La Flèche du temps

La Flèche du temps

-

Français
82 pages

Description

Amy a 14 ans et se prépare à partir en vacances dans un camp pour adolescents avec sa meilleure amie Anna. En compagnie des autres jeunes – Kate, Kevin, William et Matthew, encadrés par Mikaella, la monitrice –, elle arrive dans un endroit isolé du Verdon.
Bien qu’elle fût au départ réticente à passer ses vacances en colo, elle finira par trouver du plaisir à partager des moments agréables entre ados.
Lors d’une partie de baignade, les calmes vacances se transforment en dangereuse aventure quand le groupe est projeté en 1858, en plein Far West !
Heureusement, ils pourront compter sur la bienveillance de Sally et de Big Billy qui mettront tout en œuvre pour les protéger des dangers de leur époque.
En attendant de trouver un moyen de rentrer chez eux et de comprendre les raisons de ce voyage dans le temps, chacun devra s’adapter à la rude vie de l’Ouest américain.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 février 2017
Nombre de lectures 2
EAN13 9782414018383
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-414-01836-9

 

© Edilivre, 2017

Chapitre 1
Amy

Je m’appelle Amy, oui, je sais, c’est pas banal comme prénom pour une petite provençale comme moi, mais je crois que ma mère était fan de séries américaines quand je suis née, alors…

Il faut dire que ça me donne un côté exotique qui ne me déplait pas… ajoutons à cela que j’ai les cheveux noir jais, de grands yeux de biche et le teint mat. En fait, Pocahontas bis, c’est moi ! et ça ne me déplait pas alors je porte des tee shirts ornés de plumes et de motifs indiens… j’adore mon style et quand on a 14 printemps depuis peu ; le style c’est important !

A ce propos, je me demande s’il est bien normal qu’à mon âge je sois encore obligée d’aller passer des vacances dans cette sorte de colo débile !

« écoute ma chérie, ton père et moi travaillons tout le mois de juillet, tu ne vas quand même pas rester seule à la maison ? Tu verras, ce camp d’ados est super et tu vas passer des vacances formidables ! »

« formidables » ! oui c’est ça … fort minables, plutôt, comme dans la chanson …

D’après la brochure, il s’agit d’un « camp découverte » au cœur de la nature. Je me demande ce que ça cache… La nature, ça me branche ; c’est même ce qui me branche le plus, mais ça dépend en quelle compagnie !

Le point positif, c’est que ma super méga copine Anna a pu convaincre ses parents de l’y inscrire aussi. Anna, c’est mieux qu’une sœur, on se connaît depuis l’école primaire et on se dit tous nos petits secrets. Anna est aussi blonde que je suis brune mais physiquement on se ressemble d’une certaine manière ; d’ailleurs, la voilà qui arrive :

– Anna ! tu es déjà là ! j’avais peur que tu sois en retard, comme d’habitude !

– Oh, ça va ! pas d’ironie ; si tu avais comme moi deux petits frères envahissants, tu comprendrais mon problème ; heureusement, pour une fois, ils n’avaient pas joué à Star Wars dans ma chambre et j’ai pu retrouver mes affaires rapidement.

Tu connais les autres jeunes du groupe ?

– Non, ils ne devraient pas tarder à arriver ; la mono doit nous récupérer en dernier.

– Ah, OK, et elle, tu la connais ?

– Vaguement, c’est une amie de mes parents ; je l’ai croisée une ou deux fois, c’est une originale qui a l’air plutôt cool, avec un nom très kitch : Mikaella !

Un vrombissement de moteur nous tire de cette intéressante conversation et nous voyons surgir un énorme 4x4 dont jaillissent des cris et des rires.

– Hello ! voici le reste de l’équipe ! bienvenue à vous Amy et Anna, montez à bord de notre vaisseau et… en route vers de nouvelles aventures « vers l’infini et au-delà … ! »

Génial… on croit rêver, elle a fait l’école du rire ou quoi ?… j’espérais mieux comme entrée en matière, pffff !

Mikaella a revêtu la panoplie de la parfaite Indiana Jones et nous entrons timidement dans « la cage aux fauves ».

Bon, j’exagère ; les fauves en question n’ont pas l’air bien méchants, juste un peu excités par ce départ en vacances. Les présentations sont vite faites : Kate, sympa et souriante qui s’évertue de tempérer l’atmosphère. Kevin, le benjamin, totalement « en live » et puis il y a William et Matthew, les « beaux gosses ». William ne quitte pas son smartphone et Matthew me gratifie du « regard qui tue n°4bis… tadbeauzyeux « ! Ca commence fort !

La route est longue et les conversations vont bon train, en dépit de quelques haltes dans la petite route de montagne car Môssieu Kevin a mal au cœur… et voilà : le boulet ! je m’en doutais !

