//img.uscri.be/pth/20fb8c2a8a2b0722f543efa36bb9fe3a2a260728
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 20,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Enjeux et défis de la formation à l'enseignement professionnel

De
306 pages
Depuis plusieurs années, les milieux politique et éducatif ont mis en œuvre différentes avenues pour valoriser la formation professionnelle au Québec. À l’automne 2003, le baccalauréat en enseignement professionnel devient un programme de 120 crédits et la seule voie d’accès au brevet d’enseignement. Contrairement aux autres secteurs de formation à l’enseignement, les étudiants de ce secteur occupent déjà, à 81 %, un poste d’enseignant dans un centre de formation professionnelle, où ils ont été recrutés sur la base de leur expertise de métier ; ce n’est qu’une fois en poste qu’ils amorcent leur formation universitaire. Cette réalité et les changements politico-éducatifs ont représenté des défis pour l’implantation du baccalauréat en enseignement professionnel pour toutes les universités offrant le programme et pour tous les acteurs impliqués dans cette réforme.
Ce collectif est le fruit d’une rencontre entre les auteurs et des chercheurs préoccupés par les défis de la formation à l’enseignement professionnel. Les perspectives multiples et les regards variés proposés par les chercheurs dans cet ouvrage soulèvent des enjeux émanant de la complexe réalité vécue par ces enseignants-étudiants.
Voir plus Voir moins
image

Collection
ÉDUCATION-RECHERCHE

Sous la direction de NADIA ROUSSEAU

Les développements récents de la recherche en éducation ont permis de susciter diverses réflexions pédagogiques et didactiques et de proposer plusieurs approches novatrices reconnues. Incidemment, la collection Éducation-Recherche des Presses de l’Université du Québec offre un lieu de présentation des plus récents résultats de recherche susceptibles d’intéresser d’autres chercheurs dans le domaine. Cette collection a également l’intention de soutenir le développement des compétences des acteurs de l’éducation (en formation initiale ou continue) œuvrant dans différents contextes d’intervention (secteurs des jeunes, des adultes, professionnel, postsecondaire) en favorisant l’accès aux connaissances issues de la recherche. Le but est d’offrir aux universitaires et praticiens des ouvrages pertinents et utiles en contexte éducatif.

Respectant les critères de scientificité des revues arbitrées, notamment à travers un processus d’évaluation par les pairs, cette collection se présente sous deux formes, soit un ouvrage faisant état de connaissances propres à un domaine particulier, soit un ouvrage collectif sur un sujet d’intérêt.

La collection Éducation-Recherche est dirigée par Nadia Rousseau, forte d’une grande expérience de recherche et de valorisation des résultats de la recherche.

Enjeux et défis
de la formation

à l’enseignement professionnel

Image

Presses de l’Université du Québec

Le Delta I, 2875, boulevard Laurier, bureau 450, Québec (Québec) G1V 2M2

Téléphone: 418 657-4399

Télécopieur: 418 657-2096

Courriel: puq@puq.ca

Internet: www.puq.ca

Diffusion/Distribution:

CANADA

Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand, Boisbriand (Québec) J7H 1N7
Tél.: 450 434-0306 / 1 800 363-2864

FRANCE

AFPU-D – Association française des Presses d’université
Sodis, 128, avenue du Maréchal de Lattre de Tassigny, 77 403 Lagny, France – Tél.: 01 60 07 82 99

BELGIQUE

Patrimoine SPRL, avenue Milcamps 119, 1030 Bruxelles, Belgique – Tél.: 02 7366847

SUISSE

Servidis SA, Chemin des Chalets 7, 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse – Tél.: 022 960.95.32

Image

La Loi sur le droit d’auteur interdit la reproduction des œuvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autorisée – le «photocopillage» – s’est généralisée, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la rédaction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L’objet du logo apparaissant ci-contre est d’alerter le lecteur sur la menace que représente pour l’avenir de l’écrit le développement massif du «photocopillage».

Enjeux et défis
de la formation

à l’enseignement professionnel

Sous la direction de
CLAUDIA GAGNON
SANDRA COULOMBE

image

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Vedette principale au titre:

Enjeux et défis de la formation à l’enseignement professionnel

(Collection Éducation-recherche; 38)

Comprend des références bibliographiques.

ISBN 978-2-7605-4610-3

ISBN EPUB 978-2-7605-4612-7

1. Enseignement professionnel. 2. Professeurs (Enseignement professionnel) – Formation. I. Gagnon, Claudia. II. Coulombe, Sandra, 1974-. III. Collection: Collection Éducation-recherche; 38.

LC1060.E54 2016378’.013C2016-941311-X

image

Révision et correction d’épreuves

Mélissa Guay

Conception graphique

Julie Rivard

Image de couverture

iStock

Mise en page

Info 1000 Mots

Dépôt légal: 4e trimestre 2016

Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Bibliothèque et Archives Canada

© 2016 – Presses de l’Université du Québec

Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés

Imprimé au Canada

D4610-1[01]

Liste des figures et des tableaux

Figure 1.1.

