Le nouveau Théo - Livre 3 - L'histoire de l'Église

-

Livres
479 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’histoire de l’Église de la Pentecôte à l’élection de Benoît XVI

Depuis quand le pape est-il à la tête de l’Église ? C’est quoi la séparation des Églises et de l’État ? Besoin d’indications pour se repérer dans l’histoire de l’Église en France et dans le monde ?

Tiré de l’encyclopédie de référence Théo, ce livre présente toute l’histoire de l’Église de Jésus-Christ au monde contemporain.

Avec des chronologies et des cartes pour mieux situer les événements !

Retrouvez l’intégralité du Nouveau Théo, l’encyclopédie catholique pour tous, en format numérique, pour 39,99 € !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 avril 2011
Nombre de visites sur la page 42
EAN13 9782728914982
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
À Xavier Lesort, qui fut l’un des grands artisans de la première édition deThéo.
© Mame, Paris, 2009 www.fleuruseditions.com ISBN : 978-2-7289-1264-3
Pourquoi Théo ?
Théo est le diminutif familier du prénom Théophile. Celui-ci est lui-même la francisation du prénom grec Théophilos, qui signifie littéralement « ami de Dieu ». Théo est du reste le préfixe d’un ensemble de mots se rapportant eux aussi au divin (théologie, théophanie, théogonie, théodicée). Ces deux syllabes suggèrent et symbolisent tout ce que voudrait être le livre qu’elles désignent : un ami très proche du lecteur (ils s’appellent par leur prénom, et même par son diminutif) ; un ami qui ne cache rien de sa conviction de foi et de son amitié avec Dieu, mais qui respecte toute autre manière de penser et de voir ; un ami toujours disponible lorsqu’on fait appel à lui sur les sujets qui relèvent de sa compétence, et qui s’efforce alors de les exposer de manière accessible au non-spécialiste. En somme, sous ce titre, c’est une double amitié qui se propose, sans jamais vouloir pour autant s’imposer.
Mgr Michel Dubost
Auteurs
Né en 1942 au Maroc, il est ordonné prêtre au sein de la congrégation des eudistes en 1967. Au service des jeunes dans les aumôneries de l’enseignement public ou catholique, formateur de prêtres, curé de paroisse, il est ordonné évêque en 1989 et nommé aux armées françaises. Il a présidé l’organisation des JMJ de Paris en 1997. Cette expérience pastorale s’ajoute à une bonne connaissance du monde des médias puisque Michel Dubost a aussi été chargé d’études à la Sofres avant de tenir une chronique sur RTL et Radio Notre-Dame, et de colla- borer à de nombreuses émissions télévisées. Auteur de multiples ouvrages, il est évêque d’Évry-Corbeil-Essonnes depuis 2000, membre du conseil Famille et Société, consulteur du Conseil pontifical pour les laïcs et président de Justice et Paix France.
Mgr Stanislas Lalanne
Né en 1948 à Metz, il est ordonné prêtre en 1975 pour le diocèse de Versailles. Formé en France et en Allemagne, il a exercé son ministère en aumônerie auprès de collégiens, de lycéens puis d’étudiants avant de prendre la responsabilité du Centre national de l’enseignement religieux. Formateur de catéchistes, il a été membre du Conseil international de la catéchèse auprès du Saint-Siège et a participé à la rédaction de plusieurs ouvrages de catéchèse et de vulgarisation théologique. Curé de paroisse puis vicaire épiscopal, Stanislas Lalanne est nommé porte-parole de la Conférence des évêques de France en 1999. Secrétaire général de la Conférence des évêques de France de 2001 à 2007, il est ordonné évêque en 2007. Il est aujourd’hui évêque de Coutances et Avranches, membre du Comité Études et Projets et consulteur du Conseil pontifical pour les communications sociales.
Collaborateurs de la rédaction pour la présente édition : Coordination des livres 2, 3 et 4 : David Gabillet Coordination des livres 1, 5 et 6 : Thomas Wallut
Rédacteurs Régis Anouil Dominique Barde Matthieu Billaud Père Alphonse Borras Isabelle Brian Régis Burnet Alain Cabantous Édith Carbonneau Père Pierre de Charentenay Dominique Chivot Père Olivier de Dinechin Mgr François Duthel Père Yvon Christian Elenga Père Dominique Fontaine Père Jacques Fournier André Géraud Père Jean Hamot Père Henri de La Hougue Étienne Jacquemard Guilhem Joly Père Jean Joncheray Père Philippe Kloeckner Jean-Baptiste Lebigue Marie-Alice Loiseau Élisabeth Martin Bérangère Massignon Père Roger Michel
PèreÉric Morin Père Pierre-Yves Pecqueux Mgr Paul Huot Pleuroux Mgr Bernard Podvin Guillaume Riff aud Virginie Riva Ludovine de La Rochère Jean-François Rod Mgr Michel Santier Jean-Louis Schlegel Adrien de Tricornot Alain de Villemeur
