Regards croisés sur l'enseignement des langues étrangères

-

Français
266 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La problématique de l'enseignement des langues étrangères se pose différemment selon les pays et les contextes, aussi bien politiques que socioculturels. Ces études présentent la situation de cet apprentissage dans différents pays et permettent des comparaisons, des réflexions sur le matériel didactique choisi, les approches pédagogiques avancées et les stratégies d'apprentissage élaborées à partir de situations de faits concrets et d'études de cas précis.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2011
Nombre de lectures 84
EAN13 9782296460850
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Regards croisés
sur l’enseignement
des langues étrangères

Sous la direction de
Rabia REDOUANE

Regards croisés
sur l’enseignement
des langues étrangères

© Photo de couverture par Carolyn Barshay-Szmidt :
Passage vers l’autre

© L’Harmattan, 2011
5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-54710-0
EAN : 9782296547100

Remerciements



Plusieurs personnes ont contribué à rendre possible la réalisation
de cet ouvrage qui vise le croisement de différents regards et
l’échange d’expériences pratiques dans l’enseignement des
langues étrangères.

Ma grande reconnaissance aux collègues dans différents pays
qui ont soutenu ce projet honorant noblement leur engagement.
Je tiens à remercier sincèrement les personnes suivantes : Aimé
Avolonto, Christine Besnard, Emilia Bondrea, Beatriz Coca
Méndez, Lorena Dedja, Charles Elkabas, Constantin Frostin,
Marina Geat, Michel Guidigbi, Dawn Marley, Marina
Marukhnyak, Marga Menéndez-López, Carlos Moriyón Mojica,
Eldina Nasufi, Marina Pitar, NataRaffaele Spiezia eta Raschi,
Russon Wooldridge.

J’exprime ma profonde gratitude à Efstratia Oktapoda qui a
diffusé l’appel de participation en me permettant de faire
connaissance avec de nouveaux collègues. Et aussi à Yvette
Bénayoun-Szmidt pour son grand soutien dans la mise en forme
de ce livre.

Et à tous les lecteurs et lectrices de cet ouvrage, je souhaite une
bonne lecture espérant qu’ils/elles trouvent ici le goût de
découvrir certaines méthodes et approches utilisées dans
l’enseignement des langues vivantes étrangères.

R.R.









Dédicace

À Ahmed et Habiba, mesparents,pour leur amour.

À mon frère Najibpour son soutien et ses encouragements.
À mes sœurs Naima et Souad,pour leurprécieuseprésence à mes côtés.
À Naji, mon beau-frère,pour sagrande chaleur humaine.

Rabia REDOUANE
Montclair State University
États-Unis


Stratégies en mouvance
dans l’enseignement des langues étrangères



Beaucoup de critiques s’accordent à dire qu’avec l’avènement de la
révolution du monde, l’apprentissage des langues étrangères est
apparu tel un facteur d’épanouissement et de prospérité aussi bien
pour les individus que pour les sociétés. En fait, dans le contexte de la
mondialisation, le développement de l’enseignement des langues
étrangères se profile comme une nécessité, voire un processus
inéluctable, dans les relations actuelles de tous les peuples. Il s’agit de
favoriser, par la connaissance des cultures et des civilisations
étrangères, une meilleure compréhension et un rapprochement entre
les peuples ainsi qu’un encouragement dans la recherche d’une
harmonie entre les pays. C’est ainsi que, dans différents pays à travers
le monde, la compétence dans au moins une langue étrangère est
importante, voire essentielle. La valeur d’apprentissage de nouvelles
langues vient aussi d’un besoin réel d’acquérir des connaissances
scientifiques et de tenir compte des découvertes technologiques.
Aujourd’hui, on encourage à apprendre plus d’une langue étrangère si
l’on veut réussir une carrière ou des études de haut niveau, à cause de
cette confrontation de l’offre et de la demande des langues étrangères
utiles sur le marché international. Incontestablement, la maîtrise de
nouvelles langues élargit le champ de l’action humaine.

S’agissant de l’apprentissage des langues vivantes, chaque pays se
distingue de la plupart des autres élaborant ses propres instances
éducatives en fonction de ses besoins et de ses centres d’intérêt. Mais
quand on examine l’histoire de l’étude des langues principalement en
Europe et aux États-Unis ainsi que la politique et les pratiques liées à
l’enseignement des langues étrangères dans le système éducatif, on
constate qu’il y a de grandes différences et de divergences très

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



marquantes. L’existence d’une volonté et une détermination à
apprendre des langues étrangères apparaissent plus fortes en Europe
qu’aux États-Unis. Plusieurs raisons peuvent expliquer l’existence de
ce manque d’intérêt des Américains de connaître une langue étrangère
qui confirme cette blague très significative: « Commentappelle-t-on
quelqu’un qui ne parle aucune langue étrangère? Réponse« Un
Américain ».En fait, l’attitude des Américains qui se considèrent
comme les maîtres du monde, se rapproche de celle des Britanniques
qui n’éprouvent aucun besoin d’apprendre la langue des autres puisque
leur langue est avant tout le véhicule d’une puissance économique, une
langue internationale des sciences et de la technologie, que tout le
monde apprend pour gagner le pari de sa vie.

