//img.uscri.be/pth/2f4c39ee79200d3345bd4edebbf569cca42dd1bb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 8,49 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Numerus clausus

De
83 pages
Cet ouvrage dénonce l'existence du "numerus clausus" qui clôture la première année de médecine et de la maltraitance de milliers d'étudiants qui en découle. Gigantesque bizutage institutionnel, l'auteur le perçoit comme une machine à produire de l'échec et le rend responsable de l'apparition de déserts médicaux. Il propose un changement radical du cursus de formation des professionnels de santé en abrogeant cette méthode de sélection et apporte de nombreuses pistes de réflexion.
Voir plus Voir moins
Bernard Sèle
Numerusclausus
De la maltraitance des carabins au naufrage de la médecine générale
Préface du professeur Didier Sicard
Numerus clausus De la maltraitance des carabins au naufrage de la médecine générale
Éthique et pratique médicale fondée par Richard Moreau Collection dirigée par Roger Teyssou La collectionLes Acteurs de la Science, prévue pour recevoir des études sur l’épopée scientifique moderne, se dédouble pour accueillir des ouvrages consacrés spécifiquement aux questions fondamentales que la santé pose actuellement. Cette nouvelle série cherche à faire le point objectivement et en dehors des modes sur des connaissances, des hypothèses et des enjeux souvent essentiels pour la vie de l’homme. Elle reprend certains titres publiés auparavant dansActeurs de la science. Dernières parutions Thierry PATRICE,Les aléas du vivant, Ordre ou désordre ?, 2017. Jean-Yves de la CAFFINIÈRE,Chirurgie et société. Retour sur 13 articles publiés dans la presse médicale généraliste, 2017. Bahram MATINE et François REGNIER,Des maux en paroles. Médecine et malades venus d’ailleurs, seconde édition revue et augmentée, 2016. Pierre de PUYTORAC et Auriane ARTUSSE,La mort en 60 questions, La mort observée, expliquée, repoussée, 2016. Dominique PERSOONS,Santé riche et Médecine pauvre, 2016. Daniel BIRNBAUM,C’est la lutte finale, 2015. Jacques ROBERT,Mal de mère et maux d’enfants, 2014. France BERETERBIDE,Essais cliniques dans les pays du Sud : entre impérialisme éthique et relativisme moral ?, 2014. Lucien KARHAUSEN,Mythologies médicales, 2014. Nausica ZABALLOS,:Vie et mort d’un hôpital psychiatrique le Camarillo Hospital (1936-1996), 2014. Monica GINNAIO,La pellagre : histoire du Mal de la Misère en Italie, 2013. Pr Jean-Luc WAUTIER (avec la collaboration de Marie-Paule Wautier),Le sens de la médecine ou la révolution culturelle dans le système de santé, 2013.
Bernard Sèle
Numerus clausus De la maltraitance des carabins au naufrage de la médecine générale
Préface du professeur Didier Sicard
Ce texte posthume est proposé aux lecteurs en l’état. Il a été écrit dans un sentiment d’urgence, comme un dernier « coup de gueule », et n’a malheureusement pas pu être retravaillé par l’auteur.
Sans la ténacité et l’indéfectible soutien de Marie-Christine Choquet, ce livre n’aurait pu voir le jour. Merci à Carol Duheyon pour son regard amical et avisé de correctrice. Merci à Corinne Tourrasse pour ses bons soins sur la maquette. © L’HARMATTAN, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13066-8 EAN : 9782343130668
Préface
La Chine a été longtemps ensevelie sous les rigidités du monde mandarinal, mais ce monde de mandarins appliqué aux « sei-JQHXUV ª GH OD PpGHFLQH VRXYHQW MXVWL¿p GHYUDLW GpVRUPDLV concerner plutôt le système universitaire de l’enseignement GH OD PpGHFLQH TXH VHV HQVHLJQDQWV 8Q XQLYHUV ¿Jp GDQV GHV normes, des entraves, des situations acquises, des hiérarchies totalement inadaptées à un monde en perpétuelle évolution donne le sentiment d’une extraordinaire indifférence à la réa-lité qui change. Comme si l’image duTitanicqui a ouvert le e XXVLqFOH Q¶HQ ¿QLVVDLW SDV G¶HQFRPEUHU QRWUH PpPRLUH VDQV SUpYHQLU VRQ EpJDLHPHQW /H FRQVWDW HVW HQ HIIHW DFFDEODQW Des étudiants ultra-sélectionnés sur leurs seules connaissances VFLHQWL¿TXHV GpFRXYUDQW O¶K{SLWDO WDUGLYHPHQW IDVFLQpV SDU les outils informatiques que leur offre la médecine et qui leur ouvrent des perspectives aussi lucratives que jouissives, se WHQDQW j GLVWDQFH GHV DXWUHV VRLJQDQWV HQ SDUWLFXOLHU GHV LQ¿U-PLqUHV VRQW OD FLEOH XQLTXH GHV HQVHLJQDQWV XQLYHUVLWDLUHV Une médecine pour elle-même, pour la médecine, pas pour le malade.
