La côte ouest des Etats-Unis à vélo

La côte ouest des Etats-Unis à vélo

-

Français
156 pages

Description

Accompagnés de ma femme et de nos trois enfants en voiture, une amie et moi avons eu l’immense joie de pédaler la côte ouest des États-Unis. Ce carnet de voyage relate notre odyssée de 45 jours qui nous a conduits du Washington jusqu’au sud de la Californie en passant par l’Oregon ; de plus, c’est un « petit guide » de voyage qui dévoile le charme de ces trois États américains et des villes que nous avons visitées.


Cette aventure cycliste de 3 000 km fut un pur plaisir ! Nous avons roulé sur des routes splendides souvent bordées par l’azur du Pacifique ; par exemple, le parcours de Carmel à San Simeon figure parmi les plus beaux des États-Unis, voire du monde ! Aussi, nous avons exploré les villes célèbres de la côte Ouest telles que San Francisco et Los Angeles, ainsi que des stations balnéaires magnifiques mais moins connues, sans compter nos coups de coeur (comme les forêts de séquoias). C’est cela que nous partageons avec vous, et bien plus...

Avec 16 pages de photographies en couleurs.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2010
Nombre de lectures 49
EAN13 9782981176547
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

cover.jpg

 

 

©ÉditionsLAventurier,2013 Tousdroitsréservés

 

www.editionslaventurier.ca

 

 

Edition numérique en partenariat avec IS Edition

 

www.is-edition.com

 

 

ISBN : 978-2-9811765-4-7(versionsnumériques)

ISBN : 978-2-9811765-1-6(versionimprimée)

DU MÊME AUTEUR

LatraverséeduCanadaàvélo,éd.LAventurier,distributionUlysse,2010, 164p.

LacôteouestdesÉtats-Unisàvélo,éd.LAventurier,distributionUlysse,2010, 140p.

LacôteestdesÉtats-UnisàvéloetlaFloride,éd.LAventurier,distribution Ulysse,2010,182p.

LaphilosophieduPetitPrince:ouleretouràlessentiel,Montréal,Carte blanche,2003(1reéd.),2004(2e éd.),296p.

   — AuSalondulivredeParis2004,celivreaétéle« meilleurvendeur »austanddeQuébecÉdition,quireprésentelamajoritédeséditeursdu Québec.

   — En2004, lauteurfutlauréatduprixGriffon dOrentantquArtistepar excellence – adultedans la catégorie Arts et Culture.

   — Traduitenjaponais:LaphilosophieduPetitPrince,Japon,Random- house-Kodansha,2007,236p.

Ilsontchanlemonde.Gandhi,DomHelderCamara,RaoulFollereau, Paris etMontréal,MédiaspauletPaulines,1994,168p.

FrançoisVarillon.Unespiritualitédelaviechrétienne,Paris,Centurion,1990, 158p.

   — Primé«livredu mois »endécembre1990parlarevuefrançaise Prier.

   — Traduitenportugais:Espiritualidadedavidacristã,segundooP. Varillon,Braga,EditorialA.O.,1998,160p.

img1.jpg

Encouverture :PacificCoastHighway,CA
PhotodeSylviePaquet

 

Infographieetmiseenpages :

LOUBCommunicationInc.

Téléphone :514-951-4856

 

©ÉditionsLAventurier,2013 Tousdroitsréservés

ISBN978-2-9811765-4-7(versionélectronique)

 

Dépôtlégal2013

BibliothèqueetArchivesnationalesduQuébec

BibliothèqueetArchivesCanada

 

Éditionsl'Aventurier/Éd.LePetitPhilosophe

200rueGeorges

Lachenaie(Québec)J6V1B8 CANADA

 

SiteWeb :www.editionslaventurier.ca

Courriel :info@editionslaventurier.ca

 

©ÉditionsLAventurier,2010 Tousdroitsréservés

ISBN978-2-9811765-1-6(versionimprimée)

 

Dépôtlégal2etrimestre2010

BibliothèqueetArchivesnationalesduQuébec

BibliothèqueetArchivesCanada

 

Distribution :

LesGuidesdevoyageUlysse

4176, rueSaint-Denis

Montréal(Québec)H2W2M5

CANADA

 

SiteWeb :www.guidesulysse.com

 

 

 

Àmesenfants,Sarah,NicolasetAnnabelle,
qui
meramènentconstammentàl’essentieldelavie.

