Expliquez-moi la Légion d'honneur

-

Livres
49 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En 200 ans d'existence la Légion d'honneur n'a rien perdu de son prestige. C'est cette institution fondée en 1802 par Bonaparte, Premier Consul, qui est dépeinte ici : son histoire, son fonctionnement, ses légionnaires, ses maisons d'éducation et son musée.


Sous sa devise toujours actuelle, "Honneur et Patrie", la Légion d'honneur a traversé tous les régimes politiques. Elle récompense encore aujourd'hui les mérites éminents.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 mars 2013
Nombre de visites sur la page 12
EAN13 9782843681165
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0041 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

raconte-moi…expliquez-moi…

racontez-moi… explique-moi…

La Légion
d'honneur

Ouvrage collectif
Nane Éditions / Aliette Desclée de Maredsous / Bertrand Galimard Flavigny
Illustration : Pascale Collange

 

 

 

éditeur 16, rue de Marignan – 75008 Paris
Téléphone 01 53 83 95 78 – Fax 01 53 75 36 80

contact@nane-editions.fr  www.nane-editions.fr

Préface

preface

La Légion d’honneur, premier ordre national, est profondément ancrée dans l’identité de notre pays. Créée au lendemain de la Révolution par Napoléon Bonaparte comme de nombreuses autres institutions qui structurent notre société, elle a résisté aux soubresauts de l’Histoire et forme, aujourd’hui comme à chaque époque, un ordre vivant, contemporain.

Ses principes fondateurs – récompenser les mérites individuels, acquis au service de la nation dans toutes les activités, qu’elles soient civiles ou militaires – expliquent cette actualité et cette pérennité. Ils permettent de récompenser l’ensemble de nos concitoyens sans exclusive aucune : militaires, anciens combattants, chercheurs, professionnels de la santé, enseignants, industriels, artisans, sportifs, bénévoles associatifs, artistes, entrepreneurs, élus…

La diversité des parcours humains ainsi distingués n’est qu’apparente. Les décorés de la Légion d’honneur se retrouvent sur l’essentiel : le dépassement de soi, l’excellence au bénéfice du bien commun et le rayonnement de la France. Ils constituent à la fois un reflet de notre société dans ce qu’elle a de plus remarquable et, par leur exemple, un lien civique fédérateur et vertueux.

 

 

 

signature

Général d'armée Georgelin
Grand chancelier de la Légion d’honneur
Février 2013

Sommaire

Un peu d’histoire

La création de la Légion d’honneur

Le fonctionnement de l’Ordre

Les membres de l’Ordre

Mérites d’hier et d’aujourd’hui

La Légion d’honneur aux étrangers

La Médaille militaire et l’ordre national du Mérite

Les maisons d’éducation de la Légion d’honneur

Le musée de la Légion d’honneur

La Société des membres de la Légion d’honneur

Lexique

Adresses

 

 

La Légion d’honneur est la plus élevée des distinctions nationales. Elle récompense chaque année environ 3 200 citoyens issus de tous les domaines d’activité pour les services éminents qu’ils rendent au pays.


Créée en 1802 par Napoléon Bonaparte selon les principes égalitaires de la Révolution, la Légion d’honneur a traversé tous les régimes qui se sont succédé en France depuis cette date.Elle est à chaque époque un reflet de la société française et de ses évolutions.

Un peu d'histoire

Les récompenses honorifiques existent depuis l’Antiquité. Les « ordres de chevalerie » sont nés au cours des croisades pour soigner et défendre les malades et les pèlerins.

 


1. Le Comte de Provence, portant le ruban bleu de la Croix du Saint-Esprit.
2. La Croix de Saint-Louis.

Les ordres* avant la Révolution

Ocite trois grands ordres : les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem – que l’on appellera plus tard les chevaliers de Malte – les Templiers et les Teutoniques.

Ces ordres, placés sous la protection du Pape, pouvaient élire leurs grands maîtres sans l’intervention d’aucune autre autorité.

Des souverains et des princes créent de nouvelles confréries, à l’imitation de ces ordres, soumises également à une règle (ordo) et à un « grand maître ».

 

SAVIEZ-VOUS QUE…

Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem prononçaient les trois voeux solennels de la religion catholique comme dans les ordres monastiques : « obéissance, pauvreté et chasteté ».

 

SAVIEZ-VOUS QUE…

Les insignes du Saint-Esprit et de Saint-Michel sont dits « les Ordres du Roi»

 



1. Le chevalier Louis-Antoine de Gontaut Biron portant les insignes de Saint-Louis et du Saint-Esprit.
2. Chevalier portant l’Ordre de Saint-Michel.

 

Cette nouvelle « chevalerie dans l’État » débute avec la création en 1346, en Angleterre, du « très noble Ordre de la Jarretière (Garter) » et de celui de l’Étoile, en France, en 1351, suivi par l’Ordre de la Très Sainte-Annonciade dans le duché de Savoie (1362), la Toison d’or (1430) dans le duché de Bourgogne, l’Ordre de Saint-Michel (1469) et celui du Saint-Esprit (1578) dans le royaume de France.

Louis XIV institue l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis en 1693 : il récompense le zèle et la fidélité de tous les officiers catholiques, sans distinction de naissance, après au moins dix ans de ­service.

Les grades de chevalier, commandeur, ­grand’croix, apparaissent pour la première fois.

Louis XV crée, en 1759, l’Institution du Mérite militaire, pour les officiers protestants, notamment les « Gardes Suisses ».

 

SAVIEZ-VOUS QUE…

Les ordres étaient placés sous une protection sacrée : le Saint-Esprit, Saint-Michel ou encore Notre Dame de la Noble maison pour l’Ordre de l’Étoile…

 



1. Grenade d’honneur.
2. Baguettes du tambour d’Arcole.
3. Hache d’abordage.
4. Napoléon Bonaparte, premier consul.

La Révolution

Dès 1789, l’Assemblée constituante supprime les ordres de l’Ancien régime sauf l’Ordre de Saint-Louis devenu « décoration* militaire »

La Convention

En 1791, la Convention réunit en une seule décoration militaire l’Ordre de Saint-Louis et le Mérite militaire. Un an plus tard, la croix de Saint-Louis est définitivement ­supprimée.

Le Directoire

Le Directoire, comprenant la nécessité de distinguer les soldats, distribue des drapeaux et des « armes de récompenses ».

Le Consulat

Le 25 décem­bre 1799, Bonaparte, alors premier consul*, instaure un nouveau système de récompense : « les armes d’hon­neur », gravées au nom de leur bénéficiaire, avec une « haute paye ».

La nature de l’arme dépend du grade et de la fonction du récipiendaire* : fusils pour les grenadiers et soldats, baguettes pour les tambours, mousquetons pour les troupes à cheval, trompettes, grenades pour les canonniers pointeurs, hache d’abor­dage pour les marins.

La création de
la Légion d'honneur

Le premier consul aurait pour la première fois évoqué la Légion d’hon­neur au cours d’un dîner à la Malmaison*. Cambacérès, deuxième consul, en établit le projet.


Hôtel de Salm

 

Ce nouvel ordre laïque et universel intègre militaires et civils selon leurs mérites personnels au sein d’une même institution.

Cette idée très originale permit à la Légion d’honneur de traverser tous les régimes et de ne jamais être véritablement remise en cause.

Le 29 Floréal An X (19 mai 1802), la loi instituant la Légion d’honneur est votée. L’article Premier précise « qu’en exécution de l’article 87 de la Constitution concernant les récompenses militaires et pour récompenser aussi les services et vertus civils, il sera formé une Légion d’hon­neur ». Le premier...