L'élève humilié

-

Livres
195 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le bonnet d’âne a disparu depuis longtemps mais l’humiliation des élèves est toujours présente. Elle a seulement changé de forme. Les élèves en parlent sans détour, parfois avec résignation, parfois avec violence, toujours animés par un sentiment d’injustice.
L’humiliation en classe pose la question des droits des élèves, et le constat est inquiétant : de nombreux règlements intérieurs des collèges et lycées ne sont pas conformes au droit scolaire ou sont particulièrement incomplets. Or, à l’école comme dans la société, les mêmes questions se posent : humiliation ou respect des individus ? violence ou pacte social ? Concurrence ou solidarité ? Individualisme égoïste ou engagement ?

« Pierre Merle n’a choisi ni la caricature, ni les situations extrêmes et, en dépit de la brutalité des faits rapportés, le ton de l’ouvrage est toujours extrêmement pondéré. Ce qui donne à ce livre une force exceptionnelle. »
François Dubet

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782130792000
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0120 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pierre Merle
L'élève humilié
L'école, un espace de non-droit ?
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2012
ISBN papier : 9782130593133 ISBN numérique : 9782130792000
Composition numérique : 2016
http://www.puf.com/
Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est st rictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve l e droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle d evant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Le bonnet d’âne a disparu depuis longtem ps m ais l’h um iliation des élèves est toujours présente. Elle a seulem ent changé de form e . Les élèves en parlent sans détour, parfois avec résignation, parfois avec violence, toujours anim és par un sentim ent d’injustice. L’hum iliation en clas se pose la question des droits des élèves, et le constat est inquiétant : d e nom breux règlem ents intérieurs des collèges et lycées ne sont pas confo rm es au droit scolaire ou sont particulièrem ent incom plets. Or, à l’école com m e dans la société, les m êm es questions se posent : hum iliation ou respect des individus ? violence ou pacte social ? Concurrence ou solidarité ? Indiv idualism e égoïste ou engagem ent ?
T a b l e
Note aux lecteurs
Introduction
d e s
m a t i è r e s
Exacerbation de la concurrence scolaire et sentiment d'humiliation Précarisation de l'emploi, agitation des élèves et idéologie scolaire La mise en ordre juridique des relations sociales
L'organisation politique de l'école : un débat inachevé
Le temps de la classe : découragement et sentiments d'humiliation
L'histoire d'une recherche
Première partie. Les pratiques d'humiliation
Introduction
Chapitre 1. L'enquête
Le recueil des données
L'analyse des données : la question de la preuve
L'humiliation : une « interaction perturbatrice »
Chapitre 2. Le malentendu maître-élèves
Malentendu avec l'élève et malentendu avec l'enfant Pratiques pédagogiques et non respect de la vie privée de l'élève
Chapitre 3. L'humiliation de l'élève: le rabaissement scolaire
Le rabaissement individuel de l'élève
Le rabaissement collectif des élèves
Les « forts » et les « faibles » : un principe général de classement
Chapitre 4. L'humiliation de la personne: l'injure
L'injure sur la personne liée à l'incompétence scolaire
Les élèves faibles : cible privilégiée des pratiques humiliantes ?
L'injure non liée à la compétence scolaire
Chapitre 5. L'humiliation des élèves: quelle interprétation ?
Les pratiques professorales humiliantes : cadre général d'interprétation L'humiliation professorale : une pratique contextuelle
L'ordre scolaire : humiliation ou négociation ? L'humiliation des élèves : une nécessité scolaire ? Deuxième partie. Les droits des élèves dans le quotidien de l'institution scolaire
Introduction
Chapitre 1.. Le droit des élèves à l'épreuve des faits
La naissance d'un droit des élèves
Les droits d'expression et de participation
Le droit scolaire : l'expérience des élèves
Chapitre 2. La grève et la manifestation: un droit absent et revendiqué
Les chefs d'établissement : entre autorité et compromis La position des professeurs : entre sanction et encouragement Droit de grève ou droit de manifestation ?
Chapitre 3. Le règlement intérieur: l'asymétrie des relations maître élèves
L'asymétrie des droits et obligations
Le droit des élèves : des possibilités d'appel incertaines Le régime des punitions : un règlement ou un fait du prince ?
Chapitre 4. Le droit des élèves défini par eux-mêmes: une perspective « syndicale »
Le droit à l'éducation : « avoir des bons profs », le « droit de ne pas savoir » L'égalité de traitement : une « notation juste »
Le droit d'expression : « faire attention à ce qu'on dit » Les élèves entre projet réformiste et résignation utilitariste
Chapitre 5. Les relations maître-élèves: des modèles explicatifs concurrents
Les relations maître élèves : le modèle juridique
Les relations maître-élèves : un « rapport de domination » ? Les relations maître-élèves : un ordre négocié Troisième partie. Les nouveaux règlements intérieurs: le changement impossible ?
Introduction
Chapitre 1. Contexte scolaire et nouvelles dispositions réglementaires
Le contexte scolaire
Les nouvelles dispositions réglementaires
Chapitre 2. La mise à jour des nouveaux règlements intérieurs : un processus éclaté
Le niveau ministériel
