Théorie de l

Théorie de l'évolution : origine de la biodiversité

-

Livres
5 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Informations

Publié par
Ajouté le 30 mars 2018
Nombre de lectures 4
Langue Français
Signaler un abus
Théorie de l'évolution : origine de la biodiversité (fiche - Terminale S -Sciences de la Vie et de la Terre pour adulte)
Objectif(s) Comment la biodiversité actuelle s’est-elle mise en place au cours de l’histoire de la Vie et de la Terre ? La biodiversité spécifique est définie par le nombre d’espèces différentes qui peuplent un milieu. Plus ce nombre est élevé, plus la biodiv ersité est importante. On définit uneespècecomme un ensemble d’individus présentant descaractères communset étant capables dese reproduireentre eux pour donner une descendance fertile. Au sein d’une même espèce, il peut y avoir des popu lations qui isolent des individus de l’espèce dans un lieu géographique donné. Ces indiv idus vont donc pouvoir se reproduire entre eux de façon préférentielle, ce qu i va favoriser la transmission de certains allèles plutôt que d’autres.
1. La variabilité intra-espèces Les individus d’une même espèce présentent descaractères communs, spécifiques à l’espèce, et descaractères propres, relatifs à chaque individu.L’ensemble de ces caractères forme le phénotype. Ce dernier définit lavariabilité intra-espèce.
Tous les individus d’une même espèce ont en commun leur génome ; ils possèdent tous les mêmes chromosomes porteurs des mêmes gènes . Par contre, pour chaque gène, il existe des variants,les allèles, qui vont être à l’origine dela variabilité intra-espèce. Ils possèdent des génotypes différents.
Chaque allèle est caractérisé par sa fréquence (nom bre de fois où il apparaît dans une population) qui varie d’une population à l’autre.
2. Les facteurs d'évolution des populations a. Les facteurs génétiques L’apparition de nouveaux allèles dépend desmodifications aléatoiresde la séquence des gènes au moment de la réplication :les mutations.
Si l'on suit, dans différentes populations d’une mê me espèce, la fréquence d’allèlesne subissant aucune pression de sélection(elles ne confèrent ni avantages ni inconvénients) au cours des générations, on constate que cettefréquence varie peu au sein d’une population nombreuse.
Par contre, elle esttrès variable lorsque la population présente un effectif restreint. Dans ce cas, l’allèle peut devenirtrès présent ou alors totalement disparaître. C’est ladérive génétique.Lors d'un phénomène conduisant à la disparition d’ un grand