan

Il serait difficile malgré leur importance d'être convaincu par les explications économiques des évènements violents et des graves troubles qu'ont connu les pays du Maghreb arabe au cours des deux dernières décennies du XXe siècle, en particulier ceux qui ont réduit la vie quotidienne en Algérie à des horreurs, des assassinats et à des spectacles de peur et de terreur à tel point qu'il semble à certains que la totalité de la société algérienne a choisi sans appel un suicide tragique. Nous manquerons peut-être à la vérité si nous réduisons les explosions connues de colère populaire - particulièrement celles qui ont eu lieu en Tunisie, en Algérie et au Maroc - à une expression de la pauvreté et du désespoir sans issue ou si nous les considérons comme une simple réaction spontanée à la décision des autorités, par exemple, d'augmenter le prix du paIn. L'apparition de jeunes marginaux et chômeurs au cours de ces évènements et le refus qu'ils ont proclamé des valeurs capitalistes de consommation prédominantes étaient en vérité une opposition claire à tout un système de vie et non à l'un de ses aspects seulement. Il ne serait pas juste aussi de faire de la forme d'expression de la crise que vivent les pays maghrébins une cause et de ses conséquences des préludes comme le voient beaucoup d'observateurs politiques. Cela ajouterait à la confusion du problème et éloignerait la solution. Le mouvement islamique n'est autre que l'expression d'une crise aiguë ou, plus précisément, de l'une de ses dimensions. La crise que vivent, à des degrés différents, les pays du Maghreb est, peut-être, absolument la plus grave car il apparaît que la violence colonialiste dans ses diverses manifestations a entamé les composants mêmes de la personnalité maghrébine 1
1 Nous entendons par personnalité maghrébine l'ensemble des questions culturelles, historiques et de civilisation unificatrices de cette région et

et l'a dépouillée de sa conscience historique en lui apportant le scientisme, la méthodologie et l'abstraction après avoir arraché le lien qui rattachait cette personnalité à I'histoire et à la communauté humaine. Ainsi, notre ennemi s'est trouvé en nous-mêmes et est devenu une partie de nous. L'influence de l'Autre s'est infiltrée en nous et s'infiltre chaque jour dans notre vie entière et, surtout, dans les domaines de l'éducation, de l'esprit et de la culture. Elle n'a pas cessé avant et après l'indépendance de dénaturer notre conscience historique par l'égocentrisme et l'ethnocentrisme. La communauté se dégrade et le consensus disparaît lorsque la personnalité se perd et que le moi est décadent. L'appartenance à une nation perd alors son sens et sa fonction et les déceptions successives se transforment en mobiles incitant à la violence contre tous ou au suicide. L'élite qui a pris les rênes du pouvoir dans les Etats indépendants du Maghreb n'a pas pris avec sérieux ni avec objectivité les éléments structurels de l'identité, en particulier l'arabité et l'islam. Sa compréhension étroite l'a conduite à conclure, devant l'absence d'un Etat unifié, à la légende et à l'illusion d'une personnalité arabe unie fondée sur une civilisation islamique commune. Son cosmopolitisme a ajouté aux difficultés et aux déceptions qu'a connues le projet d'unité politique arabe. Les élites au pouvoir au Maghreb ont cherché, dans leur tentative de nouer des liens entre leurs peuples et entre les objectifs qu'elles ont définis et dans leur volonté de répandre les slogans d'une modernité occidentale, à imposer une nouvelle identité dont le fondement serait la réactivation d'une mémoire collective qui engloberait l'histoire d'avant la conquête islamique, glorifierait les réalisations et les victoires des premiers siècles de l'ère chrétienne et permettrait une ouverture linguistique et intellectuelle sur l'Occident qui imprégnerait la vie quotidienne et serait un moyen essentiel de

qui lui donnent une sorte d'homogénéité et une dimension culturelle commune à ses différentes parties. 8

