Les Légendaires 08 - La corne de Sygma
96 pages
Français

Les Légendaires 08 - La corne de Sygma

-

Description

Après avoir attaqué ses compagnons et sombré dans un profond sommeil, Gryf se réveille dans la cité des Jaguarians. Mais pourquoi tout le monde s’obstine-t-il à l’appeler « prince Anoth » ? Et à quoi sert cet étrange collier qu’on lui a passé autour du cou ? Cet enfant-fauve qui lui ressemble comme deux gouttes d’eau aura-t-il la réponse... ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 août 2013
Nombre de lectures 32
EAN13 9782012025455
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Douze ans auparavant…
Les deux jeunes princes jaguarians sont appelés au chevet de leur père, le puissant roi Wis-Kas, qui se meurt d’une maladie incurable. Les deux plus fidèles guerriers du roi, Kelma-Thu et Ko-Chonu, accompagnent les enfants-fauves.
Face à eux, le guérisseur Aristocat et sa disciple, la belle Garfilda, ne cachent pas leur chagrin.
— J’ai fait tout ce que je pouvais ! murmure le vieux guérisseur. Croyez bien que prononcer ces mots me coûte. Le roi Wis-Kas, souverain des jaguarians, ne survivra pas au-delà de cette nuit.
Les jeunes frères sont jumeaux. Leur pelage roux est le même que celui du roi, dont l’imposante crinière recouvre la tête de lit.
Kel-Cha est le plus tempéré des deux. Il a compris que Wis-Kas, malgré sa force légendaire, était condamné. Ce n’est pas le cas du bouillonnant Anoth.
— Non ! s’écrie ce dernier, furieux, en se tournant vers Aristocat. Vous mentez ! Vous pouvez le guérir de sa maladie ! Vous êtes le meilleur guérisseur de la cité !
— Prince Anoth-Cha, je vous en prie ! tente de le raisonner Ko-Chonu, l’un des guerriers.
— Je suis navré, mes princes ! se désole le guérisseur. Mais ma médecine a ses limites.
— Alors, faisons appel à la médecine humaine ! réplique Anoth.
— Anoth, non ! s’exclame Kel-Cha.
Il comprend la détresse de son frère, mais il est résigné.
— Kel, ne vois-tu pas que c’est le seul moyen de sauver père ? s’emporte Anoth.
Kel-Cha détourne le regard. Au fond de lui, il sait que son frère a raison. Mais il sait également que faire appel aux humains irait à l’encontre de la volonté de leur père.
— Je te déteste ! hurle Anoth en le frappant.
Garfilda s’avance pour tenter de raisonner le jeune prince, mais celui-ci s’enfuit, fou de colère et de chagrin.
— Je vous déteste tous ! s’écrie-t-il en disparaissant dans le couloir.
Dans la chambre, Kel-Cha se relève.
— Est-ce que mon frère a raison ? s’interroge-t-il. Devrions-nous violer nos lois et demander l’aide des humains ?
— La survie de notre cité repose sur le secret de son emplacement, lui rappelle Kelma-Thu, le premier guerrier. Nous ne pouvons risquer qu’il soit connu du monde extérieur… Même pour sauver le roi.
— Je déteste ces lois ! réplique Kel-Cha.
— Vous et le prince Anoth-Cha êtes jumeaux, mais c’est à votre frère que le trône est destiné, rappelle le guerrier. Il ne doit pas se laisser emporter par ses émotions. Ce luxe lui est interdit, car demain, il sera roi !
— Vous avez toujours été le plus sage des deux, ajoute Ko-Chonu. Essayez de raisonner votre frère. Il doit se préparer à la succession de votre père.
L’enfant-fauve acquiesce et part à la recherche d’Anoth.
La citadelle jaguarian recèle bien des recoins, où lui et son frère aimaient jouer à cache-cache autrefois. Kel-Cha se rend à la bibliothèque, puis dans la salle d’armes. Finalement, il frappe à la porte de sa chambre.
— Anoth ? Anoth ? Est-ce que tu es là ?
N’entendant aucune réponse, il décide d’entrer. La pièce est déserte. Un papier posé sur le dessus-de-lit attire son regard. C’est une lettre écrite de la main de son frère. L’encre est à peine sèche. Il la lit précipitamment.
— Non ! s’exclame-t-il. Anoth !
Il déchire le papier et part à la poursuite de son frère… en vain. Celui-ci a quitté la citadelle en quête d’un guérisseur humain.