La ville aux dos d’éléphants
64 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

La ville aux dos d’éléphants

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
64 pages
Français

Description

Un jour, on découvre une roche dans un champ. Ce minerai, c’est de l’amiante, de l’or blanc. Un an plus tard, l’exploitation minière commence, un chemin de fer est construit. Le village deviendra une ville et ses habitants ne vivront plus jamais de la même façon…

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 octobre 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782924769799
Langue Français
Poids de l'ouvrage 17 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0027€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

La ville aux dos d’éléphants UNE FABLE ÉCOLOGIQUE
Christine Nadeau Camille Pomerlo
griff
La ville aux dos d’éléphants
Texte de Christine Nadeau Illustrations de Camille Pomerlo
ff gri
À mon grand-père, que je n’ai pas connu.
À ceux, morts ou vivants, qui dressèrent les dos d’éléphants. C.N.
1960 Me voici, petite bonne femme, à voir le jour dans une ville minière.
Et pas n’importe laquelle. Thetford Mines, la reine de l’or blanc, la plus grande productrice d’amiante au Canada, voire au monde ! Je grandis sur une bande de terre, à anc de montagne. Les bourdonnements de la ville ouvrière au cœur de la vallée nous atteignent à peine. Le visage barbouillé et les cheveux indémêlables, je joue dans le sable de mines qui recouvre notre longue entrée. Devant la maison, un champ farci de fraises sauvages (et de couleuvres !) quand vient la saison. À gauche, la forêt. Il m’arrive d’y perdre une de mes bottes en m’empêtrant dans les fardoches. Un jour, mon père nous raconte un souvenir de notre grand-père, celui qui est mort d’un cancer du poumon avant la naissance de ses petits-enfants : « Petit, dit-il, il m’arrivait d’apporter un lunch à mon père, au moulin. Il travaillait à l’ensachage. Quelquefois, des poches d’amiante éclataient. Il y avait tellement de poussière dans l’air que je n’arrivais pas à le retrouver ».
Thetford Mines vit des années glorieuses. La demande pour les Ibres blanches est immense, sans In, disent certains. La ville nous rattrape. Le champ fait place à des maisons briquetées encadrées de gazon coupé. Mon adolescence s’épanouit dans un centre d’achat troqué contre une partie de la forêt. Comme ma fratrie, je quitte cette ville pour poursuivre mes études. La prospérité de Thetford Mines vit des soubresauts. Le règne de la reine s’achève. L’exode des jeunes ne fait que commencer…