Ayant eu l’occasion depuis plus d’une dizaine d’années, d’enseigner le
françaisplus de ma spécialité majeure et de mon domaine de en
recherche secondaireune institution américaine de niveau dans
universitaire, j’ai assisté à une évolution dans le développement des
stratégies d’enseignement liées à l’acquisition d’une compétence
langagière à communiquer dans une langue étrangère. C’est que le
système américain a connu une grande restructuration qui a affecté
également l’enseignement des langues. Dans ce pays qui a
traditionnellement des difficultés à mettre en place un enseignement
performant des langues, compte tenu des spécificités de sa propre
langue nationale, l’initiative gouvernementale nouvelle et audacieuse
de l’enseignement d’autres langues jugées « politiquement cruciales »
a eu un grand impact sur l’expansion ou encore le maintien de
l’apprentissage des langues romanes, à savoir l’espagnol, l’italien, le
français, le portugais ainsi que l’allemand. En effet, le programme du
gouvernement fédéral concernant les langues étrangères,l’Initiative de
Langue de Sécurité NationaleGeorge Bush ( deNational Security
Language Initiative NSLI)a souligné le besoin d’améliorer
l’enseignement ou l’étude de langues étrangères, mais il s’est
concentré seulement sur des langues étrangères dites « critiques ». Le
5 janvier 2006, le Président Bush a lancé son plan visant à renforcer la
sécurité nationale après les événements tragiques du 11 septembre et
e
la participation à l’ère nouvelle qui commence avec le XXIsiècle, par
une éducation ouverte et compétente, particulièrement dans

1 0

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


l’acquisition et le développement d’habiletés dans des langues
étrangères bien ciblées. Le NSLI est concerné par l’augmentation du
nombre d’Américains apprenant des langues étrangères qui ne doivent
plus être ni ignorées ni négligées à cause des besoins critiques et
immédiats qu’elles présentent comme l’arabe, le chinois, le russe, le
hindi et le farsi et d’autres parlers par l’établissement de programmes
nouveaux et étendus de la maternelle à l’université tout en incluant
aussi la main-d’œuvre diversifiée et large. Un budget considérable a
1
été mis en œuvre pour soutenir cet effort.Il reste que ce programme a
été un grand défi pour les Américains qui ont toujours eu des
difficultés, voire des réserves, avec l’apprentissage des langues
étrangères.

Il est important de rappeler que deux grandes tendances apparemment
différentes ont toujours marqué les politiques linguistiques des États
américains. D’un côté, il y a les Américains qui croient que l’anglais
est menacé dans leur pays et, de l’autre, il y a ceux qui sont en faveur
de l’apprentissage d’autres langues afin de promouvoir les richesses
des différentes cultures qui constituent la société américaine. Ce sont
les partisans de l’unicité langagière et del’unilinguisme anglaisqui
sont les plus nombreux. Dans ce grand pays, où les différences sont
énormes d’un endroit à un autre, ce mouvement a été fortement
appuyé par de puissants et riches groupes de pression tels queUS
2 3 45
English,English Only,English First,ProEnglish, etc., lesquels ont


1
Pourfinancer ce programme, le Président avait demandé 114 millions de dollars
pour l’année fiscale 2007.
2
“US English,Inc. is the nation's oldest, largest citizens' action group dedicated to
preserving the unifying role of the English language in the United States. Founded in
1983 by the late Senator S.I. Hayakawa, an immigrant himself,U.S. Englishnow has
1.8 million members nationwide”.
3
“English-Only movement, also known as Official English Movement, refers to a
political movement for the exclusive use of the English language in official
government operations through the establishing of English as the only official
language in the United States. The modern English-only movement as apolitical
lobbying organization was founded in 1983 by Dr. John Tanton and Senator S. I.
Hayakawa”.
4
English First isa national, non-profit grassroots lobbying organization founded in
1986. The goals are simple: “Make English America's official language, Give every

1 1

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



entrepris un combat politique farouche pour promouvoir
l’unilinguisme officiel. Pour eux, l’anglais est menacé et serait en
danger sila politique linguistique du gouvernement fédéral continuait
à soutenir et à encourager des minorités ethniques à garder et à
maintenir la langue de leurs origines. Une seule et unique langue doit
dominer partout et sans aucune exception. La volonté politique de ce
mouvement « a porté fruit, puisque 29 États, presque tous entre 1984
et 2003, ont modifié leur législation pour protéger l'anglais. Ils ont
aussi adopté des lois protégeant la langue anglaise et garantissant sa
prépondérance dans l'administration de l'État, les tribunaux, les
6
élections, l'accès aux professions, les permis de conduire, etc.» .
Quant aux partisans dumultilinguisme, peu nombreux et ceils sont «
sont essentiellement des universitaires regroupés autour de
7
l'organisationEnglish Plus, ainsi que chez de nombreux
hispanophones démocrates, élus municipaux et dirigeants
d'entreprises. Ceux-ci perçoivent le mouvementUS English comme
une attaque contre la démocratie et visant à rendre illégales toutes les

child the chance to learn English and Eliminate costly and ineffective multilingual
policies”.
5
“ProEnglish isa member-supported, national, non-profit organization working to
educate the public about the need to protect English as our common language and to
make it the official language of the United States. Founded in 1994 under the name
English Language Advocates, ProEnglish's firstproject was defending an official
English initiative passed by the voters of Arizona, after the State of Arizona refused to
appeal a decision overturning the initiative in federal court”.
6
Ces informations sont prises de « Les politiques linguistiques des États américains »,
tiré de Jacques Leclerc,L’aménagement linguistique dans le monde, 2010.
7
Statement of Purpose ofEnglish Plus Movement(1987): “The English Plusconcept
holds that the national interest is best served when all members of our society have
full access to effective opportunities to acquire strong English language proficiency
plus mastery of a second or multiple languages.English Plusholds that there is a need
for an expanded network of facilities and programs for comprehensive instructions in
English and other languages.
English Plus rejectsthe ideology and divisive character of theEnglish Only
movement.English Plusholds this national unity and our constitutional values require
that language assistance be made available in order to ensure equal access to essential
services, education, the electoral process, and other rights and opportunities
guaranteed to all members of the society.English Only, however, holds that
newcomers not yet proficient in English should lose their access to public programs
and assistance”.

