Se motiver à apprendre
170 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Se motiver à apprendre

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
170 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Les recherches sur la motivation en situation d'apprentissage et de formation ont connu des développements importants ces dernières années mais restent peu connus des acteurs de terrain. Cet ouvrage apporte des éléments de réponse aux très nombreuses questions que se posent enseignants mais aussi élèves et parents en présentant les résultats des recherches actuelles et les pistes d'action tirées de ces travaux. Il s'agit de donner un sens aux apprentissages, soutenir la confiance en soi et l'engagement des apprenants et des enseignants.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 37
EAN13 9782130639589
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Sous la direction de
Benoît Galand et Étienne Bourgeois
(Se) motiver à apprendre
2006
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2015 ISBN numérique : 9782130639589 ISBN papier : 9782130558637 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Les recherches sur la motivation en situation d’apprentissage et de formation ont connu des développements importants ces dernières années mais restent peu connus des acteurs de terrain. Cet ouvrage apporte des éléments de réponse aux très nombreuses questions que se posent enseignants mais aussi élèves et parents en présentant les résultats des recherches actuelles et les pistes d’action tirées de ces travaux. Il s’agit de donner un sens aux apprentissages, soutenir la confiance en soi et l’engagement des apprenants et des enseignants.
Table des matières
Introduction. La question de la motivation à apprendre(Étienne Bourgeois et Benoît Galand)
Première partie. La dynamique individuelle
Chapitre 1. Une approche sociale-cognitive de la motivation à apprendre (Benoît Galand et Étienne Bourgeois) Chapitre 2. Connaissance de soi, estime de soi et motivation scolaire (Delphine Martinot) Lien entre connaissance de soi, engagement dans la tâche et persévérance Les effets négatifs de la protection de l’estime de soi sur la motivation scolaire Comment ne plus se sentir dévalorisé par une mauvaise note ? Conclusion Chapitre 3. L’illusion d’incompétence chez l’élève du primaire : plus qu’un problème de biais d’évaluation(Thérèse Bouffard et Carole Vezeau) La perception de compétence L’illusion d’incompétence Quelques explications des caractéristiques associées à l’illusion d’incompétence Au-delà de la modestie… Chapitre 4. Croire en soi : le rôle de la mémoire autobiographique dans la construction du sentiment d’efficacité(Marie Vanlede, Pierre Philippot et Benoît Galand) Le sentiment d’efficacité personnelle La mémoire autobiographique Programme de recherche Conclusion et implications pratiques Chapitre 5. Buts d’accomplissement et qualité de l’engagement dans l’apprentissage : le coût de la compétition(Caroline Dupeyrat, Christian Escribe et Claudette Mariné) Définition classique des buts d’accomplissement Les conséquences des buts d’accomplissement La théorie des buts d’accomplissement revisitée Conclusion Chapitre 6. Motivation sociale et apprentissage : les enjeux liés aux buts sociaux des élèves(Laurence Filisetti et Kathryn Wentzel) Les enjeux scolaires des buts sociaux Qu’est-ce qui influence les buts sociaux ?
Conclusion et implications pratiques Chapitre 7. La valeur perçue des activités d’apprentissage : quels en sont les sources et les effets ?(Sandrine Neuville) Le concept de valeur perçue Les déterminants de la valeur perçue de la tâche Les effets de la valeur perçue de la tâche sur l’apprentissage Conclusion et implications pratiques Chapitre 8. Motivation et émotions dans l’apprentissage scolaire(Sophie Govaerts et Jacques Grégoire) Cadre théorique Quelles limites aux recherches menées à partir de ce modèle ? Recherches Conclusion et implications pratiques Deuxième partie. Le contexte d'apprentissage Chapitre 9. Les individus en situation d’apprentissage(Étienne Bourgeois et Benoît Galand) Chapitre 10. Facteurs contextuels dans l’évolution de la motivation pour le travail scolaire au cours de l’adolescence(Jean-Luc Gurtner et Philippe Genoud) La motivation : un concept multidimensionnel Une évolution régulière ou chaotique ? Comment expliquer les évolutions de la motivation dans le parcours scolaire ? Peut-on réduire l’impact négatif des variables contextuelles sur l’évolution de la motivation à l’adolescence ? Conclusion Chapitre 11. Apprendre ensemble : but de performance et but de maîtrise au sein d’interactions sociales entre apprenants(Céline Darnon, Céline Buchs et Fabrizio Butera) Les effets des buts d’accomplissement sur les dynamiques sociales Les effets des interactions sociales sur les buts d’accomplissement Buts d’accomplissement et relations sociales : bilan Chapitre 12. Doit-on récompenser les élèves pour les motiver à apprendre ? (Jean Archambault et Roch Chouinard) La récompense érigée en système Une pratique controversée Que faire alors ? Que faire avec les récompenses ? Chapitre 13. Pratiques d’enseignement et adaptation scolaire des élèves (Benoît Galand)
