L'affectivité à l'école

-

Livres
157 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les élèves aiment-ils l'école ? aiment-ils apprendre ? aiment-ils leur professeur ? Qu'est-ce qui fait l'essence de la relation maître - élève ? Cet ouvrage voudrait mettre en valeur l'affectivité des élèves dans leurs rapports à l'école, au savoir et au maître par le moyen d'entretiens auprès d'élèves qui réussissent ou non leur scolarité.

Puisque le processus enseignement / apprentissage se mesure en terme de réussite ou échec, il est intéressant de s'interroger sur les déterminants de la réussite ou de la difficulté scolaire. Ces déterminants sont à rechercher dans la situation scolaire elle-même. Une meilleure connaissance des voies et des mécanismes de l'apprentissage en classe ainsi que du rôle et de la place de l'enseignant dans le processus de construction des savoirs chez les élèves est le sujet de ce travail.

La place de l'affectivité dans l'expérience scolaire de l'élève. Le rapport au maître peut-il être vu comme élément déterminant de la réussite ou de l'échec scolaire ?

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782130790761
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0172 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Gaëlle Espinosa
L'affectivité à l'école
L'élève dans ses rapports à l'école, au savoir et au maître
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2003
ISBN papier : 9782130532675 ISBN numérique : 9782130790761
Composition numérique : 2016
http://www.puf.com/
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
es élèves aiment-ils l'école ? aiment-ils apprendre ? aiment-ils leur professeur ? Qu'est-ce qui fait l'essence de la relation maître - élève ? Cet ouvrage voudrait mettre en valeur l'affectivité des élèves dans leurs rapports à l'école, au savoir et au maître par le moyen d'entretiens auprès d'élèves qui réussissent ou non leur scolarité. Puisque le processus enseignement / apprentissage se mesure en terme de réussite ou échec, il est intéressant de s'interroger sur les déterminants de la réussite ou de la difficulté scolaire. Ces déterminants sont à rechercher dans la situation scolaire elle-même. Une meilleure connaissance des voies et des mécanismes de l'apprentissage en classe ainsi que du rôle et de la place de l'enseignant dans le processus de construction des savoirs chez les élèves est le sujet de ce travail. La place de l'affectivité dans l'expérience scolaire de l'élève. Le rapport au maître peut-il être vu comme élément déterminant de la réussite ou de l'échec scolaire ?
L'auteur
Gaëlle Espinosa Allocataire de recherche, puis attachée temporaire d’enseignement et de recherche à l’université Pierre-Mendès-France de Grenoble, Gaëlle Espinosa est aujourd’hui chargée d’enseignement et de recherche à Paris. Elle a soutenu, en juillet 2001, une thèse en Sciences de l’éducation.
Introduction
Table des matières
Première partie. L’élève et le monde scolaire : du rapport à l’« objet scolaire » Chapitre premier. La relation pédagogique comme triple rapport à l’école, au savoir et au maître de l’élève 1 - La relation pédagogique et les contrats pédagogique et didactique 2 - Le rapport à l’« objet scolaire » (comme triple rapport) de l’élève 3 - Le métier d’élève Chapitre II. L’affectivité, d’un point de vue psychologique, dans le rapport au maître 1 - La motivation 2 - La confiance en soi 3 - L’attitude 4 - Les émotions 5 - L’attribution 6 - Pour poursuivre… Chapitre III. Du « destin » au « chemin scolaire » de l’élève 1 - La représentation du maître par l’élève 2 - Le rôle de l’image de soi (relative au niveau de résultats scolaires de l’élève) dans le rapport au maître 3 - Un schéma de synthèse pour la compréhension d’une notion : le « chemin scolaire » 4 - La « pensée de l’élève » : un paradigme pour rendre intelligible l’expérience des élèves ? Deuxième partie. Une enquête sur les « chemins scolaires » Présentation Chapitre IV. Le rapport à l’école, en tant que « disposition scolaire » de l’élève 1 - L’élan scolaire chez l’élève 2 - Les émotions, liées à l’institution scolaire elle-même, de l’élève 3 - Sa réflexion sur l’institution scolaire 4 - L’école, le lycée, et l’avenir professionnel de l’élève 5 - Le rapport à l’école : synthèse et conclusion Chapitre V. Le rapport au savoir, en tant que « disposition à l’apprentissage » de l’élève
1 - L’élève face aux interpellations orales enseignantes en classe 2 - L’élève face aux interrogations écrites en classe 3 - Ce que pense l’élève de ses résultats scolaires 4 - Ce que pense l’élève des contenus d’apprentissage scolaires proposés par l’institution scolaire Chapitre VI. Le rapport au maître, en tant que « disposition relationnelle » de l’élève 1 - Définir ce rapport 2 - L’appréciation par l’élève de la personne de l’enseignant 3 - Élèves de classe deCE2et élèves de classe de seconde : deux façons spécifiques d’aborder la question de l’enseignant Synthèse de l’analyse des entretiens Conclusion générale Bibliographie
Introduction
e destin d’une personne s’écrirait à la fois de l’intérieur et de l’extérieur. L « Nous avons un besoin urgent de travaux qui permettraient de mieux comprendre pourquoi et comment ce “projet de soi” se structure si fortement chez certaines personnes, et si peu chez d’autres, dont la vie dès lors s’en va à l’aventure, et parfois à la catastrophe... » (Perron, 1991, p. 245).
Notre volonté fut de savoir ce qu’il en était pour la vie « scolaire », en essayant : - d’une part, de conduire une analyse prenant en compte, à la fois, les « déterminants externes » et la « dynamique interne » ; - d’autre part, de voir comment se combine cette dynamique interne de construction de soi avec les effets de la catégorisation scolaire pour déboucher sur des « projets de soi comme élève » pouvant être si contrastés.
