//img.uscri.be/pth/b590d8d81e648a2e66ca12605f16cb2caf6e9ca1
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 6,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Le journal intime de Georgia Nicolson (Tome 6) - Escale au Pays du Nougat en folie

De
335 pages
En route pour le pays des Hamburgers! Georgia embarque Jas, sa meilleure copine, dans une folle virée familiale dans la ville d'Elvis. Elle compte bien retrouver là-bas Massimo, l'Italien de ses rêves. C'est quand même pas si grand que ça, l'Amérique!
Voir plus Voir moins
û Ecle t --Nug U-Pys  n -Foie
Pôle fiction
LOUISE RENNISON
Pôle fiction
Du même auteur chez Gaîmard Jeunesse:
Le journal intime de Georgia Nicolson: 1. Mon nez, mon chat, ’amour et… moî 2. Le bonheur est au bout de ’éastîque 3. Entre mes nunga-nungas mon cœur baance 4. À pus, Choupî-Trognon…
5. Syndrome aumage taîe cosmos
7. Retour à a case égouttoîr de ’amour
8. Un gus vaut mîeux que deux tu ’auras
9. Le coup passa sî près que e féîdé it un écart
10. Bouquet ina en forme d’hîarîtude
Les mésaventures de Tauah Casey
Louîse Rennîson
Escale au Pays duNougat enFolie
Le journa întîme de Georgîa Nîcoson. 6
Traduit de l’anglais par Catherine Gibert
G a l l i m a r d
Tître orîgîna : «» More mad, marvy… Then he ate my boy entrancers. Further Fabbitty Fab Confessions of Georgia Nicolson Édîtîon orîgînae pubîée par Harper CoînsChildren’s Books, Londres, 2004 Harper CoînsChildren’s Booksîs an împrînt of HarperCoînsPublishersLtd © Louîse Rennîson, 2005, pour e texte © Édîtîons Gaîmard Jeunesse, 2006, pour a traductîon françaîse © Édîtîons Gaîmard Jeunesse, 2012, pour a présente édîtîon
Jas, ta soucoupe volante est avancÈe, sois chou, grimpe !
sàMEdI 7 MàI
Le soeî brîe comme… a grosse panète jaune en combustîon à fort pouvoîr caorîfère qu’î est. Yesss !
10 H 05.Une foîs n’est pas habîtude, je n’erre pas seuabre te e nuage, je dîraîs même pus que je pénètre d’un pas guîeret dans ’unîvers de a îmîte jouasse.
10 H 10. Un truc bourré de mîracuosîté est advenu. Mon Vatî, champîon du monde toutes catégorîes des grotesques et membre perma-nent du cub des gravement demeurés a pour une foîs dans sa vîe accompî une bonne actîon
7
par voîe d’înadvertance. Toute a petîte famîe part au Pays-du-Hamburger-en-Foîe ! Comme je vous e dîs. Et devînez quî est déjà sur pace, à part une trîpotée de gus en shorts psychédéîques sur-dîmensîonnés sous a houette de eur coo-ne mâtîné pouet ? Je vous e donne en cent : Subîmo! Ou pour ne pas e nommer Massîmo, a beauté transapîne, est partî dégobîer une petîte vîsîte à ses Muttî et Vatî perso, aîssant votre servîteuse, autrement dît sa quasî-copîne dépustuée, au beau pays de Bîy Shakespeare. Qu’î croît ! Imagînez ’émoî du gus quand je me poînteraî devant uî en e sauant d’un «Ça gaze ! » ou toute autre courtoîsîe prîsée outre-Atantîque. Tout schuss sur e festîva du bécot des Amérîques !
10 H 15.La seue punaîse dans e bouîon, c’est que Vatî veut nous traïner à je ne saîs que ras-sembement de cownomobîes à chouîner.
10 H 20.L’autre punaîse, c’est qu’once Eddîe, ’homme quî a déposé e brevet de a cavîtîe, faît partîe du voyage.
10 H 25.N’empêche, avec un peu de bo, îs se feront arrêter pour atteînte à a bîenséance dès qu’îs s’exhîberont en fazar de moto en cuîr.
8
10 H 30.Boursoulée dele joie de vivresî carac-térîstîque de ma modeste maîs séduîsante per-sonnaîté, je passe un coup de greot à ma super meîeure copîne. – Jas, c’estmich, tasehr guttcopîne. Je te sonne pour t’annoncer des nouveeswunderbar! – Écoute, Tom s’en va dans une semaîne, on est en traîn de trîer… – Jas, je ne peux pas me permettre de perdre mon temps à dîscuter de ta coectîon de cuottes. Ça doît rester entre Tom et toî… au sens mapropre… hahahahahahahaha ! Tu pîges ? Tu pîges ou quoî ? Cuottes… entre Cra-quos et toî… Tu…? Maîs au vu de ma ongue et éreîntante expé-rîence, je devraîs savoîr qu’î est înutîe de gas-pîer mon humour pour Jasounette. Je passe donc dîrect au vîf du topo: – Je pars au Pays-du-Hamburger-en-Foîe retrouver Scooterîno, Subîmo parmî tous es subîmos de ’unîvers et au-deà. – Menteuse. – Je te jure. – Comment ça? Je narre toute ’affaîre voyage et « ça gaze ! » à Jas quî, comme de coutume, me a joue réfrî-gérante. – I sera où Massîmo, au Pays-du-Hambur-ger-en-Foîe ? – Ahahahahahah ! ! !
9
– Tu n’en saîs rîen, c’est ça? – Ben, pas encore, maîs… – Ça peut être n’împorte où. – Je saîs, maîs ce n’est quand même pas sî spacîeux que ça, ’Amérîque? – Immense. Je me gausse. Rîen n’entamera mon humeur de rêve, pas même Mîss Cuotte-Méga-Cou-vrante-Coupeuse-de-Tîfs-en-Huît. Moî : – Immense comme ton short de gym? Sîence. – Aez, Jasounette, réjouîs-toî pour ta copîne. – Tant mîeux pour toî sî tu tombes raîde dîngue du premîer venu, maîs Tom et moî, c’est dîfférent. I part au Pays-du-Kîwî-en-Foîe et je vaîs rester îcî toute seue. Nom d’une fauvette à quatre roues motrîces ! Craquos ne se trîsse que deux semaînes au pays des grands moutons bancs, maîs je doîs me fader es jérémîades et e déîre de Mîss Frangette sur e bon vîeux temps du ramas-sage de petît boîs. Bref, avant qu’ee ne m’en-tretîenne de mousques et de crachat de coucou, je suîs foudroyée par un écaîr d’îns-pîratîon. – Jas, écoute, j’aî un pan teementle génialque j’en suîs comme seîze ronds de lan moî-même et je n’excus pas a possîbîîté de me remettre une médaîe.
1
0