1 2

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


8
langues autres que l'anglais ».Ils dénoncent le caractère fermé,
raciste et intolérant des tenants de la thèse exclusive dont l’attitude
servirait des intérêts des groupes extrémistes et ouvrirait plutôt toutes
grandes les portes à la chasse et à la persécution aux sorcières
linguistiques. Il est certain que toute approche unilingue destinée à
officialiser la langue anglaise, à la protéger et à la défendre au profit
d’autres langues, aurait aussi pour effet de pousser la haine raciale à
son extrême et de créer un motif supplémentaire de tensions et de
mécontentements ethniques.

La préservation de la spécificité identitaire et de l’homogénéité
nationale réside dans le maintien de l’anglais comme langue de
cohésion et d’unité de tous les citoyens américains. C’est un facteur
déterminant qui facilite l’intégration dans la société américaine. La
politique linguistique qui permet d’étendre au plus grand nombre
d’immigrés le bénéfice de garder leur langue et leur culture est
considérée comme un acte «antiaméricain »et «anti-patriotique ».
Pour les défenseurs de l’anglais, il serait très dangereux d’accorder
aux fortes minorités hispanophones, asiatiques ou autres le droit de
préserver leur identité linguistique. Selon un opposant farouche à
9
l’immigration Peter Brimelow, auteur deAlien Nation, l’existence
d’un nombre considérable d’immigrants sur le territoire américain a
des conséquences graves sur la survie de l’anglais. Indiquant qu’en
1990 « le Bureau du recensement avait rapporté pour la première fois
l'existence d'un nombre significatif d'Américains «natifs »âgés de
10
cinq ans ou plus qui ne parlaient pas ou peu l'anglais », il affirme que
les immigrants de couleur sont culturellement déficients, ce qui les
place dans une situation d’extrême urgence d’apprendre et de parler
l’anglais (apparemment comme une langue maternelle). Son attitude
hostile sonne aussi l’alarme devant l’augmentation de ces locuteurs
d’une langue autre que l’anglais qui vivent aux États-Unis et qui

8
«Les politiques linguistiques des États américains », tiré de Jacques Leclerc,
L’aménagement linguistique dans le monde, 2010.
9
PeterBrimelow,Alien Nation: Common Sense about America's Immigration
Disaster, Harper Perennial, 1996.
10
«Les politiques linguistiques des États américains », tiré de Jacques Leclerc,
Op.cit.,2010.

1 3

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



constituent une mobilisation nationale contre la pratique politique de
l’immigration.

Pour les partisans de l’officialisation de l’anglais, l’ouverture
plurilingue constitue inévitablement une sérieuse menace pour cette
langue et peut conduire forcément au conflit linguistique, à la
ghettoïsation des diverses communautés, à la haine ethnique et au
séparatisme politique. L’unité du pays dans sa large diversité ne peut
être garantie que par la prédominance de l’anglais à tous les niveaux.
C’est ainsi que la promotion de cet objectif revêt un enjeu
considérable pour les groupes défenseurs de l’unicité linguistique ainsi
11
que pourSave Our School (SOS) qui ont entrepris un véritable
combat politique pour promouvoir et proclamer une seule langue
officielle aux États-Unis.

Les tenants del’unilinguisme anglaisvisent à discréditer le principe
même de la diversité linguistique dans l’espace public national en
insistant sur le fait que les découvertes du pays, plongé dans une
éventuelle dérive sans une langue commune, une culture et une
identité nationale, sont catastrophiques. Ils soutiennent la menace d’un
danger alarmant devant la poussée d’immigrants qui ne font pas
d’efforts, ne peuvent pas ou ne veulent pas s’intégrer dans la société
américaine ou de ceux dont la culture et la langue prennent le dessus
sur la culture de l'Amérique et la langue anglaise. Cependant, bien que
virulent, leur discours ne faitpas l’unanimité dans tout le territoire
américain. Il soulève une vive opposition par son caractère exclusif et
autoritaire qui correspond à un État unitaire, sans considération envers
les droits des communautés minoritaires. C’est contre cette perspective
dominante qui risque de nuire au maintien et à la promotion des autres
12
langues queles politiques linguistiques américaines globales ont


11
“SOSis a grassroots organization dedicated to ensuring that students have the tools
they need to succeed. Children only spend 12 years in pre-college schools. The sooner
we help them, the greater the benefits will be”.
12
Lu,Mei-Yu, “English-Only Movement: Its Consequences on the Education of
Language Minority Children”,ERIC Clearinghouse on Reading, English, and
Communication Digest,#139, 1998.

1 4

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


maintenu l'éducation bilingue, considérée comme un bon tremplin
pour l’apprentissage d’une nouvelle langue.

