Dans la tête de Marguerite

-

Livres
164 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Je m’appelle Marguerite. J’aurai bientôt quinze ans. Je déteste les caresses et j’ai horreur des baisers. Mon univers ne ressemble en rien à celui des filles de mon âge. Je vis en permanence dans une sorte d’apesanteur, à l’abri du temps et de l’espace, dans le silence rassurant de la solitude.
Je suis autiste.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 août 2015
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782897393373
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
S Y L V I E R O B E R G E Dans la tête de Marguerite
SYLVIE ROBERGE
Dans la tête de Marguerite
ïustratîon de couverture : R. Bînette
À ce petIt garçon autIste quI m’a proFondément émue, I y a pusIeurs années, et dont je garde un souvenIr boueversant.
Je suIs une mIcropoussIère d’étoIe. Une mInuscue partI-cue d’énergIe, Issue de ’éternIté et projetée dans ’IninI. Je parcours d’Innombrabes gaaxIes, je croIse des mIIards de panètes. Aucune ne ressembe à cee vers aquee je ie, dIssImuée dans a cheveure dIfuse d’une comète. SoudaIn je ’aperçoIs, toute beue dans a noIrceur de ’unIvers sIdéra, sI vunérabe et redoutabe à a FoIs. Je m’enlamme aussItôt et je ponge vers mon destIn. Ma chute a tracé une ongue courbe umIneuse dans a voIe actée, marquant a in de mon voyage Intempore. Dès que je m’IncarneraI, je perdraI toute mémoIre de mes vIes antérIeures.
— Oh ! Regarde, Mathîeu… une étoîe Iante ! — Ferme es yeuX, Sophîe, et aîs un vœu. — …
— Nous ’appeerons Marguerîte. — Et sî c’est un garçon ? — Ce sera une Ie.
5
Chapitre un
— AAAAHHHHHHH ! Je hure comme une enragée pour couvrîr es bruîts înco hérents quî déerent à ’întérîeur de ma tête. J’aî beau ancer des coups de pîeds, me rouer par terre, împossîbe de m’eX tîrper de ce corps dont je suîs prîsonnîère. Aors, je erme es yeuX, je serre es dents et j’attends. Chaque seconde quî passe a e poîds de ’éternîté. Te un oîsîon abandonné quî agîte avec rénésîe ses aîes, je bats ’aîr de mes maîns jusqu’à ce que es dernîères ombres quî avaîent envahî ma tête se dîspersent en ongs rubans de umée.
Peu à peu, e came revîent. a crîse est termînée. Je reaîs surace, épuîsée. Je suîs assîse sur e pancher et je me berce en baançant mon corps d’avant en arrîère. J’évaue es dégâts. Que ouîîs ! Mes souvenîrs en am beauX se sont éparpîés. Des îmages en vrac errent derrîère mes paupîères coses. J’essaîe tant bîen que ma de es saîsîr au vo. Je réussîs à récupérer a majorîté d’entre ees et j’en treprends patîemment de es casser.
Certaînes scènes sont demeurées întactes, comme sî ees venaîent tout juste de se dérouer. Ees ont vîbrer en moî des émotîons îdentîques à cees que j’aî ressentîes au
7
DANS A TÊTE DE MARGUERïTE
moment où j’aî vécu ces événements. C’est e cas de ma pre mîère rencontre avec Rose. D’autres sont sî abmées que je ne es reconnaîs pas. Sî je ne parvîens pas à es restaurer, ees dîsparatront et je ne pourraî pus jamaîs es évoquer. Je doîs à tout prîX évîter cea.
ï s’agît d’un travaî déîcat quî nécessîte toute ma concen tratîon. ï aut aussî beaucoup de temps pour ’accompîr correctement, maîs je ne suîs pas pressée. Avec précautîon, je dépose dans e grand cofre de ma mémoîre chacune des îmages que j’aî réussî à récupérer. orsque tout est bîen rangé, je erme en douceur e couverce, je tourne a ce et j’ouvre es yeuX.
Je me suîs enuîe de cheZ moî pendant que mon père étaît occupé à taîer a haîe de cèdres, derrîère a maîson. Monsîeur ecerc et sa emme, nos voîsîns d’en ace, savent que je n’aî pas e droît de sortîr toute seue. ïs étaîent à bord de eur voîture quand îs m’ont aperçue, à queques coîns de rue de a maîson, aors que je me dîrîgeaîs vers e parc où je vaîs souvent pîquenîquer avec papa. Monsîeur ecerc a kaXonné à deuX reprîses et sa emme a cherché ee aussî à attîrer mon attentîon, en crîant par a vître ouverte :
8