DC Super Hero Girls, Tome 03

DC Super Hero Girls, Tome 03

-

Livres
300 pages

Description

Batgirl ne se sent pas légitime à Super Hero High. Tous ses camarades possèdent d'incroyables pouvoirs, tandis qu'elle n'est qu'une adolescente ordinaire. Alors elle redouble d'efforts pour mériter sa place dans ce prestigieux établissement. Lorsqu'une productrice de télé la recrute pour participer au grand jeu-concours TéléGeek, elle décide d'y prendre part : c'est peut-être l'occasion de gagner l'approbation de son père, qui réprouve ouvertement la voie qu'elle s'est choisie. Batgirl gagne le concours. Hélas, peu après, elle perd d'un seul coup le contrôle de sa vie...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 21 février 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782747094269
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Lisa Yee vit à Los Angeles. Elle est auteure de nom breux livres jeunesse. DC Super Hero Girls est sa première série publiée en F rance.
À Henry, mon meilleur ami, qui est super futé.
Copyright © 2018 DC Comics.DC SUPER HERO GIRLS and all related characters and elements© & ™ DC Comics and Warner Bros. Entertainment Inc. WB SHIELD: ™ & © WBEI. (s18)RHUS40705 Ouvrage publié originellement par Random House Children’s Books, un département de Penguin Random House LLC (USA),sous le titre DC Super Hero Girls™ -Batgirl™ at Super Hero High 2018, Bayard Éditions, pour la traduction française. Dépôt légal : février 2018 ISBN : 978-2-7470-9426-9 o Loi n 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse.
Couverture
Page de titre
Page de copyright
Prologue
PREMIÈRE PARTIE
Chapitre 1 Chapitre 2
Table des matières
Prologue
B ien sûr, on prenait quelques coups. Les bleus, les bosses, ça faisait partie des risques du métier. Parfois, un colosse surpuiss ant relâchait sa concentration pendant le cours d’EPS et vous flanquait une raclée par mégarde. Parfois, un superhéros en herbe ratait un virage en plein vol e t entrait en collision avec votre casier. Et, parfois, un bataillon d’aliens hostiles débarquait au collège entre deux cours et tentait de vous hypnotiser avec tous vos p etits camarades pour mieux envahir la Terre. Ce genre d’incident faisait le qu otidien des membres de Super Hero High. Ça faisait même tout son piquant ! Ce jour-là, en s’acheminant vers l’auditorium, qui en marchant, qui en courant, qui en volant, qui en se téléportant, les élèves ra yonnaient. Ils plaisantaient et se félicitaient, exhibaient fièrement leurs gnons et l e u rs pansements... Jamais on n’avait vu autant d’adolescents si mal en point et si heureux de l’être. – Un grand coup de gourdin sur la tête, ça ne fait jamais plaisir. Mais qui n’aime pas se retrouver au centre de l’attention ? commenta gaiement Harley Quinn. Une tablette à la main, la jeune fille téléchargeai t une nouvelle vidéo sur sa chaîne YouTube, HQTV (« La Chaîne 100 % Harley ! »). On y voyait Star Sapphire, la fashionista du collège, enfiler une minerve haut e couture alors qu’elle n’avait même pas mal au cou. Sur l’estrade de l’auditorium, quelqu’un toussota. Aussitôt le silence se fit et tous les visages se tournèrent vers l’imposant personnag e qui se dressait devant eux. – Mes jeunes super-héros, vous pouvez être fiers de vous, tonna la principale, Amanda Waller, dite « la Malheur». En effet, les élèves venaient de vaincre la diaboli que Granny Gâteau et son armée de Furies. – Non seulement vous avez empêché l’ennemi d’envahi r la Terre, reprit Mme Waller, mais en plus les dégâts occasionnés ont été limités. On comptait de nombreux blessés, mais personne n’av ait perdu la vie au cours de la bataille. – Bref, je vous félicite, ajouta sèchement la princ ipale. Elle était stricte et distribuait avec plus de larg esse les « critiques constructives » que les compliments. Mais, en ces c irconstances exceptionnelles, elle déclara : – Vous pouvez vous applaudir. Dans la salle, ce fut une véritable explosion de jo ie. Même Parasite, l’homme de ménage à la peau violette et au tempérament bourru, cessa un instant de balayer maladroitement le plancher (il avait un bras dans l e plâtre) et s’autorisa un sourire. Après avoir toléré quelques minutes le vacarme des élèves et des enseignants, la Malheur haussa un sourcil et tout le monde se tu t comme par enchantement. – Le moment est venu de révéler l’identité de notre héros ou héroïne du mois. Les super-élèves se figèrent, surtout Miss Martian (Frost venait de la changer en statue de glace, « pour rire »). Sous la voûte imme nse de l’auditorium ne résonnaient plus que les bips intermittents des circuits internes de Cyborg.