Il convient de préciser que les États-Unis est un pays fédéral où
beaucoup de politiques, y compris celles sur l’enseignement, sont
décidés et mises en œuvre au niveau local. À ce niveau, défendre
l’objectif de purilinguisme et le préserver est une marque originale
dans ce pays, qui fait partie de ses plus grands défis pour assurer des
programmes d’instruction pleinement multiculturalistes. Cette forme
de «reconnaissance linguistique» constitue un pas important pour
faciliter l’enseignement des langues étrangères. En fait, cette approche
nouvelle, conçue pour favoriser la survie et le développement d’une ou
de plusieurs langues minoritaires, a jeté les bases d’une éducation au
plurilinguisme quia connu de grandes évolutions à travers le temps.

La politique de l’apprentissage des langues vivantes, qui représente un
certain nombre d’enjeux éducatifs, humains, culturels ou économiques
se dessine en entendant articuler unité et diversité, favoriser
l’innovation a connu vers la fin des années soixante-dix une évolution
considérable qui a duré presque deux décennies. Il s’agit d’un
changement profond qui s’est basé sur les recommendations de la
Commission Carter sur la langue étrangère et les Études
13
internationales (Strength Through Wisdom ) et sur de nombreux


13
JamesA. Perkins and Others.Strength Through Wisdom: A Critique of U.S.
Capability. A Report to the President from the President's Commission on Foreign
Language and International Studies, Superintendent of Documents, U.S. Government
Printing Office, Washington, D.C., 1979. Perkins présente l’importance de ce projet :
“An evaluation of the current status of foreign language and international studies in
the United States was undertaken by a President's Commission appointed for the task.
The Commission concluded that such studies are being more and more neglected, to
the detriment of the economic and security interests of the United States. The bulk of
this report offers recommendations for funding, policy, and program planning which
focus on the following areas of concern: (1) initiatives for establishing a high
nationwide priority for foreign language and international education, (2) foreign
language instruction in the primary and secondary grades (including teacher training
needs), (3) university programs in both teaching and research, (4) international
educational exchange, (5) citizen education in international affairs, (6) business and
labor needs abroad, and (7) improvements in organization within and outside

1 5

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



rapports d’enseignement parus ultérieurement, commeUne Nation en
14
danger (A Nation at Risk), pour renforcer l’intérêt politique et
économique de développer les compétences linguistiques et
communicatives des apprenants de langues étrangères. La restauration
d’exigences dans l’apprentissage ainsi que la promotion et la gestion
de la diversité linguistique et culturelle constituent des facteurs
importants qui ont contribué à l’élaboration d’une politique
d’enseignement rendant possible l’intégration de nouveaux
programmes permettant un apprentissage des langues vivantes plus
motivant. Ce dispositif s’inscrit, dans cette initiative, d’une part, de
généraliser l’enseignement des langues étrangères du secondaire
jusqu’à l’université et, d’autre part, de renforcer l’intérêt des étudiants
dans le développement de leurs compétences dans des tâches
langagières, pour agir dans des sociétés multilingues et
multiculturelles. Toutefois, malgré l’effort gouvernemental investi
pour sensibiliser l’opinion publique à l’impact de la connaissance de
plusieurs langueset encourager à l’apprentissage tout au long du
cycle de formation, l’enseignement des langues étrangères a connu
beaucoup de difficultés à être opérationnel et à atteindre les résultats
souhaités. Cet état de fait révèle que dans le système éducatif de ce
pays, cette problématique demeure une sérieuse préoccupation aussi
bien au niveau fédéral que local surtout à l’ère de la mondialisation et
du développement de la technologie moderne qui ont imposé de
nouvelles exigences dans l’apprentissage des langues étrangères,
devenu indispensable.


government. A prospectus is presented for a National Commission on Foreign
Language and International Studies. Appendices provide details about the
organization of the President's Commission, as well as a tabulation of budget
implications of Commission recommendations”.
14
“A Nation at Risk: The Imperative for Educational Reform isthe title of the 1983
report of American President Ronald Reagan’s National Commission on Excellence in
Education. Itspublication is considered a landmark event in modern American
educational history. Among other things, the report contributed to the ever-growing
(and still present) sense that American schools are failing, and it touched off a wave of
local, state, and federal reform efforts”.

1 6

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


Le choix d’étudier une langue étrangère ne commence pas avant l’âge
de 14 ans. En effet, la plupart des élèves américains amorcent un
programme de langue étrangère au lycée (High School).
Généralement, à ce niveau, ils prennent une large variété de classes
sans mettre un accent spécial dans n'importe quel sujet particulier. Les
programmes d'études varient largement dans la qualité et la rigidité ;
par exemple, sur une échelle de 100 points, quelques états considèrent
que la note de passage doit être 65 tandis que d'autres acceptent 60 ou
exigent 75. Pour parfaire leur éducation, les étudiants doivent prendre
un certain nombre de sujets obligatoires, mais ils peuvent aussi choisir
des sujets supplémentaires (des "cours facultatifs") pour atteindre le
nombre de crédits exigé pour l’obtention de leur diplôme.
L’apprentissage des langues étrangères fait partie des cours facultatifs
où l’espagnol et le français sont d’habitude les deux langues offertes.
Le chinois, le latin, le grec, l’allemand, l’italien, l’arabe et le japonais
sont moins communs, dépendant des États et des possibilités de
financement.

