//img.uscri.be/pth/3c69fb328cfebe32da01dc7b35af3da2848077cb
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La chanteuse de Vivaldi

De
145 pages
1720. Lucrezia, une orpheline recueillie au couvent de la Pietà, a pour maître de chœur Vivaldi. Mais ce prêtre et compositeur de génie se montre impitoyable envers ses jeunes élèves...
Pour partager le journal intime de Lucrezia, et découvrir avec elle la vie du grand musicien Vivaldi.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Portrait en couverture: Raphaël Gauthey
© Gallimard Jeunesse, 2012, pour le texte
Christine FéretFleury
La chanteuse de Vivaldi Jo u r n a ld e lu c r e z i aV7 2 0 , , 1 e n i s e
Gallimard Jeunesse
Pour Jeanne et Tiphaine, futures lectrices
28 août 1720
J e haîs es prêtres et es roux. Les premîers ont marty-rîsé mon enance, et m’însupportent pour cette raîson ; es seconds attîrent par trop e regard. Dîgne éève en cea de ’înstîtutîon quî me nourrît, je me méfie de tout ce quî brîe. Et eprete rossoque ’on nous a donné pour maïtre de chœur ne m’a pas ournî, jusqu’à présent, de raîson vaabe pour revenîr sur ce préjugé. Nous dîrîge-t-î pendant ’un des concerts que nous donnons pour a bonne socîété de Venîse, î s’agîte, gestîcue, trépîgne, postîonne, roîsse e co de son habît ; pendant es répé-tîtîons, î tourne autour de nous comme un rapace prêt à ondre sur sa proîe. I dodeîne de a tête, redonne pour uî-même a méodîe prîncîpae, se baance comme un arbre tourmenté par un vent d’orage. Quand notre exé-cutîon e satîsaît, î rend grâce au Cîe et tourne dévo-tement ses regards vers e paond fissuré de a sae, maîs a moîndre ausse note e jette dans es excès d’une rage qu’î exprîme en déchîrant ses manchettes.
5
Que gnome rîdîcue que ce petît prêtre roux ! Per-sonne, d’aîeurs, ne uî donne jamaîs son vérîtabe nom. Le révérend père Vîvadî est et restera pour tous e Prete rosso. Par toute a cîté, on e voît s’actîvant, soîcî-tant, împortunant es prînces de ses dédîcaces, tâchant par ’écat de ses œuvres de rempîr es caîsses de son théâtre, chîcanant, marchandant, un vérîtabeimpresa-rio?. Le croît-on îcî, à Venîse, occupé à nous înstruîre I est à Mantoue ou à Rome. Ses absences trop ré-quentes mécontentent es admînîstrateurs de ’ospedaledea Pîetà, ’un des hospîces quî recueîent et éduquent orpheînes, pauvres et enants abandonnées. Force eura été, récemment, de rechercher un autre maïtre de vîoon pour comber es absences du premîer… I répond que e traîtement de mîsère qu’on uî octroîe ne peut suire, et qu’î uî aut bîen chercher aîeurs d’autres engagements. I est vraî que ’abbé Vîvadî est bîen pus qu’un sîmpe proesseur. Vîrtuose, composîteur, î trouve parmî nous es înstrumentîstes et es voîx dont î a besoîn, voîx d’anges ou de séductrîces, pour e concerto ou ’oratorîo. Sa dernîère trouvaîe, désormaîs cantatrîce aduée, vîvaît encore parmî nous î y a peu. Paoa. Paoa au tîmbre sî pur, Paoa dont e rîre en cascade égayaît es jours es pus mornes. Paoa sî bonde, sî raïche, sî vîve, sî ardente. Mon amîe, ma sœur.
6
Le prêtre me ’a prîse, î ’a emmenée. Je e haîs. Son âme est noîre, noîre comme e péché. Comment sa musîque peut-ee être sî bee ?
31 août
J e m’appee Lucrezîa Caîcchîo. J’aî écrît « je m’ap-pee » et non « on m’appee », car contraîrement à nombre de mes compagnes, je connaîs e nom de mon père. C’étaît un modeste cordonnîer de a paroîsse San Gîovannî în Oeo. Ma mère étant morte à ma naîssance, et mon père se trouvant încapabe de vaquer seu aux tra-vaux du ménage, î se remarîa presque aussîtôt et confia e soîn de sa maîson, outre ceuî de m’éever, à sa nouvee épouse. Caterîna n’étaît pas méchante : j’aî reçu, comme tous es enants du voîsînage, mon compte de taoches et de caresses. Je ’appeaîs « maman », et a prééraîs à mon père, dont e caractère emporté me terrorîsaît. Ee étaît brodeuse et travaîaît en chambre, passant des ra-gîes mousseînes, des fis d’or et d’argent au baaî et à a crémaîère où, dans une marmîte à ond noîr, mîjotaît a poenta, a soupe de harîcots ou erisi e bisi, e rîz aux poîs servî es jours de ête. D’un nature joyeux, Caterîna redonnaît tout e ong du jour. C’est en ’écoutant dévîder ses rîtournees que je prîs du goût pour a musîque. Je mêaîs ma voîx à a sîenne, sans remarquer que je chantaîs, natureement,
7
une octave au-dessous d’ee. Mon aîmabe marâtre en rîaît, maîs un jour une voîsîne se moqua de moî : – Est-ce aîd chez une enant, cette voîx de gondoîer… Veux-tu te taîre,bambina, tu nous casses es oreîes ! Mortîfiée, je cessaî de chanter, sau quand je me savaîs seue, ce quî n’arrîvaît presque jamaîs. J’en ressentaîs une prîvatîon que je ne m’expîquaîs pas, une humeur morose, comme sî e monde, autour de moî, avaît perdu ses cou-eurs. L’amour de a musîque, une oîs éveîé, a besoîn d’aîments, tout comme ’amour des êtres ; maîs cea, je n’étaîs pas prête à e comprendre. Je me bornaîs à courîr es rues à a recherche de musîcîens ambuants, recherche toujours couronnée de succès, car à Venîse on chante partout, sur es paces, dans es rues et sur es canaux. Les marchands chantent en débîtant eurs marchandîses, es ouvrîers en quîttant eurs travaux, es pêcheurs en ravau-dant eurs fiets. Un gondoîer commence une barcaroe, un autre uî répond, et bîentôt a méodîe passe de barque en barque, voe d’un cana à ’autre… Assîse sur e quaî, j’écoutaîs, e cœur gonflé. J’avaîs a sensatîon qu’un oîseau étaît enermé dans ma poîtrîne et qu’î battaît des aîes pour se îbérer. Je me abrîquaî une sorte de tambour avec une boïte sur aquee je tendîs une fine peau voée dans ’ateîer de mon père, maîs ’înstrument ne produîsît qu’un son étoufé, bîen moîns sonore que, sur mon postérîeur, es coups de baguette reçus quand mon arcîn ut décou-vert. Je tambourînaî sur e boîs des tabes, sur ceuî des
8