progrès: une culture folklorique qui serait captivante mais qui ne sera pas une véritable culture. De même, les projets de développement ont achoppé à cause d'une référence à l'Occident, étrangère à l'identité des sociétés maghrébines. Les tentatives d'implantation de la nouvelle identité ont échoué, elles aussi, malgré tous les moyens de contrainte utilisés. Ainsi, les questions de l'identité ont pris la place la plus importante dans les forums politiques et culturels, une nouvelle preuve de leur pérennité et de leur actualité ainsi que de leur capacité d'adaptation sans risque d'anéantissement. Ce livre et ce qu'il implique comme contribution, et dont le but est le dialogue et le débat, entrent dans le cadre d'une lectur~ de la situation dans les pays maghrébins. Nous chercherons à démêler l'écheveau de la crise et les raisons de ce qu'on observe sur la scène maghrébine comme refus, animosité et violence. Le Maghreb arabe tel que nous le constatons est une partie indissociab le du monde arabe sur les plans historique, culturel et de destin. Mais il a une spécificité bien apparente qui s'incarne, plus que nulle part ailleurs, dans la relation de complémentarité entre l'arabité et l'islam, une relation importante qu'on doit prendre, en premier, en considération dans la lecture de la situation maghrébine et de ce qu'elle comporte comme questions d'identité et de modernité. La thèse essentielle que nous suggérons au sujet de l'identité du Maghreb arabe se résume en ce que l'islam en est le pilier principal et qu'il n'y aurait de véritable modernité qui répondrait aux aspirations des peuples maghrébins que par référence à l'identité arabo-islamique et par une politique fondée sur la participation populaire. La réalisation d'un développement autonome et la construction de l'unité maghrébine, qui seront un pas dans la voie de l'unité globale, ont besoin d'un activisme créateur qui ne pourra remplir sa mission que dans un espace ouvert sur la liberté, le pluralisme, l'opposition et la différence de vues, conditions d'une conscience efficace, seule capable de définir la 9

voie à emprunter et d'activer le tremplin et les énergies pour une reconstruction, une évolution et une unification des sociétés maghrébines. L'identité avec ses constantes culturelles, son ouverture sur le renouvellement et sa tendance permanente à affirmer la personnalité, demeure la base essentielle de tout projet d'avenir au moment où l'économie est faussée et a perdu son indépendance et que la décision politique est soumise parfois à des données qui ne sont pas nécessairement nationales. Il demeure que nous devons attirer l'attention du lecteur sur les difficultés que nous avons rencontrées dans notre étude. Tout d'abord, chaque pays maghrébin a une spécificité qui le différencie jusqu'à une certaine mesure des autres malgré les nombreux dénominateurs communs à tous. Nous devions prendre raisonnablement en considération ces spécificités afin de ne pas perdre de vue l'objectif essentiel, la recherche des causes communes de la crise des pays maghrébins, et nous entendons par là : l'importation de la modernité, la tentative de l'occultation de l'identité et la marginalisation du citoyen. La deuxième difficulté est que n'ayant pu avoir connaissance d'études antérieures - si, toutefois, il y en a - sur les problèmes du développement, de l'identité et de la démocratie dans la région du Maghreb arabe, nous serons obligés parfois de nous contenter de présenter des indications générales qui pourraient ne pas répondre à ce que demande une étude approfondie mais qui jetteront, sans nul doute, quelque lumière sur des sujets importants et inciteront d'autres à aller plus loin. La troisième difficulté que nous avons rencontrée est le caractère sensible du sujet, vu son contenu politique certain. Nous devions éviter autant que possible de tomber dans les avatars du pouvoir ou dans ceux de l'opposition. On se serait trouvé devant deux discours où chacun prétend être objectif et détenir la vérité. Enfin, nous devons remarquer que notre compréhension de l'aspect politique en islam diffère de celle de l'islam politique qui n'est qu'un moyen utilisé par certaines forces pour arriver 10