La plupart des élèves apprennent une langue étrangère pendant deux
ans seulement au lycée. La taille des classes varie d’un secteur scolaire
à un autre, et aussi en fonction de la langue choisie et du niveau
atteint. Pour recevoir un diplôme d’honneur du lycée, les élèves
doivent accomplir plus d’années dans l’apprentissage d’une langue
étrangère (cela peut être trois ans dans une même langue ou deux ans
répartis entre deux langues). Il est très rare qu’un élève apprenne une
deuxième langue étrangère au lycée. La restriction à une seule langue
domine et si l’élève change vraiment de choix de langue, c’est pour
des raisons très personnelles qui sont peu évidentes. Les élèves qui
désirent poursuivre leurs études au niveau universitaire, doivent
généralement consacrer trois à quatre ans à l’étude d’une langue parce
que la plupart des universités exigent au moins deux ans de langue
étrangère pour l’admission dans n’importe quel programme. Durant
leur scolarité au lycée, les élèves peuvent effectuer des voyages et des
séjours à l’étranger. Ces opportunités de partir ailleurs durant les
périodes de vacances, au printemps ou durant l’été, pour des durées
déterminées, sont offertes dans beaucoup d’établissements. Compte
tenu de tous ces efforts mis en œuvre pour le développement des

1 7

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



langues étrangères, il reste que la plupart des élèves prennent une
nouvelle langue aux États-Unis pour terminer leur formation au lycée,
ou pour poursuivre leurs études au niveau supérieur. En fait, rares sont
ceux qui choisissent une langue en pensant l’utiliser dans un travail
futur mais certains le font à cause d’un intérêt pour une culture
particulière.

Au niveau de l’enseignement supérieur aux États-Unis, les étudiants
de toutes les disciplines pratiquent au moins une langue étrangère.
15
L’institution universitairetend à être linguistiquement pluraliste dans
l’enseignement des langues étrangères. Elle ne placerait pas l’espagnol
en position d’hégémonie, mais favoriserait l’enseignement d’autres
langues étrangères. En tenant compte de la diversité linguistique,
culturelle et éducative, le système universitaire américain tend à allier
le renforcement, dans le champ éducatif, de l'exigence d'une éducation
identitaire et de la diversité culturelle.

Il va sans dire que plusieurs méthodes ont été utilisées dans les
pratiques didactiques de l’enseignement des langues dans le système
éducatif. C’est que la nécessité d’envisager des stratégies efficaces
pour promouvoir et développer l’enseignement, d’orienter les
décisions et les besoins de la formation dans des contextes existants,
16
n’a cessé d’évoluer.En effet, depuis plusieurs années, les recherches
ont conduit les spécialistes à mettre en place différentes approches
didactiques et théories linguistiques qui tiennent davantage compte des
compétences langagières, socioculturelles, communicatives et
techniques. Force est de préciser que dans le processus


15
ChaqueÉtat de l’Union a en principe plusieurs universités privées ainsi que deux
systèmes universitaires publics: unsystème plus prestigieux dit « Université de »
(par exemple University of Arizona) qui a un mode d’admission très sélectif, et un
système parallèle et moins prestigieux, « Université d’État de » (par exemple Arizona
State University); les exceptions concernent de rares États comme New York et la
Pennsylvannie (dont « les universités de » sont privées et les universités dites « État
de » font un seul système public) et l’Ohio (où le système « État de » est le plus
sélectif).
16
VoirClaude Germain.Évolution de l’enseignement des langues: 5000 ans
d’histoire, Montréal, Hurtubise, 1993.

1 8

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


d’enseignement scolaire des langues étrangères, il n’y a pas un modèle
applicable dans tous les pays. Il n’y a pas non plus une succession
chronologique des méthodologies, mais plutôt des adaptations, des
dépassements, des enchevêtrements, des rappels et des innovations.
Les méthodes et techniques d’enseignement ont succédé, les unes en
rupture avec les méthodologies précédentes, les autres comme une
adaptation de celles-ci aux nouveaux besoins de la société et de
l’évolution des mentalités.

En examinant la situation des stratégies appliquées à l’enseignement
des langues étrangères aux États-Unis, on peut constater leur
mouvance à travers des configurations didactiques, linguistiques et
culturelles variées. Les stratégies d’apprentissage qui visent à
développer la pluralité linguistique au détriment de la domination d’un
seul idiome révèlent des expériences performantes et innovantes,
porteuses d’un potentiel de renouvellement des pratiques
pédagogiques, qui ont été menées depuis l’apport considérable de la
linguistique scientifique et la connaissance des processus
17
psychologiques d’acquisition de la langue.

Beaucoup de recherches ont été réalisées pour une meilleure
compréhension des stratégies dans l’enseignement des langues
étrangères. On peut citer à titre d’exemple, entre autres, les travaux:
d’Asher (1982), Bancroft (1978), Barker (1982), Bélanger (1978),
Besse (1985), Brumfit (1984), Chamot et Kupper (1989), Cook
(1985), Curran (1976), De Grève (1975), Galisson (1982), Gattegno
(1963, 1976), Krashen (1981, 1983), Krashen et Terrell (1983),
Lazanov (1978), Ritchie (1978), Rivers (1981), Sauvignon (1983),
Terrel (1985) et Winitz (1981). En matière d’enseignement et
d’apprentissage, l’accent a été mis sur les apports du behaviorisme et
de l’approche communicative en passant par la méthode active, la
méthode audio-orale (MAO), la méthode audio-visuelle (MAV), la
méthodologie Structuro-Globale Audio-Visuelle (SGAV), les
approches notionnelles-fonctionnelles. Aussi, s’inspirant des


