//img.uscri.be/pth/47626e70cc41969f5d01e1462a39830b8fc75cbc
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB - PDF - MOBI

sans DRM

La Révolution animale

De
50 pages

À force de volonté, notre héros, Isaac, va réussir à adopter un singe. D’emblée, une véritable amitié née entre eux. Isaac adoptera aussi une tigresse, retrouvée blessée et abandonnée par des braconniers.

Cette histoire se trouve à mi-chemin entre la fiction et la réalité et cherche à dénoncer le braconnage des animaux en Afrique. Notre héros, un petit enfant de 12 ans, va réussir une entreprise gigantesque : celle d’apprendre à ses amis animaux le langage des humains.
Il étonne les visiteurs et attire l’attention de médias du monde entier, les dirige vers une réflexion, vers une approche plus sensible quant au traitement des animaux...


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Copyright
Cet ouvrage a été composé par Edilivre
175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis
Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50
Mail : client@edilivre.com
www.edilivre.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction, intégrale ou partielle réservés pour tous pays.
ISBN numérique : 978-2-332-72559-2
© Edilivre, 2014
Isaac est né dans une famille bourgeoise du Michigan. Il était l’enfant chéri de ses parents. Ces derniers le choyaient d’autant plus qu’il était leur fils unique. Alors, ils ne lui refusaient presque rien. Très tôt, Isaac montra un intérêt particulier pour les animaux. Sa chambre était remplie de jouets à l’effigie d’animaux. À l’âge de deux ans, il avait déjà trois chiens, un canari, un perroquet, un chat et un couple de lapins. Tout petit, il se faufilait partout avec ses amis animaux qui l’avaient tous adopté. Lorsqu’il avait quatre ans, ses compagnons se mettaient en file indienne pour qu’il leur distribue de la nourriture. Il ne laissait cette tâche à personne d’autre. Ses amis les animaux apprenaient son langage, tandis que lui apprenait à parler. Il s’attelait à transmettre tout ce qu’il apprenait à ses copains de jeu. Son père, passionné par l’Afrique et l’aviation, parlait souvent à sa mère pendant les repas de son désir de s’installer en Afrique dans une ferme entourée d’animaux différents. Il achèterait un petit avion et pourrait ainsi survoler les grandes forêts et les prairies. Isaac accueillit ce projet avec intérêt et enthousiasme. Depuis que son père avait parlé de ce projet, il n’arrêtait pas de lui répéter que son rêve le plus cher était de le réaliser. Dans cette ville du Michigan, tout le monde savait que cet enfant avait une passion effrénée pour les animaux. On le voyait se promener au centre-ville avec ses animaux qui le suivaient les uns derrière les autres. Les passants s’arrêtaient pour le regarder et l’encourager. Il attirait la sympathie et la solidarité de toute la population. Les policiers eux-mêmes le regardaient avec bienveillance et parfois lui permettaient de passer en lui donnant la priorité. Au fur et à mesure qu’il grandissait, sa passion pour ses petits compagnons s’accroissait. Son père David commença à mûrir sérieusement son projet de départ pour l’Afrique. Il s’intéressa aux annonces de vente de propriétés au Kenya. Il souhaitait acheter un domaine où son fils pourrait assouvir sa passion pour les animaux. Pendant deux ans, il fit plusieurs allers-retours sur place avec toute la famille afin de trouver l’endroit idéal. Ils arrivèrent un jour à Nairobi, la capitale du Kenya, où ils furent accueillis par le responsable d’une agence immobilière.
Ils visitèrent des fermes immenses. Un jour, lors de l’un de leurs voyages, David, sa femme Sharon et son fils Isaac tombèrent sur la perle rare : une ferme d’une superficie gigantesque qui abritait en son sein une multitude d’animaux de toutes les espèces. Isaac, qui avait à présent douze ans, fut émerveillé par ce spectacle fascinant. Il était dans son milieu de prédilection. On le voyait la bouche ouverte, les yeux pétillants de joie, fasciné par le spectacle qui s’offrait à lui. Il disait à son père :
– Waouh ! Waouh ! Papa, c’est celle-là qu’il faut acheter. – Oui Isaac, je suis d’accord avec toi. Survoler cette propriété sera une source d’émerveillement pour moi. – Oui papa, tu pourras m’apprendre à piloter pour que je puisse surveiller tous les amis que je vais avoir ici. David donna son accord au vendeur et dit : – Je vais rentrer aux États-Unis faire quelques démarches et je reviendrai pour la signature du contrat de vente. – D’accord monsieur, nous vous attendrons avec plaisir, répondit l’agent immobilier. La famille rentra aux USA, la tête pleine de projets nouveaux. Quelques jours plus tard, ils invitèrent tous leurs amis et voisins à un dîner d’adieu. Durant la fête, David ne cessa de raconter son projet à des convives un peu perplexes par la décision de cet homme très riche qui était sur le point de tout abandonner pour s’installer dans une ferme avec des animaux. Ils emballèrent toutes leurs affaires dans des cartons. Le jour du départ, ils furent accompagnés par toute la famille et les amis. Arrivés au Kenya, ils furent immédiatement conduits par l’agent immobilier à la ferme. La famille s’installa et prit ses marques dans cette immense propriété. Chaque jour, David et son fils Isaac la visitaient à bord de leur quatre-quatre. Ils circulaient même dans les buissons afin de connaître les moindres recoins de leur domaine. Isaac
connaissait de jour en jour un peu plus la propriété où ils vivaient. Il était fasciné par la diversité des animaux. David prit contact avec une entreprise locale afin de se faire construire un petit aéroport dans une partie de la ferme. Pendant que les ouvriers travaillaient, Isaac se familiarisait avec les animaux qui y habitaient. Il passait des journées entières à les observer les uns après les autres. Un jour, son attention fut attirée par une mère guenon qui allaitait son petit. Il se coucha silencieusement à côté d’eux avec précaution et observa la mère guenon. Tous les jours, il venait et avec la même précaution s’approchait d’eux. Après plusieurs jours de visite, la mère guenon finit par lui faire confiance. Sentant qu’il n’était pas une menace pour elle et son petit, elle accepta de laisser son petit jouer à côté d’Isaac. Le petit singe se montrait réceptif à cette nouvelle amitié. Il se tortillait autour d’Isaac, lui prenait les cheveux, les sentait, se blottissait dans ses bras. Lorsqu’il voyait Isaac arriver, il l’accueillait avec des cris de joie. « Yaa !! yaaa !! yaaaa !!! », criait-il. La mère guenon, qui avait accepté cette amitié, les suivait d’un œil vigilant, mais rassuré. Isaac devint de plus en plus ami avec ce petit singe qui essayait de l’imiter quand il lui parlait. Il s’exprimait de mieux en...