Relecteurs Mgr Claude Bressolette Père Jean Camus Pasteur Marc Chambron Père Joseph Choné Père Luc Crépy Mgr Gérard Defois Père Michel Delahoutre Pierre Diarra Père Jean Dujardin Mgr François Favreau Mgr François Fleischmann Père Jean-Marie Gaudeul André Géraud Mgr Grégoire Ghabroyan Dennis Gira Mgr Clément Guillon Clothilde Lalanne Olivier Lebel Père Denis Lecompte Père Yvon Le Mince Philippe Le Vallois Stephan Lunte Père Paul Magnin Père Michel Mallèvre Bernadette Mélois Mgr Gaston Poulain Yannick Provost Père Jean Quris Joël Sérard Étienne Vallée Père Joseph-Marie Verlinde
Index Marie-Valentine Duboin Bénédicte Ducatel Philippine de Lovinfosse
Remerciements Pasteur Christian Barbery Jean-Michel Blanc Pierre-Yves Camiade Vincent Fauvel Christophe Gosselin Olivier Granier
Dominique Lemau de Talancé Père Gérard Le Stang Patrick de Miribel Jean-Louis Posté Robert Rochefort Stéphanie Woringer Anne-Claire Yvet Paule Zellitch
Ont participé aux précédentes éditions : Gilbert Adler, Mette Andresen, Jean-Louis Angué, Georges Assemaine, Jean-Marie Aubert, Michel Barnouin, Guillaume de Bertier de Sauvigny, Georges Beyron, Charles-Henri de Blavette, Jean Bonfils, Charles Bonnet, Henri Bourgeois, Michel Boullet, François Bousquet, Isabelle-Marie Brault, Félix Caillet, Claude Cesbron, Monique Chabaud, Paul Christophe, Albert Cohen, Germaine Colas, Père Corlay, Jacques Couturier, Henriette Danet, Gérard Defois, Agnès Delesalle, Marie-Georges Delmasure, Nicole Denain, Nicole Desjardins, René-Charles Dhont, Jean-Pierre Dubois-Demée, Mireille Dubost, Pierre Dubuisson, Christiane Dupouy-Camet, Jean-Michel di Falco, Pierre Faure, Paul Faynel, Jacques Fihey, Michel Fournier, Claude Fraudet, Claude Frikart, Mireille Gaillot, Pierre-Marie Galepin, Pierre Gallimard, Étienne Garin, Marie-Laure Gauliard, Colette Génichon, Jean-Clair Giraud, Philippe Gruson, Philippe Gueneley, Jean Guilmard, Paul Guiraud, Albert Guimbert, Lucien Guissard, Pierre-Marie Gy, Jean Hau, Monique Hébrard, Pierre Ho฀mann, Geneviève Honoré-Lainé, Bernard Housset, Odile Hubert, Élisabeth Jousset, Michel Jullien, Jean Klein, Germaine Lacorre, Jean-Yves Lahrer, Albert Lalanne, Pierre Lambert, Simone Larrouturou, Jean-Jacques Latour, Armand Le Bourgeois, Jacques Leclerc, Guy Lecourt, Michel Leduc, Yves-Noël Lelouvier, Élisabeth le Mintier, Suzanne Lepoittevin, Jean-Baptiste Lesort, Marie-Cécile Lesort, Xavier Lesort, André Manaranche, René Marlé, Colette Marlot, Geneviève Médévielle, Marcel Merle, Pierre Moitel, Jean Monsterleet, Jean-Marie Moretti, Pierre Motte, Élisabeth Oberson, Brigitte Ogée, Paul Ollivier, Nicole Peigneguy, Benoît Pelistrandi, Danielle Penuel-Monneron, André Perrier, Jean Perronneaud, Jean-Marie Petitclerc, Bernard Peyrous, Gaston Pietri, Claude Piquemal, Adela de la Plaza-Munoz, Catherine Poisson, Charles de Pontevès, Noël Rath, André Ravier, Christophe Raymond, Émile Rideau, Dominique Régnier, Albert Rouet, Michel Rougé, Colette Rouillard, Vincent Rouillard, Françoise Rouquette, Odette Sarda, Joseph Sarat, André Sève, Christine Sinan, Aimé Solignac, Anne-Marie Tranvouez, François Trollu, François Tricard, Paula Van Eecloo, André Venard, Jacques Venard, Jean Vernette, Renée Vilain, Denis Villepelet, Ephrem Yon, A.T.D.-Quart Monde, les religieuses clarisses de Versailles.
Équipe éditoriale Direction : Guillaume Arnaud Direction éditoriale : Sarah Malherbe
Conception et conseil éditorial : David Gabillet
Direction artistique : Élisabeth Hebert
Chef de projet éditorial : Anne de Lilliac Édition : Jeanne Venant, Charlotte Walckenaer Assistants d’édition : Marie-Valentine Duboin, Philippine de Lovinfosse, Martin Nielly, Camille Passot, Pauline Trémolet, Marie de Varax
Fabrication : Thierry Dubus, Marie Guibert
Correction orthographe et typographie : Correctif
Présentation
Notre époque a soif de comprendre le monde sans cesse en évolution dans lequel elle vit. Mais peut-on comprendre ce qui se passe en France et dans le monde, peut-on connaître la culture française aujourd’hui sans connaître le christianisme ? Le nom de beaucoup de villages français, les expressions usuelles, les références historiques, le problème scolaire, l’importance du pèlerinage de Lourdes, l’impact de la figure du pape et tant de sujets d’actualité sont incompréhensibles si on ne les réfère pas à la vie de l’Église catholique dans notre pays. Théo a été conçu pour répondre à ce besoin. Cet ouvrage est d’abord un acte de respect : né de la conviction que tous les Français, chrétiens ou non, ont le droit de connaître leur culture et donc le catholicisme, il s’efforce de présenter celui-ci de manière toujours