SOURCES DE RENSEIGNEMENTS

Quatregrandessourcessontàl’originedel’informationsurlacôteouestdesÉtats-Unis,plusprécisémentsur lesÉtatsdeWashington,del’OregonetdelaCalifornie, ainsiquesurlesvillesvisitées.

 

Lapremièresource,nonnégligeable,s’avèrenotre propreexpérience,carilesttoujoursplusfaciledeparler d’unehistoirevécuequedel’imaginer.Unedeuxièmese trouvel’Internet,notammentlessitesofficielsdestrois Étatsdel’Ouestaméricain.Unetroisièmesourceestlelot debrochuresetguidestouristiquesqueSylvieafaitvenir avantlevoyage :c’estfoutoutcequel’onpeutytrouver !

 

Unedernièresource,etnonlamoindre,s’avèreles deuxguidesdevoyagequevousretrouverezàlapage suivantedanslaBibliographierestreinte.

BIBLIOGRAPHIERESTREINTE ABRÉVIATIONSDESGUIDESUTILISÉS

GB États-Unis.Ouestaméricain[GuidesBleus],Paris, Hachette,2006,642p.

 

MI Canada[LeGuideVert],Paris,MichelinÉdit.des Voyages,2004,464p.

 

Cesdeuxabréviationssontsuiviesdelapagecitée ;exemple :GB46signifiequevousêtesdansceGuideBleu deHachette àla page46.

ABRÉVIATIONSDESPROVINCES CANADIENNESETDESÉTATS AMÉRICAINSCITÉS

AZ Arizona

BC British Columbia, ou Colombie-Britannique (Canada)

CA Californie

CO Colorado

IA Iowa

IL Illinois

IN Indiana

MI Michigan

NE Nebraska

NV Nevada

ON Ontario(Canada)

OROregon

QCQuébec(Canada)

UT Utah

WA Washington

AVANT-PROPOS

« Lemondeestbeauvud’unvélo. »

(LanceArmstrong)

 

« Lifeiseitheradaringadventure
 oritisnothing. » (HelenKeller)

 

 

Àl’été2007,nousavonstraversélacôteouestdes États-Unis à vélo, du nord au sud, soitde Victoria (BC) à SanDiego(CA).Quandjedis« nous »,celacomprend deuxcyclistes(Ginetteetmoi),mafemme(Sylvie)etnos troisenfants(Annabelle,NicolasetSarah)alorsâgés respectivementde8,10et12ansquitransportaientle matérielenvoitureetroulaientenéclaireurs.Ilvasans direqueGinetteetmoin’enétionspasànospremiers coupsdepédale,loinde !Deuxansauparavant,nous avionstraverséleCanadaàvélo,del’océanPacifiqueà l’Atlantique,dansunpéripletrèssemblable.Levéloest pournousunepassiondepuisfortlongtemps.Ginetteest uneamiedepuisunetrentained’annéeset,avecletemps, elleestégalementdevenueuneamiedelafamille.Mais c’estparcequenousavonsuneenduranceetuncoupde pédaleassezsemblablesquej’avaisimmédiatementpensé àellepourcetteodysséecycliste.

 

Lerêveestpremier{1}

 

CommeledisaitAlbertEinstein :« Laréaliténaîtduve. »Rienn’estplusvrai.CettetraverséedelacôteOuestà véloétaitlefruitd’unrêvepersonnel,etilenétaitainsi pourGinette.Ensuite,lerêves’estétenduàmafemmeet ànosenfants,carlerêveestcontagieux !Maisilnesuffit pasderêver,encorefaut-ildonnercorpsànosprojets,ou donnerdespieds,desmainsetunvisageconcretànos rêves,sinonsansempriseréellesurlavie,ilssetransformerontenfantômesespièglesquiviendront,tou tard,hanternosespritsderegret.« J’auraisdonc ! »se dira-t-onalors...Etunrêvequis’éteint,commeça,faute del’avoirconcrétisé,c’esttoujoursunepartiedesoiqui meurtaveclui.