Quatre cultures-types résultant de la combinaison des ancrages culturels et des orientations de l’action privilégiés

Figure 1.2.

Indicateurs culturels propres à chacune des cultures-types

Figure 2.1.

Contenu des représentations articulé autour de trois ensembles de connaissances

Figure 2.2.

Familles de variables caractéristiques de la situation d’enseignement

Figure 5.1.

Démarche d’examen des interactions entre les phases

Figure 5.2.

Schéma du fonctionnement du processus didactique

Figure 8.1.

Dimensions structurelles du modèle de Kolb (1984)

Tableau 3.1.

Exemples de changements institutionnels pouvant améliorer le soutien à la persévérance et à la réussite scolaires

Tableau 5.1.

Activités clés et actions de la phase d’interprétation

Tableau 5.2.

Activités clés et actions de la phase de représentation

Tableau 5.3.

Activités clés et actions de la phase de conception d’environnements d’apprentissage

Tableau 5.4.

Activités clés et actions de la phase d’adaptation aux caractéristiques des étudiants

Tableau 7.1.

Compétences attendues en formation de stagiaires

Tableau 7.2.

Modalités de stage les plus profitables selon les étudiants

Tableau 9.1.

Présentation du contexte de formation des participantes

Tableau 10.1.

Évolution du personnel enseignant en FP

Tableau 10.2.

Évolution de la qualification légale d’enseigner du personnel enseignant en FP

Tableau 10.3.

Pertinence des 8 composantes selon les groupes de répondants

Tableau 10.4.

Qualité du baccalauréat en enseignement professionnel selon les étudiants actifs et diplômés

Tableau 10.5.

Qualité du baccalauréat en enseignement professionnel selon les intervenants et les directions

Tableau 10.6.

Qualité des 7 composantes selon les 3 groupes d’étudiants

Tableau 10.7.

Capacité des programmes de formation à développer les compétences du référentiel

Tableau 10.8.

Facteurs favorisant la persévérance des étudiants actifs, diplômés et ayant abandonné

Tableau 10.9.

Facteurs favorisant la persévérance selon les directions et les personnes intervenantes

Tableau 10.10.

Le baccalauréat permet-il de mieux former les enseignants que le certificat?

INTRODUCTION

L’évolution de la formation du personnel enseignant en FP

Des pistes de réflexion pour les universités au Québec

Claudia Gagnon

Sandra Coulombe

Lucie Dionne

La situation des enseignants et enseignantes de la formation professionnelle est très particulière. D’abord parce qu’ils sont engagés en fonction de la maîtrise du métier à enseigner et que leur recrutement s’effectue parmi les travailleurs en emploi, ensuite parce que, contrairement aux autres enseignants du secteur général aux niveaux primaire et secondaire, leur formation à l’enseignement survient généralement une fois qu’ils sont engagés dans les centres de formation professionnelle (CFP), parfois même après plusieurs années d’enseignement, et ce, dans le même temps qu’ils doivent donner leur cours (Balleux, 2006; Ministère de l’Éducation [MEQ], 2001a; Deschenaux, Monette et Tardif, 2012; Tardif, Blanchette et Balleux, 2002). Ce contexte engendre plusieurs enjeux et défis pour la formation en enseignement professionnel. Avant d’aborder ces enjeux et défis qui se posent actuellement, plus de dix ans après le développement et la mise en place des différents programmes de baccalauréat en enseignement professionnel (BEP), nous souhaitons porter un regard historique sur la formation professionnelle au Québec et, en parallèle, sur l’évolution de la formation de son personnel enseignant, de façon à mettre en perspective ce qui a conduit à l’état de situation actuel. Ensuite, nous relaterons plus particulièrement l’histoire de la formation des enseignants et enseignantes en formation professionnelle en nous attardant plus longuement à certains rapports déterminants qui ont mené à la réforme de la formation à l’enseignement professionnel et aux exigences que nous connaissons aujourd’hui. À la lumière de ce contexte historique, la question des enjeux et des défis présents maintenant et dans le futur en ce qui a trait à la formation du personnel enseignant en formation professionnelle sera posée. En souhaitant mettre en lumière ces enjeux et ces défis par les résultats de recherches menées par les chercheurs des différentes universités offrant le baccalauréat en enseignement professionnel (BEP), nous terminons cette introduction en présentant les contributions de ce collectif.

