Le temple aux cent mille morts

-

Livres
148 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Suite aux deux premières aventures de Ludger, il subsiste encore bien des mystères à élucider. Prenons l'étrange secret entre la fougueuse Églantine et l'albinos, Pamphile Robichaud, par exemple. Qu'est-ce qui les lie ces deux-là? Quelles péripéties ont-ils vécues de concert?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 avril 2015
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782896864881
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

CAMILLE BOUCHARD
Flibustiers
du Nouveau Monde
Le temple aux cent mille morts
DOMINIQUE ET COMPAGNIECamille Bouchard
Flibustiers
du Nouveau Monde
Le temple aux cent mille mortsGrand roman Dominique et compagnie
Flibustiers
du Nouveau Monde
Le temple aux cent mille morts
Camille BouchardÀ Mélanie Poirier
et Lise Saint-Cyr
qui, année après année,
renouvellent leur confance
envers mon travail.Je me nomme Ludger.
Ma mère et moi vivons dans le village de Nicao, une
communauté de Taínos peuplant les rives de la mer des Caraïbes.
De ma lointaine famille européenne, je ne connais rien. Du passé
de ma mère, je n’en connais pas plus.
Mes meilleurs amis sont Guamani, un Taíno, Jongo,
un ancien esclave africain, et Mohamed, un mahométan. Il ne
faut pas que j’oublie Léolin, mon brave puma, mon lion des
Amériques.
Avec l’aide du corsaire Jean-René Bontemps et de son
navire, Le Féroce, nous avons affronté les Espagnols qui
avaient entrepris de détruire notre village. Il est vrai qu’un trésor
était aussi en jeu.
Le brigantin des fibustiers paraissait bien minuscule
face aux cinq vaisseaux de la fotte ennemie. C’est alors que
Nila, une fllette drôlement débrouillarde et intrépide — quoiqu’un
tantinet colérique —, est parvenue à nous persuader, mes amis
et moi, de la suivre dans une expédition pour le moins périlleuse.
Grâce à cette initiative, et même si nous avons affronté
d’importants dangers, les corsaires ont vaincu l’escadrille
espagnole.3
4Voilier du
eXVII siècle
12
9
14
2
11
8
14
201
22
7 5
1013
621
19
17
26
15
18
16
25
2423 LES ŒUVRES ET GRÉEMENTS
14. Étai
15. Bout-dehors
LES MÂTS 16. Balcon
1. Mât d’artimon 17. Dunette
2. Grand mât arrière 18. Château de poupe ou gaillard d’arrière
3. Grand mât avant 19. Cordages pour monter dans les mâts :
4. Mât de misaine haubans (verticaux), enféchures
5. Beaupré (horizontaux)
LES VOILES 20. Hune (nid-de-pie)
6. Civadière 21. Étrave
7. Misaine (ici, carguée) 22. Vergue (ici, grande vergue)
8. Petit hunier 23. Gouvernail
9. Petit perroquet 24. Quille
10. Grand-voile 25. Coque (partie immergée se dit carène
11. Grand hunier ou œuvres-vives ; partie émergée
12. perroquet se dit œuvres-mortes)
13. Latine d’artimon 26. Échelle de coupée
© Camille BouchardPrologue
Après la défaite du clan ennemi et notre retour
au village, le capitaine Jean-René Bontemps a fait
juger la dizaine de mutins — dont les misérables
Couteau-Cassé et Œil-de-Bois. Ceux-ci avaient
tenté de fuir avec Le Féroce en dérobant une
partie du trésor. Reconnus coupables, ils ont été
pendus haut et court.
À présent, les hommes qui restent sont tous
fdèles au capitaine Bontemps.
Et tous sont riches, bien sûr, puisque les parts de
chacun ont augmenté avec le nombre de corsaires
qui lui, a diminué.
9À la suite de nos aventures, de nombreux
mystères restent à élucider. Prenons l’étrange secret
partagé entre ma mère et l’albinos, Pamphile
Robichaud, par exemple. Qu’est-ce qui les lie
ces deux-là ? Quelles péripéties ont-ils tous deux
vécues pour que maman refuse désormais de se
trouver en présence du fibustier ?
Évidemment, maman est muette sur le sujet, et
Robichaud…
Robichaud me met mal à l’aise. Je n’apprécie
pas la façon dont il me regarde.
Ah, et puis qu’ils aillent tous au diable, les
adultes, avec leurs histoires ! S’ils aiment tant se
compliquer la vie, eh bien, qu’ils s’arrangent avec
les problèmes que ça leur cause !
Nous, Guamani, Jongo, Mohamed, Nila et moi
— sans oublier mon brave Léolin —, nous
voulons simplement nous amuser et profter de notre
amitié sans souci.
10Hélas ! Si nous croyons en avoir terminé avec
les épreuves, c’est parce que nous ignorons ce qui
nous attend sur l’île de Sainte-Agnès-de-Césarée.
11