École des filles école des femmes

École des filles école des femmes

-

Livres
266 pages

Description

Les résultats des enquêtes internationales sur les acquis scolaires des élèves montrent de meilleures performances globales des filles - un écart qui se creuse encore lorsqu'on s'intéresse à l'expression de la motivation ou des projets professionnels. Pourtant l'autocensure féminine perdure à l'entrée des filières prestigieuses, notamment dans les études scientifiques ; et les garçons montrent davantage de facilité à transformer leur capital scolaire en ressources professionnelles, au moment de l'insertion comme en cours de carrière.

Les auteurs de cet ouvrage actualisent, approfondissent et renouvellent le débat sur la sur-réussite féminine à partir de trois questionnements clairement délimités :

- Dans quelle mesure certaines trajectoires académiques laissent entrevoir un phénomène d'autosélection mais aussi de déperdition proprement institutionnelle des filles ?

- En quoi les stéréotypes féminins dans l'espace scolaire régulent aussi les interactions des filles entre elles et avec les professionnels de l'enseignement ?

- Que révèle la place des femmes dans l'institution scolaire sur leurs trajectoires professionnelles et à quelle légitimité sociale répond l'activité éducative lorsqu'on lui assigne une main d'oeuvre massivement féminine ?

Au final, les contributions de ce volume montrent l'intérêt de poursuivre, développer et affiner les analyses sur les rapports sociaux de sexe dans la sphère éducative. Il nous appartient de prendre conscience de leurs effets inégalitaires, à la fois tempérés et renouvelés par la démocratisation ségrégative des cursus.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2017
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782807309548
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Perspectives en éducation & formation
Collection dirigée par Philippe Jonnaert, Montréal Comité scientifique international Dan Baba Tahirou, Niamey ; Jean-Marie De Ketele, Louvain-la-Neuve ; Maurice Sachot, Strasbourg ; Jacques Tardif, Sherbrooke. Animée par Philippe Jonnaert (Université du Québec, Montréal), voici une collection en sciences de l’éducation créée pour soumettre à la critique des praticiens les réflexions théoriques et les résultats de recherches et de travaux actuels et pour offrir aux enseignants et aux professionnels de l’éducation des outils pour leur pratique quotidienne et une réflexion sur ces derniers.
Titre
PRÉSENTATION DES AUTEURS
INTRODUCTION
SOMMAIRE
re 1 PARTIE - LES RESSORTS DE L’AUTOSÉLECTION FÉMININE
Chapitre 1 - Filles et garçons face au décrochage scolaire
Chapitre 2 - Transitions sexuées de l’école à l’enseignement post-obligatoire en Suisse
Chapitre 3 - Filles et garçons en classes préparatoires scientifiques : les métamorphoses du « double handicap » au fil des trajectoires scolaires
Chapitre 4 - Quand le genre rattrape l’excellence. Une comparaison des parcours de formation des normaliens et normaliennes (1981-1987)
Chapitre 5 - L’école de l’écriture : les écrivaines tunisiennes francophones, entre excellence scolaire et diversification des trajectoires
e 2PARTIE - FAIRE AVEC LES STÉRÉOTYPES ET LA NORME ANDROCENTRÉE
Chapitre 6 - Les collégiennes des milieux populaires en EPS : influence des stéréotypes de sexe et des enseignants sur leur engagement dans la discipline
Chapitre 7 - Les filles de milieux populaires et l’école : de la docilité au arts de la ruse
Chapitre 8 - L’émotion a-t-elle un genre ? Filles et garçons face à la violence et aux incivilités à l’école élémentaire
Chapitre 9 - La sur-responsabilisation des filles dans « l’éducation à la sexualité » : une norme scolaire asymétrique
Chapitre 10 - Stéréotypes professionnels de la chirurgienne et formes de gestion du stigmate au cours de la formation
e 3 PARTIE - « PROFESSION ÉDUCATION » : UNE SECONDE NATURE ?
Chapitre 11 - Médecine de l’Éducation nationale : médecine de femme ? médecine dominée ?
Chapitre 12 - Les conseillers principaux d’éducation à l’école du genre
Chapitre13-Laféminisationdesenseignants-chercheursenFrance:entre
Chapitre 13 - La féminisation des enseignants-chercheurs en France : entre conformité et transgression du genre
Chapitre 14 - Les femmes journalistes en éducation : heurs et malheurs d’une spécialisation professionnelle
PERSPECTIVES
BIBLIOGRAPHIE Copyright
Nous remercions le laboratoire Triangle (UMR 5206) et l’Institut français d’éducation pour l’aide apportée à la publication de cet ouvrage.
PRÉSENTATION DES AUTEURS
