Les rêveurs

-

Livres
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce roman s’adresse à tous ceux qui croient en la force de l’imagination et à la capacité des enfants à franchir la barrière entre le jeu et la réalité. Des personnages plus vrais que nature prennent vie sous la plume de l’auteur pour le plus grand plaisir du lecteur. Basée sur des faits réels, l’histoire nous plonge dans une aventure fantastique et trépidante où l’espoir devient une force de vie !
Une grande tragédie vient chambouler la vie d’Anna, de Thomas et de Clara : leur père a un accident de voiture et se retrouve dans le coma. Il a une jambe cassée et une dangereuse hémorragie met sa vie en danger. Débordants d’imagination et encouragés par deux amis de la famille, les enfants ont la conviction profonde de pouvoir aider leur père en communiquant avec lui via le monde des rêves. S’engage alors une bataille épique où l’hémorragie et le coma deviendront personnages à combattre. L’infâme baron de Coulessan et la diabolique Sorcière Noire de la Tour d’os, résisteront-ils aux assauts des jeunes rêveurs ?
Chapitre 1 : C’est mardi ! 9
Chapitre 2 : La partie du mardi soir 19
Chapitre 3 : Un événement dramatique 35
Chapitre 4 : Des pleurs et des questions 41
Chapitre 5 : Identification de l’ennemi 53
Chapitre 6 : Premier contact 61
Chapitre 7 : Organisation des troupes 69
Chapitre 8 : Un rêve étrange 75
Chapitre 9 : Discussions dans la nuit 91
Chapitre 10 : Le conjurateur et la magicienne blanche 101
Chapitre 11 : Les seigneurs de guerre de la Thrombycie 111
Chapitre 12 : La fée de la Fontaine Blanche 133
Chapitre 13 : Les préparatifs 145
Chapitre 14 : La bataille de Coulessan 163
Chapitre 15 : Une visite joyeuse 199
Chapitre 16 : Les secrets du maître de jeu 215
Chapitre 17 : Le pacte du sapin 225
Chapitre 18 : Mission de reconnaissance 233
Chapitre 19 : Derniers conciliabules 243
Chapitre 20 : Aux portes de la Tour d’os 251
Chapitre 21 : Les premiers coups 265
Chapitre 22 : Affrontements magiques à la Tour d’os 277
Chapitre 23 : Sacrifices 305
Chapitre 24 : Un voyage dans la nuit 327
Chapitre 25 : Des coïncidences troublantes 335
Chapitre 26 : L’aboutissement du pacte du sapin 341
Épilogue : 349
Notes et références : 357

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 août 2015
Nombre de visites sur la page 17
EAN13 9782895991571
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0097 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jean-François Bussières
Les rêveurs
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Arc hives
nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Ca nada
Bussières, Jean François, 1972-
Les rêveurs
(Collection Ados/Adultes ; N° 44)
Comprend des réf. bibliogr.
ISBN 978-2-89599-115-1
I. Titre. II. Collection : Ados/adultes ; 44.
PS8603.U826R48 2013 C843'.6 C2012-942888-4
PS9603.U826R48 2013
Maison d’édition Les Éditions de la Paix inc.
Courriel : info@editpaix.qc.ca
http://www.editpaix.qc.ca
Janine Perron (Courrier administratif)
412, rue Maupassant, Saguenay, Qc G7J 4P6
Tél. + télécopieur 418 690-2335
Pierre Tuinstra
(Gestion Salons du livre et entrepôt)
626, rue Marquis de Vaudreuil
Québec, Qc G1K 5G1
Tél. + télécopieur 418 522-4822
Direction littéraire Gilles Côtes
Révision Hélène Bard
Danielle Malenfant, La Plume Rousse
Illustration Félix LeBlanc
Infographie JosianneFortier.com
© Les Éditions de la Paix inc. et Jean-François Bus sières
Dépôt légal 1er trimestre 2013
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
Imprimé au Canada
Pour la beauté des mots et des différences
Les Éditions de la Paix s'engagent à verser un pour cent des ventes
à la Fondation David Maltais.
