C

C'est ma chambre !

-

Livres
42 pages

Description

La famille Toucouleur a rénové deux chambres sous les combles. Rajiv et Élise veulent la même ! Les négociations commencent.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 septembre 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782364744196
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La famille Toucouleur agrandit la maison. Deux nouvelles chambres aménagées au grenier. Oui mais pour qui ? La discussion promet d’être serrée entre Fatoumata et Rajiv. Chacun présente ses arguments, puis les parents décideront. Tous les coups sont permis.
Collection animée par Soazig Le Bail.
Yann Mens est journaliste. Il est aussi l’aîné d’une famille de cinq enfants. Quand il était petit, il aimait bien avoir une chambre pour lui tout seul parce que c’est un des rares endroits au monde où l’on peut raconter n’importe quoi à voix haute sans être contrarié.
1
Q uand on est rentrés de vacances, il y avait deux pièces de plus dans la maison et ça sentait bizarre. – Génial ! a crié maman, les ouvriers ont fini les travaux au grenier. J’ai hâte de voir les nouvelles chambres. Elle a attrapé une grosse enveloppe sur la table et elle l’a passée à papa sans l’ouvrir. Dessus, j’ai vu marqué « Facture Monsieur et Madame Toucouleur ». – C’est plus cher que prévu ? a demandé maman en montant l’escalier à grandes enjambées. Elle avait à peine fini de poser sa question qu’on a entendu un grand bruit et qu’on a vu papa allongé par terre, la facture à la main. – Venez voir, les enfants ! a crié maman sans faire attention. Mes deux sœurs, Fatoumata la grande et Elisa la petite, qui étaient à genoux près de papa, ont hésité un peu. Mais comme il a rouvert les yeux, elles ont filé vers l’escalier. Pendant ce temps-là, Rajiv a attrapé un grand papier qui avait glissé de l’enveloppe et l’a déplié. C’était le plan de la maison. Mon frère est super fort en maths. Il a vite regardé les dessins des pièces et il a dit : – Je prends celle-là ! C’est d’accord ? – Oui… Oui… a répondu papa qui avait toujours le regard fixé vers le lustre. Mais je ne suis pas sûr qu’il avait bien compris la question. D’ailleurs, il n’avait même pas vu le plan. Mon frère a étalé les papiers sur la table du salon et il m’a dit : – Toi, tu prends celle-là, Arsène. Comme ça, on sera tous les deux au grenier. Et, le soir, on pourra écouter les matchs de foot à la radio sans que les parents nous entendent. J’ai dit que j’étais d’accord, mais, en même temps, j’avais un peu peur parce que je n’aime pas trop les greniers.