Le travail collaboratif des enseignants :pourquoi ? Comment ?

Le travail collaboratif des enseignants :pourquoi ? Comment ?

-

Livres
225 pages

Informations

Publié par
Date de parution 09 mars 2017
Nombre de visites sur la page 21
EAN13 9782710132653
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jean-Claude Meyer
Le travail collaboratif des enseignantsPourquoi ? Comment ?
Travailler en équipeau collège et au lycée
Composition : Maryse Claisse
© 2017, ESF éditeur SAS Cognitia 20, rue d’Athènes - 75009 Paris
www.esf-scienceshumaines.fr
ISBN978-2-7101-3265-3ISSN1158-4580
e e Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2 et 3 a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou ses ayants droit, ou ayants cause, est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
Pédagogies
Collection dirigée par Philippe Meirieu
a collection PÉDAGOGIES propose aux enseignants, formateurs, animateurs, L éducateurs et parents, des œuvres de référence associant étroitement la réfle-xion théorique et le souci de l’instrumentation pratique.
Hommes et femmes de recherche et de terrain, les auteurs de ces livres ont, en effet, la conviction que toute technique pédagogique ou didactique doit être référée à un projet d’éducation. Pour eux, l’efficacité dans les apprentissageset l’accession aux savoirs sont profondément liées à l’ensemble de la démarche éducative, et toute éducation passe par l’appropriation d’objets culturels pour laquelle il convient d’inventer sans cesse de nouvelles médiations.
Les ouvrages de cette collection, outils d’intelligibilité de la « chose éducative », donnent aux acteurs de l’éducation les moyens de comprendre les situations auxquelles ils se trouvent confrontés et d’agir sur elles dans la claire conscience des enjeux. Ils contribuent ainsi à introduire davantage de cohérence dans un domaine où coexistent trop souvent la générosité dans les intentions et l’improvisation dans les pratiques. Ils associent enfin la force de l’argumentation et le plaisir dela lecture.
Car c’est sans doute par l’alliance, sans cesse à renouveler, de l’outil et du sens que l’entreprise éducative devient vraiment créatrice d’humanité.
Pédagogies/Outils : des instruments de travail au quotidien pour les enseignants, formateurs, étudiants, chercheurs. L’état des connaissances facilement accessible. Des grilles méthodologiques directementutilisables dans les pratiques.
* * * Voir la liste des titres disponibles dans la collection « Pédagogies » sur le site www.esf-editeur.fr
Table des matières
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Première partie Le travail collaboratif : quels actes ?
1. Le travail d’équipe, un travail impossible ?. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un contexte peu favorable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des espaces à occuper, des directives à explorer  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’établissement, théâtre de paradoxes  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. Actualité du travail enseignant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un inchangé dans un contexte mouvant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La liberté pédagogique : « un État dans l’État » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Entre classe et établissement : un entre-deux propice ?  . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail partagé des enseignants  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail prescrit et le travail réel  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La contribution de la recherche : un foisonnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3. Le travail collaboratif, un indicateur de tendance des transformations du travail enseignant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . La préconisation del’Inspection . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des appellations multiples  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Une nouvelle professionnalité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’établissement scolaire, espace de cette professionnalité  . . . . . . . . . . . . . . L’établissement, lieu d’exercice de la prescription  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Les 3 « CO » : coordonner, collaborer, coopérer  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’engagement professionnel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le risque de la déprofessionnalisation  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusion – Un changement difficile mais nécessaire  . . . . . . . . . . . . . . .
9
17 18 20 21
23 23 25 26 27 28 31
35 35 36 38 39 41 42 44 45
49
5
Le travail collaboratif des enseignants : pourquoi ? Comment ?
6
Deuxième partie Les objets du travail collaboratif
1. Engager le travail collaboratif : le jeu des possibles . . . . . . . . . . . . . . . Le défi . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le pari . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. Installer le travail collaboratif comme pratique professionnelle. . Quel changement ?  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Domaines d’action et entités constitutives du métier  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Sélectionner des objets stratégiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3. Concevoir et organiser le plan de formation  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Du curriculum au plan de formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Disposer d’un cadre conceptuel et opérationnel  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DOMAINE DISCIPLINAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . S’approprier le curriculum formel du cycle4(collège)  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Confectionner le plan de formation d’une discipline d’enseignement . . . . e Élaboration du plan de formation de français en4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le curriculum du lycée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