David Maltais est l’auteur du roman Coeur d’argile.
www.coeurdargile.com
Les Éditions de la Paix remercient le Conseil des A rts du Canada et la Sodec de l’aide
accordée à son programme de publication et reconnai ssent l’aide financière du gouvernement du
Canada par l’entremise du Fonds du livre canadien p our ses activités d’édition.
Les Éditions de la Paix bénéficient également du Programme de crédit d’impôt
pour l’édition de leurs livres – Gestion SODEC – du gouvernement du Québec.
Merci à Anna, à Thomas et à Clara
pour leur source intarissable d’inspiration.
C’est mardi !
Chapitre 1
Après la cloche, Anna et Thomas se rejoignent dans le corridor de l’école Perce-Neige.
— Vite, Anna, c’est mardi ! Il faut aller chercher Clara à la classe de maternelle, dépêchons-nous !
Avec un sourire, la grande soeur tente de calmer le s ardeurs de son frère.
— Thomas, il est interdit de courir dans les corrid ors, ça ne fera pas arriver l’autobus plus vite et je te rappelle que la partie commence seulement à 18 h.
— Oui, mais il faut faire les devoirs, en plus je d ois retranscrire les nouveaux sorts de Merloche sur ma feuille de joueur, puis il faut app eler Rod pour qu’il vienne…
— Tu penses vraiment qu’il pourrait oublier ? Tu l’ appelles tous les mardis, il doit commencer à le savoir.
— Tu penses que Roger sera là ? Son paladin1 sera u tile, la dernière fois qu’on a joué, il y avait des morts-vivants.
— Brrrr, oui, des zombies et même des ombres qui ab sorbaient la force de leurs victimes ; leurs voix faisaient peur, on aurait dit que Rod parlait dans un verre. Tiens, voilà Claclou !
Clara a déjà mis ses bottes, son manteau, sa tuque et ses mitaines. En plus, son petit sac à dos est déjà prêt. Avec un grand sourire, ell e se précipite vers sa grande soeur pour lui prendre la main. Il est très rare qu’on at tende après Clara. On dirait que la petite fille se fait un point d’honneur de s’habill er seule et d’être prête avant les autres. Il arrive même souvent qu’elle aide d’autres élèves à compléter leur habillement.
— Allô, Clara !
— Allô ! On prend l’autobus ou on rentre avec maman ?
— L’autobus ! C’est parti !
Bien protégée entre son frère et sa soeur, Clara ma rche d’un pas assuré, et les trois enfants prennent leurs sièges habituels.
— Il me semble que l’autobus ne va pas très vite au jourd’hui. Plus vite ! On est pressés !
—Thomas, l’autobus va à la même vitesse que d’habit ude. C’est toi qui es impatient ! Tu auras tout le temps de faire tes devoirs, mais j e te rappelle que tu dois aussi nourrir les chiens et vider le lave-vaisselle.
— Aaaargh ! C’est vrai ! Il faut appeler Rod et Rog er aussi...
À la maison, les enfants sont accueillis par deux ê tres pleins de vivacité qui savent très
bien démontrer leur affection : Tac et Mouska. On c hercherait longtemps pour trouver deux chiens aussi différents. Mouska est un chien n ordique. Sa toison peut résister aux plus grands froids; un mouton pourrait très bien s’ en accommoder. Mouska est probablement un mélange de colley, de husky et de c how-chow, mais on ne sait pas trop. Même par des températures de -20 degrés Celsi us, elle aime se coucher à l’extérieur. Mouska a douze ans, c’est donc l’aînée de la famille.
Quant à Tac, l’ineffable Teckel miniature, elle a é té nommée en prenant la première lettre du nom de chacun des enfants (Thomas-Anna-Cl ara). Bien entendu, cela fut décidé sans égard pour leur âge, sinon cela aurait donné Atc, ce qui n’est pas un nom très pratique, on en convient. Pour elle, se couche r au soleil en plein été alors que la température est de 25 degrés Celsius est un véritab le délice. Apparemment, les teckels sont de petits chiens courageux, utilisés entre aut res pour la chasse aux sangliers. Bien que Tac n’ait jamais rencontré de sanglier, on a souvent pu constater son courage, notamment lors d’altercations avec un dano is royal qui s’enfuyait toujours devant tant d’opiniâtreté.