17
Voir à ce sujet David H. Harding.The new pattern of language teaching, London,
Longmans, 1967.

1 9

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



18
recherches de Chomskysur l’acquisition/apprentissage d’une langue
seconde, le courant de laSecond Language Acquisition Research
(SLAR) s’est-il imposé dans les années 1970-1990. C’est à la suite de
la réaction nord-américaine au désenchantement causé par la méthode
audio-orale que s’est développé le courant SLAR qui a marqué une
rupture avec l’optique méthodologique traditionnelle. Plusieurs autres
modèles d’apprentissage ont été proposés, tels que ceux de Krashen
qui établit une nette distinction entre l’acquisition/apprentissage et le
rôle duMonitor Model dansla performance langagière ou encore
l’importance des facteurs affectifs sur l’acquisition d’une langue
désignés par le «filtre affectif». Il y a lieu de souligner que la mise en
œuvre des stratégies de Krashen fait explicitement référence à des
approches humanistes, desméthodes alternativesdes oupédagogies
nouvelleslesont connu un grand essor aux États-Unis pendant qui
années 60 et 70.

La mouvance des stratégies dans l’enseignement des langues repose
sur des découvertes des plus intéressantes dans la perspective de
l’apprentissage qui se sont manifestées dans le domaine de la
didactique. À cet égard, nous soulignons le CommunityLanguage
Learning(CLL) de Curran, l’approche de CattengoThe Silent Way, la
suggestopédie,la cybernautique, la perspective actionnelle, la
pédagogie différenciéeou encore toutes ces tentatives pour rendre plus
efficaces l’enseignement et l’apprentissage des langues en
encourageantl’autonomiedes apprenants et en organisant la classe de
manière à permettre à chaque élève d'apprendre dans les conditions
qui lui conviennent le mieux. Différencier la pédagogie, c'est donc
mettre en place, dans une classe ou dans un système éducatif des
méthodes et des conceptions méthodologiques variées pour faciliter
l'atteinte des objectifs de l'enseignement.


18
Noam Chomsky fait une distinction entre d’une part une « compétence linguistique
innée »,et d’autre part, une «compétence acquise», c’est-à-dire entrel’inné et
l’acquis.Voir à ce sujet :
http ://btb.termiumplus.gc.ca/redac-chap ?lang=fra&lettr=chapsect6&info0=6.1.3.

2 0

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


Selon Paul Cyr, les stratégies d’apprentissage désignent un ensemble
d’opérations mises en œuvre par les apprenants pour acquérir, intégrer
et réutiliser la langue cible (Cyr, 1998). En fait, De nombreuses
recherches semblent indiquer que la réussite en langue étrangère est
reliée au nombre de stratégies utilisées par l’apprenant. L’étude de
Chamot et O’Malley (1987) indique que les meilleurs apprenants
utilisent plus souvent un plus grand nombre de stratégies. Et si on s’en
tient à cette étude, on peut regrouper ces stratégies en trois grandes
catégories :les stratégies métacognitives, cognitives et
socioaffectives (Chamot et O’Malley, 1990).

Dans le système éducatif américain, afin de promouvoir
l’enseignement du français parmi une panoplie de langues étrangères
vivantes où l’espagnol revêt un caractère spécial exclusivement
dominant, la pratique se pose en termes différents. Ainsi, le cadre
d’apprentissage favorise le fonctionnement de types d’interactions
particulièers et la mise en scènes de stratégies correspondantes qui
prennent en considération ces trois phases: cognitive,associative et
d’autonomie. En fait, pour assurer le développement des compétences
afin de bien communiquer dans cette langue, nous avons mis l’accent
dans chacun de nos cours enseignés sur l’acquisition de ces quatre
compétences : lacompréhension orale, la compréhension écrite, la
communication orale et la communication écrite. En tant
qu’enseignant, il est important de tenir compte des quatre compétences
simultanément, mais aussi de varier et de différencier les activités pour
entraîner «le bon apprenant» selon le concept de Stern (1975) à
atteindre les objectifs d’acquisition de savoirs, de savoir-faire, de
savoir-être et de savoir apprendre.

Durant nos années d’enseignement du français langue seconde, dans
19
une multitude de cours de différents niveaux, nous nous sommes
toujours penchée sur l’interaction enseignant/apprenants, quel que soit


19
Enplus des cours et séminaires donnés dans mon domaine de spécialisation et de
recherche, j’ai eu l’occasion d’enseigner les cours de langue suivants : French Beg. I
FREN 101 et Beg. II FREN 112 ; Intermédiaire I FREN 121 et Intermédiaire II FREN
132.

2 1

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



le groupe d’étudiants. C’est que de semestre en semestre, la
composition ethnique des étudiants change, ainsi que le niveau
intellectuel et le statut social. C’est ainsi qu’au-delà de la traditionnelle
relation maître/élève, notre approche de l’apprentissage de la langue
appelle à une interaction plus dynamique qui entraîne une nouvelle
conception dans les rapports à la fois humains et pédagogiques. En
reconsidérant la notion de la communication dans l’enseignement du
français à une population estudiantine à majorité américaine avec des
présences ethniques variées relativement constantes, principalement de
l’Amérique latine et de l’Asie, nous avons opté pour des actions
pédagogiques qui centrent les activités didactiques sur l’apprenant en
prenant en compte son identité individuelle et culturelle. Après un
certain nombre d’observations et de constats relevés dans notre propre
enseignement, il nous a en effet semblé essentiel de maintenir et
d’encourager la notion de «travailler ensemble», avancée par C.
Puren qui paraît judicieuse pour intégrer les capacités personnelles et
de considérer les différences individuelles qui caractérisent les
20
apprenants .Le choix de notre approche s’est inspiré de l’application
du support de la technologie de l’information et de la communication
21
(TIC) envue de réaliser une meilleure interaction entre l’aptitude et
22
le traitement pédagogique (Aptitude Treatment Interaction - ATI) .

