Prévenir les violences à l'école

-

Livres
172 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Que faire pour prévenir les violences à l’école ? Face à des situations fortement chargées émotionnellement, symboliquement et idéologiquement, ce livre présente des outils d’analyse pour comprendre ce qui se joue et identifier clairement les problèmes, afin de proposer des réponses pertinentes et efficaces. Des chercheurs français, belges, suisses, luxembourgeois et québécois, issus de plusieurs disciplines, ont collaboré à cet ouvrage dans le but d’articuler résultats de recherches et pistes pour la prévention et l’action. Leurs travaux montrent qu’agir sur la violence, c’est à la fois réduire les faits et travailler sur le vécu et la perception dont ils font l’objet. Les auteurs soulignent également la nécessité de coordonner les interventions à deux niveaux complémentaires : les comportements individuels et les contextes dans lesquels ils prennent sens.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782130741893
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0120 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sous la direction de
Benoît Galand, Cécile Carra et Marie Verhoeven
Prévenir les violences à l'école
2012
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2015 ISBN numérique : 9782130741893 ISBN papier : 9782130589617 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Que faire pour prévenir les violences à l’école ? Face à des situations fortement chargées émotionnellement, symboliquement et idéologiquement, ce livre présente des outils d’analyse pour comprendre ce qui se joue et identifier clairement les problèmes, afin de proposer des réponses pertinentes et efficaces. Des chercheurs français, belges, suisses, luxembourgeois et québécois, issus de plusieurs disciplines, ont collaboré à cet ouvrage dans le but d’articuler résultats de recherches et pistes pour la prévention et l’action. Leurs travaux montrent qu’agir sur la violence, c’est à la fois réduire les faits et travailler sur le vécu et la perception dont ils font l’objet. Les auteurs soulignent également la nécessité de coordonner les interventions à deux niveaux complémentaires : les comportements individuels et les contextes dans lesquels ils prennent sens.
Table des matières
Introduction. Relever le défi de la violence à l’école(Cécile Carra, Benoît Galand et Marie Verhoeven) Une entrée par l’école Définir Prendre acte de la complexité du phénomène Agir Première partie : Acteurs, discipline et ordre scolaire Chapitre 1. Élèves, enseignants, chefs d’établissement face aux désordres scolaires : Des épreuves parallèles ?(Anne Barrère) Des défis subjectifs différents Face au verdict scolaire Face au groupe-classe L’ego-établissement Des solutions limitées Vers un partage des émotions dans l’établissement scolaire ? Conclusion Chapitre 2. Construction d’un ordre scolaire partagé, citoyenneté et apprentissages(Cécile Carra) Diffusion de réponses et logiques dominantes Développer des compétences sociales : un objectif récurrent Vers une gestion des risques Des logiques aux effets différenciés L’affirmation du droit des élèves La construction partagée d’un ordre scolaire La règle et la loi Un ordre scolaire au service des apprentissages Conclusion Chapitre 3. Les « nouveaux intermédiaires » de la régulation de l’ordre scolaire : Un bilan critique(Marie Verhoeven) Les politiques de régulation de l’ordre scolaire La régulation de l’ordre scolaire « par le bas » Missions communes, significations en partie différentes Le « traitement » Vers une nouvelle division des tâches de régulation de l’ordre scolaire ? Impensés et limites du travail des intermédiaires de l’ordre scolaire Chapitre 4. Pratiques et conceptions de la discipline chez les enseignants et
agents spécialisés des écoles maternelles(Rachel Gasparini) « Potestas » et « auctoritas » L’enseignant et l’ATSEM : deux positions professionnelles particulières Un duo professionnel qui n’est pas à égalité Un rôle disciplinaire flou pour les ATSEM Une autorité entièrement déléguée à l’enseignant Des manières moins institutionnelles de pratiquer la discipline Maîtrise de la discipline aux dépens de l’enseignant Les limites d’une très bonne entente dans le duo professionnel La discipline dans le binôme : chacun sa place, dans la complémentarité Conclusion Deuxième partie : Le rôle du contexte scolaire Chapitre 5. Être témoin de violence à l’école : son importance et ses liens avec le climat scolaire(Michel Janosz, Sophie Pascal et Benoît Galand) Être témoin : une exposition à la violence qui mérite attention L’exposition comme