Le journal intime de Georgia Nicolson (Tome 1) - Mon nez, mon chat, l

Le journal intime de Georgia Nicolson (Tome 1) - Mon nez, mon chat, l'amour... et moi

-

Livres
257 pages

Description

Georgia Nicolson a 14 ans et trouve que sa vie est un enfer! Son chat se prend pour un rottweiler, son père voudrait aller vivre en Nouvelle-Zélande, sa mère porte des jupes trop courtes pour son âge, sa meilleure amie ne perd pas une occasion de lui casser le moral et le garçon le plus canon du quartier sort avec une cruche aux oreilles décollées au lieu de comprendre que Georgia est la femme de sa vie. Enfin, s'il n'y avait que ça, elle pourrait survivre, mais il y a cette chose gigantesque au milieu de son visage : son nez !
Unanimement salué par la presse, le journal intime de Georgia Nicolson est un éclat de rire permanent, le portrait juste, tendre et corrosif d'une adolescente d'aujourd'hui.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 juillet 2012
Nombre de lectures 131
EAN13 9782075027809
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LOUISE RENNISON
Pôle fiction
Pôle fiction
Du même auteur chez Gaîmard Jeunesse:
Le journal intime de Georgia Nicolson:
2. Le bonheur est au bout de ’éastîque
3. Entre mes nunga-nungas mon cœur baance
4. À pus, Choupî-Trognon…
5. Syndrome aumage taîe cosmos
6. Escae au Pays du Nougat en Foîe
7. Retour à a case égouttoîr de ’amour
8. Un gus vaut mîeux que deux tu ’auras
9. Le coup passa sî près que e féîdé it un écart
10. Bouquet ina en forme d’hîarîtude
Louîse Rennîson
Mon nez, mon chat, l’amour et… moi
Le journa întîme de Georgîa Nîcoson. 1
Traduit de l’anglais par Catherine Gibert
G a l l i m a r d
Photo de ’auteur © DR Photo de couverture utîîsée avec ’autorîsatîon de HarperCoîns Pubîshers.
Tître orîgîna :Angus, Thongs and Fullfrontal Snogging Further, further confessions of Georgia Nicolson Édîtîon orîgînae pubîée par Pîccadîy Press, Londres, 1999 © Louîse Rennîson, 1999, pour e texte © Édîtîons Gaîmard Jeunesse, 2000, pour a traductîon françaîse © Édîtîons Gaîmard Jeunesse, 2010, pour a présente édîtîon
À Mutti, à Vati, à ma petite sœur et à Angus. Mon gros monstre velu est peutêtre bien monté au paradis des chats mais j’ai toujours les marques de ses griffes sur les chevilles. Mais aussi à Brenda, à Jude et à la bande géniale de Piccadilly. Et merci à John Nicolson.
AoÛt “ Le PrOmenade MysTérieux
Dimanche 23 aOûT
Dans ma chambre Il pleuT 10 h 00. Once Eddîe est passé voîr papa et, comme de bîen entendu, î a fau qu’îs vîennent rôder tous es deux dans ma chambre pour voîr ce que je faîsaîs. Sî once Eddîe (quî est pus chauve que chauve) me dît encore une foîs : «Dîs, tu croîs que ça se tartîne es boues de bîard?», je croîs que je me tueraî. I n’a pas ’aîr de se rendre compte que ça faît un moment que j’aî remîsé a barboteuse. J’aî envîe de uî hurer à a tronche : « J’aî quatorze ans, once Eddîe! Je déborde de fémînîté! Je te feraî dîre que je mets un soutîf ! D’accord, je ne e rempîs pas et î uî arrîve de remonter jusqu’au
9
cou quand je cours pour attraper e bus… maîs mon potentîe femme est à, Tête d’Œuf! » À propos de poîtrîne, j’aî peur de inîr comme toutes es femmes de a famîe, avec des seîns d’un seu tenant, genre étagère. Sî maman a es maîns prîses, ee peut toujours poser des trucs en équîîbre sur es sîens. À une soîrée, par exempe, sî ee a un canapé dans une maîn et un verre dans ’autre, ee a encore a possîbî-îté de mettre un amuse-gueue de côté sur son étagère. C’est antîsexe à mort. Ce que je vou-draîs, c’est avoîr un voume mammaîre correct, maîs pas que ça aîe trop oîn comme Meanîe Andrews, par exempe. J’aî eu un de ces chocs quand je ’aî vue dans es douches après e hoc-key e trîmestre dernîer! Son soutîf, c’est sîmpe, on auraît dît deux fîets à provîsîons. Je me demande sî ee n’est pas un peu déséquîîbrée côté hormones. Ce qu’î y a de sûr, c’est que déséquîîbrée, ee ’est quand ee court après e baon. La dernîère foîs, j’aî bîen cru que e poîds de ses «lotteurs», comme es appee inement Jas, aaît a propuser dans a paîssade.
tOujOurs dans ma chambre tOujOurs la pluie tOujOurs dimanche 11 h 30.Je ne voîs pas pourquoî je n’aî pas e droît d’avoîr de verrou sur ma porte. Bonjour ’întîmîté! Ma chambre, c’est caîr, on dîraît un
1
0