Dans notre démarche personnelle, l’apprentissage de la langue
déborde le cadre de la classe pour s’inscrire dans un système éducatif
plus global qui exige la nécessité de développer, à côté de l’acquisition
d’une compétence linguistique, des connaissances culturelles et

20
Voirà ce sujet P. Skehan.Individual Differences in Second-Language Learning.
Londres: Edward A. (Hodder and Stoughton), 1989.
21
Voirà ce sujet N. Garret. "Technology in the service of language learning: trends
and issues",Modern Language Journal, 75,1, 191, pp. 74-101; R.L. Oxford.
Language Learner Strategies: What Every Teacher Should Know. Rowley,
Massachusetts: Newbury House, 1990 and G. Salomon. "What is learned and how it is
taught: the interaction between media, message, task, and learner", in D. Olson (dir.),
Media and Symbols: The Forms of Expression, Communication and
Teaching.Yearbook of the National Society for the Study of Education. Volume 73,
part 1.University of Chicago Press, 1974, pp. 383-406.
22
L.J.Cronbach and R.E. Snow.Aptitudes and Instructional Methods,New York:
Irvington Publishers, Inc, 1977.

2 2

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


civilisationnelles. En fait, la classe de langue est un espace où se
rencontrent la culture de l’apprenant et la culture de la langue à
enseigner. La présence d’une culture différente, voire étrangère se
23
manifeste à travers cet outil de classe qu’est le manuel scolaire. À
vrai dire, l’apprentissage d’une langue comporte alors forcément une
dimension culturelle, acquise non seulement à travers les textes ou les
productions verbales, mais aussi à travers l’ensemble des documents
iconographiques. Le travail intellectuel mis en œuvre dans l’acte
d’enseigner passe, entre autres, par le rôle et l’usage des manuels
scolaires sur lesquels reposent toute démarche pédagogique et toute
approche didactique. Les manuels constituent une pratique large
incitant les apprenants à s’investir personnellement à l’intérieur d’un
groupe multiculturel pour élargir leurs horizons de connaissances et
d’acquisition. De ce fait, l’apprentissage devient un lieu de rencontre
et de dialogues des cultures par l’intermédiaire de la langue française.

Dans ce contexte, nous avons privilégié l’approche interculturelle dans
l’enseignement du français langue étrangère. C’est que le fait
d’apprendre une langue peut s’avérer une opportunité singulière pour
découvrir d’autres façons de se représenter le monde. La maîtrise de
toute langue étrangère et vivante tire de grands avantages des
connaissances acquises de la dimension culturelle qui consiste à établir
une relation entre «l’unique »et «le pluriel», à éviter des
malentendus, voire des tensions entre l’apprenant et la culture
étrangère enseignée et à renforcer la prise de conscience de
l’apprenant sur son identité particulière et spécifique. Ceci dit, la
notion d’interculturalitéenvisagée afin de concevoir est
l’enseignement apprentissage non pas comme la transmission d’un
savoir homogène, déterminé et établi mais comme une forme riche et
enrichissante d’interactions dans laquelle enseignant et apprenant
développent, de nouvelles compétences communicationnelles et
culturelles. Force est de préciser que dans ce processus, nous n’avons


23 e
Pour French Beg. I FREN 101 & Beg. II FREN 112, nous utilisons "Entre-Amis" 5
édition depuis 2004. Pour Intermédiaire I FREN 121 et Intermédiaire II FREN 132, le
manuel "Interaction" a été utilisé durant plusieurs années avant d’être remplacé par
"Imaginez" cette année.

2 3

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



trouvé de meilleure stratégie pour l’acquisition de langue française que
d’encourager le développement de l’autonomie, de considérer ses
besoins et de respecter ses attentes. À cet effet, la nécessité
d’enseigner la langue et sa culture, tout en montrant comment la
culture des élèves dans un système éducatif américain entre en
interaction avec la culture du «Français »représente un défi
interculturel omniprésent.

Si l’année 2001 a été déclarée « Année européenne des langues » par
24
l’Union Européenne et le Conseil de l’Europe , encourageant la
25
promotion et la diversité de l’enseignement des langues étrangères, il
est important de préciser qu’aux États-Unis un certain déclin dans
l’enseignement des langues étrangères prend des proportions
alarmantes. Ce déclin s’est d’ailleurs accéléré ces dernières années,
comme le démontre une étude duCenter for Applied Lingusitics,
financée par le minsitère de l’Éducation. À titre d’exemple, en 1997,
64% des établissements secondaires américains proposaient des cours
de français. En 2008, ils n’étaient plus que 46% à le mettre au
programme. Au primaire, 11% seulement des écoles américaines
enseignent le français, contre 27% en 1997. En fait, l’enseignement du
français n’est pas seul à décliner aux États-Unis. L’enseignement de
presque toutes les langues étrangères est en net recul. Cela est dû aux
baisses considérables des budgets consacrés aux langues étrangères.
La seule langue qui échappe à la crise est le chinois. Entre 1997 et
2008, la proportion des collèges et lycées enseignant le chinois est
passée de 1% à 4%. Mais c’est aussi parce que Pékin déploie une
politique volontariste d’envoi de professeurs de chinois à l’étranger,
mis gratuitement à la disposition des écoles. Il reste que la chute de