Il ne s’agira pas ici d’une étude[1]directe de l’influence du rapport au savoir ou du rapport au maître sur la réussite ou l’échec par recherche de corrélations statistiquement significatives, mais d’une étude portant sur la construction de ce qui pourra être lu, après-coup, comme un destin scolaire (de bon, ou de mauvais élève). Ou comment et pourquoi se compte-t-on (se comporte-t-on) progressivement comme un bon ou un mauvais élève ? Quelle est la part du rapport au maître dans cette construction ?
Dans son ouvrage,Les corps clandestins. L’enfant, l’école et le quotidien, Chobaux (1993) compare la « version officielle » qui fait « de la relation enseignante une histoire de raison » avec une version certainement plus probable et répandue. « Tout est sérieux dans cette version de l’histoire ; elle ne semble concerner que des individus désincarnés.
« Mais dans l’espace clos de la classe, une autre version de l’histoire se déroule aussi… » (p. 93). La sympathie et l’antipathie entre un enseignant et un élève, l’indulgence et l’agressivité, l’intérêt ou l’ennui, mais aussi la séduction mutuelle plus ou moins consciente des partenaires pédagogiques sont, selon Chobaux, le quotidien de la vie scolaire. Ainsi avons-nous voulu mettre à l’épreuve l’analyse de cet auteur, dans un but d’appréhension, d’étude et de compréhension de cette « autre » version de l’histoire.
La dimension affective : une composante réelledelarelationpédagogique?
réelledela relation pédagogique ?
Notre intérêt pour cette question est lié à la tentative de notre part d’un éclaircissement des zones d’ombre accompagnant, à nos yeux, la notion de rapport au maître.
Qu’en est-il du rapport au maître dans l’apprentissage ? Les tonalités et modalités du rapport au maître permettent-elles de rendre compte de la réussite ou de l’échec scolaire de l’élève ? La personne du maître aurait-elle quelque chose à voir avec la réussite ou l’échec scolaire ? Le rapport « positif » au maître est-il quelque chose de nécessaire dans la réussite scolaire ? Enfin, peut-il y avoir quelque chose de déterminant pour la réussite ou l’échec scolaire d’un élève dans sa relation au maître ?
Ce questionnement pluriel peut être condensé autour de deux grandes questions, auxquelles notre recherche a eu pour ambition d’apporter des éléments de réponse : - le rapport au maître est-il déterminant dans la réussite ou l’échec scolaire d’un élève ? - le rapport au maître que vit l’élève dans une relation pédagogique est-il de l’ordre de l’affectif ?
Les phénomènes d’échec et de réussite peuvent être analysés de façon fructueuse en termes de différence d’expérience (Charlot, 1997). L’expérience scolaire se vivrait essentiellement sur un mode relationnel avec :
1. l’institution scolaire elle-même ;
2. le savoir enseigné en classe ;
3. la personne qui dispense ce savoir.
L’histoire que traverse tout élève à l’école serait donc une double histoire de sens et de « rapport à » (Charlot, Bautier et Rochex, 1992 ; Rochex, 1995 ; Perrenoud, 1994 ; Develay, 1996 ; Charlot, 1997).
Notre préoccupation dans ce travail est l’appréhension de l’élève dans son triple rapport à l’école, au savoir et au maître dans un but de compréhension, d’une part, du rôle de l’enseignant dans l’investissement scolaire des élèves et, d’autre part, de la dimension affective de la relation maître-élève.
Il est ainsi ici proposé une étude de l’élève dans son rapport à l’« objet scolaire » accordant une place privilégiée au rapport à l’enseignant (Blanchard-Lavilleet al., 1989 ; Charlot, Bautier et Rochex, 1992 ; Beillerotet al., 1996 ; Charlot, 1997). Cette étude est une exploration de la question de l’expérience et du vécu scolaires de l’élève et, partant, celle de son appropriation du savoir.
Nous présenterons notre travail en deux grandes parties.
La première partie de notre travail de recherche
Le but intrinsèque de notre première partie est l’appropriation de notions et la prise de connaissance de résultats de recherche déjà produits concernant la relation pédagogique et la question du « destin » scolaire, nous permettant, espérons-le, de renforcer notre questionnement, de faire apparaître plus clairement des hypothèses générales de recherche et de préciser notre thèse.
Ainsi, cette première partie est consacrée à une revue de la littérature. Une enquête bibliographique est en effet, tout d’abord, requise pour, d’une part, donner un éclairage théorique approprié à nos préoccupations de recherche et, d’autre part, construire le cadre conceptuel qui nous permettra de conduire d’une façon utile notre enquête sur le terrain en tenant compte, à la fois, des acquis récents de la recherche et des zones qu’elle a laissées dans l’ombre.
Un premier chapitre permet de s’interroger sur la relation pédagogique. Dans un premier temps, un essai de définition des termes de pédagogie et de relation pédagogique est proposé. Dans un second temps, une présentation de notions fondamentales permettant de comprendre les composantes « classiques » de la relation maître-élève en classe est proposée : contrat pédagogique et contrat didactique d’une part, rapports au savoir, à l’école et au maître et métier d’élève d’autre part. L’ensemble de ces deux temps permet l’inscription du présent travail dans une perspective d’étude du vécu et de l’expérience scolaires de l’enfant, puis de l’adolescent : une expérience entre contrat didactique et métier d’élève. Ce premier chapitre s’attache à décrire principalement une relation maître-élève véritablement « professionnelle », dont le lien serait la transmission du savoir.
Un deuxième chapitre permet la présentation d’éléments sous-jacents à toute relation humaine. La relation maître-élève étant une relation humaine, nous choisissons l’introduction d’une des dimensions latentes dans toute relation :