Les facteurs scolaires de motivation : études expérimentales Les facteurs scolaires de motivation : études corrélatives De l’individu à la classe Climat motivationnel de la classe et motivation des élèves Climat motivationnel de la classe et violence à l’école Vers des pistes d’action Chapitre 14. Motivation et persévérance dans les études post-secondaires en sciences et technologies(Simon Larose) Modèle sociomotivationnel de la persévérance en S&T Le rôle de la famille Le rôle de l’École Le rôle de la Communauté Implications de ces connaissances pour le développement de la culture scientifique et pour l’accompagnement des jeunes dans le domaine des S&T Chapitre 15. Le soutien à l’autonomie des étudiants : le rôle de l’autodétermination et de l’engagement professionnel des enseignants (Luc Pelletier et Danielle Patry) Qu’est-ce que la motivation autodéterminée ? Qu’est-ce que le soutien à l’autonomie ? Les déterminants des comportements et de l’engagement des enseignants Conclusion Chapitre 16. L’engagement des enseignants : tendances et défis(Kathleen Bentein) L’engagement organisationnel des enseignants Comment favoriser l’engagement des enseignants ? Quelles sont les pratiques institutionnelles à favoriser dans les écoles ? Chapitre 17. La motivation à apprendre : un regard sociologique(Jean-Yves Donnay et Marie Verhoeven) La motivation : catégorie normative centrale d’une société de « responsabilité de soi » La motivation scolaire en crise, dans ses trois dimensions La sortie du programme institutionnel Motivation et exclusion scolaire : l’obligation de jouer Chapitre 18. Motivation scolaire et rapport au savoir(Jacques Bernardin) Naissance d’une notion : le rapport au savoir Une définition qui a évolué Des éléments différenciateurs Quelques pistes pour la pratique Chapitre 19. Une démarche de formation : changer de regard sur les « difficultés
de motivation » des élèves(Patrick Picard) Introduction Savoir lire les demandes de formation pour les rendre opératoires Lever les malentendus Transformer leur rapport à l’apprentissage Concevoir l’activité comme tremplin pour la (re)mobilisation Aider les enseignants, pour aider les élèves Exemples de pratiques opératoires identifiées par les enseignants Quelles évolutions constatées par les enseignants ? En conclusion
Introduction. La question de la motivation à apprendre
Étienne Bourgeois Étienne Bourgeois, Université catholique de Louvain, Belgique Benoît Galand Benoît Galand, Université catholique de Louvain, Belgique
a-t-il aujourd’hui un « problème » de « motivation » chez les apprenants, en Yparticulier en contexte scolaire ? À entendre nombre d’enseignants, de directions d’établissement ou de parents, il semble bien que oui. Baisse de motivation, démotivation, décrochage, désintérêt, ennui… des élèves, autant de termes qui désignent ce qui passe aujourd’hui pour un des problèmes majeurs auxquels sont confrontés les acteurs éducatifs (au même titre que, par exemple, celui de la « violence » auquel il est d’ailleurs souvent associé). Il semblerait même que le « mal » ne concerne plus uniquement les apprenants « en difficulté » mais bien la plus grande partie de la population des élèves. Parallèlement, certains dénoncent le manque d’engagement professionnel et l’absentéisme parmi les enseignants, tandis que certains secteurs sont confrontés à une pénurie d’enseignants. Heureusement, certains acteurs éducatifs témoignent aussi de l’enthousiasme des élèves et des étudiants, de leur plaisir de la découverte ou de leur investissement dans des projets ambitieux, ainsi que de la créativité et de la mobilisation des enseignants et des formateurs. L’objectif de cet ouvrage n’est pas d’établir « objectivement » la réalité du « problème » de la motivation, son ampleur et ses diverses facettes. Il est à la fois plus modeste et plus ambitieux : il s’agit de se tourner vers la recherche récente en psychologie et en sociologie de l’éducation pour trouver des clés permettant de mieux comprendre