 

S’ilyaundiscernementcrucialquenousdevons réussir,c’estd’effectuerladifrenceentreunrêveetune chimère.Celle-ciestunvainespoirouuneillusionquise coiffe,faussement,dubonnetdelaréalité ; elleestdel’ordredel’impossible.Silachimèrenousconduitsurdes sentiersnousperdonsnotretempsetnotreénergieà lafois,aucontraire,lerêveestdel’ordredupossibleà laconditionderetroussernosmanchesafindeluidonner corps.Maisilestsifaciledeseleurrer !Vivresesrêves exigecon-fianceensoietenlavie,volonté,courage,effort,disciplineetpersévérance.Ehoui !lapersévérance, sansquoitoutrêves’avèreinfailliblementvoué,àmoyen ouàlongterme,àmourirdesabellemort.

 

Or,sitantdegrandespersonnesrenoncentsifacilementetsansl’ombred’unepeineàvivreleursrêves,du moinsenapparence,celamanifesteàquelpointilest exigeantdelesconcrétiser,oud’enaccoucher.Lavéritable victoireneconsistepasnécessairementàréalisertousses rêves,carcelas’avèrepratiquementimpossible,mais plutôtàmarcherlentementverseux.Encesens,leseul échecabsolurésidedanslerenoncementàvivresesrêves sansmêmeavoireulecouraged’essayer.

 

Oservivre,c’estoserrêver ; c’estosertoutmettreen œuvreafindedonnercorpsànosrêves.C’estaccepter d’embléelestâtonnements,larecherche,lesavancésetles reculsquiendécoulent.C’estaussiprendreconsciencede sescapacitésetdeseslimites.C’estconstaterquel’on vieillit,quel’onn’aplusvingtans,etqu’àforcedetoujoursremettreàplustardlaréalisationdesesrêves,on risquedepasseràcôtédesavie !

 

PourGinetteetmoi(âgés respectivementde51anset de48ans),letempsétaitvenudepédalerlacôteOuest, carnousavionslaformephysiqueetlasantépourlefaire. Onsedisait :« Quisaitcequel’avenirnousréserve ? » C’estmaintenantqu’ilfallaitréalisercevieuxrêve,etma femmepartageaitheureusementcetavis

PRÉPARATIONDUVOYAGE

Pourrépondred’embléeàunequestionquel’onnous poserégulièrement,Ginetteetmoiavonspédalétoute notrevie,notammentdepuisquatreans,caruntelpériple sepréparedelonguedate.Commed’habitude,ona profitéduprintemps,del’étéetaussid’unebonnepartie del’automnepours’entraînersurlesroutesdecampagne auxalentoursdelamaison.Notreentraînementatoujours consistéendecourtessortiesd’uneheure,oùnous roulonsavecvélocitésanstropnousménager !Maispeutonvraimentparlerd’entraînementquandcesvirées cyclistessontnotrelotquotidien ?Nefaudrait-ilpas plutôtdirequecessortiesàvéloeffectuéesparplaisir — constituent,ducoup,notreentraînement ?Engénéral, nouspédalonsunetrentainedekilomètresparjour,mais uneoudeuxfoisparsemaine,nousdoublonsletrajet.

 

Àl’hiver,l’entraînementintensifs’estpoursuivi,cinq ousixfoisparsemaine,surnosvélosstationnairesprogrammablesafindemaintenirlaformephysique.L’accent étaitmisvolontairementsurunentraînementdepuissance de30-50min,carc’estd’embléedelaforcephysiqueque demandentlesmontagnesdel’OregonetdelaCalifornie duNord.Ilfautdireaussiquenotrepoidslégeretnotre entraînementdelonguedatefontquel’endurancenous est,enquelquesorte,plusnaturellequelapuissance brute.Deplus,unesainealimentationetdessuppléments protéiniquesnousassuraientunmaintiendenotreforce musculaire,etmêmeuneamélioration,ainsiqu’une récupérationplusrapide.

 

LorsdenotretraverséeduCanadaàvélo,onpédalait enmoyenne115 km/jour.Fortsdecetteexpérience,nous visionsplutôt100 km/jour,avecuneoudeuxjournéesde reposparsemaine.D’unepart,onvoulaitprendrele tempsdevisiter ;d’autrepart,ilfallaitpenseràéconomiser nosforces,carlacôteOuestaméricaineestlonguede 3000 km.

