Transfert des savoirs et apprentissage en situation interculturelle et plurilingue

-

Livres
209 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'acquisition d'une langue constitue pour tout sujet un phénomène complexe. La langue est un marqueur identitaire, qui induit des questionnements tant pour le maître que pour l'élève. Cet ouvrage analyse un certain nombre de situations de transfert des savoirs et d'apprentissage dans des contextes plurilingues et interculturels où la didactique a partie liée avec l'identitaire, aussi bien en France qu'en dehors de l'hexagone : en Indonésie, en Tunisie, ou à Madagascar.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2010
Nombre de visites sur la page 264
EAN13 9782296449152
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Transfert des savoirs et apprentissage en situation interculturelle et plurilingue
Education comparée Collectiondirigée par Dominique Groux La collection éducation comparée est destinée aux enseignants et futurs enseignants, aux formateurs et aux parents d’élèves, aux chercheurs et décideurs. Elle veut montrer l’utilité et les bénéfices que l’on peut attendre de la démarche comparative dans le domaine éducatif et la nécessité absolue de mettre en place des échanges au niveau des collèges, des lycées et des universités. Déjà parus J.-M. CARTIER, L. PORCHER,Apprendre et enseigner d'hier à aujourd'hui, 2010. M.-A. HUGON, G. PEZEU, V. BORDES (coord.),Éduquer par la diversité en Europe, 2010. C. GONÇALVES, D. GROUX,Approches comparées de l’enseignement des langues et de la formation des enseignants de langues, 2009. L. PORCHER,L’éducation comparée : pour aujourd’hui et pour demain, 2008. S. HANHART, A. GORGA, M.-A. BROYON et T. OGAY (dir.), De la comparaison en éducation. Hommage à Soledad Perez, 2008. Philippe MASSON,Pour une formation des enseignants à l’Europe,2004. Denis POIZAT,L’éducation non formelle, 2003. Dominique GROUX et Henri HOLEC (dir.),Une identité plurielle, Mélanges offerts à Louis Porcher, 2003. Dominique GROUX (dir.), Soledad PEREZ, Louis PORCHER, Val D. RUST, Noritomo TASAKI,Dictionnaire d’éducation comparée, 2003. Dominique GROUX (dir.),Pour une éducation à l’altérité, 2002. Richard ETIENNE et Dominique GROUX (dir.), Echanges éducatifs internationaux : difficultés et réussites,2002. Soledad PEREZ et Olivia STROBEL (dir.),Education et travail, Divorce ou entente cordiale ?, 2001.
Marie-Madeleine BERTUCCI
Isabelle BOYERTransfert des savoirs et apprentissage en situation interculturelle et plurilingue
De Marie-Madeleine Bertucci
Les langues des élèves. Le français aujourd’hui. 2003. 143. Paris : AFEF. 127 p. (avec J. David)Quel français à l’école ? Les programmes de français face à la diversité linguistique. 2004. (coll. Savoir et formation). Paris : L’Harmattan. 214 p. (avec C. Corblin)Français des banlieues, français populaire ?Amiens :  2004. CRTH / UCP. Encrage édition. 112 p. (avec D. Delas)Situations de banlieue : enseignement, langues, cultures.2005. (Coll. Éducation, Politiques, sociétés). Lyon : INRP. 290 p. (avec V. Houdart-Merot)Enseigner les langues d’origine.Le français aujourd’hui. 158. 2007. Paris : Armand Colin / AFEF. 135 p. (avec C. Corblin)Étudier la langue. Cahiers Pédagogiques. 453. 2007. Paris : CRAP-Cahiers pédagogiques. 70 p. (avec J. David)Descriptions de la langue et enseignement.Le français aujourd’hui.162. 2008. Paris : Armand Colin / AFEF. 144 p. (avec J. David) D’Isabelle Boyer
Boyer, I. 1999. « Ethnothéories parentales et acquisitions quotidiennes ; une étude comparative : Jakarta, Londres, Paris. » Dans B. Bril, P. Dasen, C. Sabatier et B. Krewer (eds)Propos sur l’enfant et l’adolescent. Quels enfants pour quelles cultures? (pp.111 – 131). L'Harmattan - collection interculturelle Boyer, I., Cormier, B. 2007. « Représentations du corps médical dans les bandes dessinées et les séries télévisées. Propositions pour une lecture de la verticalité dans la relation médecin/patient. » Dans S. Brodziak (eds) Le corps à l’œuvre. Edition Le Manuscrit (recherche- université), Paris. En collaboration avec Béatrice Cormier-Rodier Boyer, I., Turpin, B. (eds), 2008.Jeunesse, Médias et lien social. Encrage édition, Amiens
© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13563-5 EAN : 9782296135635
Comité de lecture
Nous tenons particulièrement à remercier pour leur lecture attentive et leurs précieux conseils Véronique Castellotti (Université François Rabelais de Tours), Jean-Louis Chiss (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle), Daniel Coste (Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences humaines), Lene Schoeler (Université de Copenhague), Diana Lee Simon (Université Stendhal, Grenoble III), Mariagrazia Margarito (Université de Turin), Geneviève Zarate (Inalco).
