Les cousins Karlsson Tome 3 - Vikings et vampires

Les cousins Karlsson Tome 3 - Vikings et vampires

-

Livres
202 pages

Description

C'est à nouveau l'été et les quatre cousins se retrouvent seuls sur l'île aux Grèbes, Frida étant partie à Stockholm pour faire expertiser des pièces anciennes, datant des Vikings. La rumeur du trésor s'est vite propagée, les cousins vont alors devoir faire face à des hôtes indésirables et cupides...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 février 2014
Nombre de lectures 5
EAN13 9782364744660
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Katarina Mazetti
Les cousins Karlsson Vikings et vampires
Tràdûît dû ŝûédoîŝ pàr Màrîànne Ségo-Sàmoy et Agnetà Ségo
Les cousins Karlsson sont tout heureux de se retrouver sur l’île aux Grèbes. Dans les profondes galeries creusées par les wombats, Frida a trouvé un vrai trésor viking. Mais la rumeur du trésor se répand vite,et les enfants se retrouvent prisonniers de pilleurs. Il leur faudra de la ressource pour se débarrasser de ces voyous, mais les cousins Karlsson n’en manquent pas…
Nouvelle aventure et retrouvailles avec la famille Karlsson, aux prises avec des trafiquants d’antiquités.
Coectîon ànîmée pàr Soàzîg Le Bàî àŝŝîŝtée de Càîre Betîer.
Arbre généalogique des cousins Karlsson
Grànd-père et Grànd-mère Kàrŝŝon ont eû qûàtre fieŝ :
Ullachercheûŝe, màrîée â Aàn, mère deJuliaetDaniella, ŝûrnommée Boûrdon.
Molly àctrîce, mère deGeorge.
Ellenche cûîŝînîère, vît en coûpe àvec Càûde Boûcé, mère d’Alex.
Frida àrtîŝte.
Chapitre 1 Commando île aux Grèbes?
– On poûrràît ŝ’àppeer KKK ! dît Boûrdon, rêveûŝe. Ee eŝt àŝŝîŝe dànŝ ûn àûteûî, pîée en deûx, eŝ genoûx â à hàûteûr de ŝeŝ oreîeŝ et eŝ pîedŝ bààntŝ pàr-deŝŝûŝ ’àccoûdoîr. Seŝ cheveûx roûx pendent en mècheŝ înégàeŝ àûtoûr de ŝon vîŝàge, e réŝûtàt de qûeqûeŝ coûpeŝ orcéeŝ ŝûîte àûx dégátŝ càûŝéŝ pàr ûne groŝŝe bûe de chewîng-gûm.
7
– I noûŝ àût ûn nom poûr notre cûb ! Avec peîn de K poûr qûe çà àŝŝe bîen ŝûédoîŝ: Kûbb Kûŝînernà Kàrŝŝon, KKK ! Qû’eŝt-ce qûe t’en penŝeŝ, Chàtpàrdeûr ? Chàtpàrdeûr ŝûrveîe ûn ràt en pàŝtîqûe. En entendànt ŝon nom, î ève à tête. – Nîîîyeee ? àît-î, ’àîr înterrogàteûr. – Non, împoŝŝîbe ! ŝ’oppoŝe Jûîà, à grànde ŝœûr de Boûrdon. On ne peût pàŝ ŝ’àppeer KKK ! C’eŝt déjâ prîŝ ! Tû ŝàîŝ ce qûe c’eŝt, KKK ? – Non, màîŝ je ŝûîŝ certàîne qûe tû vàŝ me e dîre, màdemoîŝee «Je ŝàîŝ toût », ŝîle Boûrdon. – KKK, çà ŝîgnîfie Kû Kûx Kàn, expîqûe Jûîà. Màîŝ j’îmàgîne qûe tû n’eŝ pàŝ pûŝ àvàn-cée poûr àûtànt. – Cû, je ŝàîŝ ce qûe c’eŝt, màîŝ kûxkàn, àûcûne îdée ! grommee Boûrdon. Jûîà roûgît. – Le Kû Kûx Kàn, c’eŝt ûne orgànîŝàtîon àûx usa, oû dû moînŝc’étaitexpîqûe-t-ee ràpî- ! dement. C’étàîent deŝ genŝ qûî déteŝtàîent eŝ Noîrŝ et conŝîdéràîent qûe eŝ Bàncŝ étàîent ŝûpérîeûrŝ àûx àûtreŝ. Boûrdon écàte de rîre.
8
– Iŝ ŝont compètement mààdeŝ! Çà veût dîre qûe mon horrîbe pro de màthŝ ŝeràît meîeûr qûe Mîchàe Jàckŝon et Wî Smîth jûŝte pàrce qû’î eŝt bànc ? Tû ŝàîŝ, mon pro, ceûî qûî ŝe gràtte toût e tempŝ à tête et qûî àît tomber ŝeŝ peîcûeŝ en groŝ floconŝ pàrtoût dànŝ à càŝŝe. Et qûî enonce ŝon doîgt dànŝ e nez poûr contem-per ce qû’î y troûve. Un joûr î à coé ŝà crotte de nez ŝûr e tàbeàû noîr ! Aorŝ tû voîŝ, compàré â Rîhànnà ! Màîŝ c’eŝt vràî qû’î eŝt bànc, oû pûtôt grîŝátre. – Mmm, àît Jûîà dîŝtràîtement toût en regàrdànt Kû Kûx Kàn ŝûr Googe. Et îŝ étàîent trèŝ chrétîenŝ et brÛàîent deŝ croîx et deŝ trûcŝ comme çà, poûrŝûît-ee. – Iŝ brÛàîent deŝ croîx? Aorŝ tû voîŝ, rîen qûe â, î y à ûn probème ! Toûŝ eŝ àûtreŝ chrétîenŝ àîment eŝ croîx. Çà veût dîre qû’îŝ n’ont rîen comprîŝ. Bon, on ŝ’àppeerà àûtrement àorŝ… e Qûàtûor ŝecret… Commàndo ïe àûx Grèbeŝ… L’ïe àûx Grèbeŝ, c’eŝt ’endroît où vît Frîdà, à tànte deŝ fieŝ. Jûîà et ŝà ŝœûr Dànîeà, àîàŝ Boûrdon, àdorent y pàŝŝer eûrŝ vàcànceŝ où eeŝ retroûvent généràement eûrŝ deûx coûŝînŝ
9
George et Aex. Leûr tànte eŝt à proprîétàîre de cette ïe et eŝ qûàtre coûŝînŝ y ont déjâ vécû ûn tàŝ d’àventûreŝ pàŝŝîonnànteŝ. Iŝ ne vont pàŝ tàr-der â y retoûrner. Frîdà eûr à envoyé ûne învîtà-tîon écrîte. – Màîŝ on n’eŝt pàŝ ûnclub, Boûrdon! dît Jûîà. On eŝt coûŝînŝ! On eŝt de à même àmîe! Poûr-qûoî veûx-tû qû’on troûve ûn àûtre nom ? Kàrŝ-ŝon, çà ne te ŝûit pàŝ ? – Kàrŝŝon, c’eŝt màgnîfiqûe ! C’eŝt poûr moî ûne fierté et ûn honneûr de porter ûn te nom ! àirme Boûrdon qûî vîent de termîner ûn îvre où deŝ chevàîerŝ ŝ’exprîmàîent de cette mànîère. Màîŝ je ne ŝûîŝ pàŝ àûŝŝî fière qûànd c’eŝt Aex qûî e prononce. Avec ŝon àccent, on dîràît qû’î dît « Càeçon ». Enfin, î n’eŝt pàŝ reŝponŝàbe de ŝà prononcîàtîon… Chàtpàrdeûr ŝ’eŝt înŝtàé ŝûr e ventre rond de ŝà màïtreŝŝe et ŝe met â ronronner. – Poûŝŝe-toî, Chàtpàrdeûr, tû me tîenŝ trop chàûd àvec tà oûrrûre, dît Boûrdon. Aex, eûr coûŝîn, vîent de Frànce et à pàroîŝ ûne prononcîàtîon trèŝ perŝonnee, notàmment qûànd î y à deŝ « r » dànŝ eŝ motŝ. Seŝ pàrentŝ
10