 

Lacause

 

Aucoursdel’hiver,ilyaeulespourparlersaveclaFondationLanceArmstrong,quivientenaideàdesmilliers de personnes souffrant du cancer. Celle-ci fut fondéepar lecoureurcyclisteaméricaindumêmenomquiaconsécutivementremportéseptfoisleTourdeFrance(de1999à 2005),ainsiquela3eplaceen2009.AprèsplusieurscourrielsaveclaFondationafindedéterminerleprojetetses modalitésd’application,nousavonsenvoyéuncommuniquéenanglaisàpresquetouteslesmunicipalitésoùl’on passaitàvéloainsiqu’àleursjournauxlocaux.Lebutétait quelesAméricainspuissentsuivrecetteodysséecycliste etdonnergénéreusementàlaFondation,américainepar surcroît.Maiscescommuniquésfurent,pourdesraisons obscures,généralementinfructueux.Nousavonsdépensé beaucoupdetempsetd’énergiepourneramasserque 20 $surnotresiteInternet !Maisnousavonspriscelaavec philosophie,carnousosonscroirequelesgensintéressés àlacauseontdonnédirectementàlaFondation,rendant ducoupimpossibleunecomptabilisationindépendante.

 

Itinéraireetorganisation

 

J’aitoujourspenséqu’unitinérairemêmesouples’avère essentielsil’onveutprofiterpleinementd’unvoyage. C’estpourquoi,sixmoisavantledépart,nousétudionsle meilleurtrajetpossible,cequinousaconduitsàeffectuer desrecherches sur Internet afin de prendre connaissance d’itinérairescyclistes.Lebutétaitdetrouveruntrajetqui afaitsespreuvesetnousconvenait ;letempsainsi épargnéapuêtreréinvestidansdeslecturesdeguideset debrochuresdevoyage.Nousavonsalorsoptépour l’achatdescinqcartesdétailléesdelaPacificCoastoffertes parAdventureCyclingAssociation,quiestuneassociation cyclisteexistantdepuis1974etquiproposeplusde38000mi deroutesaméricainescyclables.

 

Letrajetétabli,onsesentaitensécuritémêmesi,par expérience,noussavionspertinemmentqu’onval’ajuster encoursderoute.Ilrestaitmaintenantàdéterminerla datedudépartafind’acheterleplustpossiblelesbillets d’avionpourVancouver,carnousvoulionsêtreassis ensemble.Puisnousavonsdécidéd’envoyernotreauto àl’aéroportdeVancouver(auPark’NFly)viaunecompagniespécialiséedansletransportdevéhiculespar chemindefer,carcelarevenaitmoinscherqued’enlouer uneàlongterme.Aussi,fortsdenotreexpérience,nous savionscommentfaireentrertouslesbagagesdansle coffredelavoiture.Chacunavaitdroitàunepetitevalise ouàunsacàdosde40cmdehautsur30cmdelarge maximum.LesseulesexceptionsétaientGinetteetmoi, carnousdevionsaussiapporternosvêtementscyclistes.

 

Derniersprintetimprévus

 

Plus lejour dudépartapprochait, plusl’appelde l’aventuresefaisaitentendre.Aprèstantdepréparations,nous savourions d’avance les belles routes parsemées de paysagessplendidesquinousattendaient.Maisilyaloin delacoupeauxlèvres !Tousceuxquiontdéjàeffectuéun longvoyagesaventbienque,ladernièresemaine,on courtbeaucoup.Ladernièresemained’écolepourles enfantsetdetravailpourlesadultes,lafinalisationdes bagages...Maislespréparatifsdedépartetlescoursesàla dernièreminute,celafaitaussipartieduvoyage !C’esten pensantàtoutcequinousattendaitdebeauquenous avonsfranchicetteétapeavec fébrilité,certes,maisaussi avecunecertainesérénité,dumoinsjusquauximprévus...