1. L’évolution de la formation professionnelle au Québec

De la simple formation des artisans au début du siècle dernier à la prise en charge de la formation par l’état à partir de l’adoption de la Loi de l’enseignement spécialisé et de la Loi concernant les écoles professionnelles en 1941 (Charland, 1982; Conseil supérieur de l’éducation, 1992; Landry et Mazalon, 1995), la formation professionnelle a subi de grands changements. En effet, à l’aube des années 1960, le Québec présente le plus faible taux de scolarisation au Canada (Proulx, 2009) et de profonds changements sont amorcés. Alors qu’en formation professionnelle règne le chaos, plusieurs ministères contrôlent différentes institutions d’enseignement spécialisé1 auxquelles s’ajoutent les écoles privées et les moyens de formation dont se dotent les entreprises (Charland, 1982). L’effectif étudiant est en baisse, les programmes et l’équipement sont de plus en plus désuets, et il y a absence de lien entre l’enseignement général et l’enseignement professionnel et entre l’enseignement spécialisé et le marché du travail. En conséquence, beaucoup de jeunes quittent le système scolaire sans qualification professionnelle.

1.1. Un premier temps de réforme

C’est à partir de janvier 1961 que le Comité d’étude sur l’enseignement technique et professionnel, mieux connu sous le nom de Comité Tremblay, se penche sur ces problèmes, en plus d’aborder le sujet du personnel enseignant. Il sera suivi, notamment, par le Rapport de la Commission royale d’enquête sur l’enseignement dans la province de Québec ou rapport Parent. Celui-ci conduira à la création du MEQ, en 1964, et à une restructuration complète du réseau de la formation professionnelle avec l’apparition des collèges d’enseignement général et professionnel (cégep) et des écoles polyvalentes, de niveau secondaire, ainsi qu’à l’abolition presque complète du système d’apprentissage en entreprise (Charland, 1982; Conseil supérieur de l’éducation, 1992; Landry et Mazalon, 1995), le système d’enseignement, tel qu’organisé en 1960, n’étant plus en mesure d’assurer le développement de la société industrielle du Québec (Robert et Tondreau, 1997).

Malgré ces changements, on assiste à un déclin dramatique de la valeur du diplôme de formation professionnelle auprès des employeurs et des jeunes (Deschenaux et Roussel, 2010; Hardy et Maroy, 1995). On souligne le manque d’enseignants compétents, l’équipement insuffisant, le ratio maître/élèves (1/17) trop élevé, et une confusion s’établit entre les élèves du secteur professionnel et ceux en difficulté d’apprentissage (Charland, 1982).

1.2. Des efforts de revalorisation

À la fin des années 1980, après l’annonce par le gouvernement québécois d’un plan d’action pour relancer la formation professionnelle au secondaire, une véritable réforme intégrant les clientèles jeunes et adultes voit le jour. C’est le début de l’élaboration des programmes par compétences et l’apparition du diplôme d’études professionnelles (DEP)2 (Conseil supérieur de l’éducation, 1992; MEQ, 1982, 1986; Payeur, 1994). Des projets d’harmonisation des programmes d’études professionnelles et techniques sont mis en place et le monde du travail est à nouveau associé au développement et à la gestion de la formation professionnelle et technique (Hardy et Maroy, 1995; Landry et Mazalon, 1995; MEQ, 1993).

Avec la «volonté d’entreprendre des changements d’importance» (MEQ, 1995, p. 3), le rapport du Groupe de travail sur la relance de la formation professionnelle des jeunes au secondaire et de la formation technique, mieux connu sous le nom de rapport Pagé, propose une nouvelle vision de la formation professionnelle ainsi que plusieurs recommandations qui ont ensuite été reprises presque en totalité par les États généraux (MEQ, 1996) et le plan d’action ministériel Prendre le virage du succès (MEQ, 1997). Celles-ci visent notamment à augmenter l’accessibilité à la formation professionnelle et technique, diversifier les voies de formation et développer de nouveaux modes de formation, renforcer les partenariats avec le monde du travail, etc. Ces changements semblent avoir été positifs, car les effectifs «suivent une tendance à la hausse depuis plusieurs années, enregistrant une hausse de 14% depuis 1999-2000» (Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport [MELS], 2010, p. 13). Ainsi, en 2011-2012, on comptait 110 192 personnes inscrites à la formation professionnelle au secondaire (DEP, attestation de spécialisation professionnelle [ASP] et attestation de formation professionnelle [AFP]), dont 27 577 avaient moins de 20 ans (MELS, 2014). Par ailleurs, «pour le Groupe de travail, la valorisation de la formation professionnelle passait également par la valorisation de la profession enseignante dans ce secteur, impliquant la qualification du personnel et la mise à jour de ses connaissances» (MEQ, 2001a, p. 9).

De son côté, la Commission des États généraux sur l’éducation insiste sur l’importance de constituer une équipe enseignante stable et formée dans le secteur de la formation professionnelle «de façon à développer une expertise locale, tant pour la conception des programmes et la révision des pratiques pédagogiques que pour établir de nouvelles relations avec le monde du travail» (MEQ, 1996, p. 37). Les recommandations de la Commission conduisent, quelques années plus tard, à la réforme de la formation du personnel enseignant de ce secteur.

2. La formation des enseignants de formation professionnelle