L

L'éducation au risque du spirituel

-

Livres
232 pages

Description

Alors que l'on se presse aujourd'hui aux conférences du Dalaï-Lama ou pour voir Des hommes et des dieux, notre système éducatif paraît étrangement sourd à cet attrait pour le spirituel et à la richesse des grandes traditions. Comme figé dans des combats d'un autre âge. Philippe Filliot propose une autre vision de l'éducation, curieuse, ouverte, débarrassée de ses préjugés. En faisant le détour par les spiritualités, en explorant les rapports entre Occident et Orient, il voit sous un angle inédit les défis de l'éducation et l'urgence de renouveler la pédagogie. Dans ce dehors de l'univers scolaire qu'est l'approche spirituelle, comment caractériser la relation du maître, de l'élève et du savoir ? Au-delà des spécificités historiques et culturelles, quel modèle de pensée pédagogique ressort de l' éducation spirituelle " ? Comment, enfin, transposer au sein de la laïcité des éléments de spiritualité pour une éducation de notre temps ?".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 16 juin 2011
Nombre de visites sur la page 26
EAN13 9782220022413
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Philippe Filliot L’éducation au risque du spirituel Préface de Michel Maffesoli
L’éducation au risque du spirituel
Philippe Filliot
L’éducation au risque du spirituel
Préface de Michel Maffesoli
Desclée de Brouwer
© Desclée de Brouwer, 201110, rue Mercœur, 75011 ParisISBN: 978-2-220-06314-0 ISBN pdf : 978-2-220-02239-0
« Hâte-toi de transmettre Ta part de merveilleux de rébellion de bienfaisance. » René Char
Préface
C’est par amitié pour l’auteur et par intérêt pour sa réflexion que j’ajoute quelques lignes à un livre qui se suffit à lui-même ! Ce qui ne veut pas dire queL’éducation au risque du spirituelest un ouvrage autosuffisant, ou pire « suffisant ». Bien au contraire. Pour reprendre un néologisme tendant à se répandre, il permet la « reliance ». C’est-à-dire, au plus près de l’étymologie que j’avais proposée pour bien saisir l’ampleur de ce terme : il établit des liens (religare), et suscite, de ce fait, la confiance (reliant). N’est-ce point ainsi que l’on redonnera ses lettres de noblesse à la démarche intel-lectuelle : retrouver sa capacité de relier ce qui est épars, et savoir direoui?(tout de même) au monde tel qu’il est Liaison et affirmation, opposées à la séparation et à la négation nous étant si familières. En effet, dans le caquetage tenant, actuellement, lieu d’analyse, Philippe Filliot propose une démarche singulière : un véritable chemin de pensée. Ainsi, auprogressismequi fleure bon son siècle 19, à ce progressisme expliquant le monde en sa totalité, il rappelle qu’il n’est pas inopportun d’opposer une traditionnelle penséeprogressivesachant impliquer tous les aspects de la réalité humaine. Sachant, également, s’impliquer dans une telle entièreté. La référence à l’opposition proposée par Heidegger entre « pensée calculante » et « pensée méditante » pourrait, d’ailleurs, résumer l’originalité qui sourd de chaque page de ce livre captivant. Je signale, par parenthèse, qu’il est amusant de noter que nombreux sont les protagonistes des sciences « dures » qui, avec audace, nous