au pouvoir. Le politique en islam n'est pas tant le pouvoir en lui-même mais ce que l'islam a apporté dont le monothéisme, la justice, l'égalité et le rejet de l'agression, de l'injustice et de la corruption. L'islam est une civilisation qui a fait progresser I'humanité et ne peut être, en conséquence, contre la modernité en tant que telle mais il est contre un exemple de modernité imité de l'Occident. Il n'y a aucun affrontement ni aucune contradiction entre l'islam et la modernité mais leur relation doit être une interaction créatrice dont le fruit serait une modernité arabo-islamique ou maghrébine, n'importe le nom que nous lui donnerions, l'important est que ce soit un choix conscient qui protègerait notre identité et nos valeurs. Notre but ici n'est pas de convaincre le lecteur d'accepter les thèses et les sentences que nous présenterons mais d'inciter au débat libre et objectif et à asseoir des méthodes adéquates pour traiter de ce sujet important, l'identité et la modernité dans les pays du Maghreb arabe.

Il

Section I

La personnalité

maghrébine: constitution

structure

et

Avant-propos Chapitre I : l'identité globale et la spécificité maghrébine: rencontre ou séparation? Chapitre II : Le Maghreb arabe: les composants arabes et islamiques Chapitre III : Islam maghrébin ou traitement maghrébin de l'islam?

Avaut-propos

Dire que le Maghreb arabe n'a qu'une seule identité, l'arabo-musulmane, peut paraître d'une évidence qui n'a point besoin de preuves. La majorité des gens le pensent bien que certains - par prétention d'objectivité scientifique ou, parfois, par hostilité flagrante à l' arabité et à l'islam - le nient et suggèrent de parler plutôt d'une identité régionale: maghrébine, tunisienne, algérienne, etc. Pour ceux-là, la diversité au sein d'une identité unique devient une contradiction entre la partie et le tout et il faut sacrifier le tout au profit de la partie. L'identité devient rien de plus qu'un synonyme du régionalisme. La vérité est que nous pouvons rencontrer au sein même de cette spécificité une grande diversité. Est-il possible de remplacer l'identité régionale par les centaines d'autres identités qu'elle contient? Tel serait le résultat inéluctable auquel arriveront ceux qui nient l'unique identité arabo-musulmane des pays du Maghreb. Nous pensons que l'identité arabo-musulmane est apte à assimiler toutes les spécificités régionales du Maghreb. Peutêtre est-ce là le secret de sa force et de sa pérennité. La diversité en son sein n'a jamais conduit, à notre connaissance, à des oppositions hostiles, si ce n'est dans l'esprit de ceux qui lui étaient hostiles. En réalité l'identité arabo-musulmane a toujours été la forteresse imprenable qui a résisté avec succès à toutes les tentatives de faire prédominer l'identité berbère ou de christianiser la société. De même qu'elle est une identité indivisible, elle est en même temps une identité ancienne dont les traits se sont

constitués depuis longtemps sauf qu'elle n'eut conscience d'elle-même que lorsqu'elle a affronté le colonialisme occidental. La conscience de l'identité arabo-musulmane du Maghreb s'est cristallisée et est devenue le premier facteur de résistance au colonialisme et à sa culture conquérante au cours du long affrontement avec l'Autre, impérialiste, et avec sa culture étrangère. Le retard mis par cette identité à apparaître au grand jour doit-il signifier le déni de son existence? C'est ce que concluent ceux qui sont dubitatifs au sujet de l'enracinement historique de l' arabité et de l'islam en terre maghrébine, dans leur tentative d'imposer l'idée de l'existence d'autres identités locales. Nous allons essayer, dans le chapitre suivant, d'analyser la nature de la relation entre l'identité globale (arabo-musulmane) et la spécificité maghrébine. Est-ce une relation de complémentarité ou de rejet? Ou est-ce une relation d'une toute autre nature?

16