L

L'enfance entre école et travail au Pérou

-

Livres
252 pages

Description

Le travail des enfants a une longue histoire dans la réalité sociale du Pérou, comme dans beaucoup de pays d’Amérique latine, que ce soit en milieu rural ou urbain. Pour de nombreux parents, l’implication des enfants et des adolescents dans les stratégies familiales fait partie de leur condition et participe de leur apprentissage à la discipline et à la responsabilité. Depuis quelques années, la rigueur des analyses sur ce phénomène s’affine et s’appréhende de manière plus pragmatique. Il n’est pas ici question d’accepter toutes les formes de travail concernant les enfants, mais de décrire, dans cet ouvrage, ce qui se passe pour certains d’entre eux à Lima, capitale et grande métropole péruvienne.

S’appuyant sur des enquêtes de terrain auprès d’enfants et d’adolescents travailleurs, cette étude présente les raisons qui amènent les plus jeunes à entrer dans le monde du travail, avec une scolarisation complète (possible grâce au fonctionnement du système scolaire au Pérou), partielle, ou abandonnée. Sont exposés lucidement les motifs de ce choix, perçu pour certains comme constituant une forme de socialisation alternative à l’école.

Le récit de vie de ces adolescents nous aide à identifier les facteurs de leur situation familiale (pauvreté, père absent, maladie, fratrie nombreuse…) et sociale (migration, problèmes administratifs…), les contraignant à mettre en place des stratégies d’adaptation pour surmonter les épreuves, tout en conservant une marge de manoeuvre qui leur permet d’intervenir comme acteur de leur propre existence. La déscolarisation vécue par certains d’entre eux ne signifie pas vie indépendante ; le travail, souvent difficile, les conduit à manifester une grande solidarité familiale dans des situations quotidiennes évoluant de la précarité à la survie.



Robin Cavagnoud, sociologue, est pensionnaire de l’Institut français d’études andines (IFEA, UMIFRE 17 CNRS-MAE) et chercheur associé au Centre de recherche et de documentation de l’Amérique latine (CREDA, UMR 7227). Ses travaux portent sur le travail des enfants, les stratégies familiales face à la précarité (migration, prostitution) ainsi que sur la protection et les constructions socioculturelles de l’enfance, principalement au Pérou et en Bolivie. Il coordonne au sein de l’IFEA le programme régional « Famille, genre et mobilités dans les sociétés andines ».

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 octobre 2012
Nombre de visites sur la page 9
EAN13 9782811121372
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Extrait
Le travail des enfants a une longue histoire dans la réalité sociale du Pérou. L’incorporation des plus jeunes dans l’entreprise familiale via l’activité agricole, l’artisanat ou le travail domestique est une caractéristique de toutes les sociétés andines comme le Pérou qui reste, malgré les évolutions démographiques des dernières décennies, un pays très lié au monde rural. Dans les villes, le travail des enfants a également des racines profondes et ne dépend pas seulement des besoins de la famille. Pour de nombreux parents, cette participation aux stratégies familiales fait partie de leur condition d’enfants, en plus de leur apprentissage à la discipline et à la responsabilité. Si aucune structure familiale n’est particulièrement associée au travail des adolescents à Lima, certains groupes sociaux et culturels, comme les ménages vivant dans une instabilité économique et les migrants d’origine andine, sont plus concernés par le phénomène. La pauvreté, qui touche une partie importante de lapopulation péruvienne, entraîne la présence d’adolescents dans des activités liées au secteur informel et au sous-emploi. Cette situation s’observe d’abord dans les familles disposées à faire participer leurs enfants pour maintenir à flot l’économie domestique. Mais certains événements, survenant dans le parcours de nombreux ménages, contribuent également à l’intensification du travail des enfants, en particulier dans les zones périphériques de Lima et Callao. L’absence de politiques en matière de protection sociale face aux difficultés expose les enfants aux va-et-vient dont souffre leur famille dans un système social dominé par les inégalités. Pourtant, l’exercice d’une activité économique n’est pas nécessairement vécu par les adolescents de manière négative. L’engagement dans un travail peut être une réponse aux urgences domestiques ou un moyen d’échapper à un environnement familial rempli de tensions. Il peut aussi être synonyme d’indépendance, de développement personnel ou d’apprentissage d’une série d’aptitudes. Dans l’éventail de ces cas de figure, la question éducative demeure constante et, en premier lieu, la conciliation du travail des adolescents avec leur assistance scolaire comme enjeu central dans l’organisation du quotidien.