Le chat de la mère Mustang
46 pages
Français

Le chat de la mère Mustang

-

Description

Pour se payer le cinéma, Tom et Max kidnappent le chat de la mère Mustang : ils ont l'intention de demander une rançon ! Mais celui-ci est un vrai démon. Les deux copains vont avoir une belle leçon !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 août 2013
Nombre de lectures 5
EAN13 9782364743441
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Fabrice Bourland
Le chat de la mère Mustang
Comment se payer une place de cinéma alors qu’on n’a pas un sou? Kidnapper un chat et récupérer la récompense en le rapportant! Facile? Pas tant que ça et nos deux délinquants en herbe Max et Tom vont le comprendre assez vite…
Collection animée par Soazig Le Bail, assistée de Claire Beltier.
Le chat de la mère Mustang
1 . 2 . 3 . 4 . 5 . 6 . 7 . 8 .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . .
Table
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. 7 10 15 19 22 30 35 40
Pour Rosalie.
1 C’ était mercredi, jour de la sortie du film. On attendait ce moment depuis des semaines. Il y avait déjà la queue pour la séance du matin. Oui, mais voilà! Ni Tom ni moi n’avions le moindre sou en poche. On était plantés devant le cinéma, les yeux rivés sur l’affiche. Elle était magnifique: Sammy Brown bataillant seul
7
contre une armée de gangsters. Au milieu des fusillades et des explosions, il avait l’air décontracté. Vraiment, il n’y a pas plus fort que Sammy Brown! Tom ne cessait de grommeler. – C’est trop injuste, Max. Ça ne peut pas se passer comme ça. J’étais aussi déçu que lui, bien sûr, mais il fallait voir la réalité en face. Il n’y avait pas de solution. – Allez viens! On se fait du mal pour rien.
8
Je le tirais par la manche pour l’entraîner en direction du jardin. À contrecœur, il a fini par me suivre. On avait à peine fait cinquante mètres que, soudain, il s’est figé devant un réverbère. Il avait un drôle de sourire.
9