 

Le12juin,Sylvieentraitd’urgenceàl’hôpitalàcause d’unecriserénale.Aprèsyavoirpassélajournéeainsique diversexamens,soncongéluifutdonné.Nedésirant couriraucunrisque,ledépartfutreportéau22juin.Par chance, lapierreau reinestpassée d’elle-mêmelelendemain.Ilnerestaitplusqu’àprendreuneradiographieafin des’assurerqu’iln’enrestaitpasd’autresetrevoirson urologue.Maisunmalheurn’arrivejamaisseul...Le19 juin,Annabelleentraitd’urgenceàl’hôpital ; àlasuitede diversexamens,leverdicttomba :c’étaitprobablement unecrise d’appendicite. Le médecin traitant décida de la garderen observation pour lanuit :elle eut son congé de l’hôpitallelendemainenmatinée,carlacrisecommetelle étaitterminée.Quisaitsielleauraounonuneautrecrise d’appendiciteaucoursdesavie ?Neconnaissantpasson étatultérieur,j’avaisencorereportélevol(de2jours), doutantmêmequenouspuissionspartir.

 

Quand nous avons pris l’avionle 24 juin, nousétions aucombledubonheur,cargrandementconscientsde notrechancedanslamalchance.Eneffet,chacundeces imprévusprisséparémentauraitputenirAnnabelleou Sylvieclouéeaulitet,parconséquent,levoyageaurait étéannulé.Nousjubilionsdejoie ! 

LA ROUTINE QUOTIDIENNE

Lebutdecettesectionsurlequotidienestdesoulager letextedeslourdeursqu’occasionnelarépétitionde mêmeséléments.Enrésumé,voicinotreroutine...

 

Lesleverss’effectuaientcommeunehorlogesuisse bienrégléevers6h30,parfoisplustmaisrarementplus tard,mêmelesjoursderepos.Ensuite,nousprenionsun déjeunernourrissantàlasalleàmangerdel’hôtel,car laplupartdutempsilétaitinclusdansleprix.Sinon, nousdéjeunionsàlachambreaveclegrille-painqu’on trimballaitavecnous,lebutétantd’éviterdeperdre inutilementdutempsenallantmangeraurestaurant. Aprèsledéjeuner,nousembarquionslesbagagesdansle coffredelavoiture ; commetoutcasse-tête,chaque«pièce» devaitêtreàsaplaceafindetoutloger.Fortsdenotre expérience,noussavionscommentlesplacerrapidement.

 

Avantdeprendrelaroute,ilfallaittrouverdelaglace pourgardercertainsalimentsaufroiddanslaglacière. Nousnousassurionsd’avoirlenécessairepourlajournée,c’est-à-diredescollationsettoutcequ’ilfautpour fairedessandwichsaudîner,carnousmangionsfréquemmentsurleborddelaroute.S’ilmanquaitdequelque chose,Sylvieetlesenfantspassaientàl’épicerieetnous rejoignaientsurlaroute.

 

Engénéral,uneheuretrentes’étaitécouléeentrele réveiletnospremierscoupsdepédale,maisjamaissans quenousnousfûmeséchauffés.Letrajetétaitentrecoupé pardescollations(fruits,noixmélangéesetbarres énergétiques),quenousprenionsgénéralementtoutesles heures.PourGinetteetmoi,ils’agissaitdenepasnous exposersciemmentauxpiresdangerspouruncycliste, c’est-à-direàunecrampeouàundéchirementmusculaire,ouencoreàunmanquedecalorie.Nousnevoulions pascourirlerisquedemettreenpérillevoyagepourun malheureuxincidentregrettablequiauraitpuêtreévité ! C’estpourquoinousprenionségalementdesprotéineset desvitamines.Avecnospoidsplume,c’étaitessentielafin derécupérerpourlelendemain !

 

Danslavoiture,lesenfantsavaientamenédeslivres, descahiersàcolorieretdescrayonsdecouleur,sans comptertouslesjeuxqu’ilss’inventaient.Ilestànoter qu’ilss’entendentvraimentbienensembleetqu’ilexiste unebellecomplicitéentreeux.Larouteétaitparsemée d’arrêtsfréquentssurleborddel’océansipossible—, ainsiquedevisitesimprévues.

 

CommepourlatraverséeduCanadaàvélo,nousprenionstouslesmatinsuneampouledeViedeVeloursafin deparerauxmauxarticulatoiresdesgenoux.Leursproduits100 %naturels(enampoule,encapsuleetengel) contiennentunehormonedecroissanceprovenantdes boisduwapitiquia,entreautres,unefonctionrégénératrice.Jevouscertifiequ’ilssontefficaces.Sanseux,je doutefortquej’eussepédaléautantsansabandonnerune seulejournée,carj’aidel’usureauxarticulationsdemon genoudroit.