Le niveau des inspections académiques départementales
Le niveau de l'établissement
Chapitre 3. La réécriture des règlements intérieurs: quelle application des
textes ?
Le modèle répressif
Le modèle des droits et devoirs effectifs
Le changement impossible ? Les nouvelles dispositions réglementaires relatives à la discipline scolaire*
Conclusion
Droit des élèves et liberté individuelle Autorité professorale et droits des élèves : le modèle du passé Autorité professorale et droits des élèves : le nouveau modèle
Droits des élèves et réformes scolaires
Annexe
Les « biais » d'enquête
Bibliographie
Note aux lecteurs
n septem bre 2005, lors de la publication de la prem ière édition de cet E ouvrage, celui-ci a fait l'objet de nom breux com m en taires dans des quotidiens nationaux, des hebdom adaires, des radios nationales et les bulletins d'inform ations des syndicats de professeu rs parm i les plus représentatifs. Ces com m entaires ont été m ajoritair em ent élogieux. U ne question taboue – l'hum iliation des élèves – était abordée de façon frontale, avec le souci d'éviter des polém iques stériles. La dém arche, guidée par la seule exigence de la preuve et de l'analyse, a convaincu les lecteurs. Dès octobre 2005, l'ouvrage a fait l'objet d'un second tirage e t plusieurs autres ont suivi depuis.
Les éditions des Presses U niversitaires de France o nt souhaité publier une nouvelle édition de l'ouvrage et il a été procédé à de nom breuses m ises à jour. Certes, la question de l'hum iliation des élèves dem eure une question honteuse si bien que peu de recherches ont prolongé cette pr em ière analyse. Toutefois, la question du m al-être au travail, à l'école et ai lleurs, est sortie de la clandestinité. Les recherches PISA sur les élèves d e l'OCDE m ontrent, par exem ple, qu'il existe bien une spécificité français e : les collégiens français sont, beaucoup plus que les autres élèves de l'OCDE , anxieux et porteurs d'une im age négative d'eux-m êm es. L'école française n'est pas sereine, ni pour les professeurs, ni pour les élèves. Il reste un long c hem in à parcourir pour que les pratiques d'hum iliation, qui relèvent parfois d e m alentendus m aîtres-élèves, soient m ieux identifiées, com prises et com b attues.
L'ouvrage m ontre que les pratiques d'hum iliation de s élèves ont en partie pour origine, dans le quotidien des établissem ents, une connaissance insuffisante des droits des élèves et un usage des punitions qui s'apparente trop souvent au fait du prince. Publiées en juillet et août 2011, les nouvelles dispositions réglem entaires relatives au régim e dis ciplinaire des établissem ents scolaires, analysées dans cette nouv elle édition, peuvent contribuer à une plus grande sensibilisation aux dr oits des élèves. Sans le respect de ceux-ci, le sens m êm e des obligations qu e les élèves doivent respecter se délite tout com m e leur m otivation et l eurs chances de réussir leur cursus scolaire. L'enjeu n'est pas seulem ent l a survie de l'élève dans l'école m ais, aussi, paradoxalem ent, celle du profe sseur dans sa classe.
Introduction
'élève hum ilié, im age ordinaire de la classe, est l argem ent ignoré dans L l'institution scolaire. Certains doutent m êm e de so n existence, lim itent e celle-ci à l'anecdote, à l'exceptionnel ou à l'écol e du XIX siècle. Il n'en est rien. Les droits effectifs des élèves dans le quotidien d e leur vie scolaire sont largem ent m éconnus.
Sans aucun doute, le sujet est risqué : ne s'agit-i l pas d'une nouvelle condam nation pérem ptoire de l'institution éducative ? d'une énièm e m ise en cause des professeurs ? Ni l'un, ni l'autre. L'anal yse peut exister sans la polém ique, la réflexion critique sans la controvers e stérile.
Encore faut-il, pour com prendre les pratiques d'hum iliation des élèves, les resituer dans le contexte social dont elles ém ergen t. La dévalorisation publique des élèves, parfois aussi des professeurs, n'est que la m anifestation de questions plus larges : quelle m ise en œuvre du droit des personnes dans les établissem ents scolaires ? Quelles m odalités de con struction de l'ordre dans e l'institution éducative de ce début du XXI siècle ?
e Autant la société de la fin du XIX siècle, essentiellem ent rurale, était fortem ent caractérisée par la tradition et des norm es strictes de com portem ent ; autant la société contem poraine se s ingularise par l'affirm ation croissante de l'individu, des relatio ns sociales contractualisées, des arrangem ents et des com prom is interpersonnels c ontextualisés.
Cette refondation du lien social est indissociable de l'ém ergence d'une norm e nouvelle qui désigne l'individu com m e responsable p rincipal, sinon unique, de son destin, de son bonheur, de ses souffrances (Dub ois, 1994 ; Dejours, 1998 ; Pezé, 2008)[1]le l'expérience. La condition sociale est une réalité déniée ; seu individuelle est reconnue.
Cette norm e nouvelle, traduction sociale du libéral ism e économ ique et politique, façonne à la fois l'école et l'époque. E lle est consubstantielle de changem ents structurels m ajeurs : la survalorisatio n de la réussite professionnelle et personnelle, l'allongem ent conti nu de la durée des études, la précarisation croissante de l'em ploi.
Trop souvent considérées séparém ent alors m êm e qu'e lles sont fonctionnellem ent et idéologiquem ent liées, ces tra nsform ations profondes de l'organisation sociale s'enchevêtrent d'une façon q uasi inextricable et ont m odifié en profondeur le fonctionnem ent au quotidie n de l'institution