Image 1

Et voilà, ma petite équipe est au complet ; ces quelques jours de vacances vont me faire un bien fou ! Je reconnais que pour le commun des mortels, voyager avec un groupe d’ados ne s’apparente pas vraiment à des vacances telles qu’on les imagine… En ce qui me concerne, je trouve ça plutôt « rafraichissant » moi qui n’ait ni enfants ni mari, j’aime partager leurs délires tout en essayant de leur inculquer un semblant de réflexion en cas de problème… Il faut dire qu’avec ce petit groupe je ne devrais pas m’ennuyer :

Amy et Ana, la brune et la blonde « the » copines qui se la jouent copie conforme. Ces deux-là sont mes petites indiennes, passionnées de chevaux comme moi, on devrait bien s’entendre.

Kate, petite bonne femme raisonnable et très mature avec un côté pince sans rire, pour ce que j’en ai vu, car la présence de leurs parents fausse parfois le jeu.

William ! aïe ! lui, je pense qu’il va falloir le cadrer : c’est monsieur je sais tout, et il n’est, hélas, pas fourni avec le décodeur… car question vocabulaire, il y a du boulot au vu de la bande un peu louche qu’il fréquente ! Ses parents comptent un peu sur ce séjour pour lui faire connaître d’autres amis. Ceci dit, c’est un brave môme au fond.

Matthew : profession dragueur ! il est mignon et il le sait… à surveiller ! heureusement mes minettes ont les pieds sur terre et elles ne s’en laisseront pas conter… théoriquement…

et enfin le petit Kevin, lui n’a que douze ans et cinq années difficiles derrière lui ; ses parents sont morts dans un accident de voiture quand il n’avait que sept ans et n’ayant personne d’autre il a été depuis confié à des familles d’accueil successives. Il est un peu perturbé mais l’ambiance du camp devrait lui faire du bien.

Mon bon vieux pick up donne à tout cela un parfum d’aventure grisant !

En route pour mon village préféré au cœur du Verdon, je pense n’avoir rien oublié : une trousse de secours et les coordonnées de tous les parentsmaisaussi mon appareil photo « indispensable », des jeux de société et on trouvera sur place tout ce qu’il faut pour d’autres idées de distractions.

Chapitre 2
Une soirée bien animée

« Bienvenue au camping des lavandes « , un grand écriteau nous signale que nous sommes arrivés. Le camping est pratiquement désert et s’étend au fond d’un vallon aux herbes odorantes. Le cadre est splendide et le mont Robion semble veiller sur ce petit coin de paradis.

« coin de paradis », ce n’est pas l’avis de tout le monde… William s’inquiète de ne pas avoir de réseau partout et arpente le camping en grommelant. Kevin s’étonne qu’il n’y ait pas de salle de jeux, ce qui a le don d’exaspérer Kate :

– Oh Kevin ! ici c’est la Nature avec un grand N, profites-en un peu, ça te changera de Marseille et puis les gars, rien ne sert de râler, on est tous dans la même galère…

Voici d’ailleurs Mikaella qui s’approche escortée de « Monsieur René » le propriétaire du camping qui nous indique l’emplacement de nos tentes.

Kate la raisonnable a rassemblé la troupe et c’est parti pour l’installation du campement. Allez : une tente pour les filles et une pour les garçons ; ça, c’est ce qui est prévu à la base mais en réalité c’est : une tente pour les bagages et tous en tas dans la deuxième, c’est bien plus drôle !

La soirée est paisible, nous laissons les garçons à leurs jeux et Kate, Anna et moi décidons de nous balader sous les étoiles ; le ciel est magnifique et la lune presque pleine inonde le paysage de lueurs troubles et inquiétantes. Le silence est troublé par les appels des chevreuils, sortes d’aboiements un peu rauques. Cet endroit me ravit et m’inquiète à la fois …

– Dites les filles, vous ne ressentez pas un truc bizarre ?

– Non, pas vraiment, répond Kate, cette atmosphère apaisante est plutôt agréable

– c’est vrai, ce calme est appréciable après les blagues à deux balles des garçons, s’esclaffe Anna.

– Non, je ne voulais pas parler du silence mais je me sens comme oppressée, comme si quelque chose allait m’arriver …

– Oh, ça ! ce doit être à cause des pizzas aux champignons ! c’est très indigeste, dit Kate d’un ton docte.

– Vous avez sans doute raison, oublions ça et allons rejoindre les garçons, on ne va pas commencer à faire bande à part et puis, on pourrait jouer à action ou vérité !

William prend la direction des opérations :

– Alors, qui veut commencer ?

– Moi, moi, dit Kevin, je suis le plus jeune et je choisis : action !

– OK, voilà ton épreuve : tu vas devoir aller chercher un objet qui te paraitra bizarre dans la cabane à outils au bout du camping …

– Tout au bout ? dans la nuit ?

– Quoi, t’as peur ? t’as une lampe de poche !

– OK, même pas peur ! je vais vous prouver que je suis pas un trouillard !

– Bon, ben voilà, je me demande ce qu’il va bien pouvoir nous ramener,

– Tu parles, dit Matthew, il va revenir bredouille

– Ca va les gars, répond Anna, Kevin est orphelin et ce n’est pas forcément drôle tous les jours pour lui …

Tout compte fait, ces vacances ne seront peut être pas aussi ratées que je le craignais, chacun...