respectueuse du croyant comme du non-croyant. Cet ouvrage est aussi un acte de confiance dans l’intelligence de ses lecteurs : il se veut simple et accessible au plus grand nombre, mais il refuse le simplisme. Aux multiples questions qui se posent dans la vie quotidienne, à l’occasion, par exemple, d’un événement, d’une lecture, d’une émission, d’un voyage, voire de mots croisés, il apporte des réponses courtes, précises sans être techniques. Mais il va plus loin. Le catholicisme est, d’une certaine manière, une vision globale du monde née de la connaissance du Christ. Théo présente aussi cette vision et permet ainsi de resituer chaque élément dans un tout cohérent. De la sorte, les enseignants peuvent y trouver des réponses aux interrogations de leurs élèves. Enfin, cet ouvrage se veut ouvert : présentant le catholicisme français, il le situe, bien entendu, dans l’Église universelle, mais il le situe aussi en lien avec d’autres religions et avec l’indifférence religieuse ; de plus, il présente les diverses opinions catholiques quand elles ne sont pas unanimes. Cette encyclopédie a été écrite et dirigée par des catholiques : il fallait leur compétence pour garantir une information exacte au lecteur. Mais ceux qui en ont dirigé la rédaction sont aussi des hommes passionnés de communication et ayant une réelle expérience de tous les publics, et spécialement des jeunes, qu’ils soient chrétiens ou non. Leur constant souci a été de permettre à chacun, quelle que soit sa foi ou sa culture, de trouver facilement dans cet ouvrage tout ce qui l’intéresse à propos du catholicisme. Depuis sa première édition en 1989, le succès de Théo a montré la justesse des choix qui avaient été faits à l’époque : présentation simple de la foi et de la vie des catholiques, objectivité, ouverture sur tous les sujets, facilité des recherches grâce à son index très détaillé, facilité de lecture par le mélange de notices, de notes, d’articles, de graphiques, etc. Entièrement revue, corrigée, augmentée et actualisée, cette nouvelle édition de Théo fait une place plus large encore à la Bible. Avec sa présentation totalement refondue, pour améliorer le confort de lecture et l’accès à l’information, l’encyclopédie Théo se présente plus que jamais comme l’ouvrage de référence de tous ceux, quels qu’ils soient, qui se posent des questions sur la religion catholique et la foi chrétienne.
Cet ouvrage ne contient qu’une partie de l’encyclopédie “Le nouveau Théo”. Les liens vers les autres parties ne sont donc pas actifs. Vous pouvez vous procurer la version complète de l’encyclopédie “Le nouveau Théo” en format numérique.
Si le chrétien veut comprendre l’histoire de l’Église, il doit se faire tour à tour historien et théologien. e e Contrairement à ce que les luttes intellectuelles des XIX et XX siècles ont laissé croire, histoire et théologie ne s’opposent pas mais se complètent.
e premier temps est obligatoirement celui de l’histoire qui permet d’établir les faits avant de les analyser. Cela demande un patient travail de recherche des témoignages, de recoupement des sources, d’analyse des données littéraires, historiographiques, archéologiques, etc. ’histoire religieuse , discipline historique parmi les autres, s’en tient aux méthodes des historiens : elle cherche sans a priori à connaître les faits tels qu’ils ont pu survenir, à comprendre les enchaînements de cause à effet, à saisir les évolutions, ou au contraire les constantes des sociétés – notamment de l’Église – et de leur pensée.
e théologien et, avec lui, le chrétien qui relit l’histoire de l’Église avec les yeux de la foi, interviennent dans un second temps pour interpréter les faits. Ils reprennent les travaux de l’histoire religieuse et tentent de découvrir un sens théologique sous l’enchaînement des événements. Dans l’histoire de l’Église, qui s’ouvre avec la Pentecôte, le théologien voit l’Esprit à l’œuvre dans le monde et ce jusqu’au retour glorieux du Christ qui, selon le Nouveau Testament, marquera la fin des temps.
e déroulement de l’histoire de l’Église peut faire l’objet de divers découpages. On s’accorde à distinguer l’Antiquité chrétienne (des origines jusqu’à la chute de l’empire romain d’Occident en 476) ; la période médiévale durant le développement, l’apogée et le déclin de la société de « chrétienté » ; le temps des e e réformes, protestante et catholique aux XVI et XVII siècles ; la rupture marquée par la Révolution française ; la période moderne et contemporaine, où sécularisation et renouveau, crise et expansion, forment un contraste constant.
LIVRE3CHAPITRE1
L’ÉGLISEDANSL’ANTIQUITÉ