témoin, l’exposition la plus fréquente Une conception multidimensionnelle de l’exposition à la violence Être témoin de violences scolaires nuit à l’adaptation scolaire et psychosociale Être témoin de violence scolaire conduit à une image négative de l’école Le climat scolaire, entité multidimensionnelle L’exposition à la violence comme témoin affecte-t-elle la perception du climat scolaire ? Conclusion Chapitre 6. La violence à l’école s’explique-t-elle par l’environnement scolaire ? (Georges Steffgen et Sophie Recchia) Définir les concepts Sélectionner les études Les diverses dimensions du climat scolaire et de la violence Améliorer l’environnement scolaire Conclusion Annexe au chapitre : études incluses dans la méta-analyse Chapitre 7. L’influence du contexte de la classe sur le harcèlement entre élèves (Benoît Galand, Virginie Hospel et Noémie Baudoin) L’ampleur du harcèlement entre élèves Les conséquences du harcèlement entre élèves Caractéristiques individuelles et contexte scolaire Des variations entre classes et entre écoles Composition et normes de classe L’influence des pratiques enseignantes
Lutter contre le harcèlement Chapitre 8. La violence de l’école. Quelques constats et perspectives de changement(Pierre Merle) Les deux mondes de la violence scolaire « Décrochage du professeur » Désamour de l’école et violence des évaluations scolaires Trois types de violence Réformes scolaires et violence de l’école Conclusion : quelques perspectives de changement Troisième partie : Faire face aux violences scolaires Chapitre 9. La question de l’autorité au fil de l’éducation nouvelle(Marie-Laure Viaud) L’autorité, question centrale pour les novateurs de « l’éducation nouvelle » Une autorité « en douceur » Responsabiliser les élèves par des actions nombreuses et variées La « non-directivité » La pédagogie institutionnalisée Conclusion Chapitre 10. Former les enseignants à prévenir les situations de violence à l’école. Quels résultats de recherche pour quelles pratiques de formation ?(Bruno Robbes) Consensus relatif sur les contenus de formation Difficultés du passage aux pratiques de formation Formations selon une approche comportementale centrée sur les élèves Formations selon une approche globale Conclusion Chapitre 11. Former les enseignants à la prévention et à la régulation des comportements difficiles(Daniel Favre) Portrait de l’adolescent « violent » Échec scolaire et exclusion sociale Favoriser l’autorégulation des comportements Prendre conscience de ses différents types de motivation Un indispensable sevrage L’empathie, indicateur indirect fiable Appropriation des savoirs et du savoir vivre ensemble Modifier la relation à l’autre et aux autres Conclusion Chapitre 12. L’engagement du personnel scolaire dans un projet collectif de prévention de la violence : un défi de taille !(Claire Beaumont)
Susciter l’engagement du personnel scolaire Échanger, se soutenir et intervenir Accompagner le personnel scolaire pour prévenir la violence Modèle d’accompagnement dans une école à haut niveau d’agressivité Cinq volets, seize activités Principaux résultats après la première année d’implantation Pratique de l’entraide et compétences sociales Retombées pratiques et perspectives d’intervention Une politique claire, élaborée en concertation, connue de tous Postface. Comprendre la question de la norme(Eirick Prairat) Énoncés Controverse Domaines Propriétés Monde Lectures Genèse Ontologie Conséquence École
Introduction. Relever le défi de la violence à l’école
Cécile Carra Université Lille Nord de France, France, Université d’Artois, RECIFES, France. cecile.carra@lille.iufm.fr
Benoît Galand Université catholique de Louvain, GIRSEF, Belgique. benoit.galand@uclouvain.be
[1] Marie Verhoeven Université catholique de Louvain, GIRSEF, Belgique. marie.verheoven@uclouvain.be
n quelques années, dans les pays occidentaux, la thématique des violences à El’école est passée du statut de sujet marginal au rang de véritable question sociale. Des événements dramatiques font l’objet d’une médiatisation ; de nombreux témoignages d’acteurs éducatifs sont diffusés, alors que les romanciers et le cinéma s’emparent à leur tour du sujet. Sur la scène politique, la violence à l’école devient un thème « sensible » qui alimente les controverses ; de nouvelles législations voient le jour, et de nouvelles questions, pour le moins préoccupantes – la « sécurité » à l’école, le « harcèlement », les « cyber-violences »... – sont mises à l’agenda. Mais l’arbre des violences visibles cache mal la forêt de la profonde déstabilisation de l’ordre scolaire qui les nourrit. L’expérience des acteurs éducatifs de première