29 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Boule et Bill - Bain alors !

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Une collection qui a du chien !

Découvrez les aventures de Boule et Bill en mini-roman illustré.

Bill a bien des soucis ! On veut le mettre à l'eau, on l'oblige à faire un régime... Mais, avec l'aide de Boule, "son garçon", notre cocker préféré ne se laissera pas faire. Et prenez garde car, pour Bill, la vengeance est un os qui se ronge froid.

Dans ces six histoires, écrites d'une patte ferme et enlevée, retrouvez l'univers chaleureux de la bande dessinée qui réjouit tant petits et grands. Et guettez la suite en livre numérique !

À partir de 6 ans.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 janvier 2012
Nombre de lectures 110
EAN13 9782740435526
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Le roi de la jungle
Il est des moments dans la vie où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Eh bien, pas plus tard que tout à l’heure, c’était le cas.
J’étais tranquille, je dormais comme un bien heureux dans le jardin. Une brise légère caressait mon poil. Des images plus délicieuses les unes que les autres me chatouillaient la truffe.
Je rêvais d’os en gelée, d’os en croûte, d’os au foie gras, d’os à moelle et au gros sel… oui bon, les rêves, ça sert à ça, à inventer !
Bref, j’étais au paradis des chiens, quand tout à coup, Boule a déboulé en hurlant des trucs bizarres dans une langue bizarre, genre LAGADOUALO ! LAGADOUALO ! J’ai ouvert un œil. Puis l’autre. Le choc. Tout emplumé qu’il était, le Boule. J’ai failli avoir une crise cardiaque.
Ni une ni deux, il m’explique que Papa, Maman et lui sont des cannibales et me nomme aussitôt explorateur. J’ai beau essayer de lui faire comprendre que je n’ai pas vraiment envie de jouer, qu’il vient de me sortir sans ménagement d’un restaurant quatre étoiles plus deux os, mais il ne m’écoute pas et me coiffe solennellement d’un magnifique casque colonial.