– Supergirl, veuillez me rejoindre sur la scène, la nça la proviseure. Les élèves applaudirent à tout rompre leur camarade . Elle avait prouvé sa valeur dans des conditions extrêmes, en risquant sa vie po ur sauver celle de ses amis. Mais la jeune fille, abasourdie, ne décollait pas d e son banc. Il fallut que Bumblebee la rejoigne à tire-d’aile, l’arrache à so n siège et la traîne d’autorité jusque dans l’allée centrale. Supergirl écarta la frange blonde qui lui tombait d evant les yeux. – M... Moi ? bredouilla-t-elle. – Mais oui, toi ! s’esclaffa Bumblebee. Katana se leva et s’inclina profondément devant l’h éroïne du mois pour lui témoigner son respect. Beast Boy poussa un ululemen t d’encouragement. Alors, Supergirl entama sa progression, à pas prudents, hi stoire de ne pas trébucher – c’était sa spécialité. Une fois devant le micro, elle ravala ses larmes. E lle se sentait triste et joyeuse à la fois. Si seulement ses parents avaient pu la v oir en cet instant ! Elle avisa Harley dans la foule, sa caméra à l’épaule. La jeun e Kryptonienne se consola un peu: au moins, grâce à HQTV, elle partagerait ce mo ment avec tante Martha et oncle Jonathan. Elle s’éclaircit la voix, remercia ses camarades po ur leur aide et leur esprit d’équipe puis s’écarta pour laisser la Malheur pron oncer quelques mots de conclusion. Discrètement, Supergirl leva les yeux v ers le plafond. – Ce que je suis aujourd’hui, c’est à toi que je le dois, chuchota-t-elle dans son bracelet talkie-walkie. Je n’aurais jamais réussi à vaincre Granny sans toi. Tu mérites d’être ici, à mes côtés ! Une jeune fille tout de noir vêtue se dissimulait e ntre les poutres du plafond. – C’est ton heure de gloire, Supergirl, lui répondi t-elle tristement. Savoure-la. Un jour, peut-être, mon tour viendra. Supergirl fronça les sourcils. Elle aborda Mme Wall er et, à voix basse, lui adressa une requête. Sous le regard interloqué des élèves et des professeurs, la jeune fille et la proviseure se mirent à délibérer. Dans la salle, on commençait à s’agiter quand, enfin, sur un signe de tête de son aînée, Supergirl reprit le micro. – Une personne ici présente nous a été d’une aide p récieuse pendant le combat, déclara-t-elle. Sans elle, de nombreux élèves serai ent morts. Je voudrais qu’on la remercie officiellement pour ses exploits. Plusieurs camarades de Supergirl se redressèrent, p leins d’espoir : peut-être qu’elle parlait d’eux ! Katana, Frost et Adam Stran ge avaient des étoiles plein les yeux. Hal Jordan, le premier Terrien à avoir fait p artie des Green Lantern, l’organisme intergalactique de maintien de la paix, semblait particulièrement sûr de lui. Alors, Supergirl demanda : – Batgirl, si tu veux bien te donner la peine ?
PREMIÈRE PARTIE
Chapitre 1
L e suspense était à son comble. Derrière son micro, Supergirl retenait son souffle. Il ne se passa rien. Quelques instants s’écoulèrent, puis un murmure par courut l’auditorium. La jeune Kryptonienne était-elle encore sous le choc d es combats ? Souffrait-elle de stress post-traumatique ? Fallait-il la conduire de ce pas à l’infirmerie, voire chez le docteur Arkham pour une séance d’urgence de soutien psychologique ? Telles étaient les questions que se posaient les élèves à la vue de leur camarade, immobile et muette, les yeux rivés vers le plafond. Un à un, ils se dévissèrent le cou à leur tour, intrigués. Soudain, à la stupeur générale, une silhouette appa rut, pendue au bout d’un câble, et, dans un mouvement de balancier souple et gracieux, atterrit sans bruit sur l’estrade. Pendant quelques secondes, le silence régna dans l’ auditorium. Puis tout le monde se mit à parler en même temps. Qui était l’in vitée mystère en combinaison et masque noirs ? Qui se cachait derrière le nom « Batgirl» ? Katana, elle, le savait : elle lui avait dessiné so n costume. – Trop