Les Palmes académiques
57 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Les Palmes académiques

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
57 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description


Troisième édition du livre initialement paru en 2010. Les Palmes
académiques sont une décoration décernée à titre civil, instituée en 1955
pour récompenser les mérites de celles et de ceux qui consacrent leur
carrière à la transmission des savoirs aux jeunes générations - membres
de l’Éducation nationale ou non. Elle fait suite aux Palmes universitaires,
créées par Napoléon Bonaparte (1808) pour honorer les membres
éminents de l'Université. Cette récompense peut être accordée aux
étrangers et aux Français résidant à l'étranger qui contribuent activement
à l'expansion de la culture française dans le monde. Les promotions et
nominations sont prises sur proposition du ministre de l'Éducation
nationale. L'ouvrage explique l'évolution de cette distinction au fil du
temps, le fonctionnement de l'ordre et présente les nombreuses actions
entreprises par l'Association des membres de l'ordre des Palmes
académiques (AMOPA) en faveur de la jeunesse et de la langue
française (bourses d'études, dons de livres à l'étranger, concours de
langue française.).

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782843682162
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0041€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Les collections du citoyen Patrimoine
Les Palmes académiques

Ouvrage collectif Texte : Françoise Serodes

16, rue de Marignan – 75008 Paris Téléphone 01 53 83 95 78 – Fax 01 53 75 36 80 contact@nane-editions.fr www.nane-editions.fr
L’Académie de Paris , 1888, par Benjamin Constant (1845-1902).
Questions à Louis Forestier, Professeur émérite à La Sorbonne, vice-président d'honneur de l'association des membres de l'Ordre des Palmes académiques


Quelle définition donneriez-vous des Palmes académiques ?
C’est d’abord, selon les textes officiels, un petit ruban de moire violette de trente-deux millimètres de largeur. C’est peu ; mais c’est un concentré de mérite.

Pourquoi la couleur violette ?
On en débat encore, mais on s’accorde pour y voir le symbole de plusieurs qualités : la sagesse – fruit de l’effort et du succès –, la connaissance et la modestie. D’autres reconnaissent, moins poétiquement, le ton de cette encre fort tenace, utilisée autrefois dans les écoles et qui prenait un malin plaisir à tacher le bout des doigts, voire les cahiers.

À quelle date la décoration a-t-elle été créée ?
En 1808. Les Palmes étaient alors la marque d’appartenance à l’Université impériale. Ce n’est que plus tard (1866) qu’elles servirent à récompenser les membres de l’enseignement et les personnes extérieures qui, par leur talent et leurs réalisations, ont fait avancer nos connaissances. C’est alors qu’on créa l’insigne actuel : un ruban auquel est attachée une médaille représentant une branche de laurier et une palme entrecroisées, puis, plus tard, seulement deux palmes. Peut-être le laurier semblait-il trop militaire.

Quelles valeurs représentent les Palmes académiques ? Quels services récompensent-elles ?
Si j’ai fait ce détour par l’examen de la décoration elle-même, c’est pour dégager quelques-unes des valeurs qu’elle représente et des services qu’elle récompense. Il s’agit en premier lieu de la transmission du savoir élémentaire – lire, écrire, compter – mais aussi de connaissances plus vastes qui favorisent une liberté et un enrichissement personnels.
L’apprentissage et la maîtrise de la langue tiennent une place capitale dans le projet de ceux qui, dès le Second Empire, ont jeté les premières bases de l’école publique. Ils ont pourvu à cette nécessité en prescrivant « l’étude sérieuse de la grammaire ». Le français et, plus généralement, la francophonie sont essentiels, non comme un instrument d’hégémonie, mais comme la possibilité d’une meilleure compréhension entre peuples et nations.
Une autre tâche est dévolue à l’enseignant : former des hommes. On lira, à cet égard, la lettre que Jules Ferry adressait aux instituteurs (quel beau mot !) le 17 novembre 1883, quelques mois après les grandes réformes scolaires que l’on sait. Il y réaffirme « la volonté de fonder chez nous une éducation nationale et de la fonder sur les notions du Devoir et du Droit ». Il ajoute : « il a paru tout naturel que l’instituteur, en même temps qu’il apprend aux enfants à lire et à écrire, leur enseigne aussi ces règles élémentaires de la vie morale, qui ne sont pas moins universellement acceptées que celles du langage et du calcul. »
L’enfant se trouve ainsi placé au centre d’un système éducatif qui vise à éduquer autant qu’à instruire. Cette double finalité fait la grandeur de la profession d’enseignant ; c’est elle que résume la devise de l’Association des membres de l’ordre des Palmes académiques : « servir et partager ». Les Palmes récompensent ces lignées d’instituteurs et de professeurs que nous avons connus et connaissons encore, ceux dont ont parlé Alain Fournier ou Charles Péguy.

Quelle place donner aux Palmes académiques dans notre monde en pleine mutation technologique, économique, sociétale ?
Servir, ce n’est pas seulement transmettre des connaissances à travers une expérience quotidienne et enrichissante auprès de la jeunesse. C’est aussi regarder vers l’avenir. Les Palmes académiques ont pour vocation de distinguer tous ceux qui, par leurs talents, fournissent au monde de l’éducation les moyens d’entrer avec plus de confiance dans notre univers moderne, souvent complexe et angoissant. Le ruban violet distingue donc, à juste titre, des représentants du monde de l’art, des techniques et de la recherche, et, en général, tous ceux qui nous invitent à aller vers le neuf et l’inconnu, à saluer tous les matins du monde et, en somme, à s’élever et devenir soi-même.
Échapper à l’enfermement et à la solitude dont nous menacent certaines techniques actuelles ; se dépasser, savoir écouter, être solidaire, et attentif à l’autre : les trente-deux millimètres de violet invitent à cela ; très simplement, mais avec force.
Et, finalement, ce n’est pas peu.
Sommaire
Un peu d'histoire…
L'ordre des Palmes académiques
Les récipendaires
L'AMOPA
La jeunesse et les concours nationaux
La musique et l'AMOPA
Les Palmes à l'étranger
Postface

Lexique
Collections
Adresses utiles
Un peu d' histoire…
Napoléon Bonaparte
L e Premier Consul Napoléon Bonaparte cherche, dès 1802, à instaurer un grand édifice d’Instruction publi­que destiné à former par l’éducation la future élite dont la France aura besoin. Antoine-François de Fourcroy, direc­teur général de l’Instruction publique, est chargé du projet.
La loi sur l’Instruction publique du 10 mai 1806 est adoptée à une grande majorité ; elle précise « qu’il sera formé sous le nom d’ Université impériale* un corps exclusivement chargé de l’enseignement et de l’éducation publique dans tout l’empire ».
 
SAVIEZ-VOUS QUE…
Napoléon I er aurait dit : « De toutes nos institutions, la plus importante est l’Instruction publique. »
 

L’Université impériale est divisée en cinq facultés : théologie, droit, médecine, sciences et lettres.
 
À la tête de ce corps, un Conseil supérieur dirigera l’édifice. Louis de Fontanes est nommé premier grand-maître de l’Université.
Le décret* impérial du 17 mars 1808, avec ses 144 articles, met en place les fondements du système d’Instruction publique en France, définit l’organisation générale de l’Université et crée les Palmes universitaires qui désignent des fonctionnaires de l’Instruction publique placés aux plus hauts degrés de la hiérarchie.
L’article 32 instaure trois titres honorifiques « destinés à distinguer des fonctions éminentes et à récompenser des services rendus à l’enseignement » :
• les titulaires : grand-maître de l’Université, chancelier...