le, ou plutôt les phénomènes couramment désignés sous cette appellation quelque peu fourre-tout de « motivation ». Partant, il s’agit également de concevoir comment agir plus efficacement ou, en tout cas, de façon plus éclairée, en vue de soutenir l’engagement des apprenants dans leur apprentissage ou, tout simplement, de leur (re)donner le goût d’apprendre. Lorsqu’on écoute les acteurs éducatifs – enseignants, parents, chefs d’établissement, … – parler du « problème » de la démotivation des élèves, on est souvent frappé par le désarroi avec lequel ils s’expriment. Tout se passe comme s’il y avait à la fois perception de la gravité du phénomène et de ses conséquences, et sentiment d’impuissance face au problème. Perception de la gravité du phénomène parce que les professionnels de l’éducation sont bien placés pour mesurer à quel point l’engagement de l’apprenant constitue une conditionsine qua nonun pour apprentissage de qualité : pas d’apprentissage sans engagement de l’apprenant dans
la tâche. L’apprentissage est un véritable travail et, comme tel, exige la mobilisation de ressources personnelles – cognitives, affectives, comportementales – importantes, une mobilisation qui requiert à son tour dès le départ une forte implication du sujet dans son apprentissage. Ce lien étroit entre engage ment et performance d’apprentissage engendre souvent une spirale infernale pour l’apprenant : le non-engagement augmente le risque d’échec et l’échec contribue évidemment en retour au désengagement. Or, les acteurs éducatifs sont aussi particulièrement sensibles aux conséquences « collatérales » de cette spirale infernale du couple échec-démotivation. L’apprenant en échec et démotivé adoptera tôt ou tard des comportements et un fonctionnement particulièrement pénibles à supporter pour l’enseignant, mais aussi pour le groupe : au mieux des comportements de retrait, au pire des comportements de rébellion pouvant aller jusqu’à la violence sous toutes ses formes. Mais au-delà de ses conséquences objectivement dysfonctionnelles – pour l’apprenant lui-même et pour le groupe – la démotivation de l’élève touche l’enseignant au cœur même de son métier, de son identité professionnelle. Quoi de plus « violent », pour celui ou celle dont le métier est de faire apprendre, que d’être confronté à un élève qui, par son comportement et son attitude de désengagement, met en question le sens même de son travail ? Dans cette situation, pour paraphraser T. Todorov, l’enseignant peut se sentir privé de reconnaissance non seulement de savaleur, mais également de son existencecomme professionnel. Quoi de plus normal, dès lors, que les professionnels de l’éducation vivent aussi mal ce « problème » de démotivation des élèves. Par ailleurs, beaucoup d’enseignants ou de chefs d’établissement ont le sentiment que la démotivation des élèves a son origine dans des causes qui échappent largement à leur champ d’action : dispositions personnelles de l’élève (paresse, parcours antérieur d’échec, désintérêt pour l’école, …), environnement familial (démission de la famille, non-respect des enseignants et de l’institution scolaire, absence de soutien dans le travail scolaire, …), origine socio-culturelle (valorisation d’un rapport au savoir en porte-à-faux avec celui valorisé à l’école, culture anti-scolaire, …), ou encore « société » d’aujourd’hui (morosité du marché de l’emploi, extension des valeurs matérialistes et relativistes, multiplication des loisirs, …)… Autant de facteurs face auxquels les enseignants estiment ne pas pouvoir faire grand-chose, quels que soient leur compétence et leur engagement professionnels. De leur côté, bon nombre de parents auront tendance à incriminer avant tout les enseignants et l’École qui ne font pas, ou mal, leur travail : démotivation et/ou incompétence des profs, classes surpeuplées, écoles sans moyens, opacité, voire obsolescence, des matières enseignées et de leur pertinence sociale, arbitraire des procédures d’évaluation, sélectivité et compétition inhumaines, etc. À moins qu’ils n’incriminent à leur tour la « société » qui, entre autres, ne peut plus offrir de perspectives socioprofessionnelles suffisamment… motivantes. Pour sortir de ce cercle vicieux, la recherche en éducation a l’ambition d’apporter un certain nombre d’éclairages utiles permettant de mieux cerner le phénomène et d’y faire face, ainsi que nous essayerons de le montrer tout au long de cet ouvrage. Dans cette perspective, elle cherche à être complémentaire aux nombreux acteurs éducatifs qui inventent au quotidien d’autres manières d’être et d’agir.