Affronter l’angoisse d’un malade, apprendre à annoncer une PDXYDLVH QRXYHOOH rWUH SOXV GLVSRQLEOH TX¶H[SHUW pFRXWHU plutôt que parler s’efface peu à peu de l’univers médical et de l’enseignement. « Une médecine sans médecins », le marché GHV ELRWHFKQRORJLHV ,QWHUQHW O¶LPDJH GX FRUSV DX OLHX GH VRQ LQFDUQDWLRQ FRQ¿VTXHQW GpVRUPDLV OD UpÀH[LRQ ,PPRELOH OD
5
Numerus clausus
IRUPDWLRQ GHV pWXGLDQWV Q¶D TXH IDLUH GH FHV FKDQJHPHQWV ,O IDXW GHV FKLIIUHV GHV VpOHFWLRQV GpWDFKpV GH WRXWH ¿QDOLWp /HV étudiants exclus, désenchantés, désespérés ne sont pas enten-dus dans leur déception de ne pas trouver de réponse à leur vocation.
Ceux qui sont passés sous les fourches caudines PDLQWLHQQHQW OD ¿FWLRQ G¶XQH SURIHVVLRQ j O¶HQWUpH FKqUHPHQW DFTXLVH LPPRELOH TXL Q¶D TXH IDLUH GH O¶DGDSWDWLRQ SHUPDQHQWH nécessaire. Le vrai « médecin aux pieds nus » n’est pas chinois mais français. Désormais soumis à la présence de la seule pro-WKqVH WHFKQLTXH LO HVW HQ VRQ DEVHQFH GHYHQX LQFDSDEOH GH IDLUH un diagnostic avec ses seuls mains, yeux ou oreilles.
Le professeur Bernard Sèle propose un renversement révolutionnaire. En amont et en aval. En amont, une licence ouverte à tous sur trois ans associant futur(e)s médecins, den-WLVWHV VDJHVIHPPHV NLQpVLWKpUDSHXWHV HW LQ¿UPLHUV qUHV  /D IRUPDWLRQ VH IDLW HQ SHWLWV JURXSHV DLGpV SDU ,QWHUQHW HW GHV étudiants plus âgés comme tuteurs. La formation pratique est G¶HPEOpH SUpVHQWH SOXV RX PRLQV LPSRUWDQWH VHORQ OHV SUR-jets professionnels. Des masters orientent vers des fonctions VRLJQDQWHV SOXV pODERUpHV VXLYLHV G¶XQ GRFWRUDW (Q DYDO XQH réforme majeure de la médecine générale qui, comme aux États-Unis, retrouve son prestige aussi évident que sa place centrale. Avec une reconnaissance économique digne de ses FRQWUDLQWHV HW GH VHV UHVSRQVDELOLWpV (W QRQ XQ H[LW G¶pFKHF aux spécialités jugées plus prestigieuses. Chantier titanesque, FRPEDWWX SDU WRXWHV OHV IRUFHV FRQVHUYDWULFHV DYHF DX SUHPLHU UDQJ OHV pWXGLDQWV TXL RQW UpXVVL OH VL GLI¿FLOH FRQFRXUV G¶HQWUpH Mais aussi les ordres, les sociétés de formation privées, les ins-tances universitaires et les CNU. Tout plutôt qu’un changement
6
Numerus clausus
intelligent. C’est le mérite du doyen Bernard Sèle de proposer XQ VFKpPD GH IRUPDWLRQ SpWUL GH ERQ VHQV /HV GHX[ pFDUWV TXH M¶DL DYHF OXL VRQW O¶DGPLVVLRQ VDQV ¿OWUH j OD OLFHQFH OD SRVVL-ELOLWp GH PDLQWHQLU GH IDoRQ FRQMRLQWH SHQGDQW VHSW RX KXLW DQV GHX[ FXUVXV (Q HIIHW OH EDFFDODXUpDW D SHUGX VRQ FDUDFWqUH ¿OWUDQW /H 3&% G¶DXWUHIRLV pWDLW XQH DQQpH GH SURSpGHXWLTXH qui limitait l’accès aux facultés de médecine.
On voit ce que l’accueil sans limites aux licences de psychologie, de sociologie, de staps crée de déception en aval. ,O IDXGUDLW GRQF XQH DQQpH GH SURSpGHXWLTXH DYDQW OD OLFHQFH TXL VH VXEVWLWXHUDLW j O¶DQFLHQ EDFFDODXUpDW SRXU QH SDV WUDQVIRUPHU l’Université des sciences de la santé en un gigantesque forum.
Les malades d’ailleurs ne supporteraient pas facilement OD SUpVHQFH G¶DXVVL QRPEUHX[ pWXGLDQWV 2X DORUV XQ EDFFDODXUpDW toutes disciplines confondues, acquis avec au moins mention B. Quant aux passerelles transitionnelles, elles sont d’une extrême complexité. La seule solution serait de prévenir dès maintenant que dans huit ans tout aura changé.
0DLV LO HVW FHUWDLQ TXH FH ERXOHYHUVHPHQW ORUVTX¶LO VHUD DFTXLV GRQQHUD O¶LPSUHVVLRQ TXH EHDXFRXS GH WHPSV D été perdu. Les étudiants du futur s’étonneront même qu’un tel système mandarinal ait pu durer aussi longtemps dans l’indif-férence générale.
Au travail !
3URIHVVHXU 'LGLHU 6LFDUGprésident d’honneur du comité consultatif national d’éthiquepour les sciences de la vie et de la santé
7