//img.uscri.be/pth/0d78f6742ee088cb72287fabade58b0e7e4cbec8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

La cité des âmes

De
250 pages
                           Les Illumières tome 3

Tout a changé dans l’Éternéant. Mary, ancienne reine du lieu à la tête d’une armée d’enfants perdus appelés les Illumières, repose maintenant dans un cercueil de verre, impuissante. Quant à Allie-la-sans-caste, la rebelle, elle a été capturée et attachée à l’avant du train qui transporte Mary et les quelques fidèles qui lui restent. Fidèles qui ne manquent pas d’intéresser un certain roi maya aux émissaires surprenants. Jix ne ressemble à rien de ce que vous auriez vu dans l’Éternéant. Capable d’investirles corps des vivants, comme Allie, il a choisi d’habiter les grands félins: jaguars, panthères et tigres font son bonheur. Il commence même à leur ressembler, ce attise bientôt l’intérêt d’un autre rival, le chef de l’armée Fluo.
Neal Shusterman livre une conclusion magnifique à sa saga, mêlant aventures trépidantes à la poésie si particulière qui habite ses livres. En filigrane, il pose la question de l’emprise du pouvoir et de la mémoire et nous invite à réfléchir sur la question éternelle de la vie.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Marianne Roumy

Voir plus Voir moins

Couverture : Sara Baumgartner
© Benjamin Tupper (léopard)
© Getty Images/Giorgio Fochesato (forêt)

© 2011 by Neal Shusterman
© 2014, éditions du Masque, un département des éditions
Jean-Claude Lattès, pour la traduction française.

ISBN : 978-2-7024-3970-8

du même auteur
dans la même collection :

Les Fragmentés, 2008 (Nouvelle édition augmentée, 2013)

Les Déconnectés, 2013

Volume 3 de la série à paraître en 2014

L’Éternéant, 2012

Le Voyage des âmes perdues, 2013

Titre de l’édition originale :
Everfound
Publiée par Simon & Schuster BFYR,
un département de Simon & Schuster, Inc.

À ma bibliothécaire de l’école primaire
, qui m’a pris sous son aile
et m’a transformé en lecteur.
Merci, madame Shapiro, où que vous soyez !

Prologue

Réponses aux questions les plus fréquemment posées par Allie la Sans-Caste :

Si vous venez de vous réveiller et que vous vous retrouvez dans l’Éternéant, vous êtes très probablement effrayé et perdu. N’ayez pas peur, tout ira bien. Enfin, en quelque sorte ! On m’appelle Allie la Sans-Caste, et j’ai dressé une liste des questions les plus fréquemment posées, réservée aux nouveaux venus. N’hésitez surtout pas à la lire, même si cela fait longtemps que vous êtes dans l’Éternéant : on oublie tout ici…

Qu’est-ce que l’Éternéant ?

L’Éternéant est un monde entre la vie et la mort. Si vous vous y retrouvez, c’est que vous n’avez pas réussi à parvenir jusqu’à la lumière. Bien sûr, nous pouvons toujours voir le monde des vivants, tout autour de nous, mais nous ne pouvons pas en faire partie.

Pourquoi ne puis-je rien toucher ni parler à personne ? Pourquoi le monde qui m’entoure est-il aussi flou et décoloré ?

Tu es mort. Tu t’en remettras, va ! Tu es un esprit, ou un Illumière. On nous surnomme ainsi parce nous émettons une faible lueur qui nous permet de distinguer des choses dans le noir. Nous sommes comme nos propres lampes de poche ! Nous appelons les Illumières qui viennent de se réveiller les « Vertes-âmes. »

C’était l’hiver quand j’ai transmigré dans l’Éternéant, mais maintenant c’est l’automne. Pourquoi ?

Tous les Illumières dorment pendant neuf mois quand ils transmigrent. C’est le temps nécessaire pour « naître » dans l’Éternéant. Nous appelons les esprits qui ne se sont pas encore réveillés les Illunymphes.

Pourquoi est-ce que je m’enfonce dans le sol si je ne bouge pas ?

Tu es un esprit, et les esprits peuvent traverser les murs – et le sol n’est pour ainsi dire qu’un mur sous tes pieds. Nous nous enlisons plus vite dans des planchers de bois que dans du béton, de la terre ou de la pierre. Mieux vaut rester en dehors des immeubles du monde vivant, sinon tu risques de sombrer jusqu’au centre de la Terre.

Si je suis un fantôme, comment cela se fait-il que je trouve certains endroits solides ?

On les appelle les « morts-lieux ». Des endroits qui n’existent plus, mais qui étaient à ce point aimés ou importants, d’un point de vue fondamental, qu’ils ont transmigré dans l’Éternéant. Des objets importants peuvent aussi transmigrer.

Quelle est cette pièce bizarre dans ma poche ?

Ne perds pas cette pièce de monnaie, et ne laisse personne te la prendre. Cette pièce t’emmènera à destination, quand tu seras prêt.

Euh… quelle est ma destination ?

Si je le savais ! Mais personne dans l’Éternéant ne peut voir dans la lumière au bout du tunnel, et donc personne ne peut savoir ce qui s’y trouve. Peut-être que c’est ce que tu penses ou… ou pas !

Combien de temps vais-je rester dans l’Éternéant ?

Cela dépend. Si tu es prêt à partir et que tu as encore ta pièce, alors ce ne devrait pas être long. Mais si tu perds ta pièce, ou que tu décides de rester, tu en as sûrement pour un bout de temps.

Il y a ce truc bizarre qui se produit sans cesse. Je me retrouve toujours coincé à l’intérieur de vivants. Je peux entendre leurs pensées ; et c’est comme si je pouvais prendre possession de leurs corps. Que se passe-t-il ?

Si tu arrives à faire ces choses, alors tu es un corpsbrioleur. Félicitations ! Tu détiens l’un des pouvoirs les plus géniaux au monde, parce que tu peux posséder qui tu veux. Mais veille à utiliser ton pouvoir sagement. Je suis une corpsbrioleuse et je sais donc combien il est tentant d’en abuser. Mieux vaut se souvenir de ne pas demeurer trop longtemps dans un corps, n’importe lequel, sinon tu pourrais bien y rester coincé !

Pourquoi puis-je corpsbrioler ?

Parce que tu n’es pas mort à cent pour cent. Ton corps est dans le coma, quelque part.

Je n’arrive pas à corpsbrioler. Par contre je suis en train de changer bizarrement. Pourquoi ?

Nous sommes nos souvenirs. Si nous nous souvenons que nous avions de grandes oreilles, celles-ci s’agrandissent tout doucement. Si nous nous souvenons que nous avions des taches de rousseur, d’un seul coup nous ne sommes plus que taches de rousseur ! J’avais un ami qui est mort avec du chocolat sur la figure. Il ne vaut mieux pas que tu saches ce qui lui est arrivé…