122 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

10 histoires de l'Antiquité

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sentiments, humour, frissons, policier, histoire vécue... Les 10 histoires de ce livre abordent tous ces genres !
Autour du thème de l'Antiquité, voici de quoi s'embarquer dans d'extraordinaires aventures, aux côtés de héros qui ne manquent pas d'audace.
Les auteurs : Marie Bertherat, Patrick Cappelli, Barbara Castello et Pascal Deloche, Jacques Daniel, Giorda, Johan Heliot, Katherine Quenot, Emmanuel Viau.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2015
Nombre de lectures 114
EAN13 9782215159582
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0012€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Table des matières
La chute de Carthage
Cléopâtre, la reine-pharaon
La nuit du sacrilège
Meurtre dans la cité-État
Le festin d’Esther
Le prix de la liberté
Pupus
L’embaumeur embauméLe loup-garou de Campanie
La légion de l’Enfer

Copyright
Dans la même collectionLa chute de Carthage
de Katherine Quenot
illustré par Dominique Rousseau
Le conflit entre Rome et Carthage, la cité édifiée par les Phéniciens sur la pointe nord-est de l’Afrique, dure depuis plus d’un siècle. Au
1 2Sénat romain, Caton termine tous ses discours par son célèbre « Delenda est Carthago ! » Or la cité punique ne veut plus la guerre. Et pour
prouver sa bonne foi, elle accepte toutes les conditions de Rome : elle livre deux cents otages, rend toutes ses armes et ses éléphants. Mais
Rome va plus loin et exige que les habitants quittent leur ville pour s’installer plus loin, à l’intérieur des terres. Cette condition est
inacceptable pour ce peuple de marins et de commerçants. La troisième guerre punique éclate alors en 149 avant notre ère. Carthage,
rapidement assiégée, déploie des trésors d’astuces et de courage pour se défendre : chaque jour, cent boucliers, trois cents épées, cinq cents
javelots et lances, mille flèches sortent des ateliers. Mais au bout de trois ans, la ville est affamée…

achée dans les buissons qui bordent un petit monument près de la sortie du temple, Élissa serre dans son poing le manche de son miroir.C 3
Un jeune homme vient de surgir du bois de cyprès qui entoure le temple de Tanit . De là où elle se trouve, elle le distingue parfaitement. Il
a vingt-cinq ans, ce qui correspond bien à la date de la grande épidémie de peste. Il est grand et sans doute amaigri par les privations, car sa
longue robe de laine flotte autour de son corps comme un drapeau dans le vent. Il marche si lentement que ses sandales de bois font à peine
crisser les galets bleutés qui tapissent l’allée. Il semble perdu dans ses pensées.
Celles d’Élissa se sont arrêtées.
– C’est bien lui…
À chaque pas le jeune homme se rapproche d’elle. Il porte sur le front le tatouage des combattants : un entrelacs de losanges traversé par une
flèche qui descend bas sur son nez.
4Le poing de l’adolescente se crispe sur le manche de son miroir. Le jeune homme est à moins d’une coudée à présent. De son autre main,
Élissa effleure sa nuque pour sentir ses boucles coupées très court, conséquence de l’effort de guerre consenti par toutes les Carthaginoises pour
fabriquer des cordages. Levant alors son miroir au-dessus d’elle, elle oriente le disque argenté de manière à capter les rayons du soleil matinal
et, d’un geste circulaire du bras, renvoie la lumière dans la direction de l’adorateur de Tanit.
Celui-ci s’arrête, suivant d’un œil intrigué les reflets dorés qui dansent autour de lui.
– Tanit, ma déesse, murmure-t-il, est-ce un signe de toi ?
– Oui, mugit Élissa, ravie. C’est un signe de moi… C’est moi, Tanit en personne, qui te parle !
Le jeune homme ne bouge pas.
– J’ai quelque chose à te dire, ô Spendios, reprend Élissa d’une voix spectrale. Écoute-moi, et crois en mes paroles, humain !
– Parle, fait Spendios en cherchant à apercevoir entre les feuillages l’auteur de cette farce de mauvais goût.
Avec prudence, il avance sa main vers le poignard suspendu à sa ceinture de cuir. Cette voix haut perchée appartient à une femme, mais on ne
sait jamais. À l’heure où la mise à mort de Carthage est programmée, la folie peut égarer les esprits les plus faibles.
– Dans quelques instants, poursuit Élissa, une femme va apparaître devant toi. Ne la rejette pas, Spendios, c’est un ordre de la déesse. Je te
l’envoie pour que tu prennes soin d’elle. Cette femme est… ta sœur !
Et, disant cela, l’adolescente sort de sa cachette et se plante devant Spendios, qui la dévisage d’un air éberlué.
– Tu as entendu Tanit, dit-elle. Je suis ta sœur ! C’est la vérité.
Le jeune homme continue de garder le silence, mais son poing se relâche sur son arme. Il avait vu juste : cette jeune fille a perdu la tête.
– Où sont tes parents ?
– Ce sont les tiens aussi !
Spendios répète patiemment :
– Où sont tes parents ? D’après ton apparence, je vois que tu appartiens à une famille noble…
– Notre père siégeait à la Grande Assemblée, mais il est mort. Notre mère aussi, il y a juste une lunaison.
– J’en suis désolé. Qui s’occupe de toi ? Tu as des esclaves, je suppose.
Élissa esquisse un sourire encourageant.
– C’est toi qui vas t’occuper de moi, maintenant.
Puisque je suis ta sœur…
Spendios plonge durement ses yeux dans ceux de l’adolescente.
– Tu n’es pas ma sœur. J’ai trois sœurs et tu ne figures pas parmi elles. Mon père n’a jamais siégé à la Grande Assemblée. Il est forgeron. Je
n’habite pas dans un palais du quartier Magon, mais sur les flancs de la colline de Byrsa, dans une modeste demeure. Tu vas retourner dans ton
palais et dire à tes esclaves de te donner une tisane de cœur de belette qui dissipe les mirages. Au besoin, tu fais un plongeon dans tes bassins
pour te rafraîchir les idées. Tu m’as bien compris ?
Sur ces mots, il tourne le dos et franchit le petit mur de pierres sèches qui borde l’enceinte du temple.
– Tu es mon frère, s’écrie Élissa en le rattrapant, je te le jure ! La grande épidémie de peste, quand tu es né, c’est à cause de ça !
D’un geste impatient, Spendios repousse l’adolescente.
– Tu vas te taire et me laisser tranquille ? Tu ne respectes pas les dieux. Me poursuivre ici, dans le temple de Tanit, et essayer de te faire
passer pour la mère déesse, c’est un sacrilège ! Va-t’en avant que je ne te tue ! ajoute-t-il en sortant son poignard.
Les deux jeunes gens se mesurent du regard pendant quelques instants.
– Pourquoi ne m’écoutes-tu pas ? demande Élissa d’une petite voix.
– Les Romains sont à notre porte, lâche Spendios d’un ton sec. Il n’y a plus de père, de mère, de frère ou de sœur. Il n’y a plus que des
combattants.

Élissa avance, les yeux fixés sur la silhouette de Spendios qui se hâte à plusieurs coudées devant elle. Le jeune homme se dirige vers l’isthme
qui relie la presqu’île carthaginoise à l’Afrique. Va-t-elle le poursuivre au mépris de sa dignité ? Mais il est son frère, elle en est certaine. C’est
bien lui cet aîné qu’elle croyait mort et à qui elle songe depuis qu’elle est toute petite, dans des visions de flammes hideuses et de rires
grimaçants.
L’adolescente relève sa longue robe brodée pour marcher sans entrave.