Comme d’habitude, on dirait que cela fait au moins 3 ans que les chiens n’ont pas vu leurs jeunes maîtres tellement les manifestations d e joie, de léchage et de joyeux jappements sont intenses.
Voyant tout cela d’un oeil paresseux, l’Effaceur, l e chat noir de la famille ainsi nommé pour son rôle de chasseur de souris, garde sa réser ve hautaine tout en affichant un certain dédain pour ces chiens si serviles.
Une heure plus tard, les chiens sont nourris et les devoirs sont faits. Thomas finit de ranger le contenu du lave-vaisselle. Anna et Clara mettent la dernière main au passage de l’aspirateur. Clara, selon le rôle qui lui est d évolu, libère le chemin pour sa grande soeur en rangeant au fur et à mesure les jouets qui pourraient gêner l’opération. La table est déjà mise pour le souper qu’on souhaite l e plus rapide possible. D’ailleurs, maman et papa savent déjà que le mardi soir, c’est inutile de mettre les petits plats dans les grands. Les livres de jeu et les personnag es sont déjà prêts, dans un grand sac adossé au mur le plus proche de la table. Assis sur le divan du salon et armé du téléphone sans fil, Thomas commence son rituel d’ap pels téléphoniques.
Aux bureaux de la firme Stewart, Rochon et Rodowsky , le téléphone sonne, comme il le fait des centaines de fois pendant la journée. P our Lise, la réceptionniste, cet appel a pourtant une signification particulière. Même si elle n’a jamais rencontré le jeune homme qui, chaque mardi soir, appelle monsieur Rodo wsky, elle s’est prise d’affection pour cette petite voix, une des rares à avoir accès au directeur général en priorité. Elle répond avec tout le professionnalisme voulu.
— Stewart, Rochon et Rodowsky, Lise à l’appareil, c omment puis-je vous aider ?
— Bonjour, madame, ce serait pour parler à Rod, je veux dire, monsieur Rod s’il vous plaît. Il m’a dit que je pouvais l’appeler.
Pour Thomas, il est ridicule d’appeler quelqu’un Ro dowsky alors que tout le monde le nomme Rod. Quelle perte de temps ! Et puis, à quoi peut bien servir un « owsky » de plus dans un nom ?
— Certainement, monsieur, et qui dois-je annoncer ?
— Thomas.
— Très bien, monsieur Thomas, je transfère votre ap pel, bonne fin de journée !
Comme à l’habitude, elle transfère l’appel au télép hone cellulaire de monsieur Rodowsky. Sachant que cet appel met fin à sa journé e de travail puisque le directeur général ne prendra plus d’appels ni de rendez-vous pour aujourd’hui, elle se prépare à partir.
— Allô, Rod ?
— Salut, Thomas, ça va ?
— Oui, c’est mardi soir, tu sais, alors, je me dema ndais si…
—Si j’avais oublié ? Bien sûr que non ! Je serai là , comme prévu ! Je crois d’ailleurs que la Sorcière Noire de la Tour d’os en a après vo us, vous devriez faire attention, ça risque de barder !
— Elle peut toujours essayer, celle-là, je lui rése rve ma tempête glaciale !
Gasp ! La Sorcière Noire ! Les personnages joueurs l’ont déjà rencontrée et cela a frisé la catastrophe ! Des zombies surgis de nulle part l es ont entourés et la fuite a été plus que difficile. Merloche a même failli être massacré , il ne lui restait que deux points de vie. Seul le sort de vol de Morgana a pu les tirer d’affaire. Mais cette fois, ce sera différent, surtout si le paladin de Roger est de la partie. Lui, les morts-vivants, il en fera son affaire. Il faudra penser à une stratégie qui... Vite, appeler Roger !