 

Lapremièrechosequenousfaisionsquandonarrivait àdestinationétaitdenoustrouverunhôtel.Entransportantlesbagagesàlachambre,nouscachionslepoêle àgazcompactainsiqueGinetteetparfoisunenfant,car plusieursétablissementshôteliersn’acceptaientpasplus quecinqpersonnesparchambre.Puisondonnaitaux cyclisteslaprioritéàselaverjenesaispaspourquoi !Ilfallaittoujourspenseràdemanderdeuxoreillersde plus,carilnefautpasoublierquenousétionssixpersonnes.Lestroisenfantssecouchaienttransversalement danslemêmelit(unqueendanslamesuredupossible) ;Sylvieetmoiavionsl’autrelitdouble.C’étaitparfoissi petitqu’ilfallaitdéplacercertainsmeublespourquele matelasgonflabledeGinettepuisserentrer !

 

Lesouper(despâtes,unejournéesurdeux)était l’occasiondepartagerlajour-néeaveclesautres.Puis nousregardions,surleportable,lesphotosnumériques prisesaucoursdelajournée,etlesadultesprenaientle tempsd’écrireleurcarnetdebord.Uneoudeuxfoispar semaine,c’étaitsuividecroustillesoud’arachides,d’une courteémissiondetélévision(souventundessinanimé) oudedifrentsjeuxaveclesenfants,dontleschatouilles. Lesadultesenprofitaientordinairementpourprendre unebièrej’aibiendit« une » !C’étaitnotre« carotte », maisnotrevéritablerécompenseétaitdenousretrouveret d’êtreensemble,dejoueraveclesenfants,ainsiquela fiertéqueGinetteetmoiressentionsàlasuitedenosexploitsdujour,aussimodestessoient-ils !Carilnefaut surtoutpasseleurrer,sicertainesjournéesétaientplus facilesqued’autres,iln’enrestepasmoinsquec’étaitun déficonstantetparfoisdifficilederoulerenmoyenne 100 km presquetouslesjours.Entre21het21h30,nous étionstouscouchés,carlevélo,larouteoulesvisitesnous rentraientdanslecorps !

CARNET DE BORD

Jour1,24juin2007Montréal(QC)-Vancouver(BC)

 

Aprèsnotreréveilendouceurvers5h30,mesparents sontpassésnousprendreà6havecleurcamionnette.Le volavecAirCanadaà8h25étaitàl’heure.Touts’estmerveilleusementbienroulé.Noussommesarrivésvers 6h40àl’aéroportPierre-ElliottTrudeaudeMontréal,puis nousavonsprisnoscartesd’embarquementàunterminal électronique,enregistrénosbagagesetlaissénosvélos àuncomptoirspécial,età7h30nousétionsbienassis autourd’unetable rondeavecdescafésettroismuffinsà separtager !À7h50,noustraversionslazonedecontrôle, etnousavonsembarquédansl’avionsansattendre.

 

Ànotregrandesurprise,ilnousfallaitpayerpour ledéjeuneretledînerservissurcevolsansescale,une premièrepournous.Durantlevol,onaeudroitaufilm Lesfousdelamoto(WildHogs),avecTimAllen,John Travolta,MartinLawrence,quiabienfaitriretoutela famille,ycomprisGinette.Celamerappelaitmonre qui,danslacinquantaine,partaitainsiàmotoavecses deuxbeaux-frères,BernardetGilles.

 

À11h(heureduPacifique),nousdébarquionsà Vancouver.Nousavonsrécupérélesbagagesetlavoiture auParkNFly,etnoussommesarrivésàl’hôtelHoliday InnExpress,àSurrey,vers15h.Touts’estroulésans anicroche.Aprèsavoirdéposénosbagagesàlachambre, nouscollationnionsauTimHortons ;celaauguraitunbel après-midi !Ensuite,nousavonsfaitnotremarchédefruits etdelégumes,ainsiqu’unepetiteépicerieauWal-Mart.

 

AprèsunsouperrapideauMcDonald’s,nousnous sommescouchésà19h45épuisés,maisheureux.Mais avantlerepas,lesenfantsontprofitédelapiscineetdu spa.