24
Àcette occasion, une manifestation s’est tenue le 3 mars 2001 à Bordeau, à
l’intitiative du Goethe Institue, sur le thème « L’Europe parlera-t-elle anglais
demain? ». Ce projet avait pour but de célébrer la diversité linguistique et de
promouvoir les langues.
25
À la suite de cette manifestation, l’ouvrage qui s’est réalisé se voulait un plaidoyer
pour le pluralisme linguistique et contre l’hégémonie de l’anglais. Voir Robert
Chauderson (Éd.),L’Europe parlera-t-elle anglais demain ?, Actes du colloque
international de Bordeaux organisé par l’Institut Goethe et l’INTIF le 3 mars 2001,
Paris, L’Harmattan, 2001, 180 p.

2 4

Rabia Redouane
Stratégies en mouvance dans l’enseignement des langues


l’enseignement des langues étrangères a sérieusement affecté le
système éducatif universitaire, à telle enseigne que pour sonner
l’alarme,l’Association Américaine des Professeurs de Français
26
(AATF) ,a tenu une convention annuelle portant sur les défis de
27
l’éducation, à San Jose en Californie. Dans cette période où la survie
de l'enseignement du français est menacée et où de nombreux cours de
28
français sont supprimés dans les écoles et les universités, l’AATF se
bat pour continuer de promouvoir la culture et la langue française.

Notre intérêt pour l’évolution qui caractérise le développement de
l’enseignement des langues étrangères un peu partout dans le monde
ainsi que pour les différentes stratégies mises en place pour la réussite
du processus d’appréhension et de compréhension dans l’acquisition
des compétenceset des connaissances à long terme, nous a poussé à
inviter des collègues de partout à partager leurs pratiques
pédagogiques. Il s’agit de faire le point sur l’enseignement des langues
étrangères au sein d’institutions éducatives dans différents pays. Ce
partage permettra d’exposer les problèmes, de cibler les besoins des
étudiants et les exigences des nouvelles disciplines, de s’interroger sur
la manière de développer cet apprentissage – en mettant de nouvelles
technologies au service de l’enseignement – de favoriser
l’autoapprentissage et l’auto-évaluation, de décrire les expériences concrètes
et d’essayer de trouver des réponses adéquates avec les différentes
stratégies d’apprentissage.

Comment se déroule la pratique de l’apprentissage des langues
vivantes et étrangères propre à différents pays? Quelle est la
particularité du système éducatif ? En quoi les nouvelles technologies


26
Créée en 1927, l'AATF est la plus grande association de professeurs de français au
monde avec plus de 10 000 membres.
27 e
La 82convention annuelle de l’AATF s’est tenue du 2 au 5 juillet 2009 à San Jose
en Californie.
28
Descours de français ont été fermés dans un lycée de Floride et aussi à
Southeastern Louisiana University (SLU) localisée à Hammond a fermé son
programme de majeur en français ne laissant qu’une mineure. Dernièrement
l’enseignement du français a été éliminé à l’Université Albany-Sunny à côté de
l’italien, du russe, des langues classiques et le théâtre.

2 5

Regards croisés sur l’enseignement des langues étrangères



peuvent-elles être un outil efficace de support pour l’enseignement des
langues étrangères? Quelles sont les répercussions de nouvelles
approches dans l’enseignement des langues ? Comment se déterminent
les nouveaux rôles des professeurs et des apprenants? C’est à ces
questions et à bien d’autres que cet ouvrage tente de répondre à travers
douze articles de chercheurs en didactiques des langues, mais aussi de
professeurs, qui au quotidien recourent à l’utilisation de nouvelles
approches qu’ils mettent en pratique dans leurs classes.

Dans la première étude de ce collectif, «De la didactique des langues
étrangères en Albanie», Lorena Dedja et Eldina Nasufi se proposent
de faire le point sur la situation de l’enseignement des langues
étrangères dans ce pays, ainsi que sur les principes et les
méthodologies qui sont mis en œuvre. La première partie de l’article,
basée sur des données officielles du Ministère albanais de l’Education
et des Sciences, est consacrée à une présentation générale du système
scolaire albanais et de la place qu’y occupe l’enseignement des
langues vivantes. La deuxième partie traite des fondements sur
lesquels reposent les curricula des langues et des principes qui ont
guidé leurs auteurs. L’accent est mis sur le Cadre Européen Commun
de Référence, les objectifs qui y sont fixés, ainsi que sur le contenu
des programmes. Les auteures indiquent aussi les nouvelles approches
nécessitant de nouvelles méthodologies d’enseignement/
apprentissage ;celles-ci sont analysées en relation avec les méthodes
traditionnelles qui ont toujours leur place tout en se renouvelant et se
modernisant et en s’appuyant sur des manuels et des documents
contemporains. La troisième partie est consacrée au système
universitaire, d’abord aux problèmes relatifs à la mise en place de la
Déclaration de Bologne, ensuite à la formation des futurs enseignants
des langues étrangères.

Dans «Apprentissage auto-réflexif des langues à l’Université du
Surrey», Marga Menéndez-López et Dawn Marley présentent un autre
pays qui se caractérise par un rapport particulier à l’égard de
l’apprentissage des langues étrangères pour les spécialistes des
langues. En effet, au Royaume-Uni l’apprentissage des langues n’est
souvent pas perçu comme un champ d’étude sérieux. En grande partie,

2 6