stylée, ta combi ! lança-t-elle d’une voix forte. Elle se pencha à l’oreille de Wonder Woman. Wonder Woman glissa quelque chose à Hawkgirl. Hawkgirl passa le message à Bumbl ebee. Bientôt, toute la rangée connaissait la véritable identité de « Batgi rl ». – S’il vous plaît ! lança Supergirl pour obtenir le silence. Je voudrais vous présenter notre nouvelle camarade. Sans elle, le co mbat contre les Furies aurait mal fini. Elle a été ma complice du début à la fin. C’est quelqu’un qui a l’âme d’une super-héroïne... – Vive Batgirl ! cria quelqu’un, l’interrompant. – Pour Batgirl, hip hip hip... hourra ! renchérit u n autre. Mme Waller s’avança, et le calme revint immédiateme nt. – Merci, Batgirl, reprit la proviseure, avec un pet it signe de tête à l’appui. Super Hero High vous doit une fière chandelle. Et mainten ant, jeunes gens, au travail ! C’est bien joli de sauver le monde, mais nous avons du pain sur la planche. Parasite et ses équipes vont avoir besoin d’un sacr é coup de main pour nettoyer l’établissement, alors vous êtes priés de former de s groupes... L’assemblée terminée, professeurs et élèves se disp ersèrent dans les couloirs. Personne n’était pressé de se remettre à l’ouvrage, mais la Malheur avait raison : la vie continuait. Cela n’empêchait pas une petite brochette d’élèves, tout excités, de spéculer sur la double vie de leur nouvelle camarade, qu’ils pre naient jusqu’alors pour une jeune fille ordinaire. Un des professeurs était resté assis sur sa chaise, blanc comme un linge. Il se
mit à tousser et manqua de s’étrangler. Supergirl s e précipita pour lui taper dans le dos. Hélas ! Oubliant sa propre force, elle le cata pulta hors de sa chaise, et le commissaire Gordon s’étala sur les planches. – Oh ! pardon, bredouilla la jeune fille, mortifiée . Mais l’homme ne la regardait même pas. Il dévisagea it la nouvelle. Batgirl? articula-t-il, sidéré. – Bonjour, monsieur le commissaire, répondit Batgir l en tâchant de déguiser sa voix. Enchantée de, euh, faire votre connaissance. Elle lui tendit la main. Il ne la prit pas. – Barbara, tu me prends pour un idiot ? Je sais enc ore reconnaître ma propre fille ! répondit-il. Tu me dois des explications, jeune fille. Batgirl se mordit la lèvre. – J’attends, aboya le commissaire. Même sa moustache frémissait d’indignation. – Barbara, insista-t-il, quand je t’ai autorisée à travailler à temps partiel au service technique de Super Hero High, il n’était pa s question de combats, d’héroïsme ou de...de déguisements grotesquesfile te changer. Je te ! Allons, ramène à Gotham City High. C’est là qu’est ta place . – Ce n’est pas un déguisement, c’est un costume de super-héroïne ! protesta Katana, outrée, du fond de l’auditorium. Et il n’es t pas grotesque. Il est minimaliste, fonctionnel et élégant ! – Tu viens, Katana ? lui susurra Poison Ivy en la t irant par la manche. Je voudrais m’assurer que les Furies n’ont pas endomma gé la serre. – Le costume de Batgirl est magnifique, marmonna Ka tana entre ses dents, les doigts crispés autour du manche de son épée (l’adol escente avait deux passions : le stylisme et le maniement des armes tranchantes). Doc Magnus, le nouveau professeur de robotique et d ’informatique, aborda le commissaire. – C’est votre fille ? Vous devez être très fier d’e lle. – Oui, Barbara se débrouille bien avec les ordinate urs. – Euh, certes... Mais je parlais des vies qu’elle a sauvées. Chapeau bas, Miss Batgirl ! ajouta l’enseignant. – Elle s’appelle Barbara, gronda son père. Doc Magnus n’insista pas : il quitta l’auditorium. Barbara regarda son père à la dérobée. Il faisait l a même tête que M. Morris, le cordonnier de Metropolis, quand des jeunes faisaien t du raffut devant sa boutique. – Eh bien ? Qu’as-tu à dire pour ta défense ? l’interrogea le commissaire. Barbara se tenait au garde-à-vous. Bien décidée à n e pas se laisser intimider, elle rejeta par-dessus son épaule sa chevelure aubu rn et tendit le menton. Son estom ac faisait des sauts périlleux dignes de ceux de Harley, mais pas question de le montrer. – Papa, je... – Batgirl est extraordinaire ! intervint Supergirl. Barbara l’avait presque oubliée. – Votre fille est ma meilleure amie et elle m’a sau vé la vie. Elle est brillante,