DOMAINE INTERDISCIPLINAIRE ET TRANSVERSAL  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un levier de changement  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’effet dynamique des compétences transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Au collège, le socle commun  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des unités pédagogiques transversales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Au lycée, les voies de l’accompagnement  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’accompagnement et le travail collaboratif des enseignants . . . . . . . . . . . . L’accompagnement personnalisé, quel travail prescrit ?  . . . . . . . . . . . . . . . . . Le travail collaboratif pour l’AP  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’évaluation du curriculum réel de l’AP . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4. Mettre en œuvre le plan de formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Compétences collectives et exploration collaborative . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’organisation du groupe de travail collaboratif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’organisation des tâches pour piloter le plan de formation  . . . . . . . . . . . . .
5. Évaluer le travail collaboratif. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un double objectif  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
53 53 57
63 64 66 72
77 78 81
82 83 89 94 113
114 115 115 117 118 121 122 125 129 141
143 143 144 148
155 155
Table des matières
Une double procédure  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Disposer d’un cadre de référence  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . L’évaluation conduite par le groupe de travail collaboratif . . . . . . . . . . . . . . . L’évaluation dans une démarche d’extériorité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6. Assurer la veille didactique et pédagogique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Questionner le genre professionnel  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Définir la veille . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De la veille individuelle à la veille collective . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . De la veille à la formation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusion – Partager une conviction fondée sur des actes choisis. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
156 157 157 168
173 173 176 177 179
1
83
Troisième partie Inscrire durablement le travail collaboratif dans le projet
1. Le travail collaboratif dans la culture du projet. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Développer un esprit de projet  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Travail collaboratif et innovation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Du groupe de travail à l’établissement  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2. Le travail collaboratif : un projet au cœur de l’établissement. . . . . L’établissement, un espace investi  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Travailler ensemble  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Le rôle clé du chef d’établissement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un leadership à partager  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Inciter sans obliger  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3. Entre stratégie de groupe et engagement personnel . . . . . . . . . . . . . . « Que voulons-nous ? » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un bénéfice progressif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Un processus irréversible ?  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Des valeurs pour un projet  . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Conclusion – Accepter le défi, engager le pari . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bibliographie. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
187 187 189 193
195 196 197 198 200 202
205 205 207 208 210
213
217
7
Introduction
Le travail en équipe n’est pas une technologie, ni même une méthodologie. Il touche ce qu’il y a de plus profond en chacun, son rapport à soiet à la peur d’être percé à jour ou phagocyté, la confiance, la dépendance,l’autonomie, le goût du pouvoir, l’envie d’être accepté, reconnu, estimé,le besoin de solitude et le besoin contraire de fusion dans un groupe. Philippe Perrenoud ne très vieille question décalquée de la structure scolaire des premiers U temps : un maître, une classe. Autour de la figure du maître, que de célé-brations, de révérences, d’exaltation : le maître et son élève, le maître et son disciple ! Certainement, cette fixation sur l’image solitaire du maître exprime combien son art exige de maîtrise pour atteindre son but.
On voit aussi combien cette représentation convient de moins en moins pour nommer le travail enseignant contemporain. La démocratisation de l’enseigne-ment a entraîné, sous des formes et des modalités diverses, la mutation des pratiques et des charges des enseignants.
e Dès la deuxième moitié duXXsiècle, les textes de réforme comme les études sur l’École répètent inlassablement la nécessité d’une organisation collective du travail enseignant (cf. la sempiternelle espérance de laconcertation des profes-seurs) en réponse aux difficultés rencontrées par l’institution scolaire.
1 Souvent exprimée comme une forme idéale de travail , cette organisation est perçue chez les enseignants tantôt comme une aspiration à vivre un métier épanouissant, altruiste, sorte de consécration de la compétence suprême de professionnalité, tantôt comme une conquête impossible dont l’inaccessibilité est le produit de la convergence d’obstacles de tous ordres. La réalité ne dément pas ces perceptions. Le fonctionnement ordinaire des établissements scolaires secon-daires donne à voir de nombreux faits et gestes, qu’il s’agisse de la coordination des équipes-matières ou des équipes-classe ou du pilotage des dispositifs issus des réformes, qui révèlent combien le travail scolaire des enseignants et de leurs élèves reste d’abord et avant tout un travailindépendant.
1. C. LESSARD parle « d’idéal professionnel désirable », « Qu’arrive-t-il quand la collaboration enseignante devient une norme ? », in Marcel J.-F., Dupriez V., Périsset-Bagnoud D.,Coordonner, collaborer, coopérer,Bruxelles, De Boeck, 2007.
9