 

Jour2,25juinVancouver-Victoria

 

Àcausedudécalagehoraire,nousnoussommesréveillés entre4het5h45 !Aprèsavoirprisledéjeunercontinentalinclusàl’hôtel,noussommespartisenvoitureà7h30 parcourirlaravissanteroute99(aunorddeVancouver), nomméeSeatoSky.« Accrochéeàflancdemontagneet dominantlegolfeoùplongentdepuissantesfalaises boisées,laroute99(102 km)prometunemagnifique promenadeenvoiture.Elleoffre[...]despanoramas*** spectaculairesdeseauxprofondesdeHoweSound(qui s’enfoncedeprèsde50 km danslachaîneCôtière)etdes montagnesenvironnantes. »(Mi146)LaHoweSoundest unebaieetunbrasdemerquiremplitunelargeéchancruredulittoralsud-ouestdelaColombie-Britannique. Laprésencedeplusieursîles,dontcertainesontune grandesuperficie,faitdecettebaieunvéritableréseau defjords.Malgréuncielcouvertainsiquedestravauxde construction,nousavionsdesvuessuperbessurlaHowe Sound,sursesîlesetsesfjords.Quellemagnifiqueroute panoramique !

 

Puisà11h,nousavonsprisunimmenseetspacieux traversierdelaBCFerriesàHorseshoeBayqui,enune heuretrente-cinq,nousaconduitsàDepartureBayà Nanaimo.Celle-ciestladeuxièmevilleenimportancede l’îledeVancouver(aprèsVictoria)avecunepopulationde 78000hab. ; l’îledeVancouvercomptequelque735000hab. (2004).Lebutdeparcourirlaroute1,deNanaimoà Victoria,étaitdevoirledétroitdeGéorgie,maiscetrajet de100 kmne vautpas ledétour. Nousnous attendions à unerouteoffrantdesvuesmagnifiquessurledétroit,mais lamajoritédutempscelui-ciestsoitéloignédelaroute, soitcachépardesarbres !Avoirsu,commeondit,nous aurionsprisletraversierdirectementsurVictoria,qui méritequ’ons’yattarde.Heureusement,à15h30,nous étionsdéjààVictoria,etnousavonstrouvéfacilementà nouslogerauAdmiralInn,aucœurduInnerHarbour.

 

Avecses78659habitants,Victoriaestlacapitalede laColombie-Britanniquedepuis1869.« Sonclimatparticulièrementdouxetsoncalmeyattirentdenombreux retraitésàlarecherched’uneviepaisible,tandisque l’atmosphèretrèsbritanniquequirègneenvilleetles jardinsquilaparentexpliquentl’affluencedevisiteurs avidesdedépaysement. »(Mi154)

 

EnnouspromenantsurlaInnerHarbourWalk,qui faitfaceàunjoliportdeplaisancel’onrencontredes chansonniers,nousavonsvuleParlement(1898),qui esttrèsmajestueuxetbritannique,etleluxueuxhôtel FairmoutEmpress,quiouvritenfanfareses116chambres en1908.Avec,entreautres,sestourelles,sesvignesqui courentlelongdesmursetsesjardinsàl’anglaise,cet hôtelsomptueuxetrenomméméritequel’ons’yarrête. Sursavéranda,lesadultesyontsavouréunebière,etles enfants,delalimonade.Expériencedispendieuse,mais ôcombienunique !Ons’ysentaitvraimentenvacances. LeInnerHarbourestvraimentunsitetroisétoiles.

 

Nousnoussommescouchésplustardqu’hier,soit vers20h45.

 

Jour3,26juinVictoria(BC)-OakHarbor(WA)(31 km)

 

Mêmesinousétionstousréveillésentre5h30et6h,nous n’avons pudéjeunerqu’à7h30,carlasalleà mangerde l’hôteln’ouvraitpassesportesavant.Puisnousnous sommesrendusimmédiatementàlavilledeSydney(environ11000hab.),situéesurlapéninsuledeSaanich,à30 kmaunorddeVictoria.Ledépartdutraversierpourles SanJuanIslandsnétantfixéqueversmidi,nousavonseu letempsdevisiteràpiedSidney,etd’yprendreunecollationauStarbucksCoffee.Nousétionsàdeuxminutesà peinedutraversierduWashingtonStateFerriesnousconduisantàAnacortes,endeuxheurestrenteminutes ;ce futlong,maisdrôlementbeau(onvoyaitmême,auloin, lemontBakeravecses3285m).Nousétionsgénéralementàl’intérieurdunavire,carsurlepont,ongelait littéralement.Néanmoins,desphotoss’avéraientnécessaires !Ilestànoterquenousavonspasserladouane américaineavantd’embarquersurletraversier.

