Le violon de Crémone - 3 contes d

Le violon de Crémone - 3 contes d'Hoffmann

-

Livres
160 pages

Description

Un soir, dans la petite ville de H, une magnifique voix de femme s'élève dans la nuit. C'est la belle Antonia qui chante, pour la dernière fois. Car, pour une raison que personne ne s'explique, l'excentrique conseiller Krespel empêche la jeune fille de chanter et la séquestre dans sa maison.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 mai 2011
Nombre de visites sur la page 88
EAN13 9782013230469
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
: Le violon de Crémone
ISBN : 9782013230469
Traductions de Henry Egmont
revues par Michel Laporte
Illustration de couverture : Mathilde Nivet.
Traductions de Henry Egmont revues par Michel Laporte.
Le violon de Crémone ou Le conseiller Krespel
Titre original : Rat Krespel
Cette nouvelle a été publiée pour la première fois dans un recueil
en quatre tomes intitulé Les Frères de Saint Sérapion (Die Serapionsbrüder), (Berlin, entre 1819 et 1821).
La vision
Titre original : Eine Spukgeschichte
Cette nouvelle figurait également dans le recueil intitulé Les Frères de Saint Sérapion (Die Serapionsbrüder).
L’homme au sable
Titre original : Der Sandmann
Cette nouvelle a été publiée pour la première fois à Berlin en 1816-1817 dans un recueil intitulé Contes nocturnes (Nachtstücke).
© Librairie Générale Française, 2011.
Le violon de Crémone
1
L’homme dont je vais vous parler, dit alors Théodore, n’est autre que le conseiller Krespel, de la ville de H…


Ce conseiller Krespel était, sans aucun doute, un des plus grands originaux que j’aie rencontrés de ma vie. Lorsque j’arrivai à H… pour y séjourner quelque temps, la ville ne parlait que de lui à cause d’une de ses excentricités qui était encore en cours.
Krespel jouissait d’une excellente réputation comme homme de loi et comme diplomate. Le prince régnant d’une petite souveraineté d’Allemagne l’avait donc chargé de rédiger un mémoire visant à prouver la légitimité de ses prétentions sur un certain territoire. Ce mémoire fut adressé à la cour impériale où il connut un total succès. Comme Krespel s’était souvent plaint de n’avoir jamais pu trouver une habitation qui lui convienne, le prince, pour le récompenser de son mémoire, prit à sa charge les frais d’une maison que Krespel ferait bâtir à son goût. Il voulait même payer le terrain, à l’endroit qu’il plairait à Krespel de choisir, mais celui-ci déclina cette offre. Il avait résolu de bâtir sa demeure dans un jardin qui lui appartenait et qui était situé aux portes de la ville, dans un site tout ce qu’il y avait d’agréable.