Viviane Albengamaîtresse de conférences en sociologie du genre à l’IUT de est Tours, chercheure associée à Sciences Po. Sa thèse,Lecteurs, lectures et trajectoires de genre, soutenue en 2009 à l’EHESS a obtenu le prix 2010 de la re Ville de Paris (1 ex aequo) en Études Genre. Véronique Barthélémyest maîtresse de conférences en sciences de l’éducation à l’Université de Lorraine (ESPE de l’Académie de Nancy-Metz). Ses travaux visent, d’une part, la mise en évidence des pratiques des acteurs dans le pilotage des établissements scolaires et plus particulièrement de la vie scolaire et, d’autre part, l’évaluation de dispositifs. Pierre Bataillesociologue, post-doctorant du Fonds national suisse de la est recherche scientifique à l’Université de Lausanne et au Pôle de recherche national LIVES, membre du LabSo (Laboratoire de sociologie). Soutenue en 2014 à l’UNIL, sa thèse proposaitUne analyse sociologique des parcours de vie des ancien. ne. s élèves des Écoles normales supérieures de Saint-Cloud, Fontenay-aux-Roses et Lyon (1981-1987). Pierre-Yves Bernardest maître de conférences à l’Université de Nantes et chercheur au Centre de recherche en éducation de Nantes. Ses travaux reposent sur une approche socio-économique des questions éducatives. Spécialiste du décrochage scolaire, de sa genèse à la fois comme problème public et comme expérience scolaire d’une partie de la jeunesse, il a également mené des travaux sur les effets des politiques publiques en matière de formation professionnelle initiale. Marianne Blanchard est maîtresse de conférences en sociologie à l’Université Toulouse 2/ESPE Midi-Pyrénées et chercheuse au CERTOP. Sa thèse portait sur les écoles de commerce en France, et elle s’intéresse désormais aux parcours étudiants dans l’enseignement supérieur. Hélène Buisson-Fenetsociologue, chargée de recherche CNRS au Laboratoire est Triangle (UMR 5206 – ENS Lyon), et a coordonné le réseauSociologie de l’éducation et de la formationl’Association française de sociologie avec Yves de Dutercq. Son champ de recherche est celui des politiques éducatives ; ses travaux portent principalement sur les transformations de l’administration scolaire (reconfigurations professionnelles, rôle des outils de comptabilité et de gestion) et, plus récemment, sur l’analyse comparée de l’évaluation des établissements et du pilotage scolaire contractualisé. Séverine Depoillyest maîtresse de conférences en sociologie à l’ESPE de l’Académie de Paris-Sorbonne, et membre du Laboratoire CIRCEFT-ESCOL de l’Université
Paris 8. Elle travaille sur les scolarités différenciées des filles et des garçons de milieux populaires. Marie-Carmen Garcia est professeure de sociologie à l’Université Paul Sabatier Toulouse 3, membre du laboratoire PRISMHH-SOI. Elle travaille sur les formes contemporaines de féminisme ainsi que sur les violences liées au genre en milieu scolaire. Agnès Gindt-Ducrosmédecin de santé publique et sociologue. Enseignante- est chercheure à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) à Rennes, elle est responsable de la formation statutaire initiale des médecins de l’Éducation nationale. Ses travaux de recherche en sociologie portent sur la profession de ces médecins et sur la question de la santé en milieu scolaire. Elle est chercheure associée à l’UMR CRAPE Centre de recherches sur l’action politique en Europe de l’Université de Strasbourg. Carine Guérandel est maîtresse de conférences en sociologie à l’IUT « Carrière sociale » de l’Université de Lille 3. Membre du Laboratoire « Centre de Recherche Individus, Épreuves, Sociétés » (CeRIES), ses recherches portent sur les thématiques du corps et du sport, de la socialisation sexuée et de la jeunesse populaire urbaine. Elle étudie notamment la mixité en milieu scolaire en se focalisant sur l’éducation physique et sportive en zone d’éducation prioritaire. Christian Imdorf est professeur boursier du Fonds national suisse en sociologie à l’Université de Berne. Ses champs de recherche concernent le genre en éducation, les transitions de l’école à l’emploi, la sélection sociale au sein de la formation professionnelle, les nouveaux dispositifs de la formation par alternance, l’insertion professionnelle des jeunes concernés par le travail précaire. Aude Kerivel est sociologue, chargée de recherche à l’IRISS (Université du Luxembourg), collaboratrice scientifique à l’Université du Luxembourg. Elle travaille notamment pour le ministère de la Jeunesse en France et enquête actuellement sur les premières expériences de discrimination au moment du stage de troisième et sur la colonie de vacances comme potentiel lieu de mixité et de rencontres. Abir Kréfamaîtresse de conférences en sociologie à l’ENS Lyon. Ses travaux est croisent les apports des sociologies du genre et des sexualités, de la culture et des intellectuels, de l’engagement et des mobilisations collectives. Elle a notamment co-dirigé, avec Isabelle Charpentier et Christine Détrez,Socialisations, identités et résistances des romancières du Maghreb(Paris : L’Harmattan, 2013). Nicky Le Feuvre, de nationalité britannique, est professeure de sociologie du travail à l’Université de Lausanne (Suisse). Ses recherches portent sur le processus de féminisation des échelons supérieurs du marché du travail, dans une perspective comparative européenne. Elle dirige le projetGender & Occupations du Pôle de recherche national LIVES (www.lives-nccr.ch) et pilote le volet suisse du projet européen GARCIA (www.garciaproject.eu) sur les inégalités de genre dans les débuts des carrières académiques en Europe. Christophe Michautmaître de conférences en sciences de l’éducation et est chercheur au Centre de recherche en éducation de Nantes. Spécialiste de l’organisation pédagogique des universités et de la tricherie scolaire, il a réalisé plusieurs recherches avec Pierre-Yves Bernard sur l’expérience scolaire, la certification et l’insertion professionnelle des jeunes en situation de décrochage scolaire.