 

Versdeuxheurestrente,letransbordeurs’amarraitau portd’Anarcortes(É.-U.),surFidalgoIsland.Cetteîlese situeaunord-ouestdel’ÉtatdeWashington(5431000hab.), àenviron126 km aunorddeSeattle.Saplusgrande villeestAnacortes,avecunepopulationde16291habitants ; c’étaitlepointdedépartdenotreodysséecycliste. FidalgoIslanddénombrait23026habitantsaurecensementde2006.CetteîlefaitpartiedesSanJuanIslands ; cetarchipelnecomptepasmoinsde172îlesetquelque 530îlots.En1872,lesÉtats-Unisontannexécesterresjadis canadiennes.

 

QueGinetteetmoiétionsheureuxd’enfourchernos monturesàAnacortes !Ilétaitenviron14h40.Mêmesi nouspartions dans une pente légère de quelque 500 m, unlégervent dedosnousapermisdejouirpleinement decespremierscoupsdepédale.D’Anacortes,nous avons rejointlaroute20, quiestbelle.C’est alorsquej’ai ditavecsérieuxàSylvie :« Aujourd’hui,Ginetteetmoi suivonsladirectionduvent,etl’oniraoùleventnous conduira,carnoussommesdesbikerssauvageséprisde liberté ! »Parchance,leventsoufflaitdanslabonnebonne direction !

 

Aprèsunequinzainedekilomètresseulement,nous noussommesarrêtéspourmangerd’énormescornets,car nousétionsaffamés,n’ayantdînésurletraversierquede quelquesnoixet d’unebanane. Puisnousavons traversé DeceptionPass,quiestundétroitmajestueuxséparant FidalgoetWhidbeyIslands.IlconnectelabaieSkagitavec ledétroitdeJuandeFuca.Unmagnifiquepontàpoutres cantileverentreillis,construiten1935,enjambeDeception Pass.D’unehauteurde180pieds,etd’unelongueurde 511etde976pieds(cariladeuxsections),notonsque Ginetten’étaitpastrès brave.Nousl’avonstraversé ensembleenroulantenpleinmilieudelachaussée.Quelle belleexpérience,etquellevuespectaculairedupont !Avantledépart,nousavionsvudesphotosdeDeception Pass,etnosattentesélevéesn’ontpasétédéçues,loin de !

 

EnpédalantversOakHarbor,nousavonstraverséune forêtpeudensecomposéedegrandsarbres(probablementdesséquoias).Maisautrenteetunièmekilomètre,la chaîneduvélodeGinettteàdébarquerets’estprisedans lesbrochesetlemoyeudesarouearrière,justeàcôtéde laNavalAirStationWhidbeyIsland.Desjetssurvolaient enrase-mottesau-dessusdenostêtes,etce,auxtrente secondesenviron,enproduisantunbruitd’enfer.Grâceà lacarte cycliste, nous avons rapidement trouvé une boutiquedevéloàOakHarbor,justeavantlafermeture(il était17h40).Lemécanicienaaussitôtréparélapanne pendantqueSylvie,lesenfantsetmoidénichionsun motelavecunegrandechambre,leCoachmanInn(2grands lits,unlitdivanetunecuisinette).

 

EnallantchercherGinetteàlaboutiquedevélo,j’ai achetédupouletcuit,durizetdeslégumesàl’épicerie dàcôtéquenousavonsmangésàlachambre.Lesenfants étaientagités ; leurgros cornetneleurapasfait !Dodoà 9 h.

 

—FIN DE L’EXTRAIT—

{1}  Cesréflexionssurlerêvesontdesextraitsd’undemeslivres,LaphilosophieduPetitPrince :ouleretouràl’essentiel, Montréal, Carte Blanche, 2003 et2004,296p.EnapprofondissantLe PetitPrincedeSaint-Exupéry,j’aborde difrents thèmes, par exemple l’amour,l’apprivoisement, l’amitié, la liberté, lebonheur,laresponsabilité etlesensde lavie.