Mystère au collège de M'Gombani

-

110 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Diane est triste, son père est parti en voilier de Mayotte pour faire le tour du monde. Elle se dispute souvent avec sa soeur et n'a pas de complicité avec son petit frère. Heureusement, il y a son amie Nilda. Cette année au collège, il y a un nouveau professeur de latin, le jeune et beau Mr Mullër. Mais au premier devoir quelque chose ne va pas, l'intitulé est incompréhensible ! Puis les choses empirent, les copies contiennent des annotations farfelues. Qui est l'auteur de ces plaisanteries ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 71
EAN13 9782296484283

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Mystère
au collège de M’Gombani
Jeunesse L[Harmattan Collection dirigée par Isabelle Cadoré, Denis Rolland, Joëlle et Marcelle Chassin
Dernières parutions
Gani XHAFOLLI y traduction de Dominique Duversin,Je suis un petit roi,bilingue albanais-français, 2012. Patrice BALUC-RITTENER,Mort suspecte au Piwi Hôtel, 2011. Anselme DJEUKMAN,Sibo et la petite Mami Wata, 2011. Marie DUVIGNAU et Florence SAUTEREAU,Marou le kangourou et Barca le crabe, 2011. Béatrice GALLOT,Et nous dans tout ça ? La médiation familiale expliquée aux enfants, 2011. Laurence LAVRAND,Fakidine et la perle verte du lagon, 2011. Françoise KERISEL,Cher cousin derrière les barreaux, 2011. Isabelle LE CHARPENTIER,Guillaume au pays de Gengis Khan, 2011. Françoise KERISEL,La poétesse Sei et le samouraï, 2011. Laurence LAVRAND,Triste Noël à Tsingoni, 2011. Jean-Marie ROBILLARD,Borikoro, 2011. Edmond LAPOMPE-PAIRONNE,Touloulou au pays des Perroquets, 2011. Didier REUSS et Jessica REUSS-NLIBA,Ma famille du Cameroun, de Paris à Yaoundé, 2011. Larissa CAIN,L’errance d’Oleg Lerner. Pologne 1940-1945, 2011. Katia ASTAFIEFF,Le mystère de l’orchidée fantôme, 2011. Philip RIBE,Mihaï et Cosmin, frères des rues en Roumanie,2011. Korneï TCHOUKOVSKI - traduction de Svetlana Audin,Mouche-Tsikatouche/Le téléphone, bilingue russe-français, 2011. Emmanuel MATATEYOU,Le prince Moussa et la grenouille, 2011. Anne LEBOURGES,Sahaa et Bérangère et autres récits fantastiques, 2010.
Laurence Lavrand
Mystère
au collège de M’Gombani
L’Harmattan
Du même auteur
Fakidine et la perle verte du lagon, Ed. Jeunesse l'Harmattan, 2011
Illustrations
:
Triste Noël à Tsingoni,Ed. Jeunesse l'Harmattan, 2011
Sess,
Meutre au lycée à Mayotte, Ed. Jeunesse l'Harmattan, 2010
Mayotte-Nantes un aller simple pour Nadjati,Ed. Jeunesse l'Harmattan, 2009
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-96134-0 EAN : 9782296961340
À Moinécha, afin qu'elle ne craigne plus d'aller dans la réserve du CDI.
À Julie, qui a partagé avec moi l'aventure de ce livre, et à Sylvie, ma complice et amie.
Rien neva plus! Ce matin, Diane n’a aucune envie de franchir le portail du collège. Une averse sur le chemin a transformé en chiffon le dessin qu’elle doit remettre à son prof d’arts plastiques, et quant à sa rédaction de français, elle n’ose imaginer l’état de sa copie. Est-ce que c’est de sa faute si cette maudite pluie s’est mise à tomber à verse alors qu’elle avait encore plus de cinq cents mètres à parcourir ? « Certainement, lui dirait sa mère. Qui a voulu à tout prix abandonner son cartable pour ce sac à bandoulière en toile, même pas imperméable et incapable de fermer si on y enfourne plus de deux cahiers ? » Diane soupire. Tout va de travers ces derniers temps. À la maison, elle se bagarre sans arrêt avec sa sœur, cette peste d’Alice, qui passe son temps enfermée dans sa chambre, pendue au téléphone avec un garçon qui la fait passer de la rage à l’extase et du nirvana à l’enfer, le tout avec une régularité prévisible qui n’en rend pas moins surprenantes les crises de fureur d’Alice.Dans ces cas-là, mieux vaut éviter de frapper à sa porte pour réclamer les ciseaux qu’elle a empruntés. On risquerait trop de les retrouver plantés dans votre cœur ! Son frère, lui, se réfugie dans un monde virtuel où rien d’autre n’existe.Àpeine rentré de l’école, il se jette sur l’ordinateur comme un naufragé sur une bouée. Autour de cet îlot de survivance s’entassent les réserves nécessaires à son maintien en vie : pots de yaourt, bananes ou autres fruits, bols de céréales,
9
biscuits et boissons diverses, dont les déchets joncheront le sol et la table sans perturber l’intrépide ordinaute. Il joue durant des heures, et personne ne cherche à lui reprendre l’ordinateur, dont la connexion est lente au point d’en perdre patience. AdieuFacebook et MSN, soupirent ses deux sœurs. Ces jours-là,Diane en a gros sur la patate, comme elle le dit à son amie Nilda. La maison déserte, le jardin à l’abandon, le vent qui souffle et secoue les hautes branches du frangipanier jusque sous sa fenêtre, tout cela ne lui donne guère envie de s’asseoir à son bureau pour y faire d’insipides rédactions.Elle aimerait s’enfouir sous sa moustiquaire, remonter le drap jusqu’à ses yeux et ne plus en sortir. La nuit, il lui arrive de rester éveillée de longues heures, à regarder les ombres danser sur le mur.Elle laisse ses pensées vagabonder, se répète des poèmes appris il y a bien longtemps, ou des bouts de chansons dont la fin s’est perdue. La première heure du matin apporte toujours des promesses de bonheur : sa mère qui monte pour la réveiller lui murmure à l’oreille des tas de petits mots doux pour l’extraire du sommeil.Elle lui caresse les cheveux, frotte son nezcontre sa joue tiède, parfois même lui chatouille un pied avant de quitter la chambre et de continuer sa tournée d’éveilleuse. Ce rayon de tendresse ne suffit pas à maintenir la barre au beau fixe. Les hurlements qui proviennent de la chambre d’Aliceymettent fin. « Je n’ai rien à me mettre ! J’en ai marre de ces vieilleries ! Tout le monde se moque de moi. »
10