//img.uscri.be/pth/a611bcf77438a756f9dce530a3ddbdc19e949522
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 5,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le journal intime de Georgia Nicolson (Tome 2) - Le bonheur est au bout de l'élastique

De
273 pages
Georgia Nicolson a retrouvé le sourire. Plus question de rejoindre son père en Nouvelle-Zélande. Plus question de quitter ses copines, son chat Angus et surtout Robbie, le garçon de ses rêves. La vie est à nouveau pleine de promesses... qu'elle ne tient pas : Robbie suggère à Georgia de sortir avec un autre garçon parce qu'il la trouve trop jeune pour lui! L'humiliation est atroce. Mais Georgia est bien décidée à reconquérir l'homme de sa vie. Pour ça, elle met sur pied un plan imparable qui exige un élastique, des glaçons et une chèvre...
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Pôle fiction
LOUISE RENNISON
Pôle fiction
Du même auteur chez Gaîmard Jeunesse :
Le journal intime de Georgia Nicolson :
1. Mon nez, mon chat, ’amour et moî
3. Entre mes nunga-nungas mon cœur baance
4. À pus, Choupî-Trognon…
5. Syndrome aumage taîe cosmos
6. Escae au Pays du Nougat en Foîe
7. Retour à a case égouttoîr de ’amour
8. Un gus vaut mîeux que deux tu ’auras
9. Le coup passa sî près que e féîdé it un écart
10. Bouquet ina en forme d’hîarîtude
Louîse Rennîson
Le bonheur est au bout de l’élastique
Le journa întîme de Georgîa Nîcoson. 2
Traduit de l’anglais par Catherine Gibert
G a l l i m a r d
Photo de ’auteur © DR Photo de couverture utîîsée avec ’autorîsatîon de HarperCoîns Pubîshers.
Tître orîgîna :!It’s OK, I’m wearing really big knickers Further confessions of Georgia Nicolson Édîtîon orîgînae pubîée par Pîccadîy Press, Londres, 2000 © Louîse Rennîson, 2000, pour e texte © Édîtîons Gaîmard Jeunesse, 2001, pour a traductîon françaîse © Édîtîons Gaîmard Jeunesse, 2010, pour a présente édîtîon
À ma famille chérie : Mutti, Vati, Sophie, Libbs, Hons, Eduardo Delfonso Delgardo, John S. Apee, Francesbirginia et surtout Kimbo. Merci à tous d’avoir résisté à l’envie de me tuer. À mes copains : Salty Dog, Jools, Jeddbox, Badger, Elton,Jimjams, Jenks, Phil, Bobbins, Lozzer,The Mogul, Fanny, mon cher Geff,Mme H. Porky, Morgan, Alan D., Liz G.,Tony G., Psychic Sue, Roge the Dodge,Barbara D. et le Top Gang du collège, ainsi que Kim et Cock of the North. Un merci tout particulier à John, dit le Pape. Où en serais-je aujourd’hui sans le conseilavisé qu’il me prodigua : « Arrête de faire ton cirque et mets-toi au travail, bêtasse! »? Merci du fond du cœur à Brenda, Jude, Emma et à toute l’équipe géniale de Piccadilly, avec toute mon amitié. Et, bien sûr,VIVEGillon et Clare!!!!
juillet SUpEr-Canon EsT dEscEndU sUr TErrE… ET EsT rEparTI dans La sTraTosphèrE
DImanchE 18JUILLET
Dans ma chambrE 18 h 00.À a fenêtre, en traîn d’observer a vîe épatante des gens dehors. Quî auraît pu penser que es choses pren-draîent un tour aussî merdîque ? Ça faît qua-torze ans à peîne que je suîs sur terre et ma vîe est déjà réduîte à néant par ’égosteté des soî-dîsant adutes. Ce matîn, j’aî sortî à ma mère : – Muttî, tu es en traîn de détruîre ma vîe! Et permets-moî de te dîre que c’est îmmonde de t’en prendre à moî sous prétexte que ton avenîr est derrîère toî. Maîs comme chaque foîs que je dîs queque chose de partîcuîèrement sensé, ee m’a faît
9
un de sestss tss tsshabîtues, tout en agrafant son soutîf comme une joueuse de rouette russe. (À moîns que ce ne soît comme une an-ceuse de dîsque. Je ne saîs pus au juste et, vous savez quoî ? Je m’en tamponne.) Sî j’avaîs conservé tous estss tss tssqu’on m’a jetés à a tête depuîs que je suîs née… je pourraîs ouvrîr une boutîque detss tss tss. C’est trop înjuste… Comment mes parents osent-îs me séparer de mes copînes et m’obîger à aer en Nouvee-Zéande ? Et juste une questîon : quî va en Nouvee-Zéande? Quand j’aî inî par faîre remarquer à Muttî à que poînt ee étaît nue comme mère, ee a carrément pété es pombs et s’est mîse à hurer : – Monte dans ta chambre îmmédîatement! – Très bîen, je uî aî répondu du tac au tac. Tu ’auras vouu, je monte dans ma chambre ! D’accord, d’accord ?! Et tu saîs ce que je vaîs faîre dans ma chambre ? Non, bîen sûr, tu ne e saîs pas. Eh bîen, je vaîs te e dîre, moî, ce que je vaîs faîre dans ma chambre : rîen. Je seraî dans ma chambre, un poînt c’est tout. Parce qu’î n’y a rîen d’autre à faîre dans ma chambre!!! Après quoî, j’aî caqué a porte de a cuîsîne et je ’aî aîssée médîter sur a portée de ses actes. Résutat des courses, je suîs déjà au ît à sîx heures. Pas très fute-fute.
1
0