ligne – enseignants et parents – en est profondément marquée, et témoigne d’un malaise croissant concernant le développement de nouvelles formes d’indiscipline, la « crise » de l’autorité, la légitimité des règles ou encore la place des sanctions dans la relation pédagogique… Des enquêtes révèlent que la gestion de la classe constitue une des premières préoccupations et sources de difficultés professionnelles mentionnées par les enseignants. L’exposition à la « violence » bouleverse les repères du métier, affecte la construction des carrières professionnelles, interroge les politiques d’établissement. Du côté des parents, les interpellations se multiplient quant à la capacité de l’école d’assurer la sécurité des enfants, tandis que les conflits locaux mettent en lumière l’incertitude croissante quant aux missions et aux territoires spécifiques de l’école et de la famille, dans un contexte où le statut de l’enfant s’est profondément transformé. Toutefois, ce qui se présente souvent comme une crise de l’ordre scolaire s’accompagne aussi d’une importante créativité sociale. Ces transformations forcent les acteurs sociaux, politiques et éducatifs à repenser la manière de construire un ordre scolaire à la fois légitime et porteur pour les apprentissages. Des responsables
syndicaux, des décideurs politiques, des associations investissent la thématique des « violences scolaires » pour dénoncer, revendiquer, proposer. Pour prévenir ou traiter « la violence à l’école », de nouvelles politiques de prévention se déploient, de nouveaux métiers et de nouveaux dispositifs sont mis en place, des programmes d’intervention mis à disposition des établissements et des formateurs d’enseignants. Sur le terrain des écoles – dans le sillage ou en m arge des directives officielles –, les acteurs scolaires expérimentent ou bricolent des solutions innovantes. Dans le champ scientifique, cette nouvelle donne s’est traduite par un essor significatif des recherches et des publications sur les violences et plus largement, les désordres scolaires. Les travaux se développent dans des disciplines aussi variées que la sociologie, la psychologie, la criminologie, les sciences de l’éducation, la pédagogie ou encore la philosophie. Loin de se présenter comm e un domaine de recherche unifié, on peut y repérer de multiples approches, qui se distinguent tant du point de vue des méthodes que des modèles d’intelligibilité proposés. Bon nombre de ces travaux débordent l’arène universitaire pour s’adresser aux professionnels ou aux parents et proposer des stratégies concrètes pour prévenir et gérer les violences. Au sein de ce champ en plein essor, l’ambition du présent volume est à la fois circonscrite et ambitieuse. Circonscrite d’abord, parce que le panorama des recherches sur le thème des désordres et des violences scolaires qui est proposé est limité à l’espace francophone. Ce sont des experts français, belges, suisses, luxembourgeois et québécois qui proposent ici des résultats tirés de leurs recherches récentes[2]. Le débat nord-américain ou celui spécifique à d’autres contextes significatifs sur la scène mondiale ne sont pas directement mis sous la loupe, si ce n’est brièvement et à titre de rebond. Mais nous verrons que cet espace scientifique francophone récèle lui-même une grande diversité de perspectives. Ambitieuse ensuite, au moins à un double titre : parce que, sans prétendre à l’exhaustivité, l’ouvrage prend le risque de discuter côte à côte des travaux ancrés dans des disciplines – voire des conceptions de la recherche – différentes ; et parce que la plupart des contributions articulent, à des degrés divers, « résultats » de la recherche et pistes pour l’action et la prévention.
Une entrée par l’école
Le parti pris de cet ouvrage est d’aborder ces questions principalement sous l’angle de ce qui se passe à l’école et dans la classe, plutôt que sous l’angle des difficultés individuelles des élèves. Si certaines approches disciplinaires sont alors inévitablement laissées hors du champ de notre réflexion (la psychopathologie ou la génétique par exemple), c’est bien pour mieux interroger le rôle de l’institution scolaire, de l’organisation des systèmes d’enseignement, du fonctionnement des établissements et des équipes, de la pédagogie et des pratiques professionnelles, dans l’émergence et la régulation des phénomènes de « violence ». Pour autant, l’objectif n’est ni d’accuser l’école et ses acteurs, ni de nier les influences qui échappent largement à l’environnement scolaire. Il s’agit plutôt, en sortant d’une logique de dramatisation ou de désignation d’un coupable, d’ex aminer les marges de manœuvre