SOMMAIRE
Présentation Marie-Madeleine Bertucci & Isabelle Boyer..............................9
Modalités des transferts du savoirBéatrice Turpin .........................................................................19
Etude des stratégies langagières et du contexte culturel dans une situation interactionnelle identique à Jakarta et à ParisIsabelle Boyer ...........................................................................45
Des langues des élèves à la langue de la scolarisation : Quelques propositions pour l’enseignement/ apprentissage du français dans un contexte plurilingue et variationnisteMarie-Madeleine Bertucci ........................................................73
Former les enseignants à une approche réflexive des plurilinguismes sociauxMuriel Molinié..........................................................................99
Usages du détour par le créole haïtien pour l’enseignement du français Dominique Fattier...................................................................125
Statut du français et didactique de la production écrite en Tunisie. Point de vue de formateurs Colette Corblin & Jacques David ...........................................163
Du bilinguisme à l’école de Madagascar : historique, état des lieux, perspectives Daniel Delas & Nicolas Martin-Granel ..................................187
PRESENTATION  Marie-Madeleine Bertucci & Isabelle Boyer
Apprendre une langue, se confronter à une culture différente constitue « une aventure cognitive, culturelle, sociale, affective » (Coïaniz, 2005 : 5) dans la mesure où la confrontation avec des structures langagières et culturelles autres induit un bouleversement en profondeur de la relation que le sujet entretient avec le monde (Id.) et l’amène à une confrontation avec l’altérité que représente l’interculturalité. On entend par interculturalité l’un des deux aspects mentionnés par Dasen pour définir les études interculturelles, c'est-à-dire « l'interaction entre les cultures (étude sur les processus d'interaction entre individus ou groupes relevant de différents enracinements culturels) » (1988 : 123).
Le présent ouvrage a pour but de présenter un certain nombre de situations interculturelles qui se jouent autour de l’apprentissage des langues dans un contexte plurilingue et variationniste et de réfléchir autour des modalités de transfert des savoirs dans un cadre, où la didactique a partie liée avec l’identitaire. Cette donnée est essentielle ici dans la mesure où elle implique que les acteurs sociaux ont des comportementsfluctuantsetadaptatifs1999 : 30), ce qui leur permet (Kastersztein, d’évoluer en fonction des situations et de s’adapter à l’espace social. L’identité apparaît comme une sorte de boîte à outils pour reprendre l’expression de Devereux, chaque outil constituant un élément identitaire, que le sujet mobilise selon l’interaction. Ainsi, les langues vont être utilisées en fonction de leur intérêt dans le type
10 MARIE-MADELEINEBERTUCCI& ISABELLEBOYER
d’interaction auquel est confronté le sujet. Ceci n’empêche pas pour autant que l’identité soit composée d’éléments stables qui rendent parfois difficile l’adaptation des groupes ou individus à un contexte culturel nouveau :
Tactiquement les acteurs vont réagir en fonction de la représentation qu’ils se font de ce qui est mis en cause dans la situation, des enjeux et des finalités perçus, mais également en fonction de l’état du système dans lequel ils sont impliqués et qui fait peser sur eux une pression constante à agir dans tel ou tel sens (Id. : 31).
Ces stratégies ont pour effet de contribuer à une visibilité sociale des sujets, leur assurant la possibilité de se différencier, l’essentiel étant à la fois d’être reconnu par le groupe, en obtenant une place spécifique et de ce fait de se constituer en tant que sujet par l’appartenance à un groupe et la reconnaissance d’une singularité. La langue en tant que marqueur identitaire traduit « l’appartenance plus ou moins marquée à un endogroupe et la différenciation entre cet endogroupe et un exogroupe qui vont jouer un rôle essentiel dans le sentiment d’identité » (Deschamps & Moliner, 2008 : 141). Chaque langue correspond donc à une fonction précise extérieure et intérieure, sociale et intime. Ceci étant, quel rapport le plurilinguisme entretient-il avec l’altérité ? On essaiera de voir en quoi l’altérité est installée au cœur du plurilinguisme. Les langues ne sont pas sur un pied d’égalité et les relations hiérarchiques qu’elles entretiennent contribuent à entretenir une relation inégalitaire, réelle ou imaginaire entre les locuteurs. Les représentations autour du français sont particulièrement significatives de cette relation. Le plurilinguisme peut être une clé de la saisie et de la compréhension de l’altérité. Le sujet plurilingue est ainsi en proie à une tension ou à une disjonction qui se construit