Pascal

-

Livres
3 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 5
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pascal (fiche - Terminale S - Terminale ES - Terminale L - Terminale STMG)
Blaise Pascal(1623-1662), né à Clermont-Ferrand, fut qualifié p arChateaubriand "d'effrayant génie", sans doute, en partie, en rais on de sa précocité : à 11 ans,Pascal rédige unTraité sur les sonsà 16 ans un, et Essai sur les coniques. S'étant posé la question de savoir comment il serait possible d'introduire de la mémoire dans un mécanisme, il invente, à 19 ans, la machine à calcu ler (la "pascaline"). Il est également l'initiateur de l'expérience du Puy-de-Dôme, expérience qu'il confie à son beau-frère Florin Périer(19 septembre 1648). Ainsi se trouvent démontrées la pesanteur de l'air et l'existence du vide. AvecPierre de Fermat, il aura contribué à la mise en place du calcul des probabilités. LesPenséesé", constitué de(1670), ouvrage non systématique, voire "désordonn séquences, puis de fragments posthumes, témoignent essentiellement, selon certains, de sa ferveur religieuse, et de son mépris pour le déisme voire l'athéisme de son époque. Cet ouvrage demeure son œuvre principale, c e qui justifie probablement que l'on connaîtPascaldavantage comme philosophe et écrivain que comme mathématicien et savant.
1. Pascal et la foi a. Pascal et la doctrine de Port-Royal Avant d'être considéré comme un écrivain et un phil osophe,Pascalest avant tout célèbre en raison de ses découvertes mathématiques et scientifiques. Savant mondain, il connaît cependant, dans la nuit du 23 n ovembre 1654, à l'âge de 31 ans, une expérience mystique qui bouleverse sa vie, et le conduit à se convertir au jansénisme, courant le plus "intégriste" de la religion chrétienne. À partir de cette époque, il renonce pratiquement à la science, et se consacre à sa vocation théologique. L'ouvrage intituléLes Provincialesreprésentent une somme de dix-huit lettres, sorte de manifeste de ses convictions reli gieuses. Janséniste,Pascals'en prend aux jésuites, auxquels il reproche de vouloir adapter le christianisme aux réalités humaines, les accusant en quelque sorte de laxisme moral. La doctrine dePort-Royal, quePascala fait sienne, nous enjoint en effet de renoncer à l'homme, et de nous tourner entièrement vers Dieu. La question de la grâce se trouve au centre des con troverses qui opposent les jansénistes et les jésuites. Se référant àsaint Augustin(354-430) et aux Pères de l'Eglise,Pascalaffirme que le salut de l'âme se trouve entre les mains de Dieu ; il ne dépend pas de la volonté des hommes. La Grâce est u ne faveur de Dieu, et il n'appartient pas à la créature de se sauver seule. À travers la question de la Grâce, ème Pascalsiècle, au seinse situe exactement à l'opposé de la modernité du 17 duquel s'ébauche l'idéal de maîtrise de soi et d'in dépendance de l'homme.Pascal récuse d'emblée le rationalisme que la philosophie de Descartes (1596-1650) incarne. b. Le coeur contre la raison
ContreDescartes, en effet, qui affirme la toute-puissance de la ra ison, et introduit, avec lecogito, ergo sum(je pense, donc je suis), l'idée d'une conscience transparente à elle-même,Pascalmet l'accent surla misère de l'homme :Je suis dans une ignorance terrible de toutes choses, je ne sais ce que c'est que mon corps, que mes