L

L'institution scolaire au prisme de la modernité

-

Livres
172 pages

Description

A partir de leurs travaux respectifs en philosophie et en histoire de l'éducation, les contributeurs de cet ouvrage explorent les multiples facettes que revêt au XIXe siècle l'intérêt pour les questions éducatives. En lien avec le développement de l'instruction populaire et la généralisation de la forme scolaire, le champ de la réflexion pédagogique se réinventente sous le signe d'une modernité éducative qui se définit par rupture avec des traditions plus ou moins idéalisées, mais aussi en exhibant sa dette à l'égard de glorieux prédécesseurs selon des logiques d'appropriation multiples.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 mars 2019
Nombre de visites sur la page 2
EAN13 9782140117954
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
et la généralisation de la forme scolaire, le champ de la réLexion
qui se déInit par rupture avec des traditions plus ou moins
Sous la direction de Louise Ferté AnneClaire Husser
L’INSTITUTION SCOLAIRE AU PRISME DE LA MODERNITÉ
Jalons pour une étude des discours pédagogiques e au XIX siècle
L’institution scolaire au prisme de la modernité Jalons pour une étude e des discours pédagogiques au XIX siècle
La Philosophie en commun Collection dirigée par Stéphane Douailler, Jacques Poulain, Patrice Vermeren Nourrie trop exclusivement par la vie solitaire de la pensée, l'exercice de la réflexion a souvent voué les philosophes à un individualisme forcené, renforcé par le culte de l'écriture. Les querelles engendrées par l'adulation de l'originalité y ont trop aisément supplanté tout débat politique théorique.  Notre siècle a découvert l'enracinement de la pensée dans le langage. S'invalidait et tombait du même coup en désuétude cet étrange usage du jugement où le désir de tout soumettre à la critique du vrai y soustrayait royalement ses propres résultats. Condamnées également à l'éclatement, les diverses traditions philosophiques se voyaient contraintes de franchir les frontières de langue et de culture qui les enserraient encore. La crise des fondements scientifiques, la falsification des divers régimes politiques, la neutralisation des sciences humaines et l'explosion technologique ont fait apparaître de leur côté leurs faillites, induisant à reporter leurs espoirs sur la philosophie, autorisant à attendre du partage critique de la vérité jusqu'à la satisfaction des exigences sociales de justice et de liberté. Le débat critique se reconnaissait être une forme de vie.  Ce bouleversement en profondeur de la culture a ramené les philosophes à la pratique orale de l'argumentation, faisant surgir des institutions comme l'École de Korcula (Yougoslavie), le Collège de Philosophie (Paris) ou l'Institut de Philosophie (Madrid). L'objectif de cette collection est de rendre accessibles les fruits de ce partage en commun du jugement de vérité. Il est d'affronter et de surmonter ce qui, dans la crise de civilisation que nous vivons tous, dérive de la dénégation et du refoulement de ce partage du jugement. Dernières parutions Régine FOLOPPE,Baudelaire et la vérité poétique, 2019. François BRETEAU,La poétique de l’ironie, Essai,2019. Daniel ALVARO,Le problème de la communauté. Marx, Tönnies, Weber, 2018. Philippe GRANAROLO,En chemin avec Nietzsche, 2018. Gisele AMAYA DAL BÓ,La subversion passée sous silence, Politiques de mémoire sur la dictature en Argentine et au Chili, 2018. Daniel FRÄNKEL,L’eugénisme social, 2018. Emiliano SFARA, Georges Canguilhem. Essai sur une philosophie de l’action,2018. Juan José MARTINEZ OLGUÍN,Politique de l’écriture, 2018.
Sous la direction de Louise FertéAnne-Claire HusserL’institutionscolaire auprismede lamodernité Jalons pour une étude e des discours pédagogiques au XIXsiècle
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-17019-0 EAN : 9782343170190
Sommaire Introduction ........................................................................................9Première partieLe tissu de la modernité pédagogique : circulation des idées et appropriation des modèles .......................19Alexandre Fontaine. Liberté, égalité, transfert.Passages et resémantisations de savoirs civiques dans l’espace franco-suisse 21Jean-Charles Buttier. James Guillaume, Pestalozzi et la Révolution ..............................................................................41Ioana Fillion-Quibel.Jules Michelet – vecteur de la pédagogie moderne. Lecture de la pédagogie de Comenius en France e au XIX siècle ................................................................................59Deuxième partieModernité pédagogique et philosophie de l’histoire des institutions ..................................................................................75e Jean-François Goubet.Le bilan pédagogique du XIX siècle allemand. Friedrich Paulsen et ses recherches sur l’instruction savante .................................................................77Anne-Claire Husser.Durkheim,L’Évolution pédagogique en France.Essai de mise en perspective de l’impossible réforme e de l’enseignement secondaire au XIX siècle ..............................103Louise Ferté. La traduction de la liberté de consciencedans le champ pédagogique chez Quinet .....................................119Frédéric Mole.L’éducation intégrale. Variations sémantiques et politiques d’un idéal scolaire ...................................................137ConclusionPour une philosophie de l’éducation comme philosophie des institutions ................................................................................153Index ................................................................................................157Les auteurs ......................................................................................161
Introduction Ce livre constitue le prolongement d’une journée d’études qui a eu lieu en 2013 à l’ENS de Lyon. À partir de leurs travaux respectifs en philosophie et en histoire de l’éducation, les contributeurs explorent les multiples facettes que revêt au e XIX siècle l’intérêt pour les questions éducatives. En lien avec le développement de l’instruction populaire et la généralisation de la forme scolaire, le champ de la réflexion pédagogique se réinvente sous le signe d’une modernité éducative qui se définit par rupture avec des traditions plus ou moins idéalisées, mais aussi en exhibant sa dette à l’égard de glorieux prédécesseurs selon des logiques d’appropriation multiples. Le jugement de Durkheim danspédagogique L’Évolution e suivant lequel « l’histoire scolaire du XIX siècle n’est pas très riche en nouveautés », mais « n’est qu’un lent et progressif e 1 réveil d’idées que le XVIII siècle connut déjà ... » mériterait en cela d’être nuancé. Durkheim ne traite, il est vrai, dans le grand cours que de l’enseignement secondaire dont la situation et les enjeux s’avèrent à l’époque distincts de ceux de l’instruction 2 e primaire dont le XIX siècle voit la montée en puissance comme objet de préoccupation publique. Mais au-delà de la dualité des ordres d’enseignement, il n’en demeure pas moins, ainsi que le montrent plusieurs des contributions réunies dans cet ouvrage, que la réactivation d’idées antérieures n’est pas 1  É. Durkheim,L’Évolution pédagogique en France (vol. 1-2), Préface de M. Halbwachs, Paris, F. Alcan, 1938, partie II, ch. X, p.170. 2  Rappelons que jusqu’à l’unification progressive des ordres d’enseignement e au cours du XX siècle, primaire et secondaire ne constituent pas des degrés successifs d’une même scolarité mais bien deux institutions distinctes caractérisées par leur recrutement sociologique : partie intégrante de l’Université, le lycée accueille dès les petites classes les enfants de la bourgeoisie, l’instruction primaire constituant quant à elle l’école du peuple.
9