Les 100 mots de l

Les 100 mots de l'éducation

-

Livres
68 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Enfant, étudiant, parent, enseignant, décideur..., chacun est concerné par les questions d'éducation. Celles-ci font l’objet d'analyses multiples et croisées de la part de philosophes, d’historiens, de sociologues, de psychologues, de didacticiens, mais aussi de praticiens.
Cet ouvrage rassemble ces diverses approches autour de 100 mots clés et propose ainsi une synthèse des connaisances dans le champ éducatif.
Des notions récentes (« Communauté éducative ») aux sujets coutumiers de nos rentrées (« Autorité », « Redoublement »), des débats les plus vifs aux questions plus consensuelles, ce livre brosse ainsi un panorama de l’éducation aujourd’hui, de ses questionnements comme de ses savoirs acquis, de ses acteurs, de ses méthodes, et des nouveaux champs de recherches qui se développent sur ce sujet.



Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 24 août 2011
Nombre de lectures 195
EAN13 9782130616795
Langue Français
Signaler un abus
QUE SAIS-JE ?
Les 100 mots de l’éducation
Sous la direction de PATRICK RAYOU AGNÈS VAN ZANTEN
Bibliographie thématique
« Que sais-je 2 »
Agnès van Zanten,Les politiques d’éducation, n° 396
Pierre-Yves Bernard,Le décrochage scolaire, n° 398
Vincent Troger, Jean-Claude Ruano-Borbalan,Histoire du système éducatif, n° 379
Marc Bru,Les méthodes en pédagogie, n° 57
Gaston Mialaret,Psychologie de l’éducation, n° 3475
978-2-13-061679-5
Dépôt légal – 1re édition : 2011, août
© Presses Universitaires de France, 2011 6, avenue Reille, 75014 Paris
Page de titre
Bibliographie thématique
Page de Copyright
Introduction
Liste des contributeurs
Sommaire
Chapitre I – Apprentissages et pédagogie
Chapitre II – Valeurs et politiques
Chapitre III – Institutions et dispositifs
Chapitre IV – Processus et acteurs Chapitre V – Disciplines et méthodes Glossaire Notes
Introduction
C’est toujours une 6a6eure de tenter d’éclairer par l’état de la recherche cent mots qui condensent un domaine d’activité. Cela vauta fortiorile champ de l’éducation, pour préoccupation et pratique qui ont l’â6e de l’humanité et qui voient se mêler en permanence les démarches de sens commun et les approches plus informées. Relever un tel défi suppose donc des choix toujours délicats et fait courir le risque de l’arbitraire. L’importance que donnent à l’éducation les « sociétés de la connaissance » y incite cependant tout en rendant nécessaire la justification de la sélection effectuée. Les mots de l’éducation sont ici ceux qui appartiennent en propre à l’univers scolaire. Mots appris par les enfants dès qu’ils en franchissent les portes, mots du foisonnant et permanent débat social autour de cette institution, mots plus savants par lesquels les chercheurs tentent de construire un objet difficile à arracher aux prénotions en raison de son lien profond avec les identités personnelles et collectives. Mais, dans tous les cas, la position prise ici se veut analytique et vise à proposer des balises utiles au repéra6e de quiconque s’aventure sur ce continent à la fois très stable et très mouvant. Pour cela nous avons pu compter sur des collaborateurs dont les travaux et les en6a6ements font autorité en la matière. La plupart sont des chercheurs, confirmés ou plus novices, spécialisés dans ce domaine et relevant de disciplines différentes et complémentaires. Les autres sont plus directement acteurs de l’éducation, mais leur conception de leur rôle au sein de l’institution scolaire ou à sa périphérie les rend avides de savoirs qui leur permettent les pas de côté nécessaires à l’exercice responsable de leurs fonctions. Ils en deviennent alors des passeurs privilé6iés dont nous espérons que les contributions aident à rapprocher les deux rives de l’action et de la réflexion éducatives. Sollicités pour participer à cet ouvra6e, les auteurs ont été invités à ne pas s’en tenir à la simple définition du terme dont ils avaient la char6e, car dessiner le contour des mots aide à dire de quoi ils parlent, mais ne suffit pas à rendre compte des tensions qui les travaillent et qui tendent à s’effacer dans les échan6es quotidiens comme dans certaines énonciations qui n’ont que les apparences de la ri6ueur. La plupart ont donc indiqué des problématiques liées à la recherche en train de se faire. Ils ont pris appui pour cela sur les disciplines contributives des sciences de l’éducation (philosophie, histoire, sociolo6ie, psycholo6ie, didactique, principalement) dont ils présentent des axes d’investi6ation, des concepts et des paradi6mes ainsi que des résultats de recherche. L’entreprise était à haut risque car le faible espace imparti à chacun ne leur a pas permis de développer tous les ar6uments nécessaires à la lé6itimation de leurs positions. Nous les remercions d’autant plus d’avoir accepté de marcher avec nous sur cette li6ne de crête entre la nécessité d’être accessibles à des lecteurs soucieux de retrouver dans leurs propos des échos à leurs expériences de l’éducation et celle de ne pas trahir l’idéal scientifique qu’ils parta6ent avec leurs pairs, sans la vi6ilance critique desquels toute tentative de construction d’une démarche tant soit peu objective serait vouée à l’échec. Même s’ils s’inscrivent dans une communauté de recherche, les points de vue exprimés sont donc ori6inaux, d’où des notices qui n’ont pas nécessairement une unité de style et qui, par leur désir de montrer un mouvement de recherche plus que des savoirs au-dessus de tout soupçon, ne sont exemptes ni de lacunes, ni de zones d’ombre. Une fois le choix des cent mots arrêté, il fallait encore les mettre en ordre. Il est évident que c’est le lecteur qui décide du mode d’emploi de ce 6enre d’ouvra6e. Il peut le lire du début à la fin ou y recourir au 6ré des besoins, des interro6ations et des curiosités. Nous l’avons pourtant or6anisé selon des chapitres dont la nature et la succession visent à su66érer que les notions qu’ils proposent ne sont pas disjointes mais qu’elles prennent d’autant plus de sens qu’elles s’inscrivent dans un faisceau d’interro6ations. Nous proposons donc cinq entrées qui ne sont qu’une des manières possibles de s’orienter dans le monde de