Roger a corrigé les travaux des élèves pendant l’he ure du dîner et pendant la période où sa classe devait se rendre au cours d’éducation physique. Ainsi, il serait possible de jouer avec les enfants. La dernière fois, plusieurs reproches lui ont été adressés étant donné que l’absence de son personnage a donné un av antage certain à l’infâme Sorcière Noire et à ses morts-vivants. La Sorcière Noire… ça fait longtemps qu’elle roule sa bosse, celle-là ! Combien de fois, au cour s des innombrables parties de Donjons et Dragons2, a-t-elle été à la merci des pe rsonnages-joueurs pour se sauver à la dernière minute ? Combien d’entre eux ont-ils ét é éliminés par ses machinations machiavéliques? Se remémorant toutes les péripéties mettant en vedette ce personnage non joueur créé par Rod il y a bien long temps, il est tiré de sa torpeur par la sonnerie du téléphone. Qui cela peut-il bien être un mardi soir ? Roger pense à cette question avec une certaine ironie, puisque l’identi té de ce « qui » ne fait pas de doute.
— Allô, Thomas !
— Comment tu as su que c’était moi ?
— Je ne sais pas, j’ai tenté ma chance.
— Tu viens ce soir ?, parce que la Sorcière Noire s era là, sûrement avec des morts-vivants, alors on aura besoin de ton paladin et de son pouvoir pour les repousser.
— La Sorcière Noire, tu dis ? Elle trouvera à qui p arler ! Pour Sempter ! Pour la
Lumière!
Rassuré par le cri de guerre de Roger, Thomas raccr oche et se lance dans la lecture (ou plutôt la relecture, voire même la re-re-re-lec ture) des sorts de Merloche. Voyons, qu’est-ce qui serait efficace contre la Sorcière No ire ?
Quant à Anna, elle relit le manuel des joueurs, par ticulièrement la liste des équipements et leurs prix respectifs. Qu’est-ce que Morgana pourrait bien s’acheter aujourd’hui ? J’espère qu’il y aura un marché publi c et qu’il y aura des robes, des tissus, des bracelets et des bottes d’équitation à bon prix…
Peut-être que la Sorcière Noire est triste et qu’el le cherche simplement des amis ? Ça vaut la peine d’essayer, non ?
— Moi, je pourrais faire une fée, je pourrais vous aider, non ?
Thomas regarde sa petite soeur, l’air désolé.
— Clara, les règlements sont hypercompliqués, même Rod dit que tu es trop petite pour jouer. Et puis d’ailleurs, tu iras te coucher plus tôt, non ?
Rouge de colère, la petite fille tourne les talons.
—C’est injuste, et puis d’abord tu fais toujours de s sorts de froid sur les zombies, alors que le feu doit être beaucoup plus fort contre eux. Rod a dit que bientôt, je pourrai essayer de jouer, je serai une fée.
Thomas en reste déconcerté. Du feu ? Évidemment, po urquoi n’y avoir jamais pensé ? Lors de la dernière altercation avec la Sorcière No ire, Merloche a lancé son sort le plus puissant, celui de tempête glaciale, sur la horde d e zombies et à sa grande surprise, cela n’a pas eu l’effet escompté. Peut-être que le froid ne leur fait rien ? Et comment Clara peut-elle le savoir, elle qui dormait à ce mo ment-là ? Pas si bête, la petite soeur, ça mérite réflexion… le feu…
La partie du mardi soir
Chapitre 2
Aux alentours de 17 h 15, Rod fait son entrée, suiv i de près par Roger. Rod en est encore à repousser les avances trop insistantes de Tac qu’il considère comme le teckel possédant la langue la plus rapide en Amériq ue du Nord. L’arrivée de Roger déplace instantanément l’attention de la petite chi enne, à la grande satisfaction de Rod. Aussitôt la dernière bouchée avalée, on libère la table, on prépare les dés, les joueurs s’installent ainsi que le maître de jeu, qu i met son écran protecteur devant lui pour éviter que les joueurs ne percent ses nombreux secrets. L’écran protecteur de Rod est un vieux carton où figurent un magicien et un dragon. Même Roger ne se souvient plus où il se l’est procuré. Une chose est certaine, il est très vieux.
— Bon, je vais jouer dans ma chambre ! dit Clara av ec l’air de quelqu’un qui espère avoir une invitation à jouer.
—Bientôt, on te fera un personnage, Princesse, je s uis certain que tu feras une très
bonne joueuse de Donjons et Dragons. Mais il faut c ontinuer à apprendre à lire pour ça. Tu es déjà très bonne, mais encore un peu trop petite.
Rod sait que Clara brûle d’envie de jouer. Il prépa re d’ailleurs une petite aventure où elle pourra s’impliquer. Ce sera une surprise pour elle qui supporte difficilement d’être mise à l’écart.
— Oui, je serai une fée.
— Tu ne peux pas être une fée, Clara, ce n’est pas prévu dans le manuel des joueurs. Il y a des nains, des elfes, des humains, des hobbi ts, mais pas de fées.
Assis derrière sa fiche de personnage, Thomas souha ite raisonner sa soeur au plus vite pour pouvoir commencer le jeu.
— Alors là, Thomas, je ne suis pas d’accord avec to i, lui rétorque Rod. Rappelle-moi quelle est la première chose à savoir dans ce jeu.
— Tout est possible dans le monde des jeux de rôles , seule notre imagination peut nous limiter.
— Voilà ! Les fées sont certainement des personnage s très rares, mais dans un monde où tout peut arriver, qui sait ?
Son espoir encouragé, Clara se dirige vers sa chamb re en montant le grand escalier. Du coin de l’oeil, Rod la surveille discrètement, c omme à son habitude, et la voit ramper sous une couverture et se positionner près d e la mezzanine. Cette entourloupette permet à Clara d’assister au déroule ment de la partie sans être vue. Cela fait longtemps qu’elle a adopté ce stratagème, mais à quoi bon la dénoncer ? Un jour, il faudra bien l’inclure…
— Bon, vous êtes prêts ?
— Oui ! Papa, tu joues ?
— Surtout pas ! Moi, vos affaires de nains, de lutins, de schtroumpfs…
— Il n’y a pas de schtroumpfs dans Donjons et Drago ns !
— De toute façon, j’ai des choses à faire, et maman doit assister à une réunion ce soir. Vous serez couchés à 20 h, hein ? Et Clara, à 19 h 45. Pas de trésors et de lutins qui tiennent. Rod, ça va si je travaille au sous-sol?
— Bien sûr, pas de problème.
— Papa est désespérant ! Des schtroumpfs…Franchemen t ! Bon ! On commence !
— Euh, quelqu’un a vu mes dés ?
—Anna ! Tu les perds chaque fois. Qu’en as-tu fait la dernière fois ?
— Je les ai donnés à Roger, non ? Ou à toi ? À moin s que ce ne soit à Rod ? La dernière fois, c’est Clara qui les a trouvés, juste derrière la plante…
Mais oui ! Les voilà ! Je les ai remis au même endroit, c’est drôle, non ?
Comme à l’habitude, les joueurs sont transportés da ns le monde imaginaire inventé par le maître de jeu et façonné par leur contribution, partie après partie. Par leur initiative, des villes ont été bâties, d’autres ont été détruit es, des monstres sont morts, des royaumes ont été transformés…Mais la Sorcière Noire court toujours. Cette fois-ci, les joueurs ont retrouvé sa trace dans le petit village de Ville-des-Clercs.
Ambroise d’Absalum immobilise son cheval de bataill e sur la place centrale du village et s’adresse aux villageois d’un ton fort et noble. Son écu resplendissant gravé d’un soleil ainsi que sa rutilante armure imposent assur ément le respect aux badauds rassemblés sur la place.
— Salutations courtoises à vous tous, villageois ! Je suis Ambroise d’Absalum, paladin de Sempter, serviteur de la Lumière ! Je suis accom pagné de Merloche, l’elfe conjurateur, et de la puissante Morgana, magicienne blanche du royaume d’Aban Rivil. Nous savons que l’infâme Sorcière Noire se cache da ns ce village. Nous sommes venus pour vous délivrer de son immonde présence ! Pour Sempter ! Pour la Lumière!
Aussitôt son laïus terminé, Ambroise se fait apostropher par Merloche.
— Paladin, comment voulez-vous vaincre la Sorcière Noire si vous lui annoncez notre venue devant tout le village ?
— C’est ainsi que font les coeurs nobles et courage ux qui se battent pour la Lumière, mon ami. Les paladins ne se dissimulent jamais. Ils vont au grand jour, parcourant les royaumes pour accomplir leurs idéaux de droiture et de bonté.
— Si vos idéaux de droiture et de bonté étaient plu s discrets, ami paladin, nous aurions certes plus de chances de surprendre notre ennemie et de l’empêcher de faire du mal. Mais où est Morgana ?
— Ces bottes d’équitation bleues sont certainement très belles, ami cordonnier, mais peut-être consentiriez-vous à les parer, par la bro derie, de magnifiques papillons jaunes ?
— Assurément, gente dame, mais ce sera plus cher. D ix pièces d’or pour une paire !
— Dix pièces d’or ? Je vous en donne six, mais je p rendrai également votre petit foulard de soie rouge avec des coccinelles pour qua tre pièces d’or.
— Marché conclu, damoiselle ! Vos bottes seront prê tes demain.
— Morgana !
Exaspéré, Merloche, une fois de plus, tente de rame ner sa collègue magicienne à l’ordre. Nous magasinerons plus tard ! Ambroise vie nt de déclarer à tout le monde que nous sommes là ! Je te rappelle que la Sorcière Noi re est ici !
— Ah oui ! Je l’avais oubliée, celle-là.
À ce moment, une vapeur noire semble sortir des rue lles et envahir tranquillement la place du village. Ce n’est pas la première fois que les trois compagnons sont en
présence de cette fumée nocive. Chaque fois, cela a nnonce une attaque imminente de la Sorcière Noire. Fous de terreur, les villageois se précipitent à l’intérieur et barricadent leurs portes. Les aventuriers se retrou vent donc seuls sur la place centrale. C’est un piège !
Rod tente de rendre la situation dramatique.
—Alors, il n’y a plus un villageois dehors. Vous vo yez, au milieu des brumes, apparaître la silhouette de la Sorcière Noire. Vous la reconnaissez facilement, elle porte son sceptre en os. Dans les brumes, vous sent ez la présence de nombreuses créatures qui vous encerclent. Les râles des morts- vivants sont un bruit que vous reconnaîtriez entre mille, et c’est bien de cela qu ’il s’agit. Que faites-vous ? Vous avez un round!
—Je tire mon épée et je m’adresse à la Sorcière Noi re !
— Qu’est-ce que tu lui dis, Roger ?
— Eh bien, attends, euh… voilà : « Infâme Sorcière Noire de la Tour d’os! Mécréante! Impie! Nous sommes ici pour vous arrêter, car jamai s créature ne fit autant de mal que vous dans tout le royaume. Rendez-vous devant la Lu mière et vous aurez un procès équitable. Dans le cas contraire, nous vous mettron s à mal, car vos fourberies et vos diableries ont causé suffisamment de torts à cette heure ! »
— Parfait, et toi Thomas ?
— Je fais mon sort de Bouclier, ce qui abaisse ma C lasse Armure à deux.
— OK, et toi, Anna ?
—Je vais cogner à la porte du cordonnier pour lui d emander si mes bottes, ça tient toujours pour demain.
— Aaargh ! Anna ! On est entourés par la Sorcière N oire et ses zombies ! Laisse faire tes bottes ! Fais quelque chose!
Parfois, Thomas trouve vraiment sa soeur déconnecté e.
— Bon, OK, je fais mon sort d’images miroirs, ce qu i me fait… (Anna lance un dé à quatre faces) six images de moi-même qui apparaisse nt.
— Très bien, Ambroise fait son petit discours, Merl oche et Morgana font leurs sorts, mais la Sorcière Noire éclate de rire ! D’une voix caverneuse, elle vous adresse la parole.
Rod modifie alors sa voix pour prendre celle, très connue et très caverneuse, de la Sorcière Noire.
— Pauvres mortels ! Vous me semblez bien ambitieux ! Mais, encore une fois, vous n’avez pas les moyens de vos ambitions. Un paladin qui trahit sa présence en jappant comme un chien, deux magiciens de cour de récréatio n, voilà une opposition indigne de la Sorcière Noire ! Mes créatures vous tueront v ous et vos amis, paladin, et vos morts